Rangeons le goudron et les plumes

« Un organigramme comportant une photo de Jean Charest,... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

« Un organigramme comportant une photo de Jean Charest, révélé lundi par TVA, a déclenché une tempête », écrit François Cardinal.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dure semaine pour les libéraux. Dure semaine aussi pour la classe médiatico-politique.

L'organigramme du « financement politique illégal » comprenant une photo en pointillé de Jean Charest, révélé lundi par TVA, a déclenché une tempête qui a emporté avec elle la confidentialité du travail policier, le respect des institutions et, surtout, la présomption d'innocence.

Plus besoin aujourd'hui d'une preuve, d'un « smoking gun » ou d'un chaînon manquant. Les rumeurs, amalgames et informations parcellaires suffisent pour condamner.

« Shoot first, disaient les cowboys, ask questions later. »

L'information la plus substantielle révélée cette semaine est le fait que l'enquête Mâchurer est en cours. Pourtant, à entendre ce qui s'est dit à la radio et à l'Assemblée nationale, à lire ce qui s'est écrit dans les journaux et les réseaux sociaux, Jean Charest est coupable puisqu'une enquête a été déclenchée. Marc Bibeau a accès à Philippe Couillard puisque son chef de cabinet le connaît. Et Sam Hamad a été chassé de la politique parce qu'il était visé par les prétentions du président de la Fraternité des policiers.

On est passé, en quelques jours à peine, du soupçon à l'accusation, de l'allégation à la condamnation. Sans l'ombre d'une preuve.

Une élue a ainsi pu insinuer en Chambre qu'un de ses collègues, nommé à demi-mot, s'est rendu coupable de trafic d'influence. Un député a laissé entendre qu'un membre du parti au pouvoir a pu « collaborer avec la mafia ». Un policier a affirmé que des enquêtes sont bloquées pour des raisons politiques. Et un commentateur radio a soutenu que les propos de ce dernier sont « vrais »... parce qu'« une source » lui a dit que « c'est vrai ». Sans l'ombre d'une preuve.

Ne reste plus qu'à sortir le goudron et les plumes...

On savait le climat pourri, mais pas au point de retourner à l'époque où n'existait pas la présomption d'innocence.

La frustration des Québécois est certes compréhensible. Il y a de bonnes raisons d'être indigné en voyant la fiche policière d'un ancien premier ministre. Surtout que le travail inachevé de la commission Charbonneau n'a pas permis de faire toute la lumière sur les agissements de ce dernier.

Mais ce n'est pas parce que le commissaire Renaud Lachance n'a pu conclure à un lien entre le versement de contributions politiques et l'octroi de contrats qu'on peut le faire à sa place !

Oui, il faut être sceptique, dubitatif, méfiant à la limite. Mais ce doute doit nous pousser au questionnement, pas aux conclusions. On peut préférer la version du président de la Fraternité, mais elle n'a pas plus de crédibilité que celle du Directeur des poursuites criminelles et pénales, qui nie que des enquêtes ont été menées contre deux libéraux.

On peut trouver plausible l'idée qu'il existe une « immunité libérale », mais on doit avoir l'honnêteté de reconnaître l'existence d'une enquête contre Jean Charest et d'accusations contre Nathalie Normandeau.

On peut trouver le « timing » de Sam Hamad douteux, mais on ne peut faire de lien avec la sortie d'Yves Francoeur... simplement parce que les deux ont eu lieu le même jour !

La surenchère, les suppositions et les procès d'intention des élus et des commentateurs ne rendent service à personne.

Ils nuisent aux enquêtes, pourrissent le climat et participent au « tous pourris » dans lequel l'ensemble des élus est plongé... incluant ceux qui accusent leurs rivaux d'être pourris.

Bien sûr, on voudrait les réponses à nos questions, que ça aille plus vite, que les fautifs soient punis, le cas échéant. Mais aussi difficile cela soit-il à l'ère des nouvelles en continu et des réseaux sociaux, on n'a d'autre choix que d'être patient. D'autre choix que de respecter l'indépendance de l'UPAC. Pas le choix d'attendre la fin du travail des enquêteurs et des tribunaux.

D'autre choix, autrement dit, que de considérer les principaux concernés comme innocents, jusqu'à preuve du contraire.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer