Crises d'identité

Un partisan libéal photographie des drapeaux du Québec... (Photo Olivier PontBriand, La Presse)

Agrandir

Un partisan libéal photographie des drapeaux du Québec et du Canada lors d'un rassemblement du PLQ pendant le dévoilement des résultats.

Photo Olivier PontBriand, La Presse

Yves Boisvert
La Presse

Ce n'est pas la faute de Pauline Marois, de ses stratèges, ni de Pierre Karl Péladeau, si le PQ a perdu aussi lamentablement.

C'est vrai, cette campagne a été une des plus mauvaises qu'on ait vues depuis une génération. Un résultat plus mauvais que celui, historique, d'André Boisclair en 2007 - de trois points de pourcentage supérieur.

La question à se poser, cependant, est: pourquoi le Parti québécois a-t-il eu une aussi mauvaise campagne?

Parce que le PQ n'a plus l'air de savoir qui il est. On parle de la crise d'identité des Québécois... Mais quelle est l'identité du PQ en avril 2014?

Souverainiste. Social-démocrate. Ces deux mots ont résumé le PQ pendant 40 ans.

Aujourd'hui, la social-démocratie est à redéfinir, vu l'état des finances publiques. Et la souveraineté ne fait manifestement pas recette.

Ce n'est pas «la faute à PKP», si la campagne péquiste a pris le fossé. C'est plutôt que son arrivée a cristallisé la crise d'identité du Parti québécois. Faut-il augmenter ou diminuer les impôts? Faut-il un référendum ou pas?

Le lendemain de l'entrée en scène de PKP, certains stratèges libéraux étaient convaincus qu'ils allaient perdre. Quel coup fumant! Un symbole de succès économique, et tout un!

En même temps, il venait de confronter le PQ avec toutes ses contradictions. On ne peut pas avoir un préjugé historique favorable aux syndicats et recruter un patron réputé casseur de syndicats.

Enfin, on peut, oui, quand on fait cause commune pour un idéal plus grand.

On a vu des Gilles Duceppe, Marc Laviolette, Louise Harel et combien d'autres représentants de l'aile «progressiste» se porter à la défense de M. Péladeau pour cette raison.

Après tout, le PQ a toujours été une «coalition», n'est-ce pas? Dès sa fondation, des militants de la gauche radicale y ont côtoyé les anciens membres de l'Union nationale.

Cette coalition avait un sens: fonder le pays du Québec, dans lequel les luttes politiques classiques se feraient comme partout ailleurs.

Sauf que le PQ de 2014 ne veut plus faire campagne sur la souveraineté. Il présente un arc-en-ciel pourquoi, alors? Pour quoi faire?

Comment peut-on être étonné de se faire emmener sur le terrain de la souveraineté? Comment être aussi mal préparé? Une monnaie commune... Un siège à la Banque du Canada?

En 1994, quand Jacques Parizeau a fait campagne, il n'y avait pas de malaise souverainiste. Pas de complexe. C'était le but de l'opération, il n'en faisait pas mystère!

En 2014? Euh... On est souverainistes... Mais on ne veut pas en parler.

Si c'est une «erreur» de laisser un candidat-vedette parler de souveraineté, c'est qu'on est rendu embarrassés d'être souverainistes.

C'est qu'on ne sait plus comment on s'appelle.

Le virage «identitaire» du PQ, cette charte «de la laïcité», lui a temporairement emmené une clientèle additionnelle. Mais voici que, pour la première fois, il n'est plus premier chez les jeunes électeurs.

La crise d'identité, elle est au sein même du Parti québécois.

Le PLQ triomphe ce soir. Mais c'est bien plus le capotage péquiste que la qualité de sa campagne qui l'a ramené au pouvoir.

Philippe Couillard se prépare des lendemains pénibles s'il ne prend pas plus au sérieux la question de la laïcité.

Après tout, c'est le PLQ qui a déclenché la commission Bouchard-Taylor. Il a la responsabilité d'en faire quelque chose. Les recommandations des deux sages n'étaient pourtant pas radicales: un cadre, plus de crucifix à l'Assemblée nationale, quelques interdictions de signes religieux pour les fonctions coercitives de l'État...

La CAQ est composée en partie d'anciens libéraux nationalistes, plus à droite fiscalement, qui ne se reconnaissaient plus dans le PLQ.

Quant à la langue française, le sujet ne met pas Philippe Couillard tellement plus à l'aise. On n'imagine pourtant pas un premier ministre du Québec qui n'ait pas les idées claires là-dessus. Et qui n'en soit pas un gardien vigilant.

L'identité libérale aussi est à définir... autrement que dans l'anti-péquisme.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer