Grand-père indigne

Joe Oliver a simplement livré le fond de... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Joe Oliver a simplement livré le fond de sa pensée, et son premier ministre ne voit aucun problème à se voir attribuer le rôle du grand-père inconséquent.

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après nous, le déluge. C'est le message que le ministre Joe Oliver envoie à tous les Canadiens inquiets de la pression grandissante que les comptes d'épargne libres d'impôt (CELI) exerceront sur les finances publiques. Une position à ne pas prendre à la légère.

Comme prévu, la somme annuelle pouvant être versée dans un CELI a considérablement augmenté avec le budget fédéral de mardi, passant de 5500$ à 10 000$. À la différence d'un REER, les profits réalisés à l'abri d'un CELI ne seront jamais imposables, et les retraits ne réduisent pas les prestations de la sécurité de la vieillesse ni le supplément de revenu garanti.

Pour les contribuables capables de dégager assez d'épargne, c'est un généreux cadeau. Pour les finances publiques, par contre, c'est une privation de revenus qui ira en s'aggravant.

«J'ai entendu dire que nous pourrions avoir un problème vers 2080. Pourquoi ne pas laisser la petite-fille du premier ministre le résoudre?», a suggéré le ministre des Finances en entrevue au réseau CBC.

Pourquoi 2080? Parce qu'à cette date, le CELI coûtera 10 fois plus cher aux gouvernements qu'aujourd'hui, a estimé le directeur parlementaire du budget (DPB) en février. Pas besoin de se projeter aussi loin: dans cinq ans, le coût de cette dépense fiscale pour Ottawa et les provinces aura doublé, prévoit le DPB.

N'allez pas croire qu'il s'agit d'une bévue. Joe Oliver a simplement livré le fond de sa pensée, et son premier ministre ne voit aucun problème à se voir attribuer le rôle du grand-père inconséquent. Le ministre des Finances a simplement balayé un argument absurde du revers, a indiqué Stephen Harper, en faisant valoir que les milliards épargnés par les Canadiens créeront de l'emploi et de la croissance.

Si ce gouvernement trouve absurde de se préoccuper des conséquences qu'auront ses décisions dans 65 ans, il ne faut pas s'étonner qu'il fasse si peu de cas des émissions de gaz à effets de serre.

La seule surprise, c'est qu'un ministre des Finances conservateur de 74 ans tienne un discours aussi éloigné de ce qui est considéré comme responsable en matière de finances publiques, c'est-à-dire se restreindre maintenant pour ne pas hypothéquer l'avenir des générations suivantes. Et ce faisant, ce n'est pas l'éventuelle petite-fille (encore à naître) de Stephen Harper qu'il envoie promener, mais les jeunes adultes d'aujourd'hui.

Le ministre Oliver est le premier à opposer aussi crûment les intérêts de deux générations. Il ne sera pas le dernier. À peine plus du tiers (39%) des 18-24 ans ont voté aux élections de 2011, alors que les trois quarts des 65-74 ans l'ont fait. Avec le vieillissement de la population, déshabiller les premiers pour habiller les seconds va devenir de plus en plus tentant pour les politiciens. Espérons que les citoyens sauront faire preuve de plus de vision et de solidarité entre les générations, et feront mentir ces sordides calculs âgistes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer