Les précurseurs

En lançant la Bourse du carbone, la Californie... (Photo archives La Presse)

Agrandir

En lançant la Bourse du carbone, la Californie et le Québec confirment que le climat n'est plus un enjeu national en Amérique du Nord.

Photo archives La Presse

Partager

Le contraste est saisissant. Alors que le Canada se retirait officiellement du protocole de Kyoto, ces derniers jours, la Bourse du carbone voyait le jour au Québec.

Les deux événements ne sont pas reliés, à proprement parler, mais ils confirment une seule et même chose: la lutte contre les changements climatiques n'est plus un enjeu national en Amérique du Nord, mais bien le combat des gouvernements subnationaux, les provinces, les États et même les villes.

Au Canada comme aux États-Unis, en effet, les partis de droite ont choisi, pour des raisons idéologiques, de tourner le dos aux mesures environnementales contraignantes. Les conservateurs ont ainsi retiré la signature du pays au bas du traité de Kyoto le 15 décembre dernier, tandis que les républicains au Congrès empêchent l'administration Obama d'adopter tout plan de réduction des émissions polluantes.

Heureusement, l'immobilisme des uns est contré par la volonté des autres, comme le démontre la création d'un Marché du carbone entre le Québec et la Californie, lequel a pris son envol il y a trois jours avec le lancement de la première période de conformité.

Désormais, les entreprises qui émettent plus de 25 000 tonnes de gaz à effet de serre par année sont contraintes de déclarer leurs émanations, une première étape vers l'implantation d'un système d'échange de «droits de polluer» au mois d'août prochain.

Objectif au Québec: baisser les émissions de 10% en partant, puis les abaisser de 1,5% par année afin d'atteindre une réduction globale d'au moins 20% en 2020.

Disons-le, le geste est très audacieux, pour la Californie et encore plus pour le Québec. Il s'agit en effet des deux seuls signataires du Western Climate Initiative, un regroupement d'États américains et de provinces canadiennes, à oser le Marché pour l'instant.

Le gouvernement Marois et ceux qui suivront en récolteront les fruits politiques lorsque les émissions baisseront et surtout, lorsque l'argent commencera à entrer dans les coffres de l'État. Il est tout de même question d'une somme évaluée à quelque 2,5 milliards à terme, en 2020, qui servira à financer les mesures de luttes contre les changements climatiques.

Mais rendons à César ce qui lui appartient: c'est bel et bien Jean Charest qui a décidé de foncer, dès 2008. Et ce, malgré la réticence d'Ottawa et des autres provinces canadiennes. L'Ontario, la Colombie-Britannique et la Saskatchewan ont toutes manifesté leur intérêt, mais jamais n'ont-elles eu le courage d'emboîter le pas et d'affronter les entreprises établies sur leur territoire.

Le geste était donc courageux, mais plus encore nécessaire. Car pour réduire les gaz à effet de serre pour la peine, il faut absolument leur fixer un prix, chose que ni Ottawa ni Washington ne sont prêts à faire.

Le Québec et la Californie sont donc précurseurs en lançant cette Bourse du carbone que l'on espère étendre éventuellement à tout le continent. Et surtout, ils agissent en gouvernements responsables.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer