| Commenter Commentaires (22)

La drôle de justice des docteurs

Partager

Yves Boisvert
La Presse

Elle avait 27 ans et était enceinte de jumeaux depuis 11 semaines. Elle est entrée à l'hôpital en ambulance, à 11h40 le 26 septembre 2008. Elle avait des saignements et des douleurs intenses. Elle faisait une fausse couche.

Le lendemain, elle était morte.

Morte parce que le gynécologue de garde, appelé, appelé, rappelé et encore rappelé, n'a pas été foutu de se rendre à son chevet.

Ce médecin, Kenneth Chan, a été traîné devant le conseil de discipline du Collège des médecins. Et si cette triste affaire mérite d'être racontée aujourd'hui, c'est parce qu'elle illustre encore une fois l'incroyable complaisance du syndic du Collège des médecins, censé être la police de la déontologie médicale.

***

Cette mort «aurait facilement pu être évitée si le Dr Chan avait respecté les normes minimales de pratique en cas d'urgence obstétricale», a conclu un collègue, le Dr François Beaudoin.

Que s'est-il passé? Après un examen bâclé vers 19 h (il n'a pas pris ou du moins pas noté les signes vitaux!), le Dr Chan rentre à la maison. On rappelle le médecin dans la soirée: la patiente va mal.

Docteur! Le taux d'hémoglobine a chuté de 112 à 51... Les globules blancs augmentent de manière anormale... La température aussi...

Il est 21 h 50, il a fallu l'appeler trois fois et il refuse de revenir à l'hôpital Santa Cabrini. Il exige d'autres tests sanguins.

On le rappelle deux fois, à 0 h 15, sans le joindre. Il rappelle. Les résultats confirment ce que l'infirmière avait dit au médecin. Il ordonne par téléphone une transfusion. Mais ne veut pas revenir à l'hôpital. Un peu plus tard, il se décharge de la patiente sur l'urgentologue. À 3 h 20, elle est aux soins intensifs.

À 7 h 22, on rappelle le Dr Chan. La femme est maintenant intubée. Il y a du sang dans l'abdomen, elle a subi un choc septique. Qu'importe: le médecin spécialiste refuse de se rendre à l'hôpital tant qu'on n'aura pas fait un scan! Impossible à faire dans son état. On rappelle le médecin à 9 h 50 pour le lui dire. Il s'entête.

À 11h05, elle est morte.

On conclut qu'elle avait un problème très rare. Mais que l'urgence de la situation était manifeste et que le Dr Chan a manqué à ses devoirs les plus élémentaires.

***

Comme c'est souvent le cas, en échange d'un aveu de culpabilité à une série de fautes, le syndic du Collège (Jean-Claude Fortin ici) recommande une sanction de compromis: quatre mois de radiation.

Des fautes «sérieuses et graves»... qui ont entraîné la mort! Mais voyez-vous, le médecin «exprime de l'empathie et du regret par rapport à la triste tournure des événements». Vu cette bonne disposition d'esprit, le syndic croit qu'il y a un faible risque de récidive.

Une empathie qui arrive une mort trop tard, mais qui semble avoir ému aux larmes le syndic.

Quatre mois pour une négligence scandaleuse qui a coûté la vie à une femme dans la force de l'âge.

Et ce même syndic veut radier le «Doc Mailloux» pour cinq ans! Si les gros mots du Doc Mailloux choquent plus le syndic qu'une incompétence qui tue, ou qu'une agression sexuelle, c'est que vraiment, ça ne va pas, mais vraiment pas dans votre collège, docteur...

Quatre mois de radiation pour des manquements aussi graves et aussi mortels, c'est ridicule, pour ne pas dire franchement dégueulasse. C'est ce qu'en des mots mieux choisis vient de dire le conseil de discipline du Collège des médecins.

La semaine dernière, en effet, le conseil a rejeté la recommandation commune des avocats du syndic et du médecin délinquant. On a plutôt suspendu le droit d'exercice du Dr Chan pour un an.

Donner suite à cette recommandation commune de quatre mois de radiation risquerait de miner «l'intégrité et la crédibilité» de la justice disciplinaire.

Ce n'est pas rien!

***

C'est la deuxième fois en six mois que le conseil de discipline vient secouer les puces du syndic du Collège des médecins. L'été dernier, il avait refusé une radiation de deux mois suggérée par le syndic pour un agresseur sexuel... et avait plutôt infligé trois ans.

On parle pourtant ici d'un conseil de discipline dont la clémence est légendaire, si on le compare aux équivalents ontariens ou américains.

Alors que cet organe notoirement mou vient dire deux fois en un an que les suggestions du syndic menacent «l'intégrité du système» par leur insignifiance... voilà qui est grave.

En clair, ça veut dire que ce syndic ne fait tout simplement pas son travail de protection du public et qu'il est temps de lui montrer la porte.

Partager

publicité

Commentaires (22)
    • Bonne chance dans vote combat pour tenter de rendre un peu justiciables ces gens du College des Médecins, Syndic en tête. Je serais ravi et recommencerais même peut-être a croire en Dieu, si ce docteur Kenneth Chan mourait ce matin frappé par la foudre.
      Je cherche activement - un peu a la façon de Zola dans l'affaire Dreyfus, mais sans prétendre à son talent - une façon d'outrager assez ce Chan et ce Syndic pour les pousser à m'intenter des procédures. Ça permettrait de lever le voile sur cette autre forme de corruption, encore plus nauséabonde que celle des ingénieurs, qu'est le favoritisme arrogant et sans vergogne de ces médecins à la solde des fabricants de pilules et de vaccins qui nous donnent le système de santé en décrépitude vers lequel nous allons.
      Il n'y a, hélas, pas de langage ordurier, pas d'exemples d'infamie ni d'incompétence qui y parviendra; je n'ai jamais marché dans rien sur une route de transhumance qui se soit animé pour protester. J'écris donc seulement Chan a coté de Turcotte dans ma liste de dégénérés odieux et je garde un pensée spéciale pour le Syndic dont on ne peut penser que ce qu'on l'on pense d'un complice après le fait d'une négligence criminelle. Comme cette psychiatre qui nous a donné sa parole que Turcotte ne recommencerait pas...

      Pierre JC Allard

    • *Depuis quand une FAUSSE COUCHE est un meurtre???

    • Pourquoi vous parlez de meurtre du bébé??? Depuis quune FAUSSE COUCHE est un meurtre??? Vérifiez vos termes

    • @Germaris
      Pour votre re-qualification de la faute, je suis d'accord avec vous.
      Pour la poursuite, il faut savoir qu'au Canada,et là, je fais référence à vos origines françaises :), un procureur ne peut intenter de poursuite 'dans le vide'. Il ne s'agit pas d'un système qu'on pourrait qualifier d'inquisitoire. Ce n'est pas au procureur de faire enquête. C'est au policier de le faire, de rencontrer des témoins, prendre des déclarations, récolter la preuve, etc, puis soumettre le dossier pour étude à un procureur qui prendra une décision d'accuser ou non. Mais si rien n'a été fait du côté policier, rien ne le sera du côté de la poursuite.
      Et il faut savoir que toute personne peut porter plainte aux policiers si elle croit qu'un crime a été commis. Donc, ici, n'importe qui peut se présenter à un poste de police, préférablement un où le crime a été commis, et demander à ce qu'un enquête soit faite Et si on vous dit qu'on ne fera rien parce que vous n'êtes pas concerné par l'affaire (exemple, ce n'est pas un membre de votre famille), insisté pour parler à un supérieur.

    • @ « binbon »
      Nous conviendrons tous ici qu'il y a, indéniablement, une faute professionnelle très grave puisqu'ayant entraîné la mort d'une ou de trois personnes (selon les convictions de chacun à l'égard du foetus).
      Et cette faute, considérant l'attitude du médecin par rapport à ses obligations, est ni plus ni moins que de la négligence criminelle ayant entraîné la mort. C'est ainsi, je pense que pourrait être requalifiée cette faute.
      Ceci pour dire en toute simplicité que s'il existe une volonté humanitaire chez les procureurs de la Couronne, il y a certainement une possibilité de poursuite au criminel.
      Qu'en pensez-vous ?
      Gérard Mariscalchi
      Pierrefonds

    • Je travaille dans le monde hospitalier depuis 32 ans et j\'ai vu des aberrations mais quand un médecin ne se présente pas au chevet d\'une patiente et qu\'elle en meure il faut sévir et retirer ce médecin qui selon moi a été négligent et incompétent et c\'est impardonnable !!!!
      Oui il y a 2 justices et il faut que ça cesse !!!
      Arrêtons de les protéger !!!

    • @Germaris
      Pour commencer, je suis d'accord avec vous qu'un tel médecin mérite la prison. Ou à tout le moins, beaucoup plus qu'un an de suspension. Quand on sait que du côté du Barreau, des avocats peuvent être sanctionnés pour plusieurs mois pour avoir pigé dans leur compte en fidéicommis, on se dit que les médecins sont plutôt laxistes dans leur sanction.
      Pour la question de la non-assistance, disons qu'on entre dans un débat philosophique beaucoup trop long pour cette chronique. Je me contenterai simplement de dire que cette absence d'obligation au Code criminel vient de la tradition anglo-saxonne, pour laquelle la liberté individuelle prime sur tout. Et cette liberté individuelle dicte que l'on ne peut forcer quelqu'un à faire quelque chose s'il n'en a pas envie, même si cela pouvait sauver la vie d'une personne en détresse.
      À partir de là, chacun a le droit à son opinion et chacun a le droit de critiquer une loi ou l'absence d'une loi.

    • Encore une fois, les Québec est une honte. Une belle société distincte.

    • Une culture suprémaciste... à la base des injustices relatives aux abus du corps médical. Le cas Turcotte n'échappe pas à ce raccourci, mais j'assume que le Syndic et le Collège des médecins se comportent en voyous irresponsables.

    • @ « binbon »
      Vous avez raison au sujet de mon « amalgame ».
      Bien que vivant ici depuis vingt-huit ans, il m'a été dicté par mes origines françaises qui m'influencent toujours...
      En France, la non assistance est sanctionnée par le Code pénal (Art. 223-6).
      Il est inadmissible qu'il n'en soit pas de même ici, ne trouvez-vous pas ?
      Il s'agit d'une faute particulièrement grave dans laquelle la fonction de médecin est, à mon avis, une circonstance aggravante.
      La Loi est la Loi, certes.
      Il ne faut pas la tenir pour immuable et la population est là pour exprimer haut et fort qu'une loi indigente et laxiste n'a plus sa place dans notre société.
      Dans le cas présent, ce médecin mériterait la prison, ni plus, ni moins.

    • Ce médecin est irresponsable... Quatre mois, c'est pour nous faire rire ou pleurer! Le syndic n'est pas à la bonne place, incapable de sentencier de façon juste un dr qui a refusé de se rendre au chevet de sa patiente, qui a perdu LA VIE ainsi que le bébé, ce n'est pas rien... et cela par négligence de son médecin en qui elle devait avoir confiance, la pôvre ! Il nous importe de dénoncer cela afin que plus jamais ça se reproduise, et pour ce faire, le responsable doit avoir une peine correspondant à la conséquence, dans ce cas ci il y a
      "mort d'une maman et de son bébé" et la VIE ça n'a pas de prix... M. le syndic vous n'avez pas la compétence pour occuper ce poste et vous n'en n'êtes pas digne, quittez avant d'encore décider d'une pénalité injuste, c'est urgent !

    • Le college des médecin a une obligation de protéger du public, mais est-ce que c'est réellement le cas ? que ce médecin témoigne un regret ou pas cela ne change en rien sur les fait qu'il a commis une erreur a cause d'un laxisme. Le problème avec le collège, ces que les professionnel médical c'est une petite communauté ce qui fait que les personnes qui donne des sanctions connaisse les personne qui juge. Donc augmente les risques de partialité. Je pense que c'est là le problème. Pour éviter la partialité, on devrait revoir le système en instaurant des membres de la population dans les comités disciplinaires

    • Voilà un autre exemple du rang élevé que porte le médecin dans notre société. Demi Dieu, le docteur semble être au dessus des lois. La justice ne devrait-elle pas être la même pour tous? Ce médecin est probablement d'autres mérite plus qu'une poursuite au civil. Le procureur général du Québec devrait déposer des accusations au criminel de négligence grave ayant causé la MORT! C'est d'une vie dont on parle ici, pas une banale erreur de médication pour laquelle une infirmière reçoit une sanction aussi sévère(!?) par ses pairs que celle reçue par ce MD. Mes sympathies à cette famille. Je souhaite que les membres de cette famille trouve l'énergie et le courage de dénoncer vigoureusement la mort évitable de cette jeune femme.
      Jean Bottari
      Montréal

    • @heyMeo
      Facile à dire. Peut-être que la famille n'a pas $$$$$ d'argent pour poursuivre.
      IL NE FAUT PAS OUBLIER QU'IL Y A 2 MORTS: LA MÈRE ET LE BÉBÉ SANS COMPTER TOUTE LA CELLULE FAMILIALE.

    • Entk, ca d'l'air que système marche quand même... peut-être que le syndic est mou... mais le conseil de discipline du collège a ramené les choses... Donc ou est le problème ??? les prochaines recommandation du syndic seront plus sévère avec le temps, j'en suis sûr...

    • @Germaris
      Vous mélangez le droit criminel et le droit civil. Au criminel, il n'existe aucune obligation générale d'aide à une personne en danger. Quelqu'un peut se faire battre à mort devant vos yeux et vous n'avez même pas l'obligation (au niveau criminel) d'appeler le 9-1-1. C'est différent au civil, ou une telle obligation existe.
      Pour ce qui est du travail de la Couronne, sachez qu'il faut d'abord une enquête policière. La première question à se poser est donc celle-ci: Est-ce qu'une plainte a été déposé à la police et si oui, une enquête a-t-elle eu lieu? Si aucune enquête n'a eu lieu, vous pouvez être certain qu'aucune accusation ne sera déposée.

    • Avez-vous remarqué comment au Québec la mentalité de l'église catholique romaine persiste dans la gestion interne des grandes professions libérales que sont le droit et la médecine? Que ce soit dans l'attribution des nominations au sein des corporations, la culture du secret ou l'administration des sanctions, les ressemblances sont frappantes. Même certains réseaux d'influence persistent encore et je pense ici par exemple à ce qui se traficote à la grande Messe Rouge où ont été vus plusieurs aspirants juges à la Cours Supérieure alors que des nominations étaient prévues...
      Dans le cas que vous rapportez aujourd'hui, c'est particulièrement frappant; un aveu de la faute, un acte de contrition et l'affaire est pardonnée!
      Marie-Michelle Poisson

    • Depuis un certain temps, les commentaires sur les chroniques sont présentés avec le plus récent en haut de colonne: ça rend la lecture difficile, surtout quand il y a des commentaires sur les commentaires. Message aux webmestres: programmez les commentaires en ordre chronologique normal, comme dans les blogues de ce même site Web.

    • Pas besoin d'aller voir en Ontario pour trouver mieux, y'a qu'à voir aller l'Ordre des infirmières qui prend son rôle très au sérieux. Le Collège des Médecins n'est rien de plus qu'un syndicat à la solde de tous les praticiens qui paient le salaire de ses employés. C'est la tare la plus importante du système de santé.
      Philippe Gaboury

    • Ce qui est aussi scandaleux, c'est que la Couronne n'ait pas encore entamé de poursuites au criminel pour homicide involontaire !
      Quand on pense qu'un citoyen lambda peut être poursuivi et condamné pour une « simple » non assistance à personne en danger.
      Il y a là, vraiment, matière à s'interroger sur les valeurs réelles de notre société et en particulier le peu d'importance attaché à la vie humaine et la traduction de cette importance en argent. Comme si celui-ci allait résoudre les problèmes moraux et affectifs induits par un tel évènement...
      Va-t-il vraiment s'en tirer impunément ?

    • Excellente chronique M. Boisvert! Le quatre mois était en effet absolument outrageant. Un an, c'était vraiment le strict minimum pour ce qui semble être un grave manquement à son devoir. Je serai toujours étonné de certains verdicts qui suivent la mort de quelqu'un, c'est comme si on prenait en pitié la personne qui reste: elle ne pourra plus conduire son auto, il ne pourra plus gagner sa vie comme médecin, etc ... Maudit, une personne est morte par pure incompétence et on sympathise avec le coupable.
      Cette histoire donne mauvaise presse aux médecins et ils auraient tout intérêt à ce que les fautes plus ou moins graves soient sanctionnées pour montrer qu'ils sont au service des citoyens et non qu'ils sont protégés quoiqu'ils fassent.

    • Et que la famille poursuive au civil. Lorsqu'il y aura " responsabilite reconnue " et quand il y aura des consequences qui font mal ( $$$$$$$$$ ) pour ceux qui commettent de tels gestes d'irresponsabilite volontaire..... ces types vont se watcher les fesses.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer