| Commenter Commentaires (28)

Charte ou référendum?

Yves Boisvert
La Presse

François Legault a peut-être été le plus à l'aise dans ce débat. Sauf qu'on n'est plus en 2012. Il n'est pas dans la course. Il aura été là comme un contradicteur entre les deux principaux candidats.

Qui a gagné, alors, de Pauline Marois ou de Philippe Couillard?

On ne peut pas le dire sans répondre à cette question: la répulsion des Québécois pour un référendum est-elle plus forte que leur attrait pour la Charte péquiste?

Lequel de ces deux sentiments est le plus fort?

Ceux qui voulaient se faire promettre un mandat sans référendum vont rester sur leur faim. La réponse de Pauline Marois à la question très simple de François Legault était franchement comique. Y aura-t-il un référendum sur la souveraineté dans les quatre prochaines années? Oui ou non?

Mme Marois a pris un ton très ferme, comme si elle allait régler la question une fois pour toutes:

«Non! Y en aura pas de référendum!» Oh! Points de suspension... roulement de tambour... «Tant que les Québécois ne seront pas prêts.»

Ce qui en français veut dire «p'têt' ben que oui, p'têt' ben que non». Ce qui veut dire: je ne vous réponds pas. Mais je vous le dis fermement.

On sait qu'il n'aura pas lieu de nuit, par contre.

À l'inverse, les amis de la Charte «de la laïcité» auront pu voir encore combien Philippe Couillard est embêté.

Oh que le chef libéral avait hâte à la fin de ce segment du débat. Même Françoise David, anti-Charte, a refusé de lui venir en aide. (Notons ses nombreuses piques sur le flanc droit de Pauline Marois, par ailleurs.)

Il récolte les fruits d'une approche essentiellement juridique mal fagotée politiquement au fil des mois.

Ce n'est pas très satisfaisant intellectuellement de se faire dire que chaque question de port de signes religieux sera traitée par les organisations concernées, au cas par cas. Ça se défend en droit, car chaque cas est effectivement hypothétique et différent. Mais dans un débat, dans un programme électoral, ça laisse l'impression d'une indécision et d'une indifférence totales. Alors, turban ou hijab pour les agents de police, oui ou non?

Lui non plus ne répond pas clairement. Lui aussi répond qu'on n'en est pas là.

Philippe Couillard sait que si les Québécois appuient majoritairement ce projet de charte, ils ne sont pas favorables à des sanctions trop sévères. D'où sa question, répétée depuis des mois: voulez-vous faire perdre leur job à des infirmières?

Pauline Marois avait Fatima Houda-Pepin dans sa manche, elle l'a sortie au bon moment. «La seule qui a perdu sa fonction.» C'était son meilleur passage.

Couillard a été le plus concret et le plus convaincant en santé. Legault a été à son mieux dans les dossiers économiques. Chacun sa spécialité, en somme.

À la fin, que reste-t-il? Il reste, pour ceux qui font et défont les gouvernements, à choisir, entre ces deux insatisfactions, laquelle est la moindre.

_______________________

Le moment fort 

«C'est pas vrai qu'on est obligés de passer toute la campagne électorale à parler pour ou contre le référendum. On a vu M. Couillard, il ne veut pas en parler, mais il en parle à tous les jours pour faire peur au monde.» «Mme Marois a perdu le contrôle de son parti, elle fonce dans un mur pour un référendum.» - François Legault




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer