Fous de Dieu

Kim Davis, qu'on voit ici à sa sortie... (PHOTO CHRIS TILLEY, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Kim Davis, qu'on voit ici à sa sortie de prison, a notamment reçu l'appui du candidat à l'investiture républicaine Mike Huckabee (à gauche).

PHOTO CHRIS TILLEY, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Boulanger
La Presse

Il fut un temps où le monde croyait en avoir fini avec les certitudes. C'était quelque part entre la guerre froide et le 11-Septembre, à l'âge d'or des sociétés laïques. Toutefois, l'Histoire aime bien rebondir pour nous surprendre. Le retour en force du religieux, observé partout sur la planète, est aussi surprenant qu'inquiétant. Du moins, pour ceux qui considèrent que « la foi est une affaire entre l'Homme et son créateur », comme le disait Thomas Jefferson en... 1776.

Depuis que la Cour suprême a reconnu la légalité du mariage gai, en juin dernier, Kim Davis, une greffière du Kentucky, refuse systématiquement d'accorder des licences de mariage aux couples de même sexe, au nom de ses croyances religieuses. Après avoir passé cinq jours en prison parce qu'elle refusait d'obéir aux décisions des tribunaux, Davis est devenue une héroïne et une martyre chrétienne aux États-Unis.

Afin de garder son poste à la direction du bureau des greffiers, Kim Davis invoque un arrangement de la législation du Kentucky. Comme quoi aucune religion n'a le monopole des accommodements, raisonnables ou pas.

Avant elle, d'autres fonctionnaires au Texas, au Mississippi et en Arkansas ont évoqué leurs croyances religieuses pour ne pas donner le bout de papier en question. Mais ils ont eu l'élégance de démissionner. Pas Kim Davis. Et comme elle est élue, il est impossible de la déloger de son poste sans l'intervention du gouverneur.

Parce qu'elle tient tête aux lois de son pays, Kim Davis a été associée au mouvement de désobéissance civile, et même à des personnages célèbres comme Rosa Parks et Martin Luther King. 

Délivrer un certificat de mariage à deux amoureux et participer à un système sociojuridique qui légitime l'esclavage, même combat ? Soyons sérieux. 

Kim Davis a beau répéter qu'elle écoute la voix du Seigneur et respecte les lois de la Nature, ce n'est pas Dieu qui signe son chèque de paye, mais les impôts de ses concitoyens.

De mauvaises âmes ont souligné sur les réseaux sociaux que Davis, 49 ans, a déjà quatre mariages et trois divorces au compteur. Elle serait donc mal placée pour défendre la pérennité de l'institution sacrée du mariage. Cela ne l'empêche pas de triompher dans la « Bible Belt ». Adulée par ses admirateurs, Kim Davis avait des airs de Janis Joplin « born-again Christian » à sa sortie du centre de détention, plus tôt cette semaine. Elle a reçu l'appui de deux aspirants à la présidence, les républicains Mike Huckabee et Ted Cruz, alors que la fonctionnaire est... démocrate.

La planète est devenue un lieu étrange, mené par la peur et la folie, où la raison semble reculer face au fondamentalisme, toutes religions confondues. Il faudrait peut-être cesser de regarder au Ciel et, comme le disait Camus, s'intéresser à être un homme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer