la liste:8316:liste;la boite:1457254:box

Un sujet d'actualité chaque jour. L'opinion des experts. Votre point de vue.

| Commenter Commentaires (71)

Quels changements devrait-on apporter à la charte?

La première ministre, Pauline Marois, et Bernard Drainville, ministre... (Photo Jacques Boissinot, La Presse canadienne)

Agrandir

La première ministre, Pauline Marois, et Bernard Drainville, ministre responsable des Institutions démocratiques, lors de la présentation du projet de charte des valeurs québécoises.

Photo Jacques Boissinot, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À la lumière des commentaires émis depuis le dévoilement du projet de charte des valeurs québécoises, le gouvernement Marois devrait-il le modifier pour en arriver à un consensus plus large chez les Québécois? Si oui, quels changements proposez-vous?

LE COMPROMIS DE LA CAQ

Michel Kelly-Gagnon

PDG de l'Institut économique de Montréal, il s'exprime à titre personnel.

Disons-le d'emblée, l'idée de vouloir codifier des «valeurs» me semble assez étrange, c'est le moins qu'on puisse dire. On peut codifier ou reconnaître des «droits», et cela a d'ailleurs été fait depuis longtemps. Mais même en mettant de côté cet aspect non négligeable du débat, ce qui est actuellement en train de se produire est absolument toxique pour l'image du Québec et ses relations économiques avec l'étranger. Pas plus tard que la semaine dernière, deux personnes du monde des affaires montréalais qui jouent un rôle important sur la scène internationale m'ont spontanément abordé dans un restaurant pour partager avec moi des anecdotes concrètes illustrant ceci. Mardi, j'ai donné une présentation au Vermont sur des sujets n'ayant aucun lien avec la charte des valeurs québécoises, mais les deux tiers de la période de questions ont quand même déraillé sur ce sujet, et ce sous un angle qui n'était nullement favorable au Québec. Bref, il faut trouver le moyen de se sortir de ce merdier, et ça urge! En ce sens, le compromis proposé par la CAQ de parler plutôt d'un «code vestimentaire» pour les employés de l'État québécois se trouvant en situation d'autorité évidente (ex. les policiers de la SQ) me semble acceptable.

À VISAGE DÉCOUVERT

Guy Ferland

Professeur de philosophie au Collège Lionel-Groulx de Sainte-Thérèse.

À la lumière des débats actuels sur la charte des valeurs québécoises, des consensus se dégagent. Le bât blesse seulement sur l'interdiction des signes religieux ostentatoires dans la fonction publique. Un compromis peut rapidement être trouvé en exigeant simplement que les services offerts et reçus le soient à visage découvert. Pour le reste, tout le monde s'accorde ou presque sur la laïcité et la neutralité de l'État et des institutions publiques, sur la réglementation des accommodements religieux à partir des balises dégagées par la commission Bouchard-Taylor et sur l'égalité des femmes et des hommes partout dans la province. Une charte « des valeurs québécoises » ne devrait pas prêcher de nouveaux dogmes, interdits ou principes intégristes intolérants à l'égard des religions. Les débats sur la charte des valeurs québécoises ont été, jusqu'à maintenant, civilisés et ouverts sans tomber dans la violence et la division irréparable. Ce qui montre le degré de maturité des Québécois et qui doit faire l'envie de bien des peuples sur la planète. Les débats sur la charte auront au moins eu le mérite de révéler, encore une fois après les référendums sur la souveraineté de la province, le caractère ouvert, tolérant et pacifique du peuple québécois.

Yolande Cohen... - image 4.0

Agrandir

Yolande Cohen

LA CHARTE N'A PAS DE RAISON D'ÊTRE

Yolande Cohen

Historienne à l'UQAM

La véritable levée de boucliers qui a accueilli les propositions de charte des valeurs du gouvernement Marois révèle les clivages durables et profonds qui traversent la société québécoise. Comme dans toute société complexe, les gens ont des opinions, des croyances et des valeurs différentes qui s'harmonisent plus ou moins dans un ensemble de règles et de droit communs. Ce qui ressort de ce débat, c'est la volonté réitérée d'affirmer publiquement et dans le droit, la neutralité de l'État et de ses commettants. La tentation de légiférer dans ses moindres détails les modalités de cette neutralité est une fausse bonne idée. Car au nom d'un principe, elle interfère dans l'espace privé et intime des convictions personnelles.

La charte des valeurs peut-elle nous garantir la neutralité de l'État ? Je ne le crois pas. L'histoire du XXe siècle occidental nous montre que seul un État de droit aux pouvoirs limités offre une garantie raisonnable contre les dérives autoritaires. C'est pourquoi je crois que cette Charte n'a pas sa raison d'être, et que les amendements ne changeront rien à la perception que les gens s'en sont fait, lors de ce débat houleux et parfois douloureux.

UNE APPROCHE PLUS GRADUELLE

Jean-Pierre Aubry

Économiste et fellow associé au CIRANO.

On le savait et on le constate présentement: les débats sur la place des religions dans la sphère publique soulèvent de vives réactions dans la population. La mise en place de nouvelles règles dans les administrations publiques et, de façon plus générale, dans la société, doit se faire progressivement si nous voulons éviter des brisures dans le tissu social, de même que l'exclusion et le départ d'individus qui sont une source de richesse pour la société québécoise. Je ne crois pas que l'approche du «big bang», qui va tout solutionner dans ce domaine pour des décennies, est optimale. Présentement, nous ne faisons pas face à une menace immédiate où il faut faire un virage brusque et où nous devons accepter des pertes collatérales. Je préfère une approche où on met fin à des abus, où on enlève des irritants majeurs et où on fait des gains au niveau du mieux vivre ensemble. Dans cinq ans ou dix ans, on pourra apporter d'autres correctifs en fonction de l'évolution de la société. Je suis d'accord avec le projet de rendre obligatoire le visage découvert lorsqu'on donne ou reçoit des services de l'État. Par contre, la neutralité de l'État ne nécessite pas que les employés de l'État cachent la religion qu'ils pratiquent.

POUR LA PAIX SOCIALE

Jean Baillargeon

Expert-conseil en communication stratégique et en gestion d'enjeux.

J'appuie le projet de charte des valeurs québécoises incluant d'éventuelles restrictions vestimentaires pour les fonctionnaires de l'État. Force est de constater que le message «rassembleur» du gouvernement du Québec ne passe pas, selon les derniers sondages. Tout le monde semble en faveur de la laïcité et de la neutralité de l'État, mais avec des contraintes minimales pour faire reconnaître ce principe. Comme le dit l'adage, «tout le monde veut aller au ciel, mais personne ne veut mourir». Je reviendrais donc aux propositions du rapport Bouchard-Taylor qui recommandaient que les fonctionnaires en autorité (juges, procureurs de la couronne, gardiens de prison, policiers) soient soumis à une neutralité exemplaire en termes de symboles religieux ostentatoires lorsqu'ils sont en fonction. Ce compromis me semble raisonnable afin d'éviter tout dérapage qui pourrait amener une détérioration de la paix sociale. La Coalition avenir Québec semble disposée à se rallier à une telle approche, ce qui permettrait au gouvernement du Québec de faire adopter rapidement un projet de loi sur cette question. Attendons les contestations judiciaires sur un tel projet de loi, provenant possiblement de partis politiques fédéraux afin d'évaluer si l'approche québécoise en matière d'accommodements raisonnables est jugé respectueuse de la charte canadienne des droits et libertés.

Stéphane Lévesque... - image 7.0

Agrandir

Stéphane Lévesque

MONTRÉAL OU LE RESTE DU QUÉBEC?

Stéphane Lévesque

Enseignant en français au secondaire à L'Assomption

Le projet de charte, tel qu'il est présenté en ce moment, a très peu de chances d'être adopté. Il est trop mou pour la moitié de la population du Québec et trop dur pour l'autre moitié. Le PQ devra faire un choix s'il désire faire passer sa charte du stade de projet au stade de loi. Il devra choisir entre Montréal et le reste du Québec, car il est là le clivage. On a vécu pendant des décennies avec une opposition linguistique au Québec. On parlait des deux solitudes. Le débat sur la charte a mis en lumière une nouvelle division sociale au Québec: celle-ci porte sur l'intégration et surtout l'assimilation des autres cultures à celle de la société d'accueil. Maka Koto a partagé publiquement cette semaine qu'il avait mis de côté son totem familial (une pièce de crâne de panthère) dans le but de s'intégrer plus harmonieusement à sa «nouvelle famille». On assiste à une situation similaire pour toutes les journalistes qui agissent en tant que correspondantes à l'étranger. Elles s'adaptent aux coutumes locales. C'est pourquoi elles se voilent même si elles ne sont pas musulmanes. C'est aussi pourquoi des députés non juifs se couvrent d'une kippa lors de visites de temples juifs. Ils s'adaptent. C'est ce que l'État exigerait de ses employés grâce à la charte.

OUVRIR LE DICTIONNAIRE

Nestor Turcotte

Retraité de l'enseignement collégial

Il faut ouvrir le dictionnaire pour mieux se comprendre. Le Petit Robert définit ainsi le mot laïcité: « Principe de séparation de la société civile et de la société religieuse, l'État n'exerçant aucun pouvoir religieux et les Églises aucun pouvoir politique.» Il est étonnant de savoir que le pape Nicolas 1er, élu en 858, avait tenu à préciser la distinction très nette entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel, «déniant à l'État le droit de s'immiscer dans les affaires de l'Église comme à l'Église celui de s'ingérer dans les domaines de l'État» (La véritable histoire des papes, p. 107). On pourrait l'invoquer comme le patron de la laïcité! Un État laïc est indépendant du pouvoir religieux, mais il n'est pas nécessairement neutre. Le philosophe Alain disait qu'il fallait connaître le christianisme pour comprendre la France. Il en est ainsi du Québec. Un État laïc pourrait faire donner un cours sur le christianisme pour que les gens comprennent la société dans laquelle ils vivent. La neutralité ajoute quelque chose. Le mot neutre vient du latin neuter, qui signifie «ni l'un ni l'autre». Un État neutre en matière religieuse ne favorise aucune religion, mais il n'en interdit aucune dans la mesure où elles respectent les lois de l'État et la morale. La religion est une liberté et non un droit. La Turquie est laïque, mais le pays est très religieux.

D'AUTRES PRIORITÉS

Jean Bottari

Préposé aux bénéficiaires

Le gouvernement Marois ne va pas encore assez loin avec son projet de charte. Quant à moi, il devrait aussi inclure une procédure de francisation des immigrants non francophones ainsi que des balises plus claires renforçant l'égalité entre les femmes et les hommes. Ceci dit, je crois que le moment est très mal choisi. Le gouvernement Marois devrait plutôt rétablir la confiance que doit normalement avoir le peuple envers l'Assemblée nationale et ses élus en s'attaquant aux problèmes plus urgents, comme l'économie ainsi que les réseaux de la santé et de l'éducation qui sont mal gérés et très mal organisés. La levée de boucliers engendrée par le débat sur cette charte mobilise toute l'énergie de nos élus, tous partis confondus, et ne fait qu'accroitre notre sentiment que nous ne sommes pas écoutés et que nos préoccupations sont loin d'être les mêmes que l'élite politicienne.

Le député caquiste de Granby, François Bonnardel.... (photo archives La Voix de l'Est) - image 10.0

Agrandir

Le député caquiste de Granby, François Bonnardel.

photo archives La Voix de l'Est

NOTRE PORTE DE SORTIE

François Bonnardel

Député de Granby pour la Coalition avenir Québec.

Le débat sur la charte est mal engagé. Il faut trouver une voie de sortie pour conclure ce débat dont certains éléments divisent profondément les Québécois. La Coalition avenir Québec a fait connaître sa position le 26 août. Nous avons présenté une position pondérée et responsable qui servirait les intérêts du Québec et des Québécois. Nous préconisons l'adoption d'une Charte de la laïcité qui reconnaîtrait la neutralité religieuse de l'État québécois dans le respect du passé judéo-chrétien du Québec. Nous pensons qu'aucune demande d'accommodement religieux ne devrait être acceptée si elle est incompatible avec le principe de l'égalité entre les hommes et les femmes.  Nous avançons que tous les employés de l'État doivent servir la population à visage découvert et que tout citoyen qui reçoit un service du gouvernement doit le faire aussi à visage découvert pour des raisons d'identification et de sécurité. Nous pensons qu'il serait possible et utile de s'entendre sur ces questions.

Notre position en est une de compromis. Un compromis qui repose sur quelques propositions sur lesquelles il serait possible de s'entendre. Nous pensons donc, qu'à part ces figures d'autorité, tous les autres employés de l'État devraient pouvoir exprimer librement leurs convictions religieuses.

Notre position est, nous semble-t-il, profondément québécoise. Nous espérons que le gouvernement donnera suite à la main que nous lui tendons.

LA TYRANNIE DE LA MAJORITÉ

Adrien Pouliot

Chef du Parti conservateur du Québec.

Ce n'est pas parce qu'il y a «consensus» qu'on devient autorisé à violer les droits et libertés fondamentaux des minorités. Au contraire, les chartes des droits existent justement pour prévenir la tyrannie de la majorité. La prohibition des signes religieux viole sans justification la liberté de religion et devrait être carrément abandonnée. Les autres dispositions de la charte sont redondantes (égalité homme-femme déjà énoncée dans deux chartes... ça en prend une troisième?) ou superflues parce que déjà établies en droit (neutralité et laïcité de l'État), ou elles pourraient tout simplement se retrouver dans un code vestimentaire (servir le client à visage découvert), une politique de relations avec la clientèle (pas de prosélytisme) ou un guide à l'intention des cadres de l'État (comment accorder des accommodements raisonnables). Concentrons-nous plutôt sur le vrai problème que représentent nos politiques québécoises d'immigration défaillantes et les critères de sélection des immigrants qui ont donné jusqu'à maintenant des résultats peu enviables: taux de chômage élevé chez les nouveaux arrivants; proportions épidémiques d'immigrants qui quittent le Québec après cinq ans; et manque de diversité dans le recrutement à cause d'une emphase démesurée sur la langue et trop faible sur les besoins de main-d'oeuvre du Québec.

Raymond Gravel... (Photothèque Le Soleil) - image 12.0

Agrandir

Raymond Gravel

Photothèque Le Soleil

JE VAIS SORTIR MA SOUTANE...

Raymond Gravel

Prêtre dans le diocèse de Joliette

Si le gouvernement Marois veut présenter une charte des valeurs québécoises, il doit abandonner l'interdiction de porter des signes religieux pour les employés de l'État. Personnellement, je suis souverainiste et péquiste et je n'accepterai jamais qu'on me dicte ce que je peux porter à mon travail ou dans mes loisirs. J'ai entendu le ministre Lisée dire que c'était l'État qui avait forcé les prêtres et les religieux(ses) du Québec à abandonner leur costume religieux. C'est complètement faux! C'est à la suite du Concile Vatican II que ces changements se sont faits graduellement et c'est en toute liberté que certains costumes religieux ont été enlevés ou modifiés pour une plus grande proximité avec les gens. Jamais, nous n'avons vu au Québec l'État dicter aux gens comment ils devaient s'habiller pour travailler. Si jamais le gouvernement ne modifie pas sa loi et qu'elle est adoptée tel quel, il y aura de la provocation et de l'exagération, car nombreux sont ceux qui refusent de se plier à une telle dictature. Dans ce  cas, je serai le premier à sortir ma soutane des boules à mites pour la porter dans mes fonctions d'aumônier des policiers et des pompiers...  

Partager

publicité

Commentaires (71)
    • Les intégristes musulmans : un danger potentiel
      Les intellectuels contre la Charte des valeurs se voilent les yeux sur le danger à moyen et long terme des intégristes musulmans au Québec et au Canada. Leur modus operandi dans les pays occidentaux, où ils s'installent, est toujours le même. Ils commencent en douceur, leurs demandes d'accommodements s'amplifiant. Le voile est un élément de leur stratégie. Ne fermons pas les yeux sur un bout de tissu qui n'est pas anodin, il représente un discours politique tout en signifiant l'infériorité et la soumission des femmes. Il faut rejeter tout ce qui pourrait être pris pour un symbole d'une quelconque complaisance envers l'Islam des intégristes. Si nous ne sommes pas vigilants, dans quelques décennies, ils infiltreront nos instances décisionnelles, forts de leur nombre. La France, la Belgique, l'Angleterre sont des exemples qui devraient nous guider dans notre choix.
      En 1974, à la tribune de l'ONU, le président de l'Algérie, Houari Boumedienne, a déclaré : « Un, jour, des millions d'hommes quitteront l'hémisphère sud pour aller dans l'hémisphère nord. Ils n'iront pas là-bas en tant qu'amis. Ils iront là-bas pour le conquérir. Ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C'est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire. »
      En 2006, Mouamar Kadhafi déclarait : « Sans épée, sans fusil, sans conquête, les 50 millions de musulmans en Europe la transformeront bientôt en continent musulman! » Ensuite, l'Amérique?
      La Charte des valeurs est rendue nécessaire dans la fonction publique et parapublique pour clamer haut et fort la neutralité de l'État, l'égalité homme-femme.
      Le gouvernement minoritaire devrait accepter la main tendue de la CAQ en faisant un compromis concernant les employées des CPE. Quant au crucifix à l'Assemblée nationale, si nous voulons être conséquents, il faudrait le déplacer d'endroit.

    • Il me semble que la charte comblera un besoin de déterminer des balises. Les discussions virulentes à son sujet témoigne de cet état. Aujourd'hui, une femme préposée aux prêts à la bibliothèque m'a servi avec diligence. Elle porte un voile coquet sur la tête. Elle me sourit. En tant que personne, elle est certainement compétente. Après réflexion, je ne suis pas d'accord à ce qu'elle porte un symbole de la soumission à son mari, qu'elle doiven cacher sa coiffure pour s'assurer que mes pulsions demeurent calmes, pourtant, c'est une convention de notre société de respecter les pairs.

      Je crois que cette charte est nécessaire, toutefois, elle pourrait être progressivement appliquée à la fonction publique et aux organismes financés par l'État. En ce qui concerne l'opposition de ces derniers, le gouvernement doit retirer le financement: un seul patron !
      Un calendrier de cette nature pourrait être établi:
      1. Les postes et charges de l'Était caractérisées par un pouvoir sur les citoyens. Un pouvoir sur les employés de l'État.
      2. Les secteurs plus consentant.
      3. Tous les organisme de l'État
      4. Les organismes privés financés par l'État.
      Il est important que la neutralité religieuse de l'État soit apparente jusqu'au employés de l'État. Il n'y a pas de demi-mesure.

    • La CAQ a raison. Pour le reste les gens feront bien ce qu'ils veulent. Si une femme aime être dégradée par une burka, présentons-lui un psy...à la ligne. L'État est proche de notre chambre à coucher et cela est dangereux. Ces péquistes aussi.
      Où sont leurs champions en économie????? Le chômage augmente.
      Vivement des élections qu'on débarque ces rêveurs!

    • - Changer le titre pour: Droit à la Neutralité de l'État.
      - Ne garder que l'obligation pour les employés de l'État de travailler "à visage découvert".
      - Incorporer le texte dans la Charte des Droits et Libertés du Québec.
      - Rappeler que l'État est neutre et ne favorise aucune religion et que chacun peut porter plainte si l'État ou un de ses agents favorise ou défavorise un citoyen à cause de sa religion soit à l'embauche soit dans la prestation de services.
      - Spécifier qu'aucun des droits incrits à la Charte n'a préséance sur un autre droit, sauf pour l'obligation de travailler à visage découvert.

    • Le crucifix devrait être décroché des murs du salon bleu de l'Assemblée nationale. L'argument patrimonial évoqué par la Première ministre ne tient pas. Le Fleurdelisé et sa croix blanche, lequel occupe la place d'honneur à la droite du président de l'Assemblée nationale, témoigne déjà éloquemment du rôle qu'a joué la religion catholique au Québec depuis plus de quatre cents ans maintenant.

    • Exclure le domaine de la santé. Pour le reste, s'il n'y a pas urgence, il y a prudence. Pour toute tâche administrative où le citoyen doit rencontrer un officiel du gouvernement, la neutralité s'impose. Si je suis un musulman chiite et que l'officiel que je rencontre et qui me refuse une allocation ou pension quelconque est un musulman visiblement sunnite, qu'es-ce que je vais penser. Ou hindou-sikh, irlandais catho vs protestant. Il y a plusieurs autres mixtes à haute tensions présents dans notre société. En Turquie, un iman, rabbin ou prêtre ne porte aucun signes religieux hors du lieu de son culte. C'est beaucoup plus radical que nous, pourtant, je n'ai vu personne protester devant les ambassades de ce pays où que ce soit sur la planète à ce sujet. Une étudiante qui porte le voile, doit l'enlever avant d'entrer dans l'enceinte de l'université. Les profs aussi bien sur. On a vanter cette société. C'est quoi le problème avec nous?
      Mais je ne peux m'empêcher d'imaginer qu'on aurait pas eu cette belle unanimité de réaction négative "coast to coast" si on l'avait appelé ça la charte de la laïcité plutôt que valeur québécoise. L'a t'on fait exprès?

    • Voici les changements que j'apporterait à la Charte:
      1) Je supprimerais tous les échappatoires que l'on s'apprète à permettre aux localités de la région de Montréal. Je ne veux pas d'un Québec à deux vitesses. La seule exception que je pourrais envisager: permettre le port de la kippa aux employés de l'Hôpital général juif.
      2) Enlever le crucifix du mur de l'Assemblée nationale car cet objet n'a rien de patrimonial. Jacques cartier a fait planter une croix à Gaspé et sur le Mont-Royal, pas un crucifix. Ce dernier a été installé à l'Assemblée nationale par Maurice Duplessis en 1936 pour démontrer que l'état provincial n'était en fait que le prolongement civil de l'autorité de l'Église catholique. C'était bien loin de l'affirmation de la laïcité, on en conviendra...
      3) J'étendrais l'interdiction des signes religieux ostentatoires pour les employés de l'état sur leurs lieux de travail à tout symbole politique suggérant la subordination à une idéologie quelconque, comme les brassards à croix gammée, les carrés rouges et les slogans syndicaux, par exemple.
      Pour finir, quelques remarques:
      1) Contrairement à Adrien Pouliot, porte-parole du minuscule Parti conservateur du Québec, je préfère de loin la dictature de la majorité à celle des minorités. La dictature de la majorité a un nom: LA DÉMOCRATIE! D'aileurs le terme même de "dictature de la majorité" est en soi un non-sens.
      2) Contrairement à ce que pense l'abbé Gravel, le port de la soutane pour un homme est le pendant masculin du port du voile chez la femme: un symbole ostentatoire de soumission. Libre à lui de la porter pour son ministère, du moment qu'il la laisse dans le placard s'il redevient député ou ministre.
      3) Contrairement à Yolande Cohen qui pense que la Charte n'a pas de raison d'être, c'est l'absence de Charte qui n'a pas de raison d'être car elle autorise par son silence complaisant tous les arbitraires, tous les abus et toutes les dérives.

    • Deux seuls changements:
      1. La Charte devra s'appliquer aux élus, à tous les niveaux de tous les gouvernements.
      2. Le droit "d'opting out" doit être suprimé.

    • Le projet de charte du PQ! Une autre patente des péquistes, que de l'improvisation, le tout mal ficellé. De vrais ti-counes qui tentent de passer leur projet en racontant des mensonges. Ils feraient n'importe quoi pour que les citoyens embarquent dans leur patente! La Marois, Drainville, Lisée des menteurs qui se foutent de nous. Dès qu'une personne s'objecte ils s'offusquent, ils sont tous insultés! Exemple Madame Mourani!!!!!!!!
      Des losers, des hypocrytes et au plus tôt des élections, pu capable des wouair!

    • Il faudrait garder ce qui fait consensus : des balises pour les accomodements, et affirmer les principes de la neutralité religieuse des institutions et de l'égalité hommes - femmes.
      Il faudrait enlever des institutions les signes religieux les plus ostentatoires : le crucifix à l'assemblée nationale, la prière dans les conseils municipaux et les privilèges fiscaux liés à la religion.
      Quant aux signes religieux pour les citoyens (employés de l'état ou non) il suffit d'exiger que toutes les démarches avec l'état et ses institutions se fassent à visage découvert et que les représentants de l'état ne fassent jamais de prosélytisme, qu'il soit politique ou religieux.

    • Il y a débat mais il n'y aura pas projet de loi de la charte tel quel car le PQ est minoritaire!!!!

    • Il faut aussi, il faut surtout interdire le port du voile islamiste, de la kippa et des turbans dans les écoles. Comme en France.
      Bernard Landry avait l'occasion de le faire en 2001. Il a raté son coup en permettant le port du voile alors que les Français l'interdisaient

    • Je me réjouis du travail de mon gouvernement en ce qui concerne particulièrement la Charte. On nous demande de participer à son succès en donnant notre opinion.
      À Mme Marois et à M. Drainville je dis: ne donnez pas raison à vos détracteurs. Vous voulez laïciser le Quebec, (ce à quoi je dis: bravo)faites-le sans complexe, sans bravade, mais sûrs de vous. Les Valeurs de votre charte sont accessibles à tous et excellentes pour notre paix future. J'y vois un seul bémol: le crucifix trônant dans l'assemblée serait déplacé pour faire taire ceux qui y voient un passe-droit. Pour moi, voyez-vous, le Christ trône dans mon coeur. Ce serait de démontrer à tous que les québécois tiennent vraiment à ce projet de société.

    • dibutatif...
      Pourquoi changer le nom de l'hôpital juif? Est-ce qu'on va débaptiser les rues et les villes St-Quelque-Chose? Va t-on arracher les croix de chemin, celle du Mont-Royal, celles coiffant les clochers, celles dans les cimetières?
      Il ne faudrait tout de même pas sombrer dans l'illogisme et l'extrémisme non plus! L'hôpital juif n'a jamais dérangé qui que ce soit, au contraire, c'est un excellent hôpital avec les meilleurs médecins. Toutes nos croix de chemin, tous nos clochers, tous les noms de rue et de ville font partie de notre histoire, ce serait ridicule par souci d'égalité de "virer fou" avec ça.
      Notre histoire. Je ne vois pas pourquoi on cracherait dessus pour ne pas froisser ceux à qui ont fait l'honneur de les accepter chez nous. Parce que c'est un honneur: beaucoup d'appelés mais peu d'élus. Qu'on nous respecte chez nous comme ils n'hésitent pas à se faire respecter chez eux.

    • Je suis très d'accord avec toi danyboy. Il faut que TOUT les citoyens se sentent traités de façon égale. Pas d'exception pour celui qui travaille dans une pour l'hôpital X ou dans la municipalité Y, et encore moins pour les députés qui apparemment pourront s'ils sont ministres porter des signes religieux !!

    • "Quels changements devrait-on apporter à la charte?"
      Premièrement la charte devrait être égal pour tous. C'est a dire soit permettre les signes religieux ou les interdire tous. sans aucune exception!

    • L'appellation même de "Hôpital général juif" est-elle contraire à la charte ? Sachant que ce n'est pas un Hôpital privé et que ses fonctionnaires sont payés par nos taxes !! J'ai pas de réponse mais je me pose la question quand même ...l'objectif de la charte étant la neutralité de l'état...non ?

    • N'avons nous pas tous un peu raison dans tout ce qui se dit et s'écrit? Le visage humain étant expressif et annonçant d'abord qui nous sommes ne devrait pas être caché dans une société comme la nôtre. Qui se ferait soigner avec sa cagoule? à moins d'être un grand brûlé. Qui peut entrer dans un commerce le visage entièrement caché? C'est cela qui accentue la différence et la crainte. Pourtant les nouveaux arrivants savent que notre société est libre et égalitaire. C'est justement la raison pour laquelle on choisit d'y vivre. La religion est libre et le pays se veut laïc. Pourquoi donc s'en prendre à un voile ou à un couvre chef? La menace n'est pas là. Elle se trouve dans la non acceptation de ce que nous sommes. Observez les enfants qui sont porteurs d'une grande leçon. Ils acceptent tous les amis peu importe leur croyance et leur religion mais n'iront jamais vers un visage couvert. Cela ne représente qu'une petite minorité qui gagnerait à s'adapter afin de vivre au Québec en protégeant la paix sociale qu'ils sont venus chercher. Accepter les différences devient alors une grande richesse, de leur côté aussi. Maintenir notre monde dans une ouverture qui n'offense personne l'est tout autant. Soyons vrais sans jamais baisser les bras pour un monde meilleur et choisissons de vraies batailles afin que tous soient traités avec équité et que le travail soit un priorité pour la dignité de tous. Se faire servir ou servir par une chevelure cachée, oui sans problème. Par un visage caché? jamais... Demeurons dans la prévention afin de mieux nous accepter. Les solutions drastiques n'ont jamais été favorables et l'histoire nous l'enseigne. Devenons un exemple pour la planète en soignant nos relations avec nos nouveaux arrivants et en les informant de l'inacceptable en société libre. Ils viennent ou reviennent parfois de loin... de très loin. S'ils désirent être compris cela ne signifie en rien qu'ils ne veulent pas comprendre. S'adapter c'est être heureux.

    • Je suis pour cette charte et j'espère que tous les Québécois aussi car c'est nos valeur qui compte et non celles des autre religions a travers le monde. Oui, les gens peuvent porter des signes religieux en dehors des écoles, des instituts Gouvernementale, des centres hospitaliers, etc... Mais il faut respecter cela pour que nous gardions nos valeurs pour nos enfants, qu'ils sachent et qu'ils est nos valeurs!

    • Bravo a toi loubia tu décris vraiment bien ce que bcp de québécois pensent ..et ce que je pense moi meme

    • Suite... Si on déterminait des balises pour encadrer les accommodements plutôt que de soumettre tous les gens aux impératifs religieux des autres, il n'y aurait pas eu tant d'absurdités commises. Apprendre à discerner à qui appartient le problème et dire non quand c'est nécessaire, serait beaucoup plus salutaire pour notre évolution sociale et notre mieux vivre ensemble.

    • De tout temps, des pouvoirs politiques, religieux ou culturels ont établi des règles pour contrôler des individus, en brimant leurs libertés. Présentement, au Canada, malgré nos efforts collectifs pour remettre aux gens la liberté usurpée, on a établi nos chartes canadiennes et québécoises; notre gouvernement québécois s'apprête à soustraire à un petit groupe, des droits laborieusement acquis depuis un moment déjà; droits dont nous sommes si fiers et qui font l'envie de bien des populations où on ne jouit pas des mêmes libertés. Pour ce justifier, on part du principe PEUT ÊTRE VRAI, PEUT-ÊTRE FAUX que le voile surtout, est synonyme de dépendance, de soumission et d'inégalité hommes-femmes. On part aussi du principe PEUT ÊTRE VRAI, PEUT-ÊTRE FAUX, que la population québécoise est faible et qu'il faut protéger son regard de tout signe religieux afin qu'elle ne rechute pas dans la dépendance religieuse de jadis.
      Personnellement, je crois que la liberté est un bien précieux qu'il ne faut pas sacrifier à des impératifs politiques obscurs: aucune étude n'a établi le sérieux des principes sur lesquels on s'appuie pour soustraire des droits à quiconque partage ma société. Ici, au Québec, on n'est pas en France, ni dans les pays d'où vient cette population religieuse visée. Pourquoi importer des problèmes d'ailleurs pour gérer une situation qui, jusqu'à hier, n'étaient pas tellement présents ici. Le plus grand problème qui fait consensus au Québec est celui des accommodements religieux, lesquels sont souvent synonyme de privilèges accordés aux gens pratiquant une religion: si le regard d'un certain groupe est choqué à la vue de ce qui se voit à travers les fenêtres d'un centre sportif, que ce groupe s'installe des stores chez lui. Si on déterminait des balises pour encadrer les accommodements plutôt que de soumettre tous les gens aux impératifs religieux des autres, il n'y aurait pas eu tant d'absurdités commises. Apprendre à discerner à qui appartient le problème et dire

    • Pourquoi ne pas faire appel au gros bon sens?
      Je veux bien que tous les employés de l'État, au nom des droits individuels, affichent tous les signes religieux qu'ils veulent bien arborer. En contrepartie, tous les usagers doivent avoir la capacité de refuser d'être servis par un employé dont le signe religieux ne leur convient pas. Car les usagers aussi ont des droits individuels.
      Alors, bien sûr, pour un même service, l'État devra prévoir des employés pour chacun des signes distinctifs et des employés sans signes pour les sans-religion. Il n'y aura alors plus de chômage au Québec mais bien plutôt une très grave pénurie de main d'oeuvre.
      Avec cette charte, il n'est pas question de restreindre d'aucune façon la liberté de religion.
      Tout simplement, l'État, dans tous ses aspects y compris ses employés, doit afficher la plus grande neutralité vis-à-vis toutes les religions.

    • "Il y a une énorme différence entre CHOISIR une valeur et SE LA FAIRE IMPOSER"
      En effet mais on se fait imposer celles des autres:
      Plus de porc dans les garderies et certains hôpitaux
      Local de prière dans certaines écoles et lieux de travail
      Cabane à sucre évacuée pour permettre à certains provocateurs de prier alors que n'importe qui qui a un minimum de connaissances en islam sait que prier sur un plancher sale est haram: interdit
      Vitres givrées
      Sapins de Noël disparus et changement de vocabulaire pour ne pas "offusquer" les autres, comme joyeux hiver au lieu de joyeux Noël
      $164,000 pour une seule commission scolaire qui a dû "accommoder" des profs d'autres religions qui exigeaient d'autres congés
      Refus de porter un UNIFORME (définition d'uniforme: tout pareil!) en sport ou au travail
      Père d'une fillette qui exige qu'on lui mette des bouchons dans les oreilles en classe pour qu'elle ne soit pas exposée, Ô horreur, à tout ce qui touche de près ou de loin aux festivités de Noël
      etc etc etc!
      1: le hijab N'EST PAS coranique, il est POLITIQUE
      2: les gens choisissent de venir vivre ici pour NOS valeurs justement. PERSONNE ne devrait avoir le droit d'y changer quoi que ce soit.
      Je suis persuadée à 100% que personne ne va partir du Québec et personne ne va cesser de rêver de venir s'y établir si on cesse de se conduire comme des moquettes. S'il y en a qui partent tout de même, ce sont des radicaux et j'estime qu'on a définitivement pas besoin de ça ici.
      Je serai à la manif dimanche 14h au Parc Emilie Gamelin

    • horizon 123 je suis entièrement en accord avec vous et avec StephaneChouinard dans le sens ou il aurait du avoir bcp plus de règlements avant qu'ils viennent s'installer ici au Québec on leurs arait du leurs dicté un mode de conduite bien avant la on se réveille ..............

    • Oui Morgan, je le sais mais crois moi que si c'était un cas d'accommodement d'un sikh ou d'un musulman ...Tu verras bien la presse se déchainer et Drainville monter aux barricades ...normal ils n'ont pas un bureau d'avocats pour les défendre ...Mais c'est pas grave. Enlever la signalisation routière pour une communauté avec le risque que ca comporte et le cout que ca engendre , c'est pas grave ...Un voile ou un turban c'est plus dangereux .......

    • @L.Moga : Contente de voir que vous avez lâché les majuscules. Cela dit, moi aussi j'ai lu le texte avant de m'en faire une tête. Revenez-en des « valeurs québécoises » : vous et moi savons que ce n'est qu'une nouillerie crée exprès afin de trouver un prétexte pour conserver le crucifix au Salon bleu (voir mon premier commentaire). D'ailleurs, les « valeurs québécoises » elles-mêmes n'ont rien de particulièrement épouvantable : neutralité religieuse de l'État; caractère laïque des institutions publiques; égalité hommes-femmes; patrimoine historique. Du beau texte marketing. Ce que je veux établir d'abord et avant tout, c'est la séparation nette et claire des religions et de l'État. Là est le n?ud, et rien d'autre.
      @Dibutatif : Êtes-vous au courant que la charte en est encore à l'état de proposition, et que la rédaction du projet de loi n'est même pas terminée?

    • Le 16 Septembre la signalisation routière des rues de cote-des-neiges a été modifiée a cause de la fête de Youm Kippour ( fête juive ). Même si elle touche a la sécurité des citoyens et même si elle comporte des coûts supplémentaires pour les citoyens. C'est drole que ni Mr Lisée ni Mr Drainville n'en ont parlé !! La charte est elle a géométrie variable ?

    • @C_Morgan "Êtes-vous au courant qu'écrire en majuscules équivaut à crier dans la nétiquette? Alors en plus d'aller lire le texte de la charte, je vous conseille d'aller aussi vous renseigner sur la politesse en ligne, que vous avez piétinée bien plus que moi."
      Il y a une très grande différence entre écrire un texte en majuscule et écrire un ou quelques mots pour en signifier l'importance. Pour ce qui concerne l'impolitesse, aucune raison ne la justifie... de plus, l'éducation (et non le savoir) ne se mesure pas en terme "d'être moins pire que" celui à qui on s'adresse. Le nivelage par le bas est une mesure qui ne fait pas de soi quelqu'un de très fier. Mais, vous n'êtes ni obligée de changer votre manière d'être si vous vous sentez au summum de votre performance, ni de me lire si vous percevez mes propos comme une attaque personnelle... là n'est pas mon intention et l'émotion que vous ressentez en lisant mon opinion vous appartient totalement. Alors, je ne veux prendre la responsabilité d'écrire de façon à vous éviter des réactions surprenantes pour ne pas dire déplacées.
      J'ai lu le projet de la charte des valeurs québécoises avant de me prononcer sur le sujet. En avec-vous fait autant car vous ne semblez pas faire la différence entre s'imposer soi-même des valeurs et se faire imposer des valeurs par d'autres (19 septembre 2013, 17h17) La liberté est une très grande richesse et il faut être en alerte pour que jamais, quelqu'un se permette de l'amoindrir.

    • @L.Moga : Êtes-vous au courant qu'écrire en majuscules équivaut à crier dans la nétiquette? Alors en plus d'aller lire le texte de la charte, je vous conseille d'aller aussi vous renseigner sur la politesse en ligne, que vous avez piétinée bien plus que moi.

    • Quels changements apporter ?
      Un seul: changer le parti au pouvoir.

    • Quels changements apporter? Interdire le port de signes religieux non-seulement pour les fonctionnaires mais aussi pour les citoyens qui requièrent des services de l'état donc : CPE, École primaire, École secondaire, CEGEP, Uninversité, CLSC, Hôpitaux, comptoire de la SAAQ, etc.
      La pratique religieuse c'est un peu comme la masturbation, vous y avez droit, seul ou entre adultes consentants, dans le confort de votre foyer et à l'abri des regards.

    • La question devrait plutôt être : une charte est-elle nécessaire?
      Égalité des chances pour tous. Voilà une valeur fondamentale à décréter au Québec.
      Dans le cas présent, une charte est injustifiable. L'unique consensus qui se dégage du présent débat c'est que des balises ou guides d'emploi en matière d'accommodements religieux seraient souhaitables afin de prévenir des dérapages comme il s'en est produit. Or, est-il nécessaire ou même souhaitable d'enchâsser un tel guide dans une charte? Absolument pas. Une charte est lourde de portée et difficile à ajuster à l'avenir. Quant à l'idée d'égalité homme femme, là encore si le principe fait consensus, le principe est difficilement adaptable dans une charte puisque nous sommes en présence d'un concept dont les modes d'interprétation sont infinies. D'ailleurs, il y a danger à placer uniquement l'accent sur l'égalité homme femme, une marotte très québécoise du nous-québécois. Parlons plutôt d'égalité des chances pour tous comme valeur fondamentale.
      Fernand Lavigne
      Montréal

    • Et moi j'ai hâte de voir le curé Gravel en soutane dans sa fonction d'aumonier des policiers allez porter réconfort à la policìère mulsulmane arborant un voile isalamique qui vient de se faire engueuler par un automobiliste juif ultrorthodoxe arborant kipa et tuti quanti sous le regard attentif de citoyens armés d'un kirpan témoins de la scène.
      Une belle tour de Babel en perspective.
      Politique mise à part, est-ce si difficile de simplement s'avouer que la neutralité des fonctionnaires est indispensable à la paix sociale.

    • Hier, nous avons appris que la présidente du Conseil du statut de la femme (CSF) juge opportun que son organisme étudie les effets d'une charte des valeurs québécoises qui interdirait le port de signes religieux ostentatoires dans les services publics, notamment le port du voile par les musulmanes. Or, l'étude devrait être commandée par le conseil de l'organisme auquel le gouvernement vient de nommer quatre personnes qui sont notoirement pro-charte. L'étude ne verra vraisemblablement pas le jour même si la possibilité de mise à pied de musulmanes refusant de ne pas porter le voile au travail ou leur incapacité d'accéder à certains emplois dans des institutions publiques paraît bien probable. Être mise au chômage ou être incapable d'occuper certains emplois contribuera probablement à la marginalisation sociale et à la dépendance financière des musulmanes. Or, n'est-ce pas ce que le CSF tente d'éviter à toutes les femmes, incluant les musulmanes. Si le gouvernement veut convaincre de sa bonne foi à l'égard de la condition féminine, il devrait indiquer clairement au CSF que, dans le cadre de ses consultations, il verrait d'un bon ?il que l'étude en question soit réalisée. Par ailleurs, l'on ne peut reprocher aux membres du CSF d'avoir des opinions sur certaines questions. Toutefois, les membres du conseil de l'organisme doivent éviter d'être ou de paraître en conflit d'intérêts. Par exemple, la présidente du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec est d'avis que le port de signes religieux devrait être interdit dans la fonction publique. Que fera-t-elle si une femme musulmane, membre du syndicat qu'elle dirige, dépose un grief pour contester son congédiement "administratif" pour avoir refusé d'enlever son voile au travail? Par ailleurs, en tant que membre du conseil du CSF, la dirigeante syndicale ne donnera-t-elle des conseils que sur mandat de son syndicat ou fera-t-elle valoir son opinion personnelle au détriment de celle de son syndicat?

    • Je trouve raisonnable qu'un fonctionnaire d'un état neutre se présente au travail avec des vêtements et ornements neutres. On interdit les signes d'appartenance politique ou syndicale mais on veut permettre les signes religieux. Pour ma part, je ne veux rien savoir des croyances religieuses ou politiques des fonctionnaires pendant leurs heures de service. J'ai hâte de voir Raymond Gravel en soutane et col romain comme invité de Radio-Canada, il pontifie fort bien. Le rire est bon pour la santé.

    • @C_Morgan "Allez donc lire le texte avant de parler à travers votre votre chapeau"
      Ah bon! Votre texte 19 septembre 2013 17h17 parlait de valeurs que des gens choisissaient LIBREMENT. Il y a une énorme différence entre CHOISIR une valeur et SE LA FAIRE IMPOSER, comme s'apprête à le faire la charte des valeurs québécoises. Les deux situations ne se comparent pas.
      L'interdiction de signes non religieux ne se situe pas au même niveau que le domaine religieux garanti par la charte des droits et libertés. Quand on traite avec le public, la neutralité est requise, il y a un décorum que l'on doit observer pour avoir le profil de l'emploi. Le langage vulgaire ne serait pas toléré non plus dans une salle de classe; je verrais mal quelqu'un en autorité, dans la fonction publique, apostropher un client avec un " allez donc lire le texte avant de parler à travers votre chapeau". Mais sur un blogue, LA BONNE ÉDUCATION n'est pas toujours la marque de commerce des usagers et on le tolère trop souvent.
      "Avez-vous déjà protesté contre cette injustice?" Oui. Quand des professeurs portaient le carré rouge sur leur lieu de travail, j'ai parlé de la NEUTRALITÉ POLITIQUE requise pour la fonction occupée. Je me suis indigné que ces gens fassent fi de leurs obligations et qu'elles n'en subissent aucune conséquence.
      "Avez-vous crié à la censure et à l'exclusion? Alors calmez-vous avant de prendre le maquis, l'Inquisition espagnole n'est pas près de renaître." Qu'en savez-vous de mes interventions? Au nom DE QUEL DROIT vous croyez-vous autorisé à utiliser un tel ton pour répondre à mon intervention? LA POLITESSE ET LE RESPECT, vous connaissez?

    • et oui on est comme ça nous les Québécois on attend les malheurs avant d'agir ... Bien moi j'ai décidé d'agir avant en vous invitant d'aller voir cette vidéo : (La France vue par la télé russe (VOSTF) - YouTube) attendez vous d'être rendu la avant d'agir pensez y et réveillez vous avant qu'il soit trop tard .........encore un fois je vous félicite Mme Marois de voir venir les coups ;)

    • moi je suis pour sauf pour la croix ,. pourquoi a t'on enlever la religion dans les écoles .... les catholique on peut leurs enlever le droit d'apprendre la religion comme c'était avant, mais ca fait plus de 400 ans que c'est catholique ici !! mais les catholique ça c'est pas grave mais on touche pas au musulmans ???????? mes enfants pour pouvoir pratiquer leur religion on du suivre la religion dans des cours privé a l'extérieur de l'école ... on s'entend tu pour dire que c'était pas aussi plaisant que de suivre des cours de dance... ils avaient l'impression de faire du temps supplémentaire a l'extérieur des mur de l'école ... pour ma part je voie mal que le fait qu'une femme voilé enseigne a mes enfants ... pcq ça serait comme leurs dire regarde toi tu as pas le droit de apprendre ta religion ou tu devrais l'apprendre et moi je pratique la mienne dans ta face ... asser insultant !!! Je dit que tout devrait revenir comme avant on enseigne la religion a l'école et ceux qu'il ne veule pas pratiquer cette religion bien il sortirait du cours pour faire une autre activité ... On est chez nous ici ... et ils savaient que le Québec est catholique et ils on fait le choix de s'installer ici quand même bien qu'ils assume leurs choix on leur a pas tordu un bras pour qu,ils viennent installer ici bien qu'ils assumes point final !! jai rien contre les autres religions mais la assé c'est assé on lui a faits une place mais la ils veulent tout la place ....on se laissera pas tassé comme ça bravo Pauline !!

    • Moi je dit tout d'abord bravo pauline !!! Il a rien a changer sur la charte sauf le point suivant ... la croix .. on doit préserver notre patrimoine ... pourquoi a t'on enlever la religion dans les écoles .... les catholique on peut leurs enlever le droit d'apprendre la religion comme c'était avant, mais ca fait plus de 400 ans que c'est catholique ici !! mais les catholique ça c'est pas grave mais on touche pas au musulmans ???????? mes enfants pour pouvoir pratiquer leur religion on du suivre la religion dans des cours privé a l'extérieur de l'école ... on s'entend tu pour dire que c'était pas aussi plaisant que de suivre des cours de dance... ils avaient l'impression de faire du temps supplémentaire a l'extérieur des mur de l'école ... pour ma part je voie mal que le fait qu'une femme voilé enseigne a mes enfants ... pcq ça serait comme leurs dire regarde toi tu as pas le droit de apprendre ta religion ou tu devrais l'apprendre et moi je pratique la mienne dans ta face ... asser insultant !!! Je dit que tout devrait revenir comme avant on enseigne la religion a l'école et ceux qu'il ne veule pas pratiquer cette religion bien il sortirait du cours pour faire une autre activité ... On est chez nous ici ... et ils savaient que le Québec est catholique et ils on fait le choix de s'installer ici quand même bien qu'ils assume leurs choix on leur a pas tordu un bras pour qu,ils viennent installer ici bien qu'ils assumes point final !! Jai rien contre les autres religions mais assé c'est assé on leurs a fait un place et la ils veulent toute la place ...

    • @L.Moga : Allez donc lire le texte avant de parler à travers votre votre chapeau. Au-delà du titre maladroit de « valeurs québécoises » (une nouillerie créée dans le seul but de garder ce crucifix à l'Assemblée nationale), le seul point qui ne fait pas l'unanimité concerne le port de signes religieux dans les secteurs public et parapublic.
      Et le port des signes non religieux est déjà interdit dans les bureaux de gouvernement. Avez-vous déjà protesté contre cette injustice? Avez-vous crié à la censure et à l'exclusion? Non? Alors calmez-vous avant de prendre le maquis, l'Inquisition espagnole n'est pas près de renaître.

    • @C_Morgan " Parlant de valeurs profondes, soulignons que nombre de personnes changent d'emploi pour justement s'offrir une vie plus conforme à leurs valeurs. Ils veulent travailler moins, passer plus de temps avec leurs enfants, vivre à la campagne, ne plus être obligés de faire des compromis avec leur éthique, s'exprimer plus librement, etc. Ils acceptent souvent une diminution de revenus pour obtenir une vie plus conforme à leurs valeurs."
      Ces choix sont personnels et volontaires, personne ne leur impose, leur liberté n'est pas brimée par une obligation "OSTENTATOIRE" du gouvernement. Une valeur ne s'impose pas. Quand un gouvernement dicte une qualité morale ou intellectuelle (valeur), il entre dans un espace personnel, c'est une atteinte à la liberté, c'est une dictature. Aujourd'hui, on s'attaque aux signes religieux ostentatoires pour un petit groupe , demain ce sera quel droit individuel pour vous ou moi qui sera pris d'assaut. Heureusement, la charte canadienne des droits et libertés est là pour nous protéger.

    • autoriser le port du Hijab, MAIS! interdire le port du Niqab et du kirpan en public au Québec.

    • On devrait aller en Allemagne en stage et voir comment ils ont fait pour régler cela. Entre autre tout immigrant qui a un dossier criminel, bien simple, dehors. Ainsi il sauve beaucoup de $$$. Québec réveillez vous une fois pour toute. J'ai 62 ans et j'aimerais savoir avant ma mort que cette question soit régler. Et aussi cessez donc de mettre des lois sur tout. Un simple non N O N et voilà. Portez de vos pantalons Mrs les Bourgeois politiciens.

    • Parlant de valeurs profondes, soulignons que nombre de personnes changent d'emploi pour justement s'offrir une vie plus conforme à leurs valeurs. Ils veulent travailler moins, passer plus de temps avec leurs enfants, vivre à la campagne, ne plus être obligés de faire des compromis avec leur éthique, s'exprimer plus librement, etc. Ils acceptent souvent une diminution de revenus pour obtenir une vie plus conforme à leurs valeurs.
      Alors s'il est vrai, comme il est souvent dit, que seule une minorité de minorité porte des symboles ostentatoires, cette minorité de minorité doit comprendre que ses choix de vie comportent leur part de conséquences. La religion n'a pas le monopole des valeurs, et les valeurs comportent souvent des choix.

    • @dave21 : Je vous concède un point, celui du crucifix, qui enlève beaucoup de crédibilité au PQ.
      Par contre, permettre le port de signes religieux, mais pas non religieux enlève aussi de la crédibilité. Cette hiérarchisation du religieux sur le non religieux est une des injustices les plus flagrantes en matière de liberté d'expression et d'équité dans l'application des lois et règlements.
      Par ailleurs, ne soyez pas pas dupe du motif de « pratique religieuse » : il y a une réelle volonté d'affichage dans cette obstination à vouloir permettre aux signes religieux ce qui est interdit aux signes non religieux.
      Si ce n'était qu'une pratique religieuse, les croyants accepteraient de faire des compromis. Plusieurs en font, d'ailleurs. De nombreux Sikhs portent une réplique de kirpan en plastique ou sous forme de pendentif. Monty Panesar, un criketteur sikh de renommée internationale, a remplacé son turban par un bandana à sa façon afin de porter le casque réglementaire par-dessus.
      Sauf qu'ici, nous avons affaire à des orthodoxes qui ne sont ouvert à aucun compromis. Aucun. Leur religion passera toujours au-dessus de la vie en société. Ils se moquent radicalement du malaise qu'ils suscitent en apportant un couteau à l'école. Même la fonctionnaire en hijab se moquera du malaise qu'elle suscite en servant une citoyenne d'origine maghrébine qui a fui son pays parce qu'elle ne voulait être obligée de porter ce même hijab sous peine de perdre la vie.
      Vous comprenez pourquoi nous avons tant besoin de la neutralité des représentants de l'État? Parce qu'ils servent d'abord et avant tout les citoyens. C'est pourquoi ils sont tenus à la neutralité politique et idéologique, à laquelle doit s'ajouter la neutralité religieuse.
      Quant au crucifix, il finira par tomber de lui-même. Si ce n'était de la résurgence des tensions interreligieuses, il aurait déjà été remplacé par un autre symbole.

    • Si l'État doit être laïque en tout temps, les INDIVIDUS eux ont le droit d'être croyants en tout temps et ce même si ça implique la port d'un signe relgieux. On est pas croyant seulement 16 heure sur 24 pendant 5 jours et les deux autres jours 24/24 ! De toute façon ce projet de charte de la tromperie ne passera pas. Et même s'il devait être voté à l'Assemblée nationale, il ne passera pas l'épreuve des tribunaux. Que de gaspillage d'énergie et de $$ en frais d'avocats pour revenir à la case départ. Bof ! Quand c'est l'argent du bon peuple....

    • Désolé pour la fin coupée de mon message précédent. Je parlais des deux "entorses"suivantes à la laïcité:
      1) Une politique permettant à tous les individus de porter des signes religieux au travail, quelle que soit leur religion; ou
      2) Une symbolique qui montre que l'État reconnaît au christianisme le statut de religion domainante.
      Personellement, je ne considère pas que le premier contrevienne à la laïcité, mais je vais me mettre dans la peau de quelqu'un qui serait pour une laïcité stricte.
      Pour cette personne, ce n'est pas assez de dire qu'elle est contre les deux. En fait, si on est pour une laïcité intégrale, on ne peut que concéder que (2) donne beaucoup plus l'apparence que l'État donne sa caution à une religion particulière.
      Dans ces conditions, est-ce que c'est même moral de s'acharner sur les individus qui portent un signe religieux - principalement des membres de minorités qui font déjà face à énormément de discrimination dans la société, ne serait-ce que pour la couleur de leur peau - alors qu'on laisse intacte une violation bien pire de la laïcité, et qui officialise en quelque sorte la religion du groupe dominant?
      Je pense qu'il est carrément immoral pour un partisan de la laïcité stricte d'accepter ce compromis hypocrite et préjudiciable pour les minorités, sous prétexte qu'un tiens vaudrait mieux que deux tu l'auras.

    • https://www.facebook.com/photo.php?fbid=523223321081573

    • Si la charte ne passe pas, bientot c'est nous petit Québécois et Québecoises, qui porterons le voile,le nikab, la galabeya et la grande barbe, etc... il est temps de se prendre en main.
      Merci Mme Marois d'avoir le courage de mettre de l'ordre dans notre Province.

    • @C_Morgan
      La comparaison entre la religion et les convictions politiques est une fausse analogie.
      Par exemple, si je suis végétarien (pour des raisons éthiques) et je porte une épinglette en faveur du végétarisme, il serait acceptable qu'on me dise de l'enlever. Par contre, si on m'oblige à manger de la viande, c'est inacceptable, car j'irais contre mes principes.
      Or il est admis par tous que les prescriptions vestimentaires sont un aspect obligatoire de certaines traditions religieuses. Si une femme considère avoir envers Dieu un devoir de modestie, quel sens cela aurait de dire que le devoir s'applique 16 heures sur 24? Ne pas porter ces vêtements veut dire en soi aller contre ses principes moraux et religieux, et qui font partie de l'identité même des gens. Suivre ces principes est davantage comparable au fait de ne pas manger de viande qu'au fait de porter une épinglette du PQ ou en faveur du végétarisme.
      Or dès qu'on demande à quelqu'un d'aller contre ses principes moraux ou éthiques les plus chers, il faut avoir de très bonnes raisons. Il incombe donc au gouvernement de faire la preuve de la nécessité. Il faut donc démontrer que la neutralité des fonctionnaires serait compromise, ce qu'il n'a pas fait.
      D'ailleurs, je vois que vous êtes partisan d'une laïcité int;egrale, en enlevant le crucifix par exemple et, j'imagine, en interdisant les prières dans les séances législatives, etc. Si vous pensez au sens profond de la laïcité, c'est de garantir que l'État ne favorise pas une religion par rapport à une autre, afin de garantir l'égalité de tous. Alors qu'est-ce qui est plus dommageable pour l'apparence de neutralité de l'État:
      1) Une politique permettant à tous les individus de porter des signes religieux au travail; ou
      2) Une symbolique qui montre que l'État reconnaît au christianisme le statut de religion domainante?
      Ce nést pas assez de dire q

    • Surprise quand même que des valeurs puissent s'inscrire dans une charte! Un gouvernement peut-il prétendre mieux GÉRER des qualités morales et intellectuelles d'individus que de gérer les finances. J'ai la nette impression que de s'immiscer dans un domaine aussi personnel que des qualités laisse une porte ouverte à d'autres formes D'INGÉRENCE qui sont susceptibles de réduire nos libertés... mes valeurs ne sont pas différentes de celles de mes voisins du Canada et je ne supporterais pas d'être contrainte à développer telle attitude pour être reconnue par la société distingue. Le gouvernement a tellement de pouvoir sur mes biens, je ne veux pas qu'il en prenne plus sur mon esprit et mon âme. Serait-ce la méthode assurée pour verser dans le totalitarisme.

    • Demeure tel quel, aucun changement. On pourrais facilement se tromper à la descente de l'avion en voyant tout ce monde avec leur Christ de mouchoir sur la tête et aussi les hommes avec leur robe de plus en plus. Vraiment une vraie farce et je crois qu'il nous provoque et de façon volontaire. Ce n'est pas à nous à s'ajuster à eux. Les noirs et les italiens et autre, nous n'avons pas eu de problèmes avec eux à l'époque. S'ils veulent travailler, on enlève et ça presse ou quelqu'un d'autre peut prendre leur place et ce ne sera pas dure de faire leur "Job".

    • Je garderais la charte telle qu'elle est. sans droit de retrait de 5 ans.
      @peac3, préparez-vous à un raz-de-marée CAQ, les libéraux sont sous l'oeil du microscope de UPAC. Je suis leur prochaine descente aux enfers avec grand intérêt.
      Bravo John-James Charest et Nathalie "C'est Céline" Normandeau et bien sûr l'ineffable Tony Tomassi.

    • Je tiens à mentionner que les mesures proposées par le gouvernement Marois dans le projet de Charte des valeurs québécoises, à propos des signes religieux ostentatoires, ne s'adressent absolument pas à ce que les gens portent comme vêtements dans la rue et à l'extérieur de leurs fonctions reliées à l'État.
      J'entends des gens, nombreux, qui ont par erreur compris que par exemple, le voile islamique serait interdit dans la rue, dans les magasins, etc. ce qui est faux.

    • Les lois sont là pour AMÉLIORER la vie commune. Par exemple, quand j'étais toute petite, les feux rouges, verts et jaunes au coin des rues n'existaient pas. Quand cela a été promulgué et adopté, cela a été une bénédiction, puisque cela a facilité la circulation routière par rapport à ce qui existait auparavant.
      La charte, elle, semble nous rendre la vie plus difficile !!! Trouvez l'erreur. Je pense aux incidents regrettables comme celui qui est arrivé à Maria Mourani ou à celui du fils d'une femme de la ville de Québec qui s'est fait cracher à la figure parce que sa mère portait un foulard. Nos élus péquistes aimeraient-ils vivre de telles choses ? Aimeraient-ils être à la place des travailleurs qui risquent de ne plus avoir d'emploi parce que leur entreprise aura perdu des contrats internationaux à cause de la fausse image de racisme qui est véhiculée dans le monde ? Et ces choses déplorables risquent de se multiplier !!!
      On n'a qu'une vie à vivre. Pourrait-on avoir un peu de plaisir au lieu d'accumuler les désagréments inutiles et fabriqués de toutes pièces ? La zizanie, on n'en veut pas ! Avant de présenter un projet de loi, chers élus, pensez-y plus longtemps pour minimiser les impacts négatifs. Désolée, mais ça fait dur.
      Je suis d'accord avec le fait de mettre des balises en ce qui a trait aux accommodements raisonnables, mais il ne faudrait pas diminuer les abus pour les remplacer par d'autres qui nous feront la vie exécrable et qui amèneront des mises à pied massives autant du côté des immigrants que de celui des autres Québécois.
      S'il faut que la province y laisse des plumes pour rien, il serait temps d'avoir des élections.

    • je suis en faveur de la charte, mais le permis d'exemption pour 5 ans ne devrait pas être renouvelable.

    • @dave21 : Votre raisonnement ne tient pas compte des convictions non religieuses, pourtant très fortes et très profondes. Or, aucune de ces convictions ne peut être affichée par un fonctionnaire parce qu'elles n'incluent pas de dieu.
      Si jamais un fonctionnaire est éc?uré d'entendre des remarques homophobes de la part de collègues ou de clients, peut-il porter l'arc-en-ciel LGBT pour lutter contre l'homophobie, au même titre qu'un Sikh peut porter un kirpan comme symbole de lutte contre l'oppression et l'injustice? Pourquoi un fonctionnaire est-il soumis à la neutralité politique et idéologique, mais pas religieuse?
      Le débat sur la charte ne porte pas sur le « eux vs. nous »; il remet en question les privilèges accordés au nom du religieux, autant en matière de liberté d'expression que d'accommodements. Tant et aussi longtemps que nous procrastinerons sur la question, la marmite sautera de temps à autre.
      Pour conclure, il ne s'agit pas de savoir si les religions « discrètes » sont plus neutres que les religions « non discrètes », mais d'appliquer le même principe à toutes les convictions, religieuses ou non.
      @vec0203 : Ne vous inquiétez pas des réactions à l'étranger. Lisez les journaux européens et vous vous rendrez compte aussi que des débats similaires éclatent régulièrement en Europe. En ce moment, en Grande-Bretagne, les politiciens sont trop occupés à discuter de la pertinence d'interdire le niqab dans les écoles pour s'occuper de ce qui se passe ici. Même dans les médias sociaux du Canada anglais, les avis sont partagés.
      En fait, la seule chose de ce projet qui donne réellement l'air fou au Québec est le maintien du crucifix à l'AN. Ça envoie un message du type « j'interdis toutes vos religions dans mes bureaux, mais je garde la mienne. » Évidemment, ça provoque des accusations d'hypocrisie bien méritées.

    • S'il faut absolument l'écrire dans un texte fondamental, inscrivons dans la Charte des droits et libertés de la personne du Québec que l'état québécois est laïc, ce qui fournira une base juridique qui aura une forte portée interprétative. Recevoir et donner des services à visage découvert peut aussi être une balise juridique de base pour les juristes. Nous n'avons pas besoin d'aller plus loin. On ne peut citer un seul cas où la neutralité de l'état aurait été vraiment remise en cause par une personne au service du public parce qu'elle affichait son appartenance religieuse. Dans tous les services publics, il y a très peu de personnes qui portent un signe religieux au travail. IL n'y a pas de problème à régler de ce côté-là. La baisse de la pratique religieuse catholique au Québec n'a pas été causée par la mise à l'écart des pratiquants dans les institutions publiques mais par les abus des ecclésiastiques qui ont fait prendre conscience à la population qu'elle se faisait carrément abuser. Sans le bon exemple et la sincérité des autorités religieuses, la foi des fidèles s'étiole. Laisser les pratiquants manifester leur appartenance religieuse ne constitue pas une menace dans la mesure où les actes posés dans le service public respectent la neutralité ou la laïcité des institutions publiques. Au Québec, la religion catholique est en déclin et il en sera de même pour toutes les religions, y compris la religion musulmane dont certains enseignements et certaines pratiques sont aussi abusives que celles des autres religions. Les femmes musulmanes, sans contrainte, abandonneront graduellement le foulard, tournant définitivement le dos à une religion qui sert d'abord la cause des hommes. Aujourd'hui, ces femmes ont simplement besoin qu'on les considère comme des êtres humains à part entière. Le reste du chemin vers la "laïcité intime", elles le feront aussi bien que l'on fait les femmes catholiques. Dans une génération ou deux, les mosquées organiseront des bingos pour vivre!

    • Je suis contre le compromis de la CAQ, de QS, du Bloc (anciennement) et de la Commission Bouchard-Taylor qui consiste à interdire les signes religieux aux policiers, etc. (Sans parler de la position totalement injustifiée de la CAQ sur les enseignants.)
      Je trouve important que l'État réaffirme le principe que les signes religieux ne disent rien sur la neutralité d'un fonctionnaire. On entend souvent dire qu'un musulman pourrait se méfier d'un policier juif, ou vice-versa, par exemple.
      Or le fait de porter un signe n'a rien à voir. Tout le monde a des croyances personnelles, et certains une religion. On ne cesse pas d'être qui on est du fait qu'on travaille comme policier. Si l'État prétend que le musulman aurait raison de se méfier d'un juif portant une kippa, est-ce qu'il n'affirme pas implicitement qu'il aurait aussi raison de se méfier d'un juif ne portant pas de kippa? La seule différence entre les deux juifs serait la version du judaïsme pratiquée, ce qui importe peu au Musulman. Et pendant qu'on y est, pourquoi une Musulmane ne devrait-elle pas craindre un Canadien français, si on se fie aux derniers événements?
      Une telle poltique serait particulièrement néfaste pour les membres des religions comportant une prescription vestimentaire, car on affirme en quelque sorte qu'ils sont moins capables de neutralité que les membres des religions discrètes. L'État adopte donc par là une attitude discriminatoire et non-neutre.
      On me répondra qu'il s'agit de perceptions, et que l'État ne fait que garantir une image de neutralité, par exemple aux yeux d'un Musulman qui serait arrêté par un policier juif. Mais normalement, si une perception n'est pas fondée, on ne peut pas discriminer sur cette base. Par exemple, il est bien établi qu'un commerçant n'a pas le droit de refuser d'embaucher un noir sur la seule base du racisme de ses clients. Donc par cet argument, l'État donne en quelque sorte raison au Musulman craintif. L'argument des perceptions ne tient pas.

    • Oui, d'accord avec les 5 propositions pour modifier la Charte des droits et libertés de la personne...il y manque et j'aimerais donc y voir figurer, le mot "RESPONDABILITÉS" ( AU PLURIEL) en plus des DROITS ET LIBERTÉS. Les personnes qui demandent de s'établir au Québec connaissent les DROITS et LIBERTÉS contenus dans la Charte mais qu'en est-il de leur connaissance de leur RESPONSABILITÉ ENVERS LEUR TERRE D'ACCUEIL?
      N'ont-ils pas la RESPONSABILITÉ de s'informer du "comment on vit au Québec" et de collaborer à la bonne marche de notre société lorsqu'ils sont établis au Québec. Ils doivent savoir qu'ils peuvent profiter de notre système social mais ne pas en abuser, ils peuvent vivre la paix et non pas "foutre le bordel" au premier refus de leur coutume. Ils ne vivent plus dans leur pays d'origine et ne doivent pas nous imposer leurs valeurs....NOS VALEURS SONT LÀ POUR TOUS ET TOUTES et doivent primer dans le quotidien. Voilà ce que le mot "RESPONSABILITÉS" (au pluriel) pour moi, veut dire et quelles sont les personnes qui peuvent leur rappeler de temps en temps qu'ils sont RESPONSABLES de leur CHOIX de venir s'établir au Québec...si ce n'est le gouvernement lui-même.
      Tant qu'à la société québécoise, ses responsabilités sont d'abord le partage de ce climat de paix et d'accueil qui a toujours été le nôtre pour les nouveaux arrivés, on dit que nous accueillons tout près de 40,000 immigrés par année.
      Nous avons obtenu par le gouvernement précédent de vivre "à visage découvert", cela a été un premier pas. On nous propose d'aller plus en avant pour protéger notre culture, nos acquis, notre neutralité, notre égalité hommes-femmes. Plusieurs regardent ce qui se passe en France et en Grande-Bretagne et ne souhaitent pas que cette ambiance de confrontation, avec les croyants de religion rigide, devienne chose courante. C'est le temps d'agir avant qu'il soit trop tard. Un vieux dicton de ma grand-mère: Aux grands maux, les grands moyens"
      L. Gagnon

    • Plus je lis, plus j'écoute les gens qui se prononcent pour ou contre, plus je constate que le gouvernement québécois est en train d'élever une magnifique Tour de Babel. Toute cette question de Charte des valeurs québécoises fait mal au Québec, fait mal paraître une province traditionnellement réputée pour sa tolérance et son ouverture aux autres.
      Pour ma part, je demeure persuadé que nous n'avons pas besoin d'une telle charte, ayant déjà la Charte canadienne des droits et libertés, de même que la Charte des droits et libertés de la personne au Québec qui sont déjà deux chartes qui protègent amplement les individus. Alors, qu'apporterait vraiment de plus une Charte des valeurs québécoises?
      Quoiqu'il en soit, advenant que le gouvernement du Québec tienne mordicus à une telle Charte, un seul changement serait souhaitable, pour rejoindre la majorité de la population, soit celui d'enlever l'interdiction des signes religieux, pour les employés de l'État. Au fait, personne n'a vraiment expliqué ce qui justifie une telle interdiction, considérant qu'au niveau du travail actuel, rien n'indique qu'il y ait un problème quelconque, concernant le port de signes religieux, et ce, tant au niveau de l'État qu'au niveau du privé? Je ne comprends vraiment pas cet extrême, car extrême il y a.
      En fait, et disons-le clairement, ce ne sont pas les signes religieux qui font problème, mais tous ces accommodements religieux, revendiqués ici et là. C'est là que le bât blesse et non ailleurs. Alors, une solution, pour le gouvernement, serait de déclarer définitivement et complètement LAÏC, toute institution, organisme, organisation, établissement, édifice, ayant un lien avec l'État, incluant ici les municipalités.
      Ainsi, toute demande d'accommodement religieux n'aurait plus aucune légitimité et la pratique religieuse (non pas les signes) serait définitivement reléguée aux seuls lieux religieux, comme les temples, les églises, les mosquées, les synagogues ou encore au cimetière. Ainsi,

    • vive le japon tous respectent leurs coutumes

    • Je suggère un ministère de la pensée unique, impulsé par La Presse et ayant comme porte-parole Patrick Lagacé, Marc Cassivi, et pour ne pas être accusé de sexiste Rima Elkouri.
      Blague à part, La Presse et l'ensemble de ses journalistes commencent à comprendre que le but de cette charte n'est que l'amorce d'un débat qui nous conduira vers quelques choses de rassembleur. Un peu comme la loi 101 qui à l'époque était combattue vigoureusement par La Presse. Faites une petite recherche dans le passé, vous verrez. Évidemment, quand sa vient du P.Q. il faut démoniser.
      M.Leduc

    • Idéalement, le gouvernement devrait revenir à une charte de la laïcité et proposer de remplacer le crucifix par une fleur de lys.
      Ensuite, il pourrait négocier avec la CAQ pour que l'interdiction des signes religieux soit appliquée aux employés en position d'autorité, aux enseignants et aux fonctionnaires en contact visuel avec le public.
      Et Raymond Gravel remettra sa soutane s'il le veut. La religion ne doit plus avoir davantage de droit que les autres idéologies. S'il y en a qui tiennent absolument aux signes religieux, alors qu'on permette tous les signes idéologiques, religieux ou non (sauf les signes obscènes, haineux ou en conflit d'intérêt avec la mission de l'organisme public).

    • Peut-on établir une charte des valeurs québécoises? Telle que proposée, cette charte semble être UN BESOIN DU GOUVERNEMENT plutôt que celui des québécois. De plus, ça fait pas mal PETIT CATÉCHISME que de l'inclure dans la charte québécoise existante.
      LA SÉPARATION DE L'ÉGLISE ET DE L'ÉTAT existe déjà: la neutralité de l'État, dans l'exercice de ses fonctions ou services, est requise, mais ce n'est pas en légiférant sur l'habillement que l'on peut s'en assurer. Déjà, la neutralité politique est une obligation pour les employés de l'État et en 2012, on a vu des entités au service de l'État, porter le carré rouge, veiller à ce que soient inaccessibles les portes des institutions post secondaires et suggérer même la désobéissance civile sans que des conséquences aient suivies. Une obligation peut-elle être facultative?
      L'ÉGALITÉ HOMME/FEMME existe en principe. En pratique, les salaires des femmes sont encore inférieurs à celui des hommes; on pourrait adopter ce principe dans les faits, même s'il est assorti de contraintes monétaires, tout en demandant aux autres de le respecter dans toute son ampleur.
      DES BALISES DES ACCOMMODEMENTS RELIGIEUX existent déjà mais il faudrait les rafraîchir et les faire mieux connaître aux gens qui les accordent.
      Le rapport Bouchard-Taylor recommandaient que les fonctionnaires en autorité (juges, procureurs de la couronne, gardiens de prison, policiers), lorsqu'ils sont en fonction, soient soumis à une neutralité, en termes de symboles religieux ostentatoires.
      Les services doivent être offerts et reçus à visage découvert.
      Donc, si on enlève les DUPLICATAS, il n'est pas nécessaire de tourner la province à l'envers ou de dispenser l'État de ses principales obligations gestionnaires, comme l'économie, la santé et l'éducation pour apporter quelques correctifs, sans atteinte aux droits de quiconque, à la charte existante.

    • Est ce que l'abbé Gravel peut nous dire si le foulard fait vraiment parti de la religion ou si c'est politique?Le sait il?

    • https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded

    • Cette charte est necessaire et tout à fait cohérente:http://www.youtube.com/watch?v=IaS1_lShqW4

    • Je suis tout à fait d'accord avec cette charte. Au Québec c'est ainsi que la vie de tout les jours se déroule et doit se dérouler.
      Nous ne sommes pas un peuple raciste. Je refuse de me faire traiter ainsi. Je mets mes culottes comme on dit en bon Québécois et c'est tout. Il est grand temps de se prendre en main.
      On a droit à nos valeurs.

    • Ce qu'il faut changer au plus vite c'est le gouvernement provincial du Québec.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer