Que le général Trudeau se lève

« Si le premier ministre veut apaiser la grogne... (Photo Chad Hipolito, La Presse Canadienne)

Agrandir

« Si le premier ministre veut apaiser la grogne croissante au Québec [...], il lui reste une occasion en or avant la mi-mandat : le prochain budget », écrit François Cardinal.

Photo Chad Hipolito, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Québec a-t-il l'attention de Justin Trudeau ? La question circule de plus en plus au sein de Montréal inc., qui n'hésite plus à exprimer sa frustration face à un gouvernement directement branché sur Toronto.

Passant d'espoir déçu en espoir déçu depuis 16 mois, on se demande en effet quand, au juste, le premier ministre va trancher en faveur des demandes et projets structurants du Québec.

Encore cette semaine, lors du Forum mondial sur le leadership en infrastructures qui s'est tenu à Montréal, les gens d'affaires sont sortis le caquet bas d'une conférence donnée par le ministre Marc Garneau.

Après avoir entendu l'un des plus grands experts mondiaux (Norman Anderson, patron de la firme CG/LA Infrastructure établie à Washington) chanter les louanges de la métropole et de son « écosystème en infrastructures unique » sur la planète, ils espéraient des paroles tout aussi encourageantes de leur ministre des Transports.

Mais non, pas un mot sur Montréal, sur son leadership ou sur ses chances d'accueillir le siège social de la future Banque de l'infrastructure du Canada.

Façon, à leurs yeux, d'accréditer la thèse qui circule à Bay Street ces jours-ci : Toronto a déjà été choisi pour accueillir la banque... malgré le caractère « unique » de Montréal. Malgré l'expertise de la Caisse de dépôt et d'Investissements PSP. Malgré le savoir-faire des firmes d'ingénieurs et leurs compétences en analyse de risque. Malgré les projets d'envergure comme le pont Champlain et le Réseau électrique métropolitain.

C'est une déception. Une de plus. Après le bide de Bombardier, l'obstination en faveur d'une commission nationale des valeurs mobilières, la protection des consommateurs qui empiétait sur les compétences québécoises et la garantie des prêts de Muskrat Falls dont ne profite pas Hydro-Québec.

Justin Trudeau s'était pourtant autoproclamé représentant en chef du Québec, l'an dernier : « À quoi ça sert d'avoir un lieutenant du Québec quand t'as un général du Québec ? », avait-il lancé. Mais un an plus tard, la question se pose :  où est ce général ?

Où est le défenseur du train de la Caisse de dépôt, de la ligne bleue, du SRB de Québec ?

Où est le partisan d'une voie de contournement à Mégantic ? Où est le champion de l'innovation qui saura faire contrepoids à l'intense lobbying de Toronto en intelligence artificielle ?

Les libéraux rétorquent que des annonces s'en viennent, qu'il faut être patient, qu'ils sont au pouvoir depuis moins de deux ans. Mais l'impression continue néanmoins de s'incruster, surtout quand on voit d'autres dossiers se régler à la vitesse grand V, comme les pipelines de l'Ouest et les régimes publics de retraite.

Si le premier ministre veut apaiser la grogne croissante au Québec, s'il souhaite prouver qu'au-delà des belles promesses, il est capable de jouer son rôle de général, il lui reste une occasion en or avant la mi-mandat : le prochain budget.

Il doit en profiter pour faire des gestes clairs et financiers en faveur du Réseau électrique métropolitain, du prolongement de la ligne bleue et de l'intelligence artificielle. Trois priorités québécoises qui mériteraient d'être élevées au rang de priorités nationales. Au moins autant que les priorités de Toronto.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer