Lettre d'amour aux Montréalais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Disons-le, Montréal n'a pas profité des 375 dernières années pour se faire belle ou pour se transformer en une mégalopole qui attire l'attention de la planète. Elle a laissé ça à Vancouver et Toronto.

La ville a son charme, entendons-nous, mais elle manque de cohérence. Elle possède quelques joyaux épars, mais elle ne se distingue pas par l'audace de son architecture. Elle a une riche histoire, mais elle est peu portée sur la mise en valeur.

Et pourtant, malgré tout cela, Montréal suscite l'envie.

Malgré ses défauts et ses carences, la métropole québécoise fait encore et toujours rêver.

Malgré son côté désordonné, désorganisé, « tout croche », elle est attachante, elle s'attire les éloges des touristes, elle multiplie les premières places des palmarès, elle est plus séduisante que n'importe ville canadienne.

Son secret ? Ses habitants.

Pensons-y deux minutes. Le principal attrait de la ville, ce n'est pas son décor montagneux enchanteur comme Vancouver ou sa grande tour comme Toronto, ce sont les citoyens de Montréal... et ce qu'ils font de Montréal.

On ne le dit pas assez : ceux qu'on appelait « Montréalistes » en 1642, devenus Montréalais, sont derrière chacune des forces qui, avec la langue française, ont forgé l'identité si singulière de la métropole au fil des siècles.

Il n'y a qu'à se demander ce qui distingue la ville des autres villes nord-américaines ? La qualité de vie, le dynamisme des quartiers, l'effervescence de certaines rues commerciales, la fougue des institutions culturelles, le sentiment de sécurité... autant d'atouts qui émanent des habitants eux-mêmes.

C'est grâce à eux si Montréal est « une ville cool, ouverte, relax », comme le résumaient les participants de la consultation publique menée en 2011 en vue des festivités du 375e. « C'est une ville accueillante, tolérante, à dimension humaine, un coin de planète où la joie de vivre est omniprésente », ajoutaient-ils*.

Or cette ouverture à l'autre qui est soulignée par tous les voyageurs de passage, elle ne se commande pas, elle ne se crée pas à la faveur d'une politique quinquennale réunissant les parties prenantes d'une table de concertation.

Une ville l'a, ou elle ne l'a pas.

Et ça, à défaut de bien d'autres choses, Montréal l'a. Au cube.

Même chose pour la créativité. Même chose pour l'ambiance, l'enthousiasme, le goût de s'amuser. D'ailleurs, on vante souvent les grands festivals, les fêtes et les manifestations populaires de Montréal, sans préciser que ce qui fait de cette dernière une ville événementielle, ce n'est pas le nombre d'événements à lui seul, c'est l'enthousiasme avec lequel les citoyens embarquent à tout coup.

Le même raisonnement vaut pour la scène gastronomique. Une ville peut bien compter beaucoup de restos et de chefs étoilés, ce qui en fera une véritable destination épicurienne comme l'est Montréal, c'est la ferveur des clients qui en redemandent, qui se ruent à chaque ouverture, qui aiment boire et manger au point de se bousculer les soirs de semaine.

Voilà pourquoi ce qui vient en tête, quand on pense à Montréal, c'est son accueil, sa spontanéité, son ouverture d'esprit, son goût de la fête, son côté rebelle et sa joie de vivre. Voilà pourquoi on aime le dynamisme de ses quartiers, la vitalité de ses marchés publics, l'énergie de ses festivals, l'ambiance de ses terrasses bondées, la vitalité de la Sainte-Catherine, l'atmosphère du mont Royal et du parc Jean-Drapeau le week-end...

L'identité de la métropole, elle est là. Non pas dans sa beauté pure ou ses édifices signés, mais dans sa composante, sa mixité, sa vie débordante, son échelle humaine qui met en valeur les qualités de ceux qui la composent.

Bref, s'il y a une chose qui a fait de Montréal une ville si singulière au fil de son histoire, ce sont les Montréalais, véritable âme de la métropole.

* Tiré du rapport de consultation de l'OCPM pour le 375e, d'où sont tirées les citations de Montréalais utilisées pour illustrer cet écran.

«« Malgré ses défauts, malgré son côté tout croche, la métropole fait encore et toujours rêver. Car elle a un secret bien à elle... »»





publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer