Une grève bidon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

Et c'est reparti, les amis, comme en 2012! Le temps d'astiquer pancartes et chaudrons, les nostalgiques du Printemps étudiant vont reprendre la place Émilie-Gamelin et la rue.

Comme en 2012? Mais non! Bien mieux! Celle de 2012 était centrée uniquement sur l'opposition à une hausse des droits de scolarité. On a ainsi réussi à maintenir les privilèges des bourgeois, dont l'éducation supérieure est surfinancée par les impôts des familles dont les enfants ne vont pas à l'université. Un beau succès soi-disant «de gauche», qui a permis d'enfoncer un peu mieux les universités dans la dèche.

Trois ans plus tard, après des compressions, les universités sont encore plus mal prises. Les anciens combattants de l'An 12 se portent donc à sa rescousse - pourvu que les autres paient.

Sauf que vous ne trouverez pas si souvent les mots «université» ou «éducation» dans les documents des militants de l'An 15. Ce n'est qu'un des multiples enjeux, vu qu'il n'est nullement question d'augmenter les droits de scolarité.

***

Cette fois-ci, la grève de quelques dizaines de départements et cégeps est beaucoup plus ambitieuse. Il s'agit de lutter contre l'austérité et «diverses mesures antisociales». Lesquelles? Choisissez!

Sur le site de Printemps 2015, vous verrez annoncer toute une série de manifestations qui débordent largement le cadre ennuyeux de l'éducation.

On mobilise contre la brutalité policière, l'appropriation industrielle de l'espace et même l'extractivisme.

Oui, mesdames et messieurs, des étudiants quittent leurs salles de cours pour dénoncer l'extractivisme.

Merci, les jeunes, c'est très apprécié.

Qu'est-ce donc que l'extractivisme? me demanderez-vous. Non, ce n'est pas l'état de celui qui est extrêmement activiste. C'est l'exploitation abusive des ressources naturelles.

Que vous vouliez défendre une éducation de qualité, faire la promotion de garderies gratis, gratis, gratis ou simplement donner des câlins à un caribou forestier, il y a de la place pour vous.

***

Avec des enjeux aussi extravagants et des mandats de grève flous à souhait, il y a des sessions qui ne sont pas près de finir...

À ce mouvement des héritiers des «carrés rouges», ceux qu'on appelait les «carrés verts» répliquent par des arguments juridiques. Il est vrai qu'il n'existe aucun «droit de grève» des usagers de l'université. Légalement, impossible de nier le droit de suivre des cours à un étudiant.

La démocratie étudiante, par ailleurs, profite de la démobilisation de la majorité. À la fin d'une interminable assemblée, il ne reste en général que les plus convaincus. Tout se fait à main levée.

Tant pis pour ceux qui ne s'y rendent pas, me direz-vous. Sans doute. Mais la réalité étudiante n'est pas celle des travailleurs dans une entreprise. Ils ont des horaires souvent éclatés, ils travaillent, ils habitent loin, etc.

Sauf qu'on aura beau obtenir des injonctions, on n'ira pas tenir des cours d'anthropologie à l'UQAM sous surveillance policière...

C'est à ceux qui tiennent à leur session et à leur diplôme de se tenir debout, de se mobiliser et d'aller gagner les votes. Il y a moyen de convoquer des assemblées extraordinaires, il y a moyen de prendre des votes secrets, il y a des cégeps où le vote électronique a eu lieu. Tant qu'ils laisseront les plus militants contrôler les associations et les assemblées, ils pourront difficilement jouer aux victimes.

***

Le plus extraordinaire dans tout ça, c'est la passivité, pour ne pas dire la peur panique, des directions d'universités et de cégeps. Incapables même de soulever un doute sur l'objet de la grève.

Non, toute grève n'est pas légitime parce que des jeunes gens sympathiques et pleins d'idéaux ont voté. Associer une grève étudiante dans un cégep à l'extractivisme et à l'industrialisation de l'espace, c'est de la connerie. Ou c'est accepter d'être manipulé par d'autres, qui veulent se servir des étudiants pour lancer un mouvement social - aux frais des étudiants.

La meilleure manière de lutter contre la destruction de l'environnement et pour une société plus juste, c'est de passer son foutu DEC, son bac, son doc, bref de finir ses études et de s'inscrire dans la société comme adulte compétent.

Mais ça, nos recteurs ont l'air gênés de le dire.

Pour joindre notre chroniqueur: yboisvert@lapresse.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer