Pour vraiment combattre les agressions

Alice Paquet soutient avoir été agressée sexuellement par... (IMAGE FOURNIE PAR RADIO-CANADA)

Agrandir

Alice Paquet soutient avoir été agressée sexuellement par le député libéral Gerry Sklavounos.

IMAGE FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

Une bonne façon de lutter contre la « culture du viol », c'est de faire condamner les agresseurs. Et une bonne façon de faire condamner les agresseurs, c'est d'aller voir la police. Pour qu'une enquête soit faite, des accusations déposées, un jugement rendu.

Ce qui est en train de se passer depuis trois jours est exactement le contraire. Alice Paquet a multiplié les entrevues dans les médias. Elle a toute la sympathie du monde avec elle, et c'est tant mieux. Mais hier après-midi, elle n'avait toujours pas donné suite à l'appel de la policière de Québec chargée de son dossier.

Pendant ce temps-là, ses versions s'accumulent dans les journaux, à la télé et sur Facebook. Le procès de Gerry Sklavounos s'instruit à l'Assemblée nationale, dans les médias sociaux, dans les médias tout court. Les journalistes étalent sa réputation de dragueur, sinon de harceleur, des députés exigent sa démission...

La table est mise pour un autre spectaculaire ratage judiciaire, mesdames et messieurs. Comme on en a connu un dans l'affaire de l'animateur torontois Jian Ghomeshi.

Si jamais des accusations sont déposées, tout ce qui s'est dit dans le climat de surchauffe actuel sera disséqué et opposé à la plaignante. Si jamais des accusations ne sont pas déposées, l'histoire est déjà écrite : ce sera un « cover-up ».

Je ne mets pas en cause la version de cette jeune femme. J'ai assez couvert de procès d'agression sexuelle pour savoir qu'il n'y a pas une « bonne façon » de réagir comme victime. Ni les tiraillements, ni les hésitations, ni les contradictions, ni les délais à porter plainte ne sont particulièrement étonnants.

Je dis une seule chose, archisimple :  il y a une manière de procéder pour protéger les chances de succès d'une enquête. Et ce n'est pas celle-là.

C'est une chose de scander « on vous croit », c'en est une autre de monter une preuve. En disant : on vous croit tellement qu'on va faire en sorte que cette vérité triomphe.

***

Reprenons depuis le début. Mercredi, pendant le rassemblement pour dénoncer la « culture du viol » à l'Université Laval, une jeune femme s'avance au micro. Elle a été agressée, dit-elle, mais « on a voulu protéger l'agresseur parce qu'il a un siège à l'Assemblée nationale ».

Pourtant, elle a porté plainte : « Je suis allée à la police, l'enquête, même avec une trousse médicolégale, ça n'a pas abouti », dit la jeune inconnue.

Tout le monde en déduit que la police a ni plus ni moins dissuadé Alice Paquet de porter plainte, sinon carrément voulu protéger le député Sklavounos. Jean-François Lisée dénonce ce qu'il appelle un « cover-up », et c'est en effet ce qu'on comprend de la très brève déclaration publique de la jeune inconnue.

Le lendemain, en entrevue à RDI, elle dit que la police ne l'a pas du tout dissuadée. On lui a fait comprendre, semble-t-il, que le processus serait ardu. C'est un fait : ce n'est pas facile, ça ne sera jamais facile, et ça ne doit pas être « facile » de faire condamner quelqu'un, pour quelque crime que ce soit - eh oui, il y a des gens qui mentent ! Mais les corps de police modernes ont depuis longtemps des équipes spécialisées, bien formées, à l'écoute des victimes d'agression sexuelle. C'est rendre un bien mauvais service aux victimes que de perpétuer le mythe de l'indifférence policière.

Toujours est-il qu'on a appris dans diverses entrevues que c'est son propre entourage - sa famille, ses amis - qui lui aurait dit de ne pas porter plainte.

« Ce qu'on me disait, c'est : "Comprends-tu dans quoi tu t'embarques ?" "Ça va briser sa carrière." "Es-tu certaine d'avoir dit non ?" En plus d'avoir fait du chantage pour que je n'en parle à personne, il me disait que si j'en parlais, on n'allait pas me croire, moi. Sa voix serait plus forte que la mienne. Et ç'a été le cas. Et ce l'est encore. »

Ce « on », ce n'est ni la police, donc, ni une force obscure.

Une policière l'a rappelée plusieurs fois, mais elle n'a pas donné suite aux appels, nous dit-elle. Elle dit qu'elle le fera maintenant.

Je ne la blâme ni d'avoir hésité ni d'avoir changé d'idée ou d'avoir eu peur. Rien de bizarre là-dedans. Simplement, c'est une histoire bien différente de celle qu'on avait racontée au départ.

À la fin de la semaine, on comprend que la police n'a pas du tout tenté d'abrier le scandale, mais que la plaignante a hésité à poursuivre les démarches. L'enquête, pour cela, n'a pas « abouti »...

***

On voudrait nous forcer à choisir. Il y aurait le camp de ceux qui croient les victimes et le camp de ceux qui ne les croient pas. C'est une opposition artificielle. Je dirais même : une opposition contre-productive.

Bien sûr qu'il faut « croire » une personne qui se plaint d'un crime. Mais il faut aussi vérifier qu'on est en terrain solide. Qu'on pourrait obtenir une condamnation. Ce n'est pas aider des victimes que de faire comme dans le dossier Ghomeshi et de se précipiter à accuser - par sympathie, par compassion ! - sans faire les vérifications qui s'imposent.

Ce n'est pas non plus être « contre » les victimes que d'avoir en horreur les procédés de procès dans les médias et les médias sociaux sur fond de surenchère politique. Gerry Sklavounos est déjà déclaré coupable, avant même d'être accusé, avant même de pouvoir se défendre.

Il est temps de mettre un peu d'ordre et de prudence dans une affaire démarrée tout croche, et dans le chaos complet.

Est-il coupable ou pas ? On n'en est pas là. Condamner quelqu'un sans preuve, ça n'aide aucune victime. Laisser un violeur échapper à la justice par imprudence ou précipitation, non plus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer