On se garde une p'tite gêne

À la lumière de son enquête sur la... (photo yan doublet, archives le soleil)

Agrandir

À la lumière de son enquête sur la possible implication de l'ancien ministre Sam Hamad dans l'attribution d'une subvention à une entreprise de Rivière-du-Loup liée à Marc-Yvan Côté, la vérificatrice générale a dit ne pouvoir ni blâmer ni exonérer M. Hamad.

photo yan doublet, archives le soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« C'est la preuve qu'il ne faut pas porter de jugement trop vite ! »

C'est avec cette phrase, lancée sur un ton triomphal, que le premier ministre Philippe Couillard a commenté, hier à Québec, le résultat de l'enquête de la vérificatrice générale sur la possible implication de son ancien ministre Sam Hamad dans l'attribution d'une subvention à une entreprise de Rivière-du-Loup liée à Marc-Yvan Côté.

Voilà une réaction - restons poli - plutôt présomptueuse, sachant que le commissaire au lobbying, son collègue à l'éthique de même que le Directeur général des élections du Québec ont tous lancé, eux aussi, une enquête sur l'implication présumée de M. Hamad dans l'attribution d'une subvention à Premier Tech.

C'est à se demander, aussi, si M. Couillard a bien lu le rapport de la vérificatrice générale, qui constate un flou dans cette histoire et qui n'a trouvé aucune justification documentée pour que cette subvention passe soudainement de sept à huit millions.

On dirait que le bureau du premier ministre a fait « commande F », en tapant « blâme », et comme ce mot n'est pas apparu, eh bien, voilà la preuve que Sam Hamad est blanc comme neige.

Ont-ils pris la peine d'écouter la vérificatrice générale, qui a dit qu'à la lumière de son enquête, elle ne peut ni blâmer ni exonérer M. Hamad ? Elle note aussi au passage le « flou » dans l'attribution de cette subvention, ce qui, en soi, n'est pas un compliment à un gouvernement qui se targue d'être responsable et qui demande depuis des années des sacrifices aux Québécois.

Doit-on rappeler à Philippe Couillard qu'aucun ministre libéral, actuel ou ancien, n'a été blâmé dans le rapport Charbonneau, qui a pourtant fait la preuve que le système de financement du Parti libéral était sérieusement vicié ?

M. Couillard n'est pas avocat (moi non plus, d'ailleurs), mais il doit savoir qu'entre un conflit d'intérêts avéré et une apparence de conflit d'intérêts, il n'y a qu'une infime distance en politique. Lui qui triomphait hier n'est-il pas troublé par la proximité (passée, apparemment) entre Sam Hamad et son ancien patron chez Roche, Marc-Yvan Côté ? A-t-il seulement demandé des comptes à son ancien ministre et ancien coprésident de campagne à la direction du PLQ ?

M. Couillard a toujours présenté son ancien organisateur comme une victime, mais trouve-t-il acceptable qu'un de ses ministres en titre entretienne des liens (petits-déjeuners, courriels, etc.) avec un dirigeant d'entreprise qui attend une subvention du gouvernement ? Et pas n'importe qui : un ancien ministre libéral, lui-même ancien organisateur omnipotent et collecteur de fonds aux méthodes louches, voire illégales, selon son propre témoignage devant la commission Gomery.

Jamais, dans l'histoire politique moderne du Québec, un ministre s'est-il retrouvé sous la loupe de quatre chiens de garde : la vérificatrice générale, le Directeur général des élections du Québec, le commissaire à l'éthique et le commissaire au lobbying. Cela ne condamne pas Sam Hamad de facto, bien sûr, mais il faut tout de même une bonne dose d'arrogance pour crier victoire devant la seule absence de blâme formel dans la première de quatre enquêtes. On se garde une p'tite gêne ?

Le triomphalisme du premier ministre est déplacé et même un peu dérangeant. Il s'explique peut-être par le fait qu'il a connu une session parlementaire atroce, que les bonnes nouvelles sont rares et que, malgré un grand remaniement en janvier, la sous-performance de certains de ses ministres continue d'affaiblir son gouvernement comme une maladie chronique.

Est-ce que quelqu'un dans l'entourage du premier ministre pourrait finalement lui faire comprendre que Jacques Daoust, malgré une feuille de route professionnelle enviable, n'a pas ce qu'il faut pour jouer dans les ligues majeures de la politique ? Le constat est rude, je sais. Autant que les preuves qui le sous-tendent.

Après les « problèmes d'imprimante » responsables du document tronqué remis aux parlementaires (à moins que ce ne soit la secrétaire qui maîtrisait mal le traitement de texte), le ministre Daoust s'est lancé ces derniers jours à la recherche de la clé USB contenant la vraie version d'un rapport remis par l'enquêteuse engagée par son prédécesseur, Robert Poëti.

Ça m'a rappelé la fois où mon frère Olivier, mon coloc à l'époque, avait renversé un verre de jus d'orange dans mon sac d'école, directement sur mon « floppy disk » contenant mon travail de session de philo au cégep, la veille de la remise. Le prof m'avait cru, toutefois, et il m'avait donné un sursis de 48 heures pour réécrire mon rapport.

Pas sûr que M. Daoust mérite un sursis pour ses excuses bancales, crise après crise. Et encore, on n'a même pas parlé (reparlé) d'Uber. On ne parle pas non plus de cet autre chapitre du rapport de la vérificatrice générale, selon qui M. Daoust aurait autorisé, contrairement à ce qu'il a dit à l'Assemblée nationale, la vente des parts d'Investissement Québec dans Rona. Une autre controverse, juste à temps pour la fin de la session.

M. Couillard devrait se rendre service et remplacer Jacques Daoust par le seul député qui semble vraiment décidé à faire le ménage au ministère des Transports : Robert Poëti.

À moins que celui-ci ne soit devenu trop menaçant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer