Qui a peur de Kaepernick ?

Colin Kaepernick est le joueur le plus détesté... (PHOTO HARRY HOW, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Colin Kaepernick est le joueur le plus détesté du football américain, selon un sondage publié cette semaine.

PHOTO HARRY HOW, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une fois n'est pas coutume. Permettez-nous de tester vos connaissances sur le sport le plus populaire aux États-Unis.

Première question : qui est, actuellement, le joueur le plus détesté du football américain ?

Colin Kaepernick, quart-arrière réserviste des 49ers de San Francisco, selon un sondage publié cette semaine.

Deuxième question : qui est le joueur qui jouit d'une telle admiration, en ce début de saison, que ses chandails sont les plus vendus dans la NFL ?

Colin Kaepernick.

Il est, vous l'aurez compris, à la fois adulé et critiqué.

L'athlète de 28 ans soulève les passions depuis qu'il manifeste silencieusement pendant la présentation de l'hymne national américain. Au départ, il restait assis. Maintenant, il pose simplement un genou au sol.

« Je ne vais pas me lever pour manifester ma fierté à l'égard du drapeau d'un pays qui opprime les Noirs et les gens de couleur », a-t-il dit pour expliquer son choix. Il a également énuméré les noms d'Afro-Américains tués pendant ou à la suite d'interventions policières controversées.

Se lever lorsque l'hymne national est joué avant le début d'une rencontre sportive n'est pas qu'une tradition aux États-Unis, c'est aussi perçu comme un geste hautement patriotique.

Le geste posé par Colin Kaepernick a donc fait la manchette. Et il a rapidement été imité. Plusieurs autres athlètes - et pas seulement des joueurs de football - manifestent dorénavant pendant l'hymne national américain.

Et c'est tant mieux.

La cause est noble et le moment est propice. Les injustices raciales demeurent flagrantes dans la société américaine. Plus le sujet demeure sur la sellette, plus les chances que ça change se multiplient.

Cette semaine encore, deux Afro-Américains ont été abattus par la police dans des circonstances troublantes et l'état d'urgence vient d'être décrété à Charlotte, en Caroline du Nord. Les forces policières et les autorités judiciaires, d'un bout à l'autre du pays, sont mûres pour un changement de culture et des réformes. Certaines ont déjà été mises de l'avant, mais il y a loin de la coupe aux lèvres.

D'où l'importance de continuer la sensibilisation et la mobilisation. D'où l'importance d'un geste comme celui de Colin Kaepernick.

Geste d'autant plus louable et courageux que le sport professionnel demeure avant tout du pur divertissement.

Les athlètes politisés ne sont pas nombreux et ne sont surtout pas encouragés. Ça devrait pourtant être l'inverse : ces vedettes disposent d'un grand pouvoir, qu'elles peuvent utiliser à bon escient.

Précisons par ailleurs qu'il ne fait pas que s'indigner. Il va remettre cette année un million à des groupes qui luttent contre les inégalités raciales.

Cela dit, de nombreux Américains ne décolèrent pas. Ils estiment que Colin Kaepernick a manqué de respect. Notamment aux militaires américains, car certains considèrent que l'hymne national les honore. Le joueur a même été invité à quitter le pays par... Donald Trump. Il a aussi reçu des menaces de mort.

« J'aime l'Amérique, a-t-il dit. Je veux contribuer à rendre l'Amérique meilleure », a répliqué le quart-arrière. Ce sont des gestes comme les siens, malgré ce qu'en pense le candidat républicain à la présidence, qui peuvent aider à refermer des plaies ouvertes depuis trop longtemps chez nos voisins du Sud.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer