Sur deux roues, pas à pas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La nouvelle carte des pistes cyclables accessibles à l'année n'est pas d'une précision militaire, mais elle témoigne de la poussée inexorable du vélo à Montréal.

La carte de «voies accessibles 4 saisons», adoptée ce mois-ci, compte 260 km, soit presque 200 km de plus que le réseau blanc annoncé dans le plan de transport de 2008. En principe, elle représente les voies que les administrations se sont engagées à déneiger. Dans les faits, le nettoyage se fera à la mode de Montréal, c'est-à-dire sur plusieurs jours durant lesquels la neige pourra s'entasser et durcir. «Finalement, le réseau quatre saisons devient uniquement praticable lorsqu'il y a un redoux, parce que ça fond, ou après un chargement», a résumé François Croteau, maire de Rosemont-La Petite-Patrie, au dernier conseil municipal. L'élu de Projet Montréal pourrait difficilement être qualifié d'ennemi du vélo. Ses difficultés logistiques donnent une idée de ce qui attend les utilisateurs à la prochaine bordée.

Le climat n'est pas le seul frein aux ambitions cyclistes de la métropole. Son réseau routier conçu en fonction des véhicules à moteur recouvre des infrastructures d'âge canonique.

L'aménagement des voies cyclables doit donc coïncider avec les travaux d'égout, d'aqueduc et autres conduits, ce qui peut occasionner des délais ou des factures considérables. Les travaux qui ont permis de créer un lien entre les rues Bernard et Bellechasse, sur Saint-Laurent, ont coûté 4,8 millions de dollars... pour 200 mètres de chaussée. À ce prix-là, évidemment, on a plus qu'une piste cyclable. N'empêche, il faut trouver l'argent.

Même en ne comptant que l'aménagement cyclable, une simple chaussée désignée coûte aussi cher qu'une «vraie» piste bidirectionnelle. Là où les usagers ne voient que du marquage, il aura aussi fallu revoir les intersections et les feux, refaire le pavage, construire des saillies de trottoir et les verdir, expliquait récemment Katie Tremblay, ingénieure et chef d'équipe à la Ville à un colloque de l'Association québécoise des transports.

Le plan de transport visait 800 km cyclables d'ici la fin de 2015. On sera plutôt autour de 730 km, ce qui représente tout de même un gain de plus de 80% en sept ans. Ce n'est pas négligeable. Le BIXI, apparu durant la même période, a aussi contribué à rendre le vélo beaucoup plus présent dans nos rues. Or, comme l'a démontré le professeur Luis Miranda Moreno, de l'université McGill, la sécurité croît avec le nombre. Même si l'on compte plus de vélos (et donc d'accidents) là où il y a des aménagements, le risque individuel s'en trouve réduit.

L'utilisation de la piste Berri en février a augmenté de presque 50% en trois ans. Et on n'est pas en Scandinavie ici: il faut vraiment le vouloir pour rouler en hiver. Alors imaginez le reste de l'année. Montréal ne peut pas ignorer l'immense popularité du vélo. Elle doit accélérer l'expansion du réseau cyclable et ce, même si son déneigement laisse à désirer. Il n'y a qu'à voir le trafic sur les pistes l'été pour se convaincre de la nécessité d'en ajouter.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer