| Commenter Commentaires (42)

Le vol très bas de Lise Thériault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

Peut-être s'est-il envolé en pleine nuit. Certains disent l'avoir entendu faire du bruit près de Québec. Toujours est-il qu'on est sans nouvelles du jugement de la ministre Lise Thériault. Il s'est évadé sans laisser de traces.

On comprend que l'évasion en hélicoptère de trois détenus ait de quoi stresser une ministre de la Sécurité publique.

Pourtant, ce n'est tout de même pas de la faute de la ministre si cette évasion a eu lieu. Pourquoi diable, alors, se mettre soi-même dans l'embarras ? Pourquoi cette précipitation à accuser tout le monde, à dire n'importe quoi ?

***

Lundi, Mme Thériault a dit que le juge Louis Dionne « a fait les recommandations » pour que la cote de sécurité des trois futurs évadés soit abaissée, passant du maximum (S5) à un niveau moyen (S3). Comme le juge l'avait recommandé, a-t-elle dit, les services correctionnels se sont pliés à cette décision « questionnable ».

On sait depuis hier que c'est totalement faux. Le juge a ordonné quelques légers assouplissements aux conditions de détention des trois accusés uniquement pour qu'ils puissent se défendre convenablement à la cour dans leur procès devant jury pour trafic.

Le juge a permis des sorties dans la cour de la prison où l'hélicoptère s'est posé pour les cueillir... mais uniquement les jours d'audience. Or, l'évasion a eu lieu un samedi. Ce n'est donc pas le juge qui a autorisé cette sortie.

Il a permis l'utilisation d'ordinateurs, mais uniquement pour consulter la preuve, sans possibilité de communiquer à l'extérieur. Il a permis qu'on leur enlève les menottes... Mais seulement en cour, pour prendre des notes. Etc.

Bref, le juge Dionne n'a rien à voir dans cette évasion qui tourne en ridicule le système carcéral québécois. La faute, s'il y en a une, a plutôt l'air de revenir à la direction de la prison d'Orsainville.

***

Quand on connaît un tant soit peu Louis Dionne, on devine qu'il a dû être scandalisé par les propos irresponsables de la ministre. Cet ancien militaire, ex-procureur, ex-cadre à la Sûreté du Québec, puis directeur des poursuites criminelles et pénales, n'a pas la réputation d'être un « mou », et encore moins un improvisateur ou un imprudent.

Propos faux, d'abord, qui devraient donner lieu à des excuses de la ministre. Et propos insidieux. Un ministre n'a pas à se prononcer sur les jugements des tribunaux, encore moins pour les qualifier de « questionnables », un anglicisme qui signifie « douteux ». C'est par un appel que le gouvernement doit se plaindre d'un jugement, pas par des commentaires malavisés, si la séparation des pouvoirs veut dire quelque chose.

Constatant qu'elle s'était trompée, la ministre a alors accusé des gens de lui avoir menti au sein de l'appareil. Qui ? On ne sait pas, mais c'est « certainement » le cas, a-t-elle dit en entrevue radiophonique, car elle reçoit toutes sortes de versions. Elle va même jusqu'à dire qu'il est « fort probable » que des gens sont corrompus dans le système carcéral !

Il est possible que des gens aient menti. Il est possible aussi que des gens aient été mal informés, aient mal compris, bref, toutes sortes de choses sont possibles. Mais une ministre responsable ne se garroche pas sur la place publique pour émettre des hypothèses et penser tout haut Demi-Cadratin pas très, très haut, c'est bien vrai.

***

Y a-t-il eu corruption dans cette rocambolesque histoire ? Des menaces ? Les deux ? C'est clairement une bonne série de questions à poser. Comment des gens réputés dangereux et à haut risque d'évasion ont-ils pu réunir toutes les conditions pour ce coup sans quelque complicité ? Tout ça est hautement suspect.

Sauf que ce n'est pas à la ministre de faire des commentaires semblables alors qu'aucun fait n'est connu. Elle commence bien mal son mandat en lançant une sorte de blâme à tout l'appareil de la Sécurité publique.

Ce n'était pourtant pas infiniment compliqué de dire sa vive préoccupation après l'évasion et de déclencher une enquête, comme elle a fini par le faire hier. Michel Bouchard, ancien sous-ministre et ancien procureur respecté, est tout désigné pour nous éclairer. Mais voilà qu'il préside une enquête à la demande d'une ministre qui traite des fonctionnaires de menteurs et de corrompus probables...

Entre-temps, le juge Dionne a pris la bonne décision : continuer le procès sans les accusés. Le Code criminel prévoit clairement la marche à suivre quand un accusé « s'esquive ». Il renonce à son droit d'y assister, et on continue sans lui, point.

Quant à Lise Thériault, on vient de voir à l'oeuvre son côté justicier, qui s'était manifesté en 2012 lors de ses prises de bec avec la FTQ.

Pas sûr qu'elle ait le doigté pour manoeuvrer dans l'univers très délicat des pénitenciers, de la police et de la justice, qui tous ont leurs codes et leurs susceptibilités légitimes.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer