Un monorail nommé délire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ah, c'est sûr que le monorail vanté par Philippe Couillard coche toutes les bonnes cases...

Le trajet Montréal-Québec en 60 minutes. 

Pour aussi peu que 65 $. 

Grâce à une technologie de chez nous. 

Qui n'émet aucune pollution. 

Et qui desservirait à la fois les grandes villes ET les régions du Québec ! 

Ça semble trop beau pour être vrai... tout simplement parce que c'est trop beau pour être vrai. Plate de même. 

Disons-le sans grand risque de se tromper, ce projet tout droit tiré d'un livre de science-fiction ne verra jamais le jour tant les écueils sont nombreux. 

Oui, sur papier, le monorail est fantastique. On parle de navettes suspendues à un rail d'acier, propulsées par 16 moteurs-roues d'invention québécoise, roulant aussi vite qu'un TGV (250 km/h), mais pour une fraction du coût (3 milliards plutôt que 12). 

On dit : wow ! 

Puis on gratte un peu... 

On réalise alors qu'il existe des monorails suspendus dans le monde, mais rien qui ressemble de près ou de loin à un monorail interurbain. Encore moins à un monorail franchissant les 200 km/h. 

On réalise qu'il faudrait absolument étudier, prototyper, tester la technologie dans le cadre d'un banc d'essai de 5 km, en hiver comme en été, avant même de penser ouvrir un bureau de projet qui, lui, aurait à travailler des années pour en vérifier la faisabilité à grande échelle. 

On réalise aussi que le corridor Québec-Montréal n'a pas l'achalandage nécessaire pour rentabiliser une navette qui part toutes les 15 minutes... parallèlement aux avions, bus et voitures qui continueraient forcément à desservir la capitale et la métropole. C'est encore plus vrai pour toutes les branches régionales.

«Et on réalise, enfin, que le projet de monorail nécessiterait la construction d'imposants piliers de béton sur tout le trajet, tous les... 50 mètres !»


Hydro-Québec peine à ériger un pylône en pleine campagne, et on s'imagine qu'on pourrait multiplier les piliers sur le terre-plein de l'autoroute 20 tout au long de la distance qui sépare Montréal de Québec ! Des piliers qui se compteraient par milliers, qui constitueraient une menace à la sécurité routière, qui défigureraient la vallée du Saint-Laurent et qui enlaidiraient les entrées de ville de Montréal et de Québec. 

Franchement ! Quand on sait qu'il faudra au moins 13 ans pour implanter sur le boulevard Pie-IX une simple desserte en bus rapides (sur des voies réservées qui existent déjà !), on peut imaginer le temps, l'argent et l'énergie qu'exigerait le prototypage de ce projet qui, peut-être, éventuellement, un jour, pourrait possiblement faire l'objet... d'une étude technique sérieuse. 

Il n'y a donc justement rien de sérieux à la proposition faite le week-end dernier par Philippe Couillard. Une proposition qui sert peut-être à susciter le rêve, comme l'écrivait Lysiane Gagnon, mais qui répond probablement davantage à des considérations politiques. 

La première et la plus évidente est le fait que le monorail permet à son promoteur de bomber le torse nationaliste, car il s'agit là d'un projet poussé par Claude Béland, Bernard Landry, Option nationale et le PQ. Mais ce n'est pas parce que le projet flatte notre fibre nationaliste qu'il est nécessairement bon et réaliste. 

Ce n'est pas parce qu'on aimerait se rendre à Québec en 60 minutes qu'il faut verser des dizaines de millions juste pour étudier le premier projet qui prétend la chose possible (juste en études, le prolongement de la ligne bleue a déjà coûté 60 millions !). Sinon, mettons encore plus d'argent dans le projet Hyperloop d'Elon Musk puisqu'il promet de le faire en 15 minutes ! 

Il existe par ailleurs un projet très avancé sur les tables à dessin, celui du train à grande fréquence de VIA Rail. Un train qui roulerait moins vite que le monorail, certes, mais qui pourrait voir le jour rapidement une fois qu'on aura réglé le problème de l'utilisation du tunnel du mont Royal, ce sur quoi planche un groupe de travail. 

N'oublions pas que le mieux est l'ennemi du bien. Et ne perdons donc pas de temps avec ce chimérique monorail, un projet qui fera uniquement le bonheur de l'industrie des études, non pas celui des voyageurs victimes d'une autre fuite en avant.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer