| Commenter Commentaires (28)

Une charte des valeurs québécoises est-elle souhaitable ?

La controverse autour du crucifix au Salon bleu...

Agrandir

La controverse autour du crucifix au Salon bleu ne doit pas nous détourner du débat de fond sur la laïcité.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le gouvernement Marois reporte à l'automne le dépôt d'une «charte des valeurs québécoises», qui édictera des «règles claires pour encadrer les demandes d'accommodement religieux». D'après vous, l'adoption d'une charte de la laïcité est-elle nécessaire, voire souhaitable, au Québec ?

Marc Simard

Professeur d'histoire au cégep Garneau à Québec

NON SUR LES «VALEURS QUÉBÉCOISES»

Le gouvernement Marois se propose de déposer à l'automne une charte des «valeurs québécoises» pour «encadrer les demandes d'accommodement religieux». L'objectif est louable, mais la démarche viciée. Le ministre Drainville entend en effet fonder cette charte sur les «valeurs québécoises». Pour ma part, je ne vois pas ce que l'égalité de tous devant la loi, l'égalité entre les hommes et les femmes et la neutralité des services publics ont de «québécois». Ce sont des valeurs issues de l'humanisme et de philosophie des Lumières qui se sont peu à peu implantées dans la plupart des sociétés occidentales, et au Québec souvent plus tard qu'ailleurs (voir le suffrage féminin). Si le ministre parle de valeurs québécoises, c'est forcément qu'il pense à autre chose. Or, si ces «valeurs québécoises» comportent d'autres éléments que ceux sur lesquels sont basés l'État de droit et l'égalité des citoyens dans une perspective de laïcité, sa charte ne fera qu'opposer une vision du monde à d'autres. A fortiori si elles reposent, même partiellement, sur des fondements patrimoniaux, moraux ou religieux. Cette charte doit impérativement être une charte da la laïcité dans l'espace civique, faute de quoi elle ne sera que l'affirmation du «nous» contre «eux». «Ne prie pas dans mon école et je ne penserai pas dans ton église» devrait en être le précepte.

Jean-Pierre Aubry

Économiste et fellow associé au CIRANO

BESOIN DE REPÈRES

Avoir une charte de la laïcité sera utile. Elle permettra d'avoir des repères non seulement pour encadrer le réponses aux demandes d'accommodements religieux et pour mieux faire connaître aux immigrants potentiels des valeurs et des pratiques sociales importantes de la société québécoise, mais surtout pour assurer à plus long terme une plus grande cohésion sociale entre les citoyens du Québec. La charte de la laïcité sera utile pour éviter que ces points de repère ne changent avec un changement de ministre ou de parti au pouvoir. Certes, il y aura des débats enflammés autour de son contenu. Ce sont des débats qu'il est sain d'avoir dans notre société, mais à plus long terme, comme ce fut le cas avec la charte des droits et libertés du Canada et celle du Québec, il se formera un consensus social relativement fort en faveur de cette charte de la laïcité. D'une certaine façon, cette charte a pour objectif de préciser un des domaines peu définis dans la charte des droits et libertés, soit celui de la coexistence de la liberté de religion avec d'autres droits et libertés des personnes. La prochaine étape pourrait être d'écrire une charte des responsabilités des citoyens.

Pierre Simard... - image 4.0

Agrandir

Pierre Simard

Pierre Simard

Professeur à l'ÉNAP à Québec et fellow senior de l'Institut Fraser

LA CHARTE DE L'INTOLÉRANCE

Dans une société où la religion n'exerce plus d'influence sur le pouvoir politique depuis longtemps, il faut se demander à quoi servirait une telle charte des valeurs québécoises. Peu importe qu'on en change le nom, le but de cette charte de la laïcité est essentiellement de discriminer les citoyens sur une base religieuse. En fait, l'insistance du PQ à vouloir purifier l'identitaire québécois ne se limite plus à la langue. Le bon Québécois doit aussi être athée ou catholique non pratiquant. Au pas, ces mauvais Québécois qui portent le turban, mangent halal ou cachère. Pourquoi s'acharner à diviser la population? Parce que l'exploitation des antagonismes a toujours été une stratégie politique efficace. Ainsi, lorsque le Québec sera à feu et à sang, le gouvernement du PQ s'érigera en arbitre des conflits. Il lui sera alors facile d'imposer ses vues en distribuant des droits et des privilèges à sa base militante ou aux groupes de pression qui soutiennent sa cause. Pour un parti qui a la certitude d'avoir perdu le dernier référendum à cause du vote des minorités ethniques, je ne suis pas certain que l'édiction d'une charte de l'intolérance soit une bonne manière de réunir les conditions gagnantes à un prochain référendum.

Jana Havrankova... - image 5.0

Agrandir

Jana Havrankova

Jana Havrankova

Médecin endocrinologue

PERTINENTE, MAIS PROBLÉMATIQUE

La charte de la laïcité devrait énoncer les grands principes et éviter de s'embourber dans les détails. Tout État moderne devrait reléguer la religion dans l'espace privé et dans les lieux du culte. Il devrait par ailleurs limiter les références religieuses dans l'espace public et les abolir dans l'exercice des affaires de l'État. Il est clair que la soi-disant liberté religieuse ne peut entraver le droit à l'égalité homme-femme ni le fonctionnement des institutions. Mais comment ces principes louables vont-ils se traduire dans le quotidien? Par exemple, lorsque l'on veut interdire les signes religieux ostentatoires, lesquels va-t-on ainsi qualifier? Alors que le bannissement de l'espace public de la burqa et du niqab, qui cachent le visage de la femme, trouvera un large consensus au Québec, l'interdiction du voile islamique sera plus problématique (sans parler du crucifix à l'Assemblée nationale...) Avant longtemps, certains avocats brandiront la Charte des droits et libertés, aussi bien canadienne que québécoise, pour contester de tels interdits.  Pour le fonctionnement des institutions publiques, des accommodements raisonnables locaux peuvent exister sans que quiconque en soit incommodé. Parfois, en voulant utiliser un cadre rigide, on s'attire des problèmes complexes. Le gouvernement désire éviter cela, espérons-le.

Antonin-Xavier Fournier

Professeur de sciences politiques au cégep de Sherbrooke

MANQUE DE VISION ET DE COURAGE

Dans un nombre important de dossiers sensibles, le gouvernement Marois fait malheureusement preuve d'un manque de vision que la situation minoritaire ne peut expliquer à elle seule. On pense bien sûr au développement des ressources naturelles et des hydrocarbures, aux différentes coupures tous azimuts ou encore au recul sur la charte des valeurs québécoises. À cela, il faut ajouter l'incapacité chronique à promouvoir la souveraineté et la gouvernance souverainiste, deux projets qui sont pourtant au coeur du programme présenté aux électeurs le 4 septembre 2012.

Le résultat, avouons-le, est catastrophique : improvisation, tergiversation, recul. Tout cela donne l'impression d'un gouvernement qui manque de courage politique et qui se limite à gérer les affaires courantes de l'État plutôt que de s'attaquer vigoureusement aux problèmes multiples qu'affronte la société québécoise. En ce sens, la décision du gouvernement Marois de repousser, une fois de plus, un projet important s'inscrit malheureusement dans une suite logique de décisions incohérentes. Une telle vision gouvernementale risque simplement d'accentuer une chute qui s'annonce déjà brutale!

Nestor Turcotte

Retraité de l'enseignement collégial

VALEURS COLLECTIVES OU PERSONNELLES?

Une charte est un ensemble de règles régissant une organisation officielle. Le Québec a déjà sa charte des droits et libertés de la personne. Celle-ci considère que tous les êtres humains ont des droits et libertés intrinsèques, que tous les êtres humains sont égaux en valeur et dignité, que l'égalité entre hommes et femmes doit être respectée, que les droits et libertés de la personne humaine sont inséparables des droits et libertés d'autrui. 138 articles explicitent ces données de base. Que va nous dire de plus une charte des valeurs québécoises? Et d'abord, de quelles valeurs s'agit-il? Des valeurs collectives ou des valeurs personnelles? Les unes peuvent être traitées sans les autres, mais les unes et les autres sont toujours entremêlées.

En se tenant aux valeurs collectives, on pourrait énumérer quelques valeurs qui peuvent forger une société saine : d'abord, la participation à la vie collective, puis le partage de la richesse, la productivité, la gratuité, un ensemble de valeurs communes qui nous rassemblent (la charte des droits et libertés de la personne), la sagesse des lois et la valeur de chacun des citoyens. Si le Québec n'est pas en campagne électorale à l'automne, le PQ va sans doute déposer un document de base pour dicter ses orientations. Je soupçonne le gouvernement, incapable d'accoucher d'une charte de la laïcité ouverte et inclusive, de vouloir faire avaler la pilule, en utilisant une autre formulation. Les citoyens devront veiller au grain.

Stéphane Lévesque... - image 8.0

Agrandir

Stéphane Lévesque

Stéphane Lévesque

Enseignant en français au secondaire à L'Assomption

HIÉRARCHIE DES LOIS

En réalité, la question est double. Premièrement, un délai est-il nécessaire pour déposer un tel projet de charte ? Deuxièmement, devrait-on adopter une charte de la laïcité au Québec ? Pour ce qui est du délai, c'est toujours une marque de sagesse de prendre le temps de bien faire les choses au lieu de se lancer tête baissée pour éteindre les feux. En ce qui a trait à la pertinence de la charte elle-même, c'est essentiel de se prémunir contre les avancées religieuses dans plusieurs sphères de notre société. Ce qu'il faut clarifier, c'est la hiérarchie des codes de lois. Pour tous les Québécois, il faut qu'il devienne éminemment clair que le Code criminel a préséance sur les valeurs ou croyances religieuses. Aussi, il faut délimiter, lorsque c'est nécessaire, la portée de la Charte des droits et spécifier, par exemple, que le droit à l'exercice de la religion peut être limité par le code civil. On a vu récemment, ici même à Montréal, que le droit de garer son véhicule en des endroits proscrits mettait en opposition les « droits religieux » et le code de la route. Il faut que ces conflits soient anticipés et que l'issue soit prévue d'avance. Cette éventuelle charte de la laïcité devra donc, selon  moi, être précise, développée, clairvoyante et, surtout, accompagnée de sanctions claires pour les gens qui voudraient s'y soustraire.

Khalid Adnane... (Photo) - image 9.0

Agrandir

Khalid Adnane

Photo

Khalid Adnane

Économiste à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke

JUGEMENT VERSUS BÉQUILLE

Est-ce qu'une charte de la laïcité est utile ou encore souhaitable? D'entrée de jeu, la réponse est non. Non, parce qu'on n'a pas besoin d'une charte de la laïcité pour savoir que dans une société comme la nôtre, qui baigne dans la modernité, il y a une séparation claire entre l'État et la religion, que la pratique religieuse relève de l'espace privé et que les citoyens sont tous égaux, qu'ils soient hommes ou femmes, noirs ou blancs, hétérosexuels ou homosexuels, et ce, peu importe leur confession religieuse. Plus encore, on n'a pas besoin d'une charte de la laïcité pour délimiter ce qui doit être toléré comme accommodement raisonnable « exceptionnel » ou pas. Ça relève plutôt du jugement, du discernement et du bon sens du décideur, qui doit garder à l'esprit que cet accommodement ne doit, en aucun cas, constituer un privilège qui rentre en conflit avec le principe d'équité envers les autres citoyens dans la société. En ce sens, une charte de la laïcité, même si elle devait voir le jour l'automne prochain, et peu importe sa teneur, ne pourrait exempter le décideur de son devoir de bon jugement. Sinon, le décideur, pour paraphraser un adage célèbre, continuera simplement à « [utiliser les lois] comme l'ivrogne, les lampadaires, pour s'appuyer plutôt que pour s'éclairer » !

Jean Baillargeon

Expert-conseil en communication stratégique et en gestion d'enjeux

CHARTE AVEC CONSTITUTION

Tant que le Québec n'aura pas sa propre constitution, la charte de la laïcité n'aura qu'une valeur symbolique, car elle sera contestée auprès des tribunaux jusqu'en Cour suprême, qui elle, donne préséance à la charte des droits et libertés canadienne. Rappelons que celle-ci fait partie de la constitution canadienne adoptée sans l'appui du Québec en 1982. Les précédents jugements de la Cour suprême ont toujours favorisé la liberté individuelle et religieuse face aux droits collectifs, que ce soit la laïcité ou les droits linguistiques, comme ce fut le cas pour les droits des anglophones, en limitant les pouvoirs de la charte de la langue française. Le chef de l'État canadien est la reine d'Angleterre qui détient son titre de droit divin. Dieu est donc la référence ultime en terme de droits et libertés pour l'interprétation de la constitution canadienne. Le gouvernement du Québec devrait présenter une charte des valeurs québécoises associée à une constitution québécoise pour que sa charte ait son plein droit de citer. Ainsi, les Québécois auraient un portrait complet des choix à faire lors d'un prochain référendum, une constitution québécoise versus une constitution canadienne, l'une ayant une charte de références de droits collectifs laïques et francophones en termes de droits et libertés, et l'autre ayant une charte de références de droits individuels culturels et religieux.

Jean Gouin... - image 11.0

Agrandir

Jean Gouin

Jean Gouin

Directeur général de la Fédération des médecins résidents du  Québec

OÙ EST LA NÉCESSITÉ ?

Le Québec s'est doté en 1975 d'une Charte des droits et libertés de la personne. Ce document est qualifié par André Morel de « document unique dans l'histoire législative canadienne » et a été rédigé en prenant pour fondement des principes comme l'indivisibilité, l'interdépendance et l'indissociabilité de la personne. Il n'y a aucune nécessité, à mon avis, de se doter d'une autre « Charte » pour asseoir les valeurs québécoises. Celles-ci sont édictées dans la Charte actuelle. Qui plus est, notre Charte est très éloquente quant aux libertés individuelles qui y sont décrites. Ainsi, l'article 9.1 prévoit que : « Les libertés et droits fondamentaux s'exercent dans le respect des valeurs démocratiques, de l'ordre public et du bien-être général des citoyens du Québec. » A-t-on réellement besoin de plus que cela ? Quand on fait référence aux libertés et droits fondamentaux, le choix de sa confession religieuse en fait partie. Notre droit est bien encadré par les lois présentement en vigueur et, s'il y avait nécessité absolue d'encadrer davantage les demandes d'accommodements religieux, il est prévu, toujours à l'article 9.1 de la Charte, que : « La loi peut, à cet égard, en fixer la portée et en aménager l'exercice. » Alors, pourquoi vouloir ajouter une autre Charte ?

Raymond Gravel

Prêtre dans le diocèse de Joliette

LAÏCITÉ OUVERTE ET RESPECTUEUSE

Une charte sur la laïcité est importante au Québec, en autant qu'elle ne soit pas le reflet d'un intégrisme laïque qui rejette toute expression religieuse au sein de la société québécoise. Si nous remplaçons le dogmatisme religieux par un dogmatisme laïque, à saveur MLQ (Mouvement laïque québécois), je m'y opposerai fermement, car ce n'est pas là le désir de l'ensemble des québécois de toutes origines et même ceux de souche. 

Dans le Québec des années 1950, nous avons tous connu les abus du pouvoir religieux de l'Église catholique, de connivence avec le pouvoir politique de l'époque. Cela a laissé des cicatrices encore douloureuses chez plusieurs Québécois. Heureusement, la Révolution tranquille des années 60, avec le renouveau proposé par le concile Vatican II ont permis de réconcilier le peuple québécois avec son Église, puisque celle-ci a su s'adapter à la diversité culturelle et au pluralisme religieux qui composent maintenant la société québécoise d'aujourd'hui. C'est pourquoi, les québécois sont demeurés religieux tout en étant critiques de l'institution à laquelle ils appartiennent encore. Si nous remplaçons l'intégrisme religieux de jadis, caractérisé par des interdits et des obligations de toutes sortes par un intégrisme laïque qui imposerait ses règles et ses interdits en matière de signes et d'expression religieuse, la laïcité deviendrait une sorte de religion répressive qui s'impose à tout le monde et qui ne respecte personne.  Au Québec, que l'on soit croyant ou non, religieux ou pas, on ne peut interdire à quelqu'un d'afficher sa croyance ou son incroyance, si la personne respecte l'autre dans sa différence. Si le gouvernement rédige une charte sur la laïcité, celle-ci doit affirmer les valeurs communes à tous : égalité homme/femme, l'usage de la langue française et le patrimoine culturel et religieux du Québec, et elle doit refléter la diversité culturelle et religieuse qui compose le Québec actuel.

Partager

publicité

Commentaires (28)
    • Il n'y a pas que le péquiste «comme l'homme (ou la femme) du ressentiment de Nietzsche, comme l'a écrit Denis825. Cela peut aller aussi pour beaucoup de membre des minorités visibles.
      une Charte va changer quoi dans le fait qu'au quotidien l'intolérance est réglé ou stimulé sur l'instant.
      Ce qui se trame, je vois ça comme un carrefour engorgé dans l'histoire d'ici, où le but serait que le plus grand nombre se positionne là où ils devraient être avec dans l'esprit le moins de frustration possible.
      Dans la quête de la tolérance et dans l'application de la patience et un désir de paix, c'est mon constat en tant que minorité visible qu'il n'y a pas de différence entre participer à la cause d'ici ou pas : dû au refus, au sabotage, au déni de plusieurs.
      La Charte de Pandore s'applique mieux à cette complexe situation puisque la cible est stratifiée. Certaines choses, Charte ou pas seront réglées, d'autres seront enterrées dans l'espoir qu'ils referont difficilement surface.

    • Si on fait bien appliquer le Charte canadienne et la charte québécoise des droits et libertés on n'a pas besoin d'une charte des valeurs. Une telle charte pourraît même devenir très néfaste. Imaginez une charte des valeurs adoptée en 1950, en 1970 ou même en 1980. L'avortement est interdit, le mariage entre personnes de même sexe est interdit, la religion fait partie des matières enseignées dans nos écoles, les filles ne peuvent pas jouer au hockey, les personnes hadicapées ne peuvent pas participer aux Jeux Olympiques... etc...etc
      Georges Paquet

    • Je réponds non. Je trouve ça ridicule. Pourquoi pas une charte des valeurs abitibiennes? Quel narcissisme. Le Québec n'a pas de leçon à donner. Quand je pense qu'en 2013 il y a des autochtones, par définition des Québécois, qui vivent ici dans des conditions insalubres... Quand je pense à la commission Charbonneau... Je me garderais une petite gêne avant de parler de "valeurs québécoises...
      Sylvie Séguin
      Montréal

    • quand va t on finir la tour de babelle au quebec, et ca continue, la dette au quebec, pas de probleme on est riche au quebec, aux nouveaux arrivants pas de probleme, la carte soleil, etc etc , soins de santé gratuit, ils n,ont jamais payé une cent d,impot pas grave on est riche au quebec,,,,,,pourquoi ne pas leur ouvrir un compte a la caisse desjardins ou a une banque un coup parti,,,,et aux urgences ils sont la avant vous,,,,,,mais c,est pas grave vous citoyen du quebec qui paie impot ,,,vous devez payer c,est tout,, bonne santé, antoine viau

    • Depuis plusieurs années,le Québec, que l'on crois qu'il soi une province ou un pays,est sans contredit un état sans gouvernance.Se succedent les petits dirigeant opportuniste qui décidement n'occuperont qu'une tres petite place dans nos livres d'histoire a venir.J'ai 37 ans et je suis completement décourager de tous les parti et de tous les élus qui nous représente supposément.Nous sommes mure pour un vrais dirigeant.La ville de Québec est présentement sous la gouvernance d'un vrais.Quoiqu'en pense les insulaire de montréal ceux qui sont persuadé que la vie humaine normale cesse de lautre coté de la rive,je suis persuadé que nous attendons collectivement la venue de ce genre de catalyseur.Gouverner cest prendre des décisions conjouinte et aussi unilatérale.Nos tres petit personnage élus en cette époque ne savent pas ce que cest de prendre des décisions d'avenir.Vous savez,le genre de décision qui vons faire en sorte que ma petite fille de 7 ans constate un jour, que les impot jadis payé par sont père on servi a lui batir un coin de pays prospere et qua sont tour elle décide de fondé une famille.Les corrompu aurons peut etre un jour fini de se payer...Ca ne sert a rien toutes cest connerie de charte et autre bout de lois qui, a la fin seront contournée par les principaux interressé.Les gens d'ici dorment et ne sont pas pret detre réveillé,suffit de leur donner quelques bonne émission télé.Je suis près a appuyer visionnaire, un "kennedy,Lévesque,Bourassa,Labaume,et autres de cette trempe" Javoue que kennedy est un peut hors ligue mais il mes permis d'en rever tout de meme.Jai contribué longtemp a l'économie métropolitaine,je suis maintenant a Riviere-du-loup et lorsque je suis de passage a Québec,je constate que la ville est en plein essor.A montréal,on cherche un maire! pathétique comme situation.Commencont dont par nous respecter si l'on veut paraitre respectable.Donc, daccort avec la laicité mais jespère mieux que des molusques pour la faire respecté.
      Jean

    • "Cette charte stipulerait notamment que les employés de l'État ne doivent pas porter de signes religieux « ostensibles » et que des prières ne peuvent être récitées avant l'ouverture d'un conseil municipal"
      Article de Radio-Canada
      En réponse à la volonté conjointe de Djemila Benhabib et de Pauline Marois, la cour d'appel leurs dit qu'elles n'ont pas la bonne définition de la laicité ou de la neutralité:
      "La prière récitée à l'ouverture du conseil municipal de Saguenay ne compromet pas la neutralité de la municipalité, a tranché lundi matin la Cour d'appel."
      Article de Radio-Canada
      J'espère que le gouvernement du Québec ne continuera pas les démarches judiciaires jusqu'en cour suprême parce que va coûter cher inutilement, surtout si chaque immigrant ou immigrante se met en tête de poursuivre chaque Québécois sur ses habitudes de vie parce que ce n'est pas conforme, ou que c'est trop conforme, à ce qu'il ou elle a vécu dans son pays d'origine.
      Mesdames Benhabib et Marois dont les réputations d'agitatrices ne sont plus à faire n'auront plus si elles renoncent (ce qui m'étonneraient) que l'histoire des signes ostensibles pour les employés de l'état, ou à peu près. Vu la gérance pour le moins compliqué que Madame Marois a de ses propres signes ostensibles: la fleur de lys et le coquelicot. Vaudrait peut-être mieux laissé tomber tout le domaine et attendre qu'il y ait des gens plus neutres justement et plus experts dans le domaine des lois québécoises et canadiennes.

    • Le gouvernement du PQ n'a pas la majorité requise pour faire adopter une charte, qu'elle concerne la langue ou les "valeurs" québécoises. Pour l'instant, ce gouvernement doit limiter son action politique à la bonne administration quotidienne dans le meilleur intérêt public, garder la maison propre et, autant que possible, adopter des lois et des cadres administratifs qui empêcheront les bandits de mettre le Québec dans leurs poches sans fonds.
      L'électorat s'attendait à ce que le gouvernement du PQ rompe avec le fétichisme du déficit zéro à vitesse grand V, abolisse la taxe santé, exige des redevances significatives de la part des compagnies minières, ne fasse pas de compressions qui touchent les personnes vulnérables, en particulier celles qui vivent de prestations de la sécurité du revenu, etc. Sur ces enjeux, le gouvernement Marois s'est comporté comme n'importe quel gouvernement libéral ou même conservateur. Alors qu'il ne s'est pas pointé où il devait être, le gouvernement se proposerait d'être là où il n'est pas attendu, en plus avec une entame qui révèle sa grande faiblesse politique. Trop faible ou trop frileux pour aborder l'affaire de front et donc de traiter franchement de laïcité, le ministre Drainville se propose de soumettre un texte fondamental sur les valeurs! Ne touchez à rien de trop délicat ou de trop pesant pour votre gouvernement. Les valeurs? "Bout de ciarge", dirait Zidore Leclerc dans le Temps d'une paix, "manquablement qu'y en a qui se charche de l'ouvrage ousqui en a pas"!

    • Au diable une charte de la laïcité tout comme une charte des valeurs...10,000 ans d'évolution ont prouvé hors de tout doute que l'homme utilise la religion depuis la nuit des temps pour justifier l'injustifiable...pour maquiller son incapacité à reconnaître sa minime participation au principe de l'évolution.
      Depuis toujours la religion fut l'outil ultime du clivage de la société.
      Pour un outil moderne et ultimement visionnaire la seule déclaration que se doit de formuler une société moderne ce doit de bannir TOUTE forme de manifestation religieuse dans l'espace public. Même si l'expression patrimoniale juge obligatoire la représentation religieuse....elle devrait se plier à cette règle immuable pour TOUS.
      Un peu d'histoire,de mémoire, pour cesser à tout jamais cette masquarade de modernité...nous sommes toujours des brutes sanguinaires.

    • Les péquistes qui veulent sérieusement parlé de valeurs devraient lire ce compte-rendu d'une expérience fait avec des singes capucins qui prouve que même les singes capucins ont des attentes sociales et qu'ils se rendent compte lorsqu'ils sont traités injustement:

      "...l'un des deux (singes capucins) recevait un morceau de concombre chaque fois qu'il rendait un jeton, alors que l'autre recevait systématiquement un grain de raisin nettement meilleur. Celui à qui l'on ne donnait chaque fois qu'un morceau de concombre pouvait voir que son compagnon était bien mieux traité que lui, à qui on ne donnait jamais de raisin.
      Qu'arriva-t-il alors ? Au bout d'un moment, le singe qui ne récoltait que des morceaux de concombre n'eut plus envie de jouer et laissa tomber les jetons dans sa cage. Il devint plus agacée encore quand il se rendit compte que l'autre avait droit à des grains de raisin "de façon gratuite" sans être obligé de faire quoi que ce soit. À ce moment le singe lésé, se mit à pousser des cris sauvages; il jeta tous ses jetons hors de la cage sans même accepter les morceaux de concombre qu'on lui tendit."
      Il y a un bruit qui courre qui dit que les péquistes auraient refait cette expérience avec des humains. Ils auraient donné des emplois bien rémunérés à certains humains péquistes et rien aux autres. Le résultat sera connu dans un an seulement mais il y a fort à parier que les humains qui n'ont rien reçu leur lanceront symboliquement leur jeton de vote à la tête ce qui est normal. Les autres humains, puisque le sens de l'injustice est partagé même à des niveaux inférieurs feront sans doute la même chose.
      D'autant plus que ce n'est pas la seule injustice que les péquistes ont commise. On pourrait reparler des gens sur le b.s. qui ont vu leur chèque coupé. Après qu'on fasse n'importe quoi y compris tenir cette décision parce que c'est trop dommageable d'avouer l'erreur, le tort est fait.
      Une petite revue des valeurs péquistes avec ça M. Drainville ?

    • Une valeur québécoise de certains concitoyens: toujours aborder un sujet en polarisant à l'extrême.

    • Que veut-on dire par valeurs québécoise? Difficiles à determiner, car celles-ci changent tout le temps, au gré d'une mode, au gré des partis politiques en presence, au gré du poids démographiques des immigrants, au gré des adherences religieuses ou pas de chacun qui ne correspondent pas. Il y a autant de valeurs que de québécois, et nous sommes divisés et changeants.
      J. Robert

    • Je ne vois pas comment l'état peut imposer des valeurs. Il peut et doit imposer des lois comme la défense de discriminer en fonction de la race. Mais si un blanc ne fait pas de discrimination tout en pensant en son for intérieur que le noir lui est inférieur, comment le faire changer d'avis ? Une charte de la laïcité me parait meilleure. L'état est neutre, aucun signe religieux ostensible si vous travaillez dans la fonction publique. Vous représentez l'état qui est neutre. Dans la rue, chez vous, dans un groupe, vous pouvez vous vêtir comme vous voulez, pratiquer la religion que vous voulez. Madame porte le voile, très bien. Elle travaille comme infirmière dans un hôpital gouvernemental, non, pas de voile.

    • Gérard Bouchard dans son livre "l'interculturalisme" dit que c'est le processus d'historisation qui fait que telle ou telle valeur est de fait incorporée dans la société et non (ça c'est moi qui le rajoute) une tentative de gens temporairement aux commandes de l'état qui voudraient bien se servir des citoyens pour un but politique ou pour satisfaire une obsession lancinante qui leur appartient.

      Les péquistes actuellement aux commandes de l'état veulent pousser en avant l'esprit de ressentiment ou plus finement dit "l'esprit de la souche" que Gérard Bouchard caractérisait ainsi dans un article dans le Devoir:"
      "l'insécurité chronique et la méfiance qui poussent au repli et à la crainte de l'autre, qui entretiennent une mémoire exacerbée des vexations anciennes, qui durcissent les solitudes actuelles, compromettent les partenariats, empêchent toute possibilité de greffe."
      Est-ce vraiment à partir de cette valeur faite à partir de frustrations profondes et originelles qu'on voudra et qu'on pourra développer une société moderne ? Les Québécois sentent bien que non alors qu'ils leurs retirent leur appui petit à petit et sont bien contents de ne pas avoir mis ces gens-là majoritaires aux gouvernement.

    • @kanaille
      C'est la façon de vivre les valeurs qui fait la différence et non la valeur pour elle-même qui doit être compris. La valeur de liberté est valeur dominante et de cohésion pour notre voisin du sud. La cohésion dont la façon de vivre la liberté permet une juxtaposition de pratique qui serait pour nous contradictoire. Par exemple un américain peut militer pour l'extension des armes à feu et être très actif dans son église et de promouvoir à la fois la charité. Mais de parler de distribution des richesses sera perçu comme une limitation de nos liberté puisque cela suppose une augmentation des impôts pris sur mon salaire. L'héroïsme pour l'américain même ordinaire est valorisé pour avoir une statue de Stallone grandeur nature à Philadelphie !
      La notion d'égalité au Québec donne une nuance importante dans nos faits et gestes. L'égard entre le riche et la pauvre est moins forte que le reste du Canada. Cette notion égalité a fait que nous avons une loi sur la limitation des contributions électorales avant tout le monde en Amérique. La valeur d'égalité a dominé la préoccupation pendant le printemps Érable.
      La liberté amoureuse dans les pays arabe n'est pas généralisé et pour les immigrants nouvellement arrivé ne sera pas assimiler sans conflit dans certain famille. Le Roméo et Juliette de Shakespeare est encore d'actualité !
      Si votre compréhension des choses se fait à partir du relativiste culturel. Que tout est dans toute et son contraire.

    • Je pense, comme bien d'autres (comme miebel entre autres), que la laïcité est une de nos valeurs fondamentales. Évidemment il y a des «dissidents», ce qui est normal dans une société un peu démocratique. D'autres valeurs essentielles sont le respect des femmes (égales face à l'homme), la langue française, la non-violence (autant que faire se peut), et j'en oublie.
      Pour l'instant la question de laïcité ne cesse de me préoccuper. Alors, voici une partie de ma réflexion sur le sujet.
      Sauf arguments imprévus pour le moment, je penserai toujours que la Commission Bouchard-Taylor et la question des accomodements raisonnables, cela risque de déboucher dans une certaine mesure sur ce que le grand écrivain Ray Bradbury appelait, dans les années 50, la dictature des minorités.
      Rappelez-vous, toutes et tous, la mémorable émission de TV5, animée par Luck Mervil. Il avait reçu, à l'occasion d'un repas, un imam et divers invités, lesquels ont été «contraints» d'aller boire du vin dans la cuisine, histoire de ne pas indisposer ce musulman, minoritaire absolu, même au sein de son propre groupe.
      Alors, oui et oui à une charte de la laïcité, une charte réfléchie et évitant un dogmatisme qui rappellerait le dogmatisme des talibans.
      Jean-Serge Baribeau, sociologue

      P.-S. Je tiens à rappeler que la démocratie, c'est le pouvoir de la majorité, laquelle se doit de respecter et de protéger les minorités de toutes sortes, sauf dans les cas extrêmes.
      JSB

    • Le Québec n'a ni besoin d'une chartes des valeurs québécoises, ni d'une charte de la laîcité. Les Chartes des droits et libertés (la Charte canadienne et la Charte québécoise) protègent les libertés fondamentales, incluant le libre exercice de la religion. L'obligation qui est faite d'accommoder de façon raisonnable est suffisante et nécessaire. Tenter de légiférer les accommodements est nécessairement anti-constitutionnel puisque l'exercice vise à retirer des droits déjà prévus par les Chartes.
      De plus, une chartes des valeurs québécoises est d'une absurdité incommensurable. De quoi aurait eue l'air une telle charte sous Duplessis? Les valeurs d'une société évoluent, faire une charte de ces valeurs c'est tenter de figer dans le temps l'évolution d'une société. C'est de tenter de donner le primauté à une certaine majorité de citoyens au détriment des minorités et des marginaux. Les marginaux, ce sont eux qui font évoluer la société. En essence, c'est tenter de les marginaliser encore plus en utilisant l'appareil de l'Etat et la loi. C'est une belle recette pour faire exploser la marmite sociale. Si l'idée est de protéger des accommodements considérés déraisonnables comme semble l'indiquer le sondage commandé par le gouvernement pour donner du poids à son initiative. Il est clair que les Chartes ne protègent en aucun cas des accommodements déraisonnables, alors à quoi bon essayer de baliser ce qui l'est déjà?

    • Quand on lit les remarques acerbes que la candidate que le PQ avait choisi pour mener cette réforme délicate sur notre société, on se demande, et c'est rendu habituel ce questionnement, pourquoi Madame Marois voulait Djemila Benhabib comme ministre ?!
      En dedans d'une semaine Djemila va visiter une exposition sur le voile et en sort en parlant de vulgarité, après elle visite une école confessionnelle et ses remarques sont si dures que l'école islamique de Montréal la poursuit en cour...
      Ben là... elle n'est pas obligé d'aller dans ces places-là si quelque chose en elle est pas capable de supporter. Elle n'est pas obligée de se prendre pour la mesure de la vérité en terme de laicité ou de religion.
      Si on voulait une personne pour faire une bagarre et exciter les haines, c'était bien la bonne personne mais ce sont des matières délicates ou l'on est chanceux d'avoir une paix entre les différentes communautés, alors Djemila pardonnes-nous nos offenses et retournes en France.

    • Le texte de Nestor Turcotte est tout à fait clair M. Kanaille. Il affirme qu'on n'a pas besoin de charte des valeurs dites québécoises. Ces «valeurs» (?) pronées par le PQ sont déjà dans la Charte des droits et liberté de la personne. Et elles ne distinguent en rien le Québec des autres parties du monde: partout (même si ce n'est pas toujours appliqué, on veut l'égalité homme/femme et on veut le respect de tous et chacun.
      Quant aux autres valeurs, (valeurs sociales dont parle Nestor Turcotte) elles s'appliquent aux Québécois et elles sont valables pour l'ensemble de l'humanité. C'est ce que Nestor Turcotte a voulu dire. Et il n'est pas nécesssaire d'être ou de pas être souverainiste pour en arriver à cette conclusion. Les 8 ou 9 valeurs dont Nestor Turcotte parle sont valables pour toute l'humanité.

    • Je mets au défi les experts qui s'expriment sur cette page surtout les souverainistes Nestor Turcotte et Raymond Gravel de me nommer une seule valeur juste une qui soit intrinsèquement et uniquement Québécoise.
      les valeurs Québécoises ça n'existe tout simplement pas.

    • Ce projet de la charte de la laïcité est essentiellement une réponse à certaines demandes d'accommodements religieux qui, par leur nature, limitent d'autres libertés et droits fondamentaux, comme par exemple l'égalité homme-femme.
      À mon avis, les rites religieux se limitent d'abord aux lieux privés et aux lieux de culte.
      De même, on ne peut imposer ou exiger des autres dans l'espace civique et public, au nom de sa religion, des façons de faire ou d'être.
      Maintenant, une nouvelle charte de la laïcité était-elle nécessaire?
      N'y a-t-il pas lieu, plutôt, de modifier la Charte des droits et libertés du Québec ou alors, d'adopter une règlementation quelconque (lignes directrices, guide...) découlant de la Charte des droits et libertés de la personne pour affirmer la laïcité des services publics et encadrer les demandes d'accommodements bien des fois déraisonnables et teintées d'intolérance?
      Ainsi, on aurait probablement éviter la dérive des vitres givrées du YWCA et autres types de demandes d'interférences à l'égard des autres.
      Par ailleurs, je ressens souvent des tentatives de contrôle de la «bonne pensée» par le parti québécois (comme d'ailleurs le font les prédicateurs, imans et autres gourous cosmiques) qui veut renforcer le sentiment identitaire du vrai québécois souverainiste.
      La Charte de la laïcité a été redéfinie en Charte des valeurs québécoises (OUF!)
      Peut-être d'autres chartes québécoises seront proposées comme:
      Charte de la fierté québécoise
      Charte de la nation québécoise
      Charte de l'identité québécoise
      Charte de la collectivité socialiste québécoise ...

    • Charte, bis
      Ce dont le Québec a besoin avant tout afin d'assainir l'atmosphère et de limiter les dénonciations abusives inspirées de l'intolérance de l'impie envers les religions, c'est de reconnaître aux religions un social. Rôle exercé d'ailleurs depuis des temps immémoriaux.
      Autant nous accordons un rôle social au mouvement syndicaliste, autant nous devons reconnaître à juste titre un rôle social aux religions et de bénéficier des mêmes libertés d'action.
      Fernand Lavigne
      Montréal

    • Aidons le ministre Drainville dans ses choix, puisqu'il en perd son latin à baptiser Sa charte. Orwell 84 serait sans doute la meilleure dénomination. À tout le moins, nous aurions, nous Québécois, un manuel de référence à imaginer à ce que pourrait être sa charte.
      « Voici ce que, vous Québécois, vous devez pratiquer comme valeurs et vous trouverez les normes afférentes en annexe. Ainsi que les conséquences à subir, faute d'y adhérer religieusement. »
      La séparation entre l'Église et l'état étant fait accompli depuis au moins le début des années60 une charte à cet effet n'a pas sa raison d'être.
      Cependant, avec ou sans charte la question de la place du Crucifix à l'Assemblée nationale demeure. À mon avis, considérer le Crucifix comme symbole patrimonial est une insulte à la religion catholique. Le Crucifix a son symbole propre. Ce n'est pas un objet patrimonial au même titre que la croix du Mont-Royal en exemple.
      Par Ailleurs, nous sommes, Québécois ordinaires, confrontés, à un fort courant impie parrainé entre autres par le MLQ (Mouvement laïque québécois). Paradoxalement ces mouvements, inspirés d'une idéologie très restrictive et contrôlante des religions, tentent d'agir par la suprématie d'une charte exactement ce que l'on a longtemps reproché au religieux catholique au Québec. Or, dans un tel régime, de laïcité contrôlante, nous ne parlons plus dans un régime de séparation de l'Église et l'État, mais bel et bien de soumission des s'Églises à l'État.
      Plus encore, le PQ en rajoute. Il tente par une charte des soi-disant valeurs de protéger le Québécois Pure Laine, et surtout sans voile.
      Fernand Lavigne
      Montréal

    • "Les valeurs Québécoises"...Comme si le Québec avaient des valeurs bien à lui qu'on ne retrouve pas ailleurs. Le Québec n'est pas différent des autres provinces. La seule différence, c'est la langue. La fameuse charte que le PQ veut mettre en place. Ça veut dire quoi exactement? Quand je regarde Bernard Drainville et la manière qu'il a réagit lorsque la ville de Montréal a placardé les affiches défense de stationner durant le temps que durera une assemblée Juive. Il aurait du savoir que cela se fait couramment à Montréal pour d'autres circonstances (autre groupes). Une telle charte, il faut employer les vrai mots, ne pourra faire autrement qu'être raciste en imposant des soi-disantes valeurs Québécoises. On réalise tout de suite la faiblesse de ce gouvernement qui gouverne par sondage pour être populaire!

    • Ceci me donne l'impression d'une autre manoeuvre populiste de ce gouvernement de moins en moins populaire. Le Québec a besoin de beaucoup plus que d'une charte de valeurs québecoises pour se sortir de la passivité dans laquelle on s'enlise présentement.








    • Peut-être que ce n'est pas aux péquistes de parler de valeurs québécoises en ce moment. Le péquiste est comme l'homme du ressentiment de Nietzsche :
      "Chez Nietzsche, le ressentiment désigne une disposition émotionnelle particulière que l'on retrouve chez les individus qui ne s'aiment pas tels qu'ils sont mais auxquels « la réaction véritable, celle de l'action, est interdite"
      http://antisophiste.blogspot.ca/2007/09/lhomme-du-ressentiment.html
      En fait, dans le deuxième temps de son ressentiment, le péquiste en vient à inverser les valeurs. Pour le péquiste la valeur ne sera plus la liberté mais une sorte de rassemblement forcé des gens qui semble inutile puisque le but de l'indépendance est hors de sa portée.
      Le péquiste égraine, à la manière d'une grenouille de sacristie, un chapelet dont les grains sont taillés dans des revendications imaginaires qu'auraient selon lui les Québécois. Il prend peu à peu une morale d'esclave, à contre-pied des valeurs dominantes sur le continent américain soit la liberté éclatante et tonitruante.
      Même la laicité qui au départ me semblait, je ne sais trop pourquoi, une bonne chose m'apparait maintenant une contre-valeur canadienne et seulement que ça. Je ne sais trop les circonstances historiques pour lesquelles les Français ont senti le besoin d'adopter une loi sur la laicité mais ici après le mariage civil entre conjoints du même sexe, est-ce qu'il y a encore un besoin d'affirmer une séparation entre ce qui reste de l'église et l'état ?
      Na! débarrassons-nous des séparatistes comme on se débarrasse d'une sale manie et nous y verrons mieux débarrasser de tous les pièges à homards peut-être que la charte canadienne nous apparaitra amplement suffisante pour régler ce qu'il peut y avoir de conflits entre le religieux et le civil dans la vie courante.
      Une bonne valeur suscite l'adhésion spntanée or les péquistes suscite le rejet spontanée de plus des 3/4 de la population conclusion les péquistes ne peuvent proposé de bonnes valeur

    • La lecture du texte du journaliste Denis Lessard, "Exit le débat linguistique"... du 24 mai courant, me confirme dans mon opinion. Ce changement de nom pour les "valeurs québécoises" est avant tout une opération politicienne digne du stratège Jean-François Lisée. Comme le mot laïcité ne "pogne" pas auprès de la population, va pour les "valeurs". Ce qui démontre bien le sérieux de ce gouvernement! Qui va à hue et à dia comme une poule sans tête!
      Michel Lebel

    • Voyez ma suggestion pour une nouvelle charte ici:- http://www.lapresse.ca/debats/le-cercle-la-presse/actualites/201207/05/48-644-une-nouvelle-charte.php
      Jean Bottari
      Montréal

    • Mieux vaut parler d'une loi sur laïcité, plutôt qu'une Charte des valeurs québécoises. Un débat sur ces valeurs québécoises devrait donner lieu à toute une foire d'empoigne! Quelles valeurs seraient à privilégier?
      Notre Charte des droits et libertés est un excellent document qui est fondé sur des valeurs universelles reconnues par tous les États démocratiques. Des valeurs qui sont partagées par la plupart des Québécois. Que le gouvernement se limite donc à traiter de la laïcité, d'une laïcité ouverte, excluant tout dogmatisme. Inutile de se lancer dans un débat sur les valeurs québécoises!

      Michel Lebel

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer