Pistes cyclables: ceci n'est pas une voie de garage

Un camion de livraison bloque la piste cyclable... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

Un camion de livraison bloque la piste cyclable sur la rue Saint-Urbain.

Photo David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Immobiliser son véhicule dans une piste cyclable est illégal, mais les conducteurs montréalais ne s'en privent pas. La police de Toronto a pris les grands moyens pour s'attaquer à ce fléau, avec des résultats enviables.

Montréal ajoute des pistes cyclables pour permettre aux vélos de rouler en sécurité, mais ceux-ci doivent se jeter dans le trafic pour contourner les camions et autos qui s'y incrustent. Absurde ? Exaspérant, même !

À Toronto, le service de police a décidé d'appliquer une politique de tolérance zéro.

En juin, un agent de stationnement à vélo a été affecté à temps plein au respect des pistes cyclables, avec un double mandat : donner des amendes aux contrevenants et faire de la sensibilisation sur les réseaux sociaux. Lancée sous forme de projet pilote, l'initiative a connu un tel succès que la police a décidé d'y affecter deux autres agents à temps plein.

Non seulement la communauté cycliste a embarqué à 100 à l'heure, mais des délinquants de longue date ont commencé à respecter les voies cyclables. Le partage d'images sur le réseau Twitter a eu un effet appréciable.

Recevoir une amende de 150 $ (le montant prévu à la réglementation municipale de Toronto) ne fait plaisir à personne, mais de toute évidence, ça ne suffit pas. « L'éducation a changé le comportement d'entreprises qui, dans le passé, recevaient des constats d'infraction constamment sans que ça ait d'effet dissuasif », nous a indiqué l'officier responsable de l'application des règlements de stationnement, Brian Moniz.

Ce qu'il appelle diplomatiquement de « l'éducation » consiste à diffuser des photos des fautifs sur Twitter, accompagnées d'un commentaire critique ou grinçant.

Pour les conducteurs ne sachant pas qu'il est interdit de s'arrêter dans une voie réservée aux vélos (même brièvement, avec les feux de détresse activés, pour déposer un passager), c'est effectivement instructif. Mais pour une entreprise soucieuse de sa marque et de son image, il est surtout très embarrassant de voir un de ses véhicules dénoncé et raillé sur les réseaux sociaux, et même repris par les médias traditionnels.

Un camion orné du slogan « S'assurer que c'est sécuritaire » bloquant une piste cyclable, ça fait mauvais genre, surtout quand vous êtes un service de déchiquetage. Avec une formule comme : « Les bonnes choses viennent de Sysco », ce n'est pas glorieux non plus. Des services de taxi et certaines entreprises comme Coca-Cola et Pepsi se sont ainsi améliorées.

Ce qui est intéressant à Toronto, c'est que le problème a été largement pris au sérieux. Non seulement par les citoyens, qui interpellent les agents sur Twitter pour leur signaler des véhicules fautifs ou les féliciter d'avoir fait dégager leur trajet cyclable, mais par le maire lui-même. Lorsque l'agent Ashley a fait savoir que Postes Canada était le pire récalcitrant, que des chauffeurs lui répondaient qu'ils avaient le droit d'être là ou l'injuriaient, le maire a téléphoné à la société de la Couronne, qui a fini par envoyer une directive à ses employés.

Connaissez-vous quelqu'un qui ait reçu une amende pour cette infraction à Montréal ? Nous avons été surpris d'apprendre qu'il s'en était donné plus de 900 sur le territoire du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour les huit premiers mois de 2017, soit presque deux fois plus que dans toute l'année 2016. Et la pénalité n'est pas négligeable : avec les frais, ça monte à 169 $. Et pourtant, il suffit d'emprunter les pistes des quartiers centraux durant les heures ouvrables pour constater le peu d'effet dissuasif.

Sur une voie pourtant très fréquentée comme celle de la rue Saint-Urbain, il ne se passe pratiquement pas un matin sans qu'un camion de livraison prenne ses aises.

C'est particulièrement choquant sur les artères qui, comme celle-là, comptent plusieurs voies disponibles pour le trafic motorisé. Choisir de nuire aux vélos plutôt qu'aux autres véhicules montre à quel point les cyclistes sont encore considérés comme une quantité négligeable.

C'est une vision complètement dépassée de la circulation en ville, mais l'expérience de Toronto nous enseigne qu'à moins de s'y attaquer vigoureusement, ça ne changera pas.

Certes, il y a encore des chauffeurs qui s'arrêtent dans les voies réservées aux vélos dans la capitale ontarienne, mais il est devenu pas mal plus difficile de le faire en toute impunité. Et même si les comportements s'améliorent, la police assure qu'elle n'a pas l'intention de réduire le nombre d'agents qui y sont consacrés. Avec les kilomètres de pistes cyclables qui s'ajouteront au cours des prochaines années, elle envisagera plutôt d'augmenter le nombre d'agents pour les faire respecter. C'est une vision dont Montréal aurait intérêt à s'inspirer.

«« Choisir de nuire aux vélos plutôt qu'aux autres véhicules montre à quel point les cyclistes sont encore considérés comme une quantité négligeable. »»





publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer