| Commenter Commentaires (89)

Un parti de vieux?

Yves Boisvert
La Presse

Quelle scène bizarre. Pierre Karl Péladeau qui parle de «solidarité». Jean-François Lisée qui veut être «le gardien de nos inquiétudes». Bernard Drainville qui commence à scander «on veut un pays», comme à la cantine d'un camp scout où le dessert a été annulé.

Tout sonnait faux. Cet enthousiasme en carton pour soutenir le moral des militants ne faisait que renforcer l'impression de tristesse, de catastrophe... et d'improvisation.

Pauline Marois a quitté la scène avec une émotion contenue et une grande dignité.

Derrière elle... Quel champ de ruines.

D'anciens piliers du Parti québécois, comme Louise Harel, insistaient hier sur la nécessité de prendre du recul: le PQ a subi bien des défaites en 46 ans d'histoire, il s'en est remis...

Jean-Pierre Charbonneau y allait avec la théorie de la dispersion: les souverainistes sont très nombreux, ils sont seulement égarés à Québec solidaire, à la Coalition avenir Québec, à Option nationale... ou restés chez eux.

Il est vrai que, contrairement à ce que voudrait entendre le reste du Canada, le projet souverainiste n'est pas mort. En cas de crise politique, il pourrait même un jour rallier la majorité.

En attendant cet accident de l'histoire, il faut bien se rendre à l'évidence: ce parti et son option sont dans une sorte de carrefour historique. Ou de cul-de-sac. Les choses ne peuvent plus continuer «comme avant».

La descente du Bloc, les résultats du PQ en 2007 et cette année, mais aussi ceux de 2012, quand il n'a pas même obtenu le tiers des votes devant un gouvernement libéral usé et méprisé...

Ça va mal.

Et les jeunes?

Un ami souverainiste a eu tout un choc l'an dernier quand son fils lui a raconté sa soirée au parc Maisonneuve, pour la Fête nationale.

Devant son père nostalgique des «shows de la Saint-Jean» des années 70, l'adolescent de 16 ans décrivait le parterre, les drapeaux, les fleurs de lys, les chants du pays... Et ces vieux qui encourageaient la belle jeunesse de la nation.

«T'sais, des vieux péquistes?»

Comment ça, des «vieux péquistes» ?

Quand nous avions 16 ans, le PQ était dans son heure de gloire. René Lévesque avait réuni un gouvernement qui nous impressionnait par son intelligence, son audace et sa détermination à réformer le Québec.

Voilà qu'un gars de 16 ans décrit un supposé «péquiste» comme on voyait Maurice Bellemare, dernier survivant de l'Union nationale... Quelle impertinence!

C'est aussi ça, arriver à 50 ans...

À mon école secondaire, dans les années 70, j'imagine bien que le PQ et le Oui l'auraient emporté à 75%...

Hier, le Forum jeunesse a diffusé les résultats d'élections simulées dans 350 écoles secondaires et organismes de jeunes de partout au Québec. Rien de scientifique, mais tout de même, l'exercice était sérieux et soutenu par le directeur général des élections, qui a fourni du matériel électoral.

En tout, 70 000 jeunes ont voté. Le PQ a terminé en troisième position, avec 18% des votes (36% au PLQ, 21% à la CAQ, 13% à QS).

L'appui à la souveraineté est autour de 25% chez les 18-24 ans. Et le groupe le plus fervent est celui des 55 à 64 ans. Les baby-boomers, en somme.

La sociologue Claire Durand, qui a analysé 695 sondages d'opinion sur 40 ans, observe le même phénomène. L'appui à la souveraineté du Québec demeure autour de 40%, mais le projet est de plus en plus soutenu par les vieilles générations.

Au référendum de 1980, plus un électeur était jeune et instruit, plus il avait tendance à voter Oui. Ce n'est plus le cas en 2014. La souveraineté, et le Parti québécois encore davantage, a moins d'appui chez les électeurs jeunes et chez les électeurs plus instruits.

Comment soutenir une idée aussi révolutionnaire, comme dirait Bernard Landry, quand la jeunesse n'y adhère pas massivement? N'est-ce pas pour elle qu'on veut «bâtir un pays» ?

Bien des voix ont tenté de se faire entendre au PQ à ce sujet. Les résultats sont minces.

Le dernier «projet» du parti, cette «Charte des valeurs», a accompli exactement le contraire: repousser les jeunes et trouver de la sympathie chez les plus âgés.

Le trio de choc n'avait manifestement pas entendu ce message, lundi.

On entend mal quand on scande.

yves.boisvert@lapresse.ca




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer