Grands Lacs: Trump nage contre le courant

Bon nombre de gens d'affaires et d'élus, au... (PHOTO FOURNIE PAR LA NASA)

Agrandir

Bon nombre de gens d'affaires et d'élus, au Canada comme aux États-Unis, savent que des Grands Lacs en bonne santé ont un effet sur «la vitalité et la compétitivité de l'économie régionale».

PHOTO FOURNIE PAR LA NASA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si la tendance se maintient, la hausse des dépenses militaires américaines réclamées par Donald Trump aura des impacts négatifs sur... le fleuve Saint-Laurent.

Expliquons-nous : le président américain a déjà indiqué que son budget - déposé aujourd'hui - va faire grimper le budget annuel du Pentagone de 54 milliards de dollars américains.

Où trouvera-t-il cet argent? Entre autres en réduisant les sommes consacrées à l'environnement. Selon divers médias américains, ce n'est pas avec un scalpel, mais bien avec une hache que l'administration Trump pratiquera des coupes dans le budget de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA).

Un climatosceptique, Scott Pruitt, a pris la tête de cette agence. Ce n'est pas un hasard. Tout indique qu'il se comportera en fossoyeur plus qu'en administrateur.

Mais revenons au fleuve Saint-Laurent. Ou plutôt à sa source : les Grands Lacs. Ils sont, semble-t-il, dans la ligne de mire de l'administration Trump. Selon un document ayant fuité, le budget alloué chaque année par Washington pour leur restauration serait réduit de 97%.

Vous avez bien lu : 97%. Il passerait de 300 millions de dollars américains par année à 10 millions.

Dans un monde où les faits alternatifs prévalent, Donald Trump est convaincu que la protection de l'environnement signifie mettre des bâtons dans les roues des entreprises, donc nuire à la création d'emplois.

Or, la réalité est nettement plus complexe. Il n'y a pas que des écolos qui sonnent l'alarme ces jours-ci quant à l'avenir de l'initiative américaine de restauration des Grands Lacs.

Bon nombre de gens d'affaires et d'élus, au Canada comme aux États-Unis, savent que des Grands Lacs en bonne santé ont un effet sur «la vitalité et la compétitivité de l'économie régionale». Les villes qui les bordent ont compris qu'en revitalisant leurs rives, elles peuvent, par exemple, relancer le développement immobilier et doper leur pouvoir d'attraction à l'égard des entreprises.

Les représentants du secteur des pêcheries ont aussi compris l'importance de l'assainissement des Grands Lacs. Ils en tirent des revenus de plus de 9 milliards canadiens par année.

Divers acteurs issus de ces milieux si différents ont formé une coalition l'an dernier. Ce sont eux qui ont souligné l'importance, pour l'économie, de la protection des cinq lacs situés à la frontière du Canada et des États-Unis.

Leur objectif était de convaincre Ottawa de mettre sur pied une initiative canadienne pour les Grands Lacs similaire à... celle que Donald Trump souhaite charcuter. Ce qui montre bien à quel point l'administration américaine fait fausse route.

D'ailleurs, des membres du Congrès américain - incluant plusieurs sénateurs -  se rebellent déjà. C'est crucial, car c'est le Congrès qui aura le dernier mot quant au financement de cette initiative.

Parmi ces membres : un sénateur républicain de l'Ohio, Rob Portman. En 2014, les habitants de Toledo, ville importante de son État, ont été privés d'eau potable en raison de la présence de cyanobactéries dans le lac Érié. Les 300 millions investis par Washington chaque année servent notamment à lutter contre des périls de ce genre qui guettent les Grands Lacs.

En attendant que se prononce le Congrès américain, la mobilisation doit se poursuivre. Tous ceux qui ont à coeur l'intérêt des communautés qui dépendent des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent doivent s'exprimer. Et ne pas hésiter à faire savoir à l'administration Trump que dans ce dossier, comme dans bien d'autres d'ailleurs, elle nage contre le courant.

***

LES GRANDS LACS

Eau : On y trouve près de 20% de l'eau douce de surface de la planète. Au Canada et aux États-Unis, 40 millions de personnes puisent leur eau potable dans ces cinq lacs et dans le fleuve Saint-Laurent. De tous les États américains et provinces canadiennes, neuf sont situés sur leurs rives.

Économie : La région du bassin des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent représente la «troisième plus grande économie régionale au monde, évaluée à 5800 milliards par année». Une économie qui aurait un lien avec le tiers des emplois au Canada et aux États-Unis (soit 55 millions).

Source : Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer