Désolé d'avoir tué votre époux

Yves Boisvert... (PHOTO LA PRESSE)

Agrandir

Yves Boisvert

PHOTO LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

Margot Reimnitz ne sait pas ce que sa fille avait prévu pour leur 50e anniversaire de mariage. Isaac est mort d'une surdose de médicament un mois avant.

Isaac et Margot Reimnitz... (PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE) - image 1.0

Agrandir

Isaac et Margot Reimnitz

PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE

Samedi dernier, j'ai parlé de cette pharmacienne qui avait donné à prendre une dose mortelle de méthotrexate, un médicament réputé très dangereux. Au lieu de lui en donner à prendre une fois par semaine, elle lui en a mis un à prendre chaque jour. Elle a été condamnée à 5500 $ d'amende 5500 $ d'amende, tout simplement. Cette semaine, même le président de l'Ordre des pharmaciens, Bertrand Bolduc, a reconnu à Paul Arcand que la sanction était insuffisante. Mais comme pour le Collège des médecins, où le président dénonce périodiquement la faiblesse des sanctions, tout se passe comme si les ordres professionnels se sentent prisonniers de leurs précédents, témoins d'une complaisance passée - ou qu'on voudrait passée.

Mme Reimnitz a voulu me raconter l'autre versant de cette histoire. Celui qu'on n'explore pas beaucoup dans les décisions de conseils de discipline. Le versant des victimes de fautes professionnelles. Toute une réalité occultée, minimisée. Si elle était plus souvent entendue, qui sait, peut-être pourrait-on secouer les puces à ceux qui prétendent travailler à la protection du public.

***

Isaac Reimnitz était un costaud de six pieds qui ne passait pas inaperçu à Breakeyville, village à 40 km au sud de Québec. Margot Couture avait 19 ans quand il l'a invitée à un mariage. Il en avait 28. Peu de temps après, ils se mariaient.

« C'était le meilleur homme du monde. Il disait à tout le monde qu'il me considérait comme sa princesse. »

Il travaillait comme monteur de lignes. Pour le Canadien National, puis pour un sous-traitant d'Hydro-Québec. Un métier dur, éreintant, qu'il a adoré. À sa retraite, il conduisait des autobus scolaires.

Isaac souffrait de diabète et d'arthrite. Il devait prendre une dizaine de pilules par jour, dont le méthotrexate, une fois par semaine, qui était venu à bout de ses douleurs arthritiques.

« J'avais un pharmacien à Charny, mais je me suis dit : pourquoi ne pas encourager la pharmacie locale ? » C'est ainsi que Margot Reimnitz se rend à la Pharmacie France Perrier. C'est là qu'on a préparé pendant des mois les piluliers de son mari, sans problème. Jusqu'au 31 juillet 2014, où la pharmacienne Francine Côté se trompe et met un comprimé de méthotrexate... pour chaque jour. Il y a eu plusieurs morts causées par une surdose de ce médicament dangereux. Plusieurs avis ont été envoyés aux pharmaciens pour qu'ils soient particulièrement vigilants. Mais dans cette pharmacie de Breakeyville, aucune procédure de contrôle n'a été mise en place, apparemment. Et l'erreur fatale s'est produite.

Il a commencé par avoir des plaques dans le cou et sur les jambes. Et des douleurs. Il est entré à l'hôpital un samedi. On a fini par comprendre qu'il était empoisonné par le médicament. Il est mort quatre jours plus tard.

« Il est mort... brûlé. Je ne sais pas si vous avez vu des photos des victimes d'Hiroshima... J'entends encore ses râles. »

- Margot Reimnitz

Quelques heures avant sa mort, Margot Reimnitz s'est rendue à la pharmacie. La pharmacienne, qui n'était pas au courant, lui a remis d'autres piluliers. Il y avait encore du méthotrexate pour chaque jour.

« Je les ai encore... »

Le dimanche suivant, la propriétaire l'a appelée.

« Elle m'a dit qu'elle était désolée. Je n'ai jamais reçu d'excuses. Ni d'elle ni de la pharmacienne Côté. »

Sa nièce, qui s'y connaît dans le domaine, a monté un dossier pour porter plainte à l'Ordre des pharmaciens. Il se trouve que Francine Côté est elle-même syndique adjointe, donc chargée d'enquêter sur ses collègues. Une syndique « ad hoc », indépendante de l'Ordre, a donc été nommée.

Et finalement, l'automne dernier, la sanction est tombée : 5500 $ d'amende. Une poursuite au civil a été réglée à l'amiable pour une somme confidentielle.

***

On a tenu Mme Reimnitz informée de temps en temps de l'évolution de l'enquête. Mais personne ne l'a invitée à témoigner. À dire, en personne, ce que c'est que de voir son compagnon de vie mourir dans d'atroces douleurs pour rien.

La décision souligne combien la pharmacienne a été perturbée par son erreur, combien elle la regrette. Mais la veuve ?

« À la fin, ils m'ont dit que ce n'était pas nécessaire de me déplacer. J'aurais voulu les voir. Regarder celle qui a tué mon mari. Voir c'est comment, un ordre professionnel. J'aurais voulu leur dire ma peine. C'est ça que j'aurais aimé. Notre fille avait préparé une surprise pour notre anniversaire de mariage, ben la surprise, c'est qu'il est mort, finalement. »

***

Au bout du fil, Bertrand Bolduc reconnaît que la sanction n'est pas assez sévère. Les sanctions dans le domaine ne sont pas assez dissuasives ou exemplaires. La preuve : ces erreurs mortelles continuent.

Mais, dit-il, les syndics sont indépendants. Et puis, la sévérité augmente, nuance-t-il.

Ah bon ?

Oui, avant, les amendes étaient de 1500 $... puis de 3000 $... Bref, 5500 $, c'est beaucoup plus sévère !

« Ça ne peut pas évoluer brusquement », plaide-t-il.

Et pourquoi non ?

Un pharmacien qui vend des narcotiques verra sa licence suspendue pour une période prolongée. Mais si un patient meurt par inadvertance, cela se règle avec une amende.

« Personne ne se lève le matin en se disant qu'il va donner une surdose à un patient », dit-il. J'espère ! Autrement, ce ne serait pas une faute professionnelle, ce serait un meurtre prémédité...

Dans les dossiers criminels, la cour demande une déclaration de la victime, pour qu'au moins le juge puisse en tenir compte, entendre l'impact du crime. Dans les ordres professionnels ? Trop souvent, on règle ça à la sauvette, avec une « suggestion commune », fondée sur des années de complaisance.

Le projet de loi 98, présentement à l'étude, établira de nouveaux critères en matière d'inconduite sexuelle, comme le réclamait le Collège des médecins, incapable de faire évoluer la jurisprudence de son conseil de discipline. La réforme a déjà mis en place des présidents de comité qui siègent dans différents ordres, pour mettre un peu de cohérence dans le système.

Mais pour les morts empoisonnés par négligence professionnelle, il n'y a rien à l'ordre du jour, il n'y a pas d'excuses.

On est désolé, madame Reimnitz.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer