Madame America

M. Obama, qui avait battu Mme Clinton lors de la... (PHOTO MANUEL BALCE CENETA, ARCHIVES AP)

Agrandir

M. Obama, qui avait battu Mme Clinton lors de la primaire démocrate de 2008, a apporté samedi un soutien remarqué à l'ancienne sénatrice de New York.

PHOTO MANUEL BALCE CENETA, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse



Voici un extrait de la biographie d'Hillary Clinton, Madame America, écrite par notre éditorialiste Alexandre Sirois et le journaliste Richard Hétu.

Un village nommé Unity

Hillary Clinton et Barack Obama ont publiquement enterré la hache de guerre dans un village du New Hampshire au nom prédestiné : Unity.

Comme une majorité d'Américains, vous n'avez probablement jamais mis les pieds à Unity, au New Hampshire. Si ça se trouve, vous n'avez jamais, non plus, entendu parler de ce village. N'en soyez pas gênés. Il s'agit d'une localité de moins de 2000 habitants située en plein milieu de l'État (aussi bien dire au beau milieu de nulle part), à quelque 320 kilomètres de la capitale, Concord. La seule raison qui nous pousse à vous parler de ce village est qu'en 2008, il s'y est produit une coïncidence improbable, du genre de celles qu'on retrouve dans les romans de l'Américain Paul Auster. Dans ce petit village dont le nom fait référence à une querelle qui s'est réglée dans l'harmonie au XVIIIe siècle, Hillary Clinton et Barack Obama ont obtenu tous les deux 107 voix lors du vote tenu dans cet État au début de la course au leadership du Parti démocrate. Il n'en fallait pas plus pour que les conseillers d'Obama décident d'exploiter cette coïncidence à des fins politiques.

La campagne d'Hillary s'est officiellement terminée le 7 juin 2008 lorsqu'elle a annoncé publiquement qu'elle concédait la victoire à Barack Obama. La politicienne mettait fin ce jour-là à une lutte acrimonieuse qu'elle aura cherché à prolonger le plus longtemps possible, même si sa défaite ne faisait plus de doute.

Pour un monstre sacré comme Hillary, un tel événement se devait d'être mémorable.

Elle a donc réuni des milliers de partisans au National Building Museum, à Washington, édifice notable entre autres pour ses colonnes corinthiennes en marbre. Entre deux de ces immenses piliers se tenait fièrement la politicienne, au centre d'une véritable marée humaine.

Son discours a duré 28 minutes. Ce fut l'un des meilleurs de sa campagne. Et l'un des plus touchants. Elle a su souligner tant le soutien offert par les 18 millions de personnes qui ont voté pour elle lors de la course contre Barack Obama que le caractère historique de cette performance: jamais une femme n'a été aussi près d'occuper le poste de présidente des États-Unis.

« Bien que nous n'ayons pu briser cette fois-ci le plus haut et le plus résistant des plafonds de verre, il a reçu grâce à vous 18 millions de fissures, a-t-elle lancé. Et la lumière brille à travers lui comme elle ne l'a jamais fait, elle nous remplit tous d'un espoir et d'une certitude: le chemin sera un peu plus facile la prochaine fois. Telle a toujours été l'histoire du progrès en Amérique. »

Traduction: sa défaite aura néanmoins été une victoire pour les femmes aux États-Unis.

Même si elle a répété à plusieurs reprises lors du discours qu'elle soutenait dorénavant son rival, les plaies étaient béantes. Il en fallait plus pour convaincre l'ensemble de ses partisans (tout particulièrement ses partisanes) de soutenir Barack Obama du jour au lendemain. Le Parti démocrate avait besoin d'une meilleure façon d'unifier les deux camps. D'où l'idée de rassembler les deux ténors de la formation politique à Unity.

Ce jour-là, tout avait été minutieusement préparé. Quelque 6000 personnes ont été rassemblées dans un champ, près d'une école primaire, autour d'une tribune où sont apparus les deux anciens ennemis, de larges sourires éclairant leurs visages. Les organisateurs avaient distribué de nombreuses affiches brandies par les partisans sur lesquelles on lisait: «S'unir pour le changement». La chanson Beautiful Day du groupe U2 jouait à fond la caisse. Jusqu'au tailleur bleu poudre d'Hillary qui était assorti avec la cravate d'Obama.

Sur scène, c'était à s'y méprendre: les deux orateurs ressemblaient à des amis de longue date qui se retrouvent après s'être perdus de vue pendant des années. «Je sais que ce que nous commençons ici, dans ce champ, à Unity, va se terminer sur les marches du Capitole par la prestation de serment de Barack Obama», a prédit Hillary. L'unité manifestée ce jour-là et dans les mois suivants a très certainement contribué à l'ultime victoire d'Obama.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer