| Commenter Commentaires (46)

Moi, Nick Milioto

Partager

Sur le même thème

La mafia, la mafia, vous parlez de la mafia tout le temps, mais c'est quoi la mafia, d'abord? Hein? Vous parlez de gens qui tuent, de gens qui volent? C'est ça, la mafia? On lit ça dans les journaux. La police parle de ça. C'est tout exagéré, ce qu'ils disent, les journaux, la police... Comment croire ça? Surtout dans le temps, on se ramène tout de même à 2005... On était jeunes et insouciants.

Non, moi, je sais pas. Vraiment. Moi, madame, je travaille des 60, 70 heures par semaine...

Comment? Nick Rizzuto? Oui, oui, c'est un ami, je le voyais souvent. Un parrain? Non, sérieux? Je sais, c'est ce qu'ils disent dans le journal. Mais moi, je sais pas. Je savais pas. Je vous dis pas que c'est pas vrai, je veux pas être impoli. Je vous dis ce que je sais: c'est un bon père de famille. Un monsieur bien. On prenait un café ensemble. On jouait aux cartes.

Son fils Vito? En prison pour des meurtres à New York? Oui, j'ai lu ça dans le journal. C'est-y pas dommage. Une si belle famille. Mais on parlait pas de ces choses-là.

Jouez-vous aux cartes, madame la commissaire? Si y'a quelque chose de détestable aux cartes, c'est bien quelqu'un qui vient te parler de job ou de tes problèmes. Alors, vous me voyez, moi, pendant une partie de dame de pique: «Pis, Nick, Vito? Il mange bien à la cafétéria du pénitencier?» Tu dis pas non plus à un gars: «Hé, comme ça, t'es le parrain?» Si c'est pas lui, il est insulté. Mais d'un coup c'est lui, tu restes bête...

Non, aux cartes, on parle de cartes. Moi, par exemple, je fais des trottoirs. Venez pas me parler de trottoirs pendant une game de cartes!

Du cash? Ben oui, ben oui. J'apportais de l'argent au Consenza. Mais d'où ça venait, moi, je sais pas. Je savais pas. C'est-tu de mes affaires, ça, moi? Je vais prendre un café là régulièrement, j'achète mes scaloppinis à côté, mes cannolis plus loin, alors j'aurais l'air d'un bel ingrat, moi, si je disais à un collègue: «Non, apporte-le toi-même, ton rouleau de billets!» Oui, je le mets dans mes chaussettes... J'ai pas de soutien-gorge, pas de chapeau, où vous voulez que je mette 20 000$ en rouleau?

***

Mais là... J'écoute votre commission d'enquête... Oh là là, qu'est-ce qu'on apprend? Si ça se trouve, c'est de l'argent sale, c'est ça?

Ayoye. J'aime moins ça, là. Les gens parlent de pots-de-vin, de 2,5%, de 3%, de politiciens corrompus... Et moi, je donnais ça à mes partenaires de cartes... Et vous êtes en train de me dire qu'ils sont dans la mafia? Et la police surveillait tout ça? Merci de m'avoir averti! J'ai l'air de quoi, moi, aujourd'hui? Vous savez comment les gens sont... Vous savez quoi? Il y en a qui vont finir par penser que même moi, je suis dans la mafia! C'est le fun! Hey, ça va faire, les insinuations!

Je vais vous le dire, madame la commissaire: je suis déçu. Une réputation que j'ai mis 45 ans à construire, à travailler comme un fou, et là, je fais une petite erreur et me voilà associé au crime organisé. Si j'avais su! Mais comment savoir? Tu joues aux cartes avec un gars, son fils fait une gaffe aux États-Unis, allez donc blâmer leur père, les enfants écoutent plus, madame la commissaire... Tu prends un café avec lui, il ne va pas te parler de la mafia... Tu commandes un pizzo, euh, excusez, tu collectes une pizza... En tout cas, je n'avais aucune foutue idée de ce qui se tramait. Mais tellement pas!

Naïf? Oui, j'ai été naïf, c'est aujourd'hui que je m'en rends compte... Ça paraît clair maintenant, l'argent comptant, les échanges dans une petite pièce cachée, tous ces gens avec un casier judiciaire... Mais dans le temps, ne riez pas, on n'avait aucune, mais aucune idée! Et ça se passait devant moi, sous mon nez!

J'aime pas ce que je vois et ce que j'entends ici, madame la commissaire. C'est pas beau. On n'est pas là pour parler philosophie, mais je vous avoue que ça donne à réfléchir sur les relations humaines.

Ouais.

Bon, est-ce que je peux y aller, moi, là? J'ai une partie de cartes ce soir.

Partager

publicité

Commentaires (46)
    • Du pure bonbon cet article... Qui peut décrire la mafia....? Bien ...c'est wikipédia.... :-) (http://fr.wikipedia.org/wiki/Mafia) ...Pas moi, ni vous, ni Monsieur Millioto...Aux questions que je trouve insipire de Maître Lebel , que je considère comme ayant une attitude arrognante et méprisante, Millioto ne pouvait pas répondre autrement...C'est puéril de croire qu'il en est à son premier interrogatoire... ce monsieur là... Pour condamner une personne cela prend des faits irréfutables,clairs et contre la loi . Alors , sans preuves, sans faits, Madame la procureure peut bien aller se rhabiller, ces gros yeux n'ont impressionnés personnes. Bravo! pour cet article. Pour le reste de la commission...? Je me souviens pas trop, vous savez, ce que je sais je l'ai lu dans les journeaux...comme tout le monde... ;-)

    • Comme M. Milioto semble un très fervent catholique.
      J'aurais aimé que la Commission assigne tous lers membres de sa famille
      Nous aurions eu, tout un spagetti.
      L'un parmi la famille aurait cerrtainement craqué.
      Je ne peux comprendre pourquoi les Commissaires ont pu accepter se faire mentir en
      pleine face, pas une fois mais d'une facon régukière.

    • Je commence à me consoler de payer du divertissement avec mes taxes.

    • @gerarlam 20 février 2013 23h27
      Ouais, comme misogyne on peut difficilement faire mieux !
      Si vous connaissez un peu la «mentalité» machiste des mafieux, sachez que c'est très humiliant pour ces crapules de devoir rendre des comptes à une femme !
      Contrairement à vous, moi j'applaudis de voir ces faces de vauriens prendre leur air d'enfant martyr (sic) pour demander à deux femmes (Me Lebel et la Présidente Charbonneau) la «permission» de les contredire !
      Robert Alarie

    • @Serengeti - 20 février 2013 - 21h27
      Etant donné votre post, ma question est: vous avez fait vos études en droit où?

    • Vous souvenez-vous d'une chanson de Jacques Brel:
      Un monsieur attendait
      au café Consenza
      l'argent qu'on lui devait
      et Milioto se montra.
      Ce monsieur attendait
      en remplissant ses bas
      de l'argent qu'on lui donnait
      pour arrondir ses fins de mois.

    • IL aurait bien mériter sa charge d'outrage au tribunal mais nous sommes encore au théâtre?

    • @gerarlam
      Décidément, on aura tout lu ici! Êtes-vous sûr que vous n'êtes pas anti-féministe, vous? Vous en connaissez beaucoup des hommes avocats qui ont travaillé comme journaliers de construction? A ma connaissance, quand on entre en droit à l'université, ce n'est pas pour aller travailler sur la construction au bout de 3, 4 ou 5 années d'étude.
      Et il n'est pas nécessaire de bien saisir, et uniquement cela, la nature du travail sur la construction pour qu'un(e) avocat(e) puisse interroger un mafieux.
      Quant aux menaces dont vous parlez, elles se situent entièrement dans un cadre légal : un témoin qui ne collabore pas est passible de poursuite, c'est la loi. Et le rôle d'un juge est d'en informer un témoin s'il y a déviance de sa part. Si M. Milioto ne le savait pas, il le sait maintenant.
      Mais si nous parlions plutôt de ses propres menaces alors qu'il regardait Me Lebel? Son avocat a certainement dû le rappeler sérieusement à l'ordre à ce sujet mardi soir. Ce qui explique le patinage artistique de M. Milioto sur ses paroles de la veille quand Mme. Charbonneau est revenue sur le sujet mercredi. Vous pouvez être sûr qu'il ne commettra pas la même erreur deux fois.
      Quant à "la tournure de penser des hommes" à laquelle vous faites allusion, je préfère la "tournure de penser" de certaines femmes à celle de certains hommes...

    • claude_l
      Votre commentaire est excat. Lle petit sourire narquois triomphal de la commissaire m'énerve au plus haut point.
      Comme vous dites, on dirait qu'elle se pavane après avoir posé une question comme si ella avait posé la question la plus intelligente du jour.
      Un peu comme pour nous faire penser:" Regardez-moi aller; cette fois il va être fourré pour répondre".
      Et quand elle manque son coup, alors elle fait des menaces.
      J'aurais préféré plus d'hommes dans cette commission; sans être enti-féministe, la tournure de penser des hommes est différente de celles des femmes etcesderniers sont plus aptes à saisir leur raisonnement.
      Par exemple, combien de femmes avocates ont travaillé comme journaliers de construction, et peuvent bien saisir la nature de ce travail.?

    • L'incompetence de tous les membres de cette commission, en particulier Me Lebel est son air bete quand elle pense avoir pose une question pertinente, sois combien de tables possedent le consenza, s'est demontre quand enfin ils sont tombé sur un gars rusé, de la trempe des mafieux solides, qui pratique l'omerta a la lettre, qui joue sa vie, et c'est surement pas cette idiote de procureur qui va le faire craquer !!!

    • Je crois qu'il est tres important de donner toute la corde possible.... Il sera toujours temps de faire revenir le témoins. Elle est là la fragilté de Milioto... Il est quand même sous serment. Le temps dira qui est le/la plus sage!
      On peut dire tout ce qu,on veut, tout ce qu'on ne veut pas, mais les faits...

    • @claudewallet
      Devant un tel témoin, je ne crois pas qu'il faille blâmer Me Lebel. Même Mme Charbonneau (qui en a vu d'autres avec Mom Boucher) et M. Lachance ne font pas mieux de leurs questions.
      Mais je crois qu'il était au contraire très habile de la part de Me Lebel de lui poser certaines questions comme "Faites-vous partie de la Mafia, M. Milioto?" (lui qui, apparemment, ne connaît la Mafia que par ce qu'il en lit dans le Journal de Montréal, et qui lui répond "Non.")
      Parce que, dans l'éventualité d'un procès criminel où il serait démontré que M. Milioto fait (ou faisait) partie de la Mafia, il se trouverait alors en situation de parjure par rapport à ce "non" qu'il vient maintenant de donner à la question claire et précise de Me Lebel. Avec les conséquences que l'on connaît pour un parjure.
      Quant aux fautes de français de Me Lebel... qui n'en fait pas? N'est-ce pas Jésus qui disait "Que celui d'entre vous qui n'a jamais péché lui lance la première pierre."? Dans un tel contexte que celui de cette Commission, je n'ose imaginer le niveau de stress de Me Lebel et aimerait plutôt reconnaître ici ses qualités que ses accrocs au français, ce qui serait plus positif.

    • @mich123
      Il va y avoir du monde sur la ligne de départ parce que moi aussi, elle me fait craquer avec son petit air narquois. Et quand elle penche la tête, le bras appuyé, en regardant M. (?) Milioto, l'air de dire "quelle ânerie déjà entendue allez-vous encore me lâcher?"... Craquante, je vous dis!
      @superpif
      Quant à Me Gagné, son approche serait évidemment différente, mais elle se riverait le nez sur le même mur de silence et M. Milioto rentrerait encore là chez lui bien tranquille y déguster... mais que dis-je?, s'il ne va plus au Consenza, il va prendre son café où maintenant? Voilà toute une question existentielle qui n'a pas été abordée par la Commission!
      @M. Boisvert
      Je lisais votre texte avec en tête la voix et l'accent de M. Milioto et c'était criant de réalisme. Voilà qui résume bien les trois derniers jours et même ceux à venir (a-t-on besoin que ça continue?). Francis Ford Coppola trouverait bien dans cette Commission matière à un nouveau "Parrain". Il est aberrant, à voir toutes ces activités mafieuses, de devoir considérer Montréal comme une métastase du cancer italien. Une vraie honte.

    • Il est facile de se gausser des dérobades, approximations, oublis opportuns du sieur Milioto, devant des évidences pourtant avérées. Cependant, ce qui est ridicule n'est pas le comportement de ce monsieur savonnette, conduit à mon avis de manière fort habile, mais beaucoup plus l'impuissance pathétique du jeune procureur, Mme Lebel, à le déséquilibrer si peu que ce soit. J'ai trouvé ses questions bien prévisibles et bien naïves pour beaucoup d'entre-elles (Niez-vous appartenir à la Mafia? Niez vous être l'intermédiaire etc. Dîtes-nous c'est quoi (sic) la Mafia... On en passe). Devant si peu d'imagination et de pugnacité, l'anguille Milioto, homme redoutable certainement, n'a eu aucun mal à se faufiler entre les mailles de ce filet bien trop lâche. De la belle ouvrage! Pour faire craquer ce type, il faudrait un interrogateur d'un autre tonneau.
      Par ailleurs, on s'étonnera tout de même, à ce niveau, de la piètre maîtrise de la langue française démontrée par par Mme Lebel, à qui on rappellera, entre autre, qu'argent est un mot masculin (pas une argent) toujours employé au singulier, "des argents" n'a aucun sens, que cent ne prend pas de "s", que l'on ne dit pas "dîtes-nous c'est quoi" mais "dîtes-nous ce que c'est" et bien plus. Un membre aussi éminent de cette Cour très médiatique s'honorerait à ne pas nous écorcher ainsi les oreilles. Ça ne fait rien pour améliorer sa crédibilité, déjà mise à mal par un témoin décidément trop coriace pour elle.
      Au total, un triste spectacle pour la démocratie!

    • "Vous avez le choix entre l'outrage à une commissaire et la colère d'un parrain de la mafia, que choisiriez vous?" evel.
      ===
      Bingo. Vous avez tout compris.
      Jean Émard

    • Intelligent, rusé, retors et totalement amoral. Le mafieux type.
      Lui et ses complices se sont enrichis à même les biens publics. Mais ils ne possèdent rien. Tout appartient à leur femme, leurs fils, leurs filles qui sont à la tête de compagnies "légales", des millionnaires qui jouissent de l'argent du crime.
      Au moins, le coût des travaux d'infrastructures a considérablement diminué. Alors les enquêtes et la commission d'enquête valent leur pesant d'or.

    • @babe12 20 février 2013 15h18
      TOUT le monde, sauf vous, aura deviné que mon message du 20 février 2013
      à 16h38 répondait à votre très «songé» commentaire de 15h18...
      Ne lâchez surtout pas; à force de «creuser» pour vous fixer des niveaux de réflexion si «profonds», vous allez finir par faire partie de nos ressources minières !
      Merci pour votre contribution !
      Cordialement et sincèrement,
      Robert Alarie

    • Petit bijou...
      Grazie mille Signore Boisvert

    • Vous avez réussi à démarrer votre ordi toute seule ?
      Bravo !
      Robert Alarie

    • @gilles.i
      Je crois plutôt qu'ils regardent tous en prenant bien notes de tout ce qu'il ne dit pas!
      @M. Boisvert : excellent texte!

    • @superpif - 20 février 2013 - 12h57
      Je serais curieux d'avoir l'opinion de M. Boisvert sur le travail de Me Lebel, mais pour le peu que j'ai vu, je ne l'ai pas trouvé mauvaise du tout, mais je suis loin d'être un spécialiste. Madame Charbonneau me laisse une excellente impression.
      A part de ça, M. Milioto ne veut rien dire, pas certain qu'un autre avocat ferait bien mieux que Me Lebel.

    • un très bon chaud de télé a nos frais .
      bravo a ceux qui voulaient cela
      mr. nick va tout nous dire ce que nous savon déjà ......ben oui un fou le mr
      il veux pas paraitre sur la première page du journal de montréal ...
      si vous seriez a sa place vous feriez pareil .......rien dire ....je me souviens pas
      un bon chaud sans commercial wow merci
      J'y pense on arrête la commission et avec l,argent sauver nous donnons au pauvre étudiants de madame marois bougons
      ah oui ,plusieurs sont en vacance dans le sud,les étudiants ...j'en ai moi même rencontrez plusieurs le mois passer

    • Dure tâche pour Me Lebel. J'espère qu'elle trouvera le moyen de déstabiliser le témoin et lui faire cracher un semblant d'aveu de regret...

    • @Pour-le-dire20 février 2013 12h07
      Vous écrivez : «...Mais je pense qu'on paie cette Commission trop cher pour écouter ça! Assez de clownerie! Suivant-Next!»
      Que «pensez-vous» qu'on devrait faire à la place ?
      Je suis impatient de vous lire...
      Robert Alarie

    • J'aurais préféré un avocat(e) avec plus d'expérience avec qui Milioto aurait davantage sué que de rire.
      Selon moi Me Lebel et par surcroit Me Tremblay ne font pas le poids, ce sont des juniors qui jouent maintenant dans la grande ligue et ça parait.
      J'aurais aimé voir Me Gagné (avocate de Martin Dumont) au lieu de Me Lebel questionné Milioto...

    • moi, j'aime tellement ca que j'ai caceller mon videotron pour ecouter en direct la commission..Wow du reel, pas comme aux emissions avec des acteurs.. ca c'est du vrai. la commission Charbonneau devrait recevoir une subventionde l'Office National du film et vendre les DVD de la saison 5 ou 6 ou7

    • Les témoins précédents ont l'air d'enfant de choeur naïfs en comparaison... Mais je pense qu'on paie cette Commission trop cher pour écouter ça! Assez de clownerie! Suivant-Next!

    • Merci M.Boisvert, votre chronique est un mélange d'Agatha Christie et de Woody Allen; du bonbon ;-)
      Borsalino jouait le déficient en parlant anglais quand il se fait tasser dans le coin, Miloto a beau jouer les dégénérés en «accentuant« son accent pour faire plus imbécile heureux, j'ai bien hâte de voir quelle langue vont parler Tomassi et Jacques Dupuis devant les commissaires en l'absence de Charest, Don Charest, qui leur disait quoi dire...
      Héhéhé, ça promet !
      Robert Alarie

    • @jeannot72 - 20 février 2013 - 09h07
      En effet, tous ces gens se retrouvent sous les feux des projecteurs et c'est la dernière qu'ils voulaient. Quand bien même M. Milioto ne dirait rien, dans les faits, il dit beaucoup de choses sur ce milieu de la construction qui est effectivement infiltré par la mafia. Dorénavant, les élus et les employés municipaux devront se surveiller et il y aura une escouade anti-corruption permanente qui, un jour ou l'autre, mettra des gens en prison. Les gens sans scrupule trouveront bien le moyen de déjouer le système, mais ça va être pas mal plus compliqué et ils vont sans doute se tenir tranquille pendant un bon moment.

    • Après un article pareil, l'expression: "C'est pas parce qu'on rit que c'est drôle" prend tout son sens...

    • Harper devrait annoncer un nouveau programme d'infrastructures à long terme afin d'aider les provinces et les municipalités, qui doivent investir des milliards de dollars uniquement pour rénover les infrastructures existantes.
      Voilà, on est prêt à recommencer.
      Dire qu'on a même pas encore entendu parler de l'Ontario...
      On entends déjà nos contracteurs, buraux d'ingénieur... Tous ce beaux monde est mort de rire, encore une fois!!
      A quoi ça sert nos impots. On fait une commission, on provoque la vente de maison à 1$, et sans même finir le travail, on s'apprete encore à verser des milliards aux mêmes personnes.
      Il n'y a pas que Milioto qui nous rie en pleine face.

    • Très humoristique en effet....Mais la réalité est probablement : Moi, Nick Milioto ai le choix entre une balle dans la tête en sortant de la boucherie ou 1 an de prison pour outrage au tribunal ! (Vous avez oublié le cour Mafia 101 en début de commission M. Boisvert ? ;-)

    • L'important d'une commission d'enquête comme celle qui nous concerne est de démanteler le semblant de légitimité et de probité qu'avait plusieurs acteurs de nos scandales. Il sera plus difficile pour nos politiciens de s'associer avec des collecteurs scabreux à l'avenir et les groupements sociaux italiens se feront plus suspects de leurs participants au militantisme à l'origine mafieuse. En passant il serait temps que feu Gilles Rocheleau (ancien député du Bloc Québécois) obtienne justice!

    • Un bijou de chronique.

    • Excellente chronique. Du grand Art Buchwald. Vous auriez pu en profiter pour mentionner aux gens de la commission qu'en français, le mot "argent" est masculin, même si autour d'une table à la brasserie, on peut se dire que la mafia brasse de la "grosse argent".

    • Vous avez le choix entre l'outrage à une commissaire et la colère d'un parrain de la mafia, que choisiriez vous?

    • Autre chose qui m'agace de la Commissaire Charbonneau et qui ne convient pas à une présidente d'une telle Commission, c'est son petit sourire moqueur qu'elle fait en balayant du regard tous ses collègues avocats pour faire un peu le paon.
      C'est ben le fun, ça fait "peuple", ça fait un bon show. Qu'elle soit émotive, qu'elle se choque, je n'ai rien contre... mais elle est présidente et elle doit demeurer au dessus de la mêlée et la plus respectueuse de ceux qui viennent témoigner, même les témoins hostiles. Et surtout indépendante des réactions de la salle.
      Parce que parfois quand la juge cherche la complicité moqueuse des avocats dans la salle contre un témoin, faudrait pas avoir l'impression que la Commission est une petite clique d'experts en droit qui se moquent et prennent les témoins de haut.

    • Me Lebel est-elle mariée? Je pense que je suis tombé en amour.


    • Qui, de toutes façons, est capable de définir ce qu'est la mafia? À part nos écrivains spécialisés. Même pas sûr que ceux qui sont dans la mafia, pourraient le définir.
      Pis pour nous, ça demeure un vague concept fourre-tout pour tout ce qui est louche, pour ce qui nous échappe. Alors que Milioto ne veule pas la définir, ça ne m'énerve pas. Et on est bien loin d'un outrage au tribunal parce qu'il nous dit pas ce qu'on aimerait entendre sur un concept aussi vague.
      C'est un peu ce qui m'énerve avec la Commission actuellement. On avait déjà vu Milioto sur les vidéos, on en avait déjà entendu parler des témoins, alors on l'a déjà jugé et la Commission l'a déjà jugé.
      Alors le faire parader comme témoin pour se moquer de tout ce qu'il dit sans rien apporter de neuf, je trouve ça futile. Comme vouloir le faire donner le nom de gens "en qui il aurait confiance", même moi, je ne donnerais pas des noms publiquement pour une raison aussi futile.
      Si la Commission ne fait que nous conforter dans nos perception, on paie le gros prix pour rien.
      Si on a de quoi coincer Milioto d'aplomb, on le fait témoigner. Sinon on s'en passe et on encaisse sa version qui ne changera en rien nos perceptions.
      Mais là depuis 2 jours, la Commission cache le vide de ses interrogatoires et de sa préparation, en essayant de continuellement le piéger sur la sémantique, faute de mieux. Ça donne dans le genre : "M Milioto, peut-on dire que la mafia extorque de l'argent?". -"Ouais c'est ce qu'on dit" - "Vous affirmez donc sous serment que ceux qui extorquent de l'argent sont dans la mafia". Ça je trouve ça ridicule et sans intérêt pour le mandat de la CEIC. Une perte de temps.
      On a voulu sa version, il nous la donne. On le challenge un peu. Mais qu'on arrête de dépenser un temps précieux et notre argent pour un show inutile. Qui ne nous apporte rien de plus à nos perceptions. Une autre semaine de Commission perdu juste pour laisser les procureurs nous faire leur show

    • Les journalistes devraient inventer un nouveau jeu vidéo avec la présente commission tout comme dans le beau conte d'Alice au Pays des Merveilles. Avec un petit lapin qui sortirait de nulle part en disant : «Je suis en retard. Je suis en retard», il serait intéressant de mettre toute une équipe de recherchistes qui tenterait d'attraper le petit lapin d'Alice pendant qu'une autre équipe de vidéastes tenterait d'empêcher Alice de rattraper son petit lapin et que la Dame de Coeur du beau conte en question tarderait toujours à se manifester.
      Mais serait-il bon de départager d'abord les porteurs des valises dans ce beau conte dont la banquière demeure toujours inconnue tout comme au Charlemagne avec ses petits bords et ses gros bords?

    • @keystone - 20 février 2013 - 07h48
      ... Il commence à devenir évident que cette Commission commence à manquer de matière...
      C'est évident pour vous, mais pour moi. Je pense que tout l'exercice de la commission en vaut vraiment la peine et l'interrogatoire de M. Milioto sera curieusement utile par l'absurdité du témoignage de cet homme.
      La collusion dans la construction a coûté des dizaines et des dizaines de millions aux contribuables montréalais, on parle donc d'un énorme VOL auprès des payeurs de taxes. D'ailleurs, les travaux coûtent déjà pas mal moins cher depuis que les magouilles sont au grand jour. Que la commission coûte quelques millions est de l'argent bien investi en ce qui me concerne.

    • Je crois que cette commission à atteind ses limites avec un pareil thémoin elle ne pourra pas empècher les autres de faire pareille.Cet homme est un artiste dans son domaine et je crois qu'ils regardent tous en prenant bien notes de tout ce qu'il dit.

    • M. Boisvert,
      Je me suis régalé avec votre billet humoristique.
      Mais si on revenait aux choses sérieuses.
      Quand on voit la pointilleuse Procureure en Chef qui questionne Milioto pendant 30 minutes pour savoir s'il avait 20, 25 ou 30 personnes à son emploi, ça nous rapelle l'interrogatoire loufoque de l'autre avocate qui était obsédée par les bouteilles de vin et les billet de hockey.
      Il commence à devenir évident que cette Commission commence à manquer de matière et que le filon des documents que lui a refilé la GRC commence à être tari.
      Je n'ai pas hâte de voir le coût final de cet opéra bouffe.

    • M. Boisvert, j'ai adoré cette chronique qui illustre parfaitement le ridicule et le surréalisme du témoignage de M. Milioto!

    • Si je comprends bien, m.Milioto tiens le même discours que les ministre libéraux qui se sont retrouvés dans de droles de situations...

    • Moi Nick Miniloto, pourquoi je prendrais le risque de jouer à la roulette?

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer