Bonne volonté demandée

On interpelle les entreprises, mais le succès de... (Photo archives La Presse)

Agrandir

On interpelle les entreprises, mais le succès de l'opération repose en grande partie sur les individus qui, au sein de ces organisations, coordonnent ces collectes.

Photo archives La Presse

Partager

Sur le même thème

Moisson Montréal ne manque pas (encore) de denrées. Ça pourrait toutefois arriver si les entreprises ne se manifestent pas pour les recueillir auprès de leurs employés.

L'organisme s'est fixé un objectif ambitieux cette année. Il voudrait qu'au moins 200 entreprises récoltent des aliments pour lui, soit un tiers de plus que l'an dernier. Sauf que pour l'instant, il est drôlement loin du compte. À trois semaines de Noël, 90 seulement se sont manifestées. À la même période l'an dernier, elles étaient déjà près de 150.

Ce n'est pourtant pas la mer à boire. Ce qu'on demande aux organisations, c'est un petit coup de pouce logistique: faire penser à leurs employés d'apporter des denrées non périssables, leur offrir un endroit où les déposer, les acheminer à Moisson Montréal. L'organisme fournit des affiches et des boîtes, et peut même aller chercher les aliments recueillis.

On interpelle les entreprises, mais le succès de l'opération repose en grande partie sur les individus qui, au sein de ces organisations, coordonnent ces collectes. Où sont ces gens de bonne volonté cette année? Sont-ils débordés de travail? Auraient-ils besoin d'aide ou, carrément, de relève? À moins que des patrons aient oublié d'assigner cette tâche...

Souhaitons qu'il s'agisse d'un simple retard et non d'un désengagement, car les besoins sont grands. Les quelque 200 organismes approvisionnés par Moisson Montréal desservent plus de 140 000 personnes. Plus de la moitié des ménages aidés sont des familles avec enfants.

La situation n'est pas désespérée. Une quarantaine de sociétés ont répondu à l'appel lancé par Moisson Montréal il y a 10 jours. Et il existe plusieurs façons de participer. Dans certains partys de bureau, par exemple, on demande aux employés d'apporter des denrées comme prix d'entrée. Plusieurs groupes musicaux profitent aussi de leur spectacle ou du lancement de leur album pour tenir une collecte.

On entendra beaucoup parler de la Grande Guignolée des médias cette semaine, particulièrement jeudi, alors que des bénévoles solliciteront la générosité du public au profit de trois organismes - Moisson Montréal, Jeunesse au Soleil et la Société Saint-Vincent-de-Paul. La Presse, comme tous les médias qui collaborent à cette journée, souhaite qu'elle soit la plus fructueuse possible.

Les entreprises et institutions qui participent à la campagne spécifique de Moisson Montréal n'en sont pas moins indispensables. Elles pourront continuer de recueillir des dons jusqu'au 22 décembre, ce qui aidera la banque alimentaire de faire des réserves pour le début de l'année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer