Le gouvernement Couillard croit-il à l'éducation ?

Le gouvernement, qu'il soit péquiste ou libéral, a... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le gouvernement, qu'il soit péquiste ou libéral, a imposé de nouvelles compressions budgétaires à toutes les universités du Québec.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

On s'émeut depuis un an du fait que l'école publique se fait pressurer, et avec raison. Pendant ce temps-là, à l'autre bout de la chaîne de l'éducation, l'université québécoise perd du terrain à la vitesse grand V. Mais apparemment, tout le monde s'en fout.

Prenons une base de comparaison. En 2014, UBC, l'Université de Colombie-Britannique, a dépensé 15 102 $ par étudiant. L'Université de Montréal ? 9931 $ - Laval et Sherbrooke, encore moins. McGill a atteint 11 100 $ grâce à un fonds de dotation bien garni.

« Si UBC dispose de plus de 50 % de plus que moi, comment voulez-vous que je les concurrence ? C'est carrément impossible », me dit le recteur de l'Université de Montréal, Guy Breton.

D'un côté, les droits de scolarité n'ont pas augmenté (à 2800 $, ils sont à 47 % de la moyenne canadienne de 6000 $, disait Statistique Canada hier). Vu la crise de 2012, on comprend que ça ne bougera pas de sitôt.

De l'autre côté, le gouvernement, qu'il soit péquiste ou libéral, a imposé de nouvelles compressions budgétaires à toutes les universités.

Si bien qu'au lieu de combler le sous-financement des universités du Québec (comparé au reste du Canada), on a accru l'écart.

L'Université de Montréal, par exemple, fonctionne avec 57 millions de moins par année sur un budget de 700 millions.

« Pendant ce temps-là, d'autres sociétés investissent massivement dans le savoir. Avec de moins en moins de ressources, je ne peux tout simplement pas maintenir la quantité et la qualité des diplômes », dit le recteur Breton. Le classement international n'est pas une bible, mais une indication : il verra son établissement perdre des rangs cette année.

Bref, non seulement le gouvernement a nié le sous-financement des universités, qui faisait consensus il y a cinq ans, mais il a aggravé la situation.

« On a des diplômes "made in Québec", mais bientôt "good for Québec only" », dit le recteur, qui se désole de « l'apathie de la société québécoise, qui semble insouciante ».

***

Le déclin est invisible de loin. Mais à Sherbrooke, une centaine de postes de professeur ne sont pas pourvus. À Montréal, les postes sont pourvus, mais le personnel administratif ou de soutien n'est pas remplacé. Les ouvrages récents ne sont pas achetés.

L'UQAM vit en plus une baisse des demandes d'admission. La semaine dernière, le recteur Robert Proulx attribuait cette baisse aux troubles du printemps. Ce ne serait pas illogique, mais la grève a été déclenchée le 21 mars, trois semaines après la date limite des demandes d'admission, le 1er mars !

Le recteur n'a pas parlé des inscriptions et l'on comprend mal d'où il tire ses conclusions sur les manques à gagner s'il n'en connaît pas le nombre exact. Les syndicats contestent donc ses conclusions.

Mais tout cela ne change rien à l'affaire : ce n'est pas l'université qui a adopté une politique d'austérité, c'est le gouvernement qui la lui a refilée.

***

Pendant ce temps-là, le financement de la recherche par les organismes fédéraux est de plus en plus soumis à des critères pratiques. La recherche doit mener directement à une application, à un développement, sinon à une entreprise.

On veut bien que toute recherche ne soit pas pertinente ou bien avisée, mais le rôle de l'université est le développement de la recherche fondamentale. Ça ne peut avoir lieu nulle part ailleurs. Et malgré tout ce qu'on peut espérer des philanthropes désintéressés, ça passe par un financement public.

***

Revenons à Québec. Politiquement, il n'y a pas beaucoup à perdre à serrer la vis aux universités, on dirait bien. Chaque lamentation de recteur est vite enterrée par une histoire de construction, d'indemnité de départ ou de note de frais.

C'est pourtant là que s'invente le Québec de demain. Si ce gouvernement croit vraiment au développement du Québec, il n'a tout simplement pas le droit de laisser les universités du Québec sombrer tranquillement mais sûrement dans la médiocrité. Pas plus qu'il ne peut laisser l'école publique à l'abandon.

Mais encore faudrait-il qu'il nous convainque qu'il a une vision de l'éducation, et pas seulement un cahier de charges du Conseil du trésor.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer