Gagner aux dépens du Québec

Brad Wall... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Brad Wall

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Saskatchewan est le premier exportateur mondial de potasse. C'est probablement son plus haut fait d'armes. Sinon, cette province qui compte à peine plus de 1 million d'habitants joue, au pays, un rôle somme toute modeste.

Pourquoi, alors, devrait-on se soucier des élections qui viennent de s'y dérouler ?

La réponse tient en deux mots : Brad Wall. Il vient d'y être réélu avec plus de 60 % des suffrages, permettant à son parti (le Saskatchewan Party) de rafler 51 sièges sur 61.

Elle se justifie, par ailleurs, en deux temps : 

 - ce populaire politicien représente peut-être l'avenir du Parti conservateur du Canada ;

 - ce populiste au franc-parler a regrettablement décidé, ces derniers mois, de casser du sucre sur le dos du Québec pour faire des gains politiques dans son coin de pays.

C'est lui qui a alimenté, avec mépris et sarcasme, la grogne au Canada anglais à la suite de la décision de la Communauté métropolitaine de Montréal de s'opposer au projet d'oléoduc Énergie Est.

« Je suppose que les maires de la région de Montréal vont poliment retourner leur part des 10 milliards en péréquation reçus de l'Ouest », a-t-il notamment écrit, à la fin de janvier, sur Twitter.

Deux semaines plus tard, il récidivait en mettant en ligne sur Facebook une carte du pays avec les versements prévus pour chaque province en 2016-2017 en vertu de la péréquation. Une initiative fort peu subtile qui a provoqué - c'était visiblement l'objectif - une nouvelle vague de colère à l'égard du Québec sur les réseaux sociaux.

Une telle attitude n'a pas sa place chez un premier ministre provincial. Elle est encore plus déplorable lorsque ce dernier est un vieux routier de la politique canadienne (député depuis 1999) qui pourrait être tenté de se lancer dans la course à la direction du Parti conservateur fédéral.

De tous les premiers ministres provinciaux, Brad Wall est celui qui, chez lui, est actuellement le plus populaire. Et de tous les ténors conservateurs au pays, il est l'un des rares dont le nom semble susciter un engouement certain en tant que successeur potentiel de Stephen Harper. N'en déplaise à Maxime Bernier, qui lançait hier sa course à la direction du parti.

Les autres étoiles montantes conservatrices démontrent qu'elles ont appris des erreurs de Stephen Harper. Brian Pallister et Patrick Brown, respectivement au Manitoba et en Ontario, prônent généralement la modération et le dialogue.

La chef intérimaire du Parti conservateur fédéral, Rona Ambrose, a elle-même reconnu l'automne dernier qu'il était temps de mettre de côté le « ton méchant » trop souvent privilégié par sa formation politique sous Harper.

Brad Wall, qu'on a déjà surnommé « Harper lite », n'est visiblement pas sur la même longueur d'onde. Il n'est donc pas mûr pour devenir le chef d'un parti qui a besoin d'un politicien rassembleur et non d'un leader prêt à se mettre à dos une partie du pays pour plaire à l'autre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer