Deux ans d'improvisation

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur papier, c'était simple : remporter une majorité de sièges, faire le ménage des finances publiques et rétablir l'équilibre budgétaire dans la première moitié du mandat ; réduire les impôts et profiter de la relance de l'économie dans la seconde, juste à temps pour les élections de 2018. Ce matin, deux ans après l'arrivée au pouvoir des libéraux de Philippe Couillard, on se pose plutôt cette question : c'est quoi, le plan ?

Tout juste élu, le 7 avril 2014, Philippe Couillard avait promis un gouvernement ouvert, transparent, à l'éthique irréprochable, une nouvelle ère, quoi, qui devait trancher avec les méthodes louches du gouvernement Charest dévoilées à la commission Charbonneau.

Voici ce que le nouveau premier ministre disait à sa première conférence de presse, le lendemain de son élection, à l'Assemblée nationale : « Sur l'intégrité, je répète qu'il n'y aura pas de compromis de ma part. On voit que la classe politique dans son entier subit un examen avec la commission Charbonneau qui se poursuit. Chaque fois qu'une question sera posée au sujet de personnes liées antérieurement à notre formation politique, nous y répondrons de façon transparente. Et, encore une fois, j'indique qu'il n'y aura pas de compromis de ma part sur cette question absolument essentielle. [...] Je n'ai pas l'intention de me défiler. »

Quant à la formation de son cabinet, M. Couillard promettait de placer la probité des élus avant tout : « On va faire des vérifications profondes avant de faire ces nominations-là, c'est clair », avait-il affirmé à cette même conférence de presse.

« Je pense qu'on a besoin de montrer et de pratiquer le contrôle le plus grand possible et la transparence la plus grande possible également. »

- Philippe Couillard en 2014

Aujourd'hui, deux ans après cette arrivée triomphale à Québec, Philippe Couillard est coincé dans les affaires de financement et les accointances douteuses de son président du Conseil du trésor et homme fort dans la région de Québec, Sam Hamad.

Si, au moins, la partie économique du plan s'était réalisée, cela donnerait un peu d'air au gouvernement, mais la création d'emplois est bien loin des engagements électoraux, et les principales réformes et priorités du gouvernement ont été abandonnées, mises sur la glace ou remises à plus tard, sous une autre forme.

Retour sur l'itinéraire aléatoire d'un gros bateau en panne de gouvernail.

ÉDUCATION (et commissions scolaires)

S'il y a bien un domaine où l'improvisation du gouvernement Couillard règne depuis deux ans, c'est celui de l'éducation.

Commençons par le commencement : trois ministres en deux ans, c'est beaucoup trop pour assurer une direction cohérente (et je ne compte même pas Pierre Moreau, qui n'a pas eu le temps de diriger ce ministère, ni Hélène David, qui a hérité de l'Éducation supérieure).

Hier encore, le nouveau ministre, Sébastien Proulx, a indiqué que la réforme de la gouvernance scolaire était remise à plus tard, le temps qu'il fasse ses devoirs. En campagne électorale, les libéraux vantaient le rôle et l'expertise des commissions scolaires et soulignaient leur apport à l'économie régionale. Une fois au pouvoir, on est passé d'un plan à l'autre, d'une rumeur à l'autre pour, finalement, revenir au point de départ.

Avant le retrait de Sam Hamad du Conseil du trésor, il était question de resserrement des budgets des commissions scolaires, mais là aussi, c'est retour à la case départ.

Dans son deuxième budget, déposé à la fin du mois de mars, le gouvernement Couillard a décrété que l'éducation était maintenant sa priorité et il a réinjecté de l'argent notamment pour la rénovation des écoles vétustes ou insalubres. Les besoins sont toutefois énormes et les deux années d'austérité ont fait mal au réseau.

ÉCONOMIE (création d'emplois, sièges sociaux, stratégie maritime, Plan Nord)

L'engagement était audacieux (250 000 emplois en cinq ans) et l'équipe, sur papier, toute désignée (le fameux trio économique Carlos Leitao-Martin Coiteux-Jacques Daoust). Après deux ans, le bilan est peu reluisant : le trio économique a été démantelé (Martin Coiteux est passé du Trésor à la Sécurité publique et aux Affaires municipales et Jacques Daoust a été muté du Développement économique aux Transports).

Quant aux 250 000 jobs sur cinq ans, il faudrait une création d'emplois record au cours des trois prochaines années pour y arriver.

Par ailleurs, l'opération sauvetage de Bombardier soulève plus de doutes et de questions qu'elle ne rassure, et l'achat de Rona et St-Hubert par des firmes américaine et ontarienne sème, encore une fois, l'inquiétude.

Le gouvernement a raison de dire que nous vivons dans une économie ouverte et que d'autres entreprises d'ici seront éventuellement achetées, comme elles peuvent acquérir elles-mêmes des entreprises à l'étranger, mais affirmer que la perte d'un morceau de patrimoine économique est une bonne nouvelle pour le Québec écorche douloureusement notre fond nationaliste.

Les pièces maîtresses du programme électoral, la Stratégie maritime et la relance du Plan Nord, tardent à se concrétiser, et le gouvernement, pour se relancer, misera sur le dévoilement, prochainement, de sa nouvelle politique économique. Elle sera pilotée par Dominique Anglade, plutôt discrète depuis son arrivée au Conseil des ministres.

Dans l'entourage du premier ministre, on reconnaît que la stratégie de communication a connu des ratés et que le message économique ne passe pas. On misera davantage, dit-on, sur des annonces régionales, plus petites, mais dont la portée médiatique locale est plus rentable politiquement.

À Québec, on promet aussi le dénouement prochain de la saga Uber, un autre dossier qui embête le gouvernement depuis des mois. Il s'agirait de permettre Uber en imposant des droits à ses chauffeurs et des amendes salées en cas de manquement, comme le gouvernement le fait pour Airbnb.

ENVIRONNEMENT

La transformation a été spectaculaire : depuis l'automne dernier, le premier ministre Couillard a verdi plus vite qu'une belle pelouse sous les chauds rayons printaniers. Mais d'où est venue cette soudaine conversion ? De Paris, où M. Couillard, empreint de l'ambiance de la COP21 et flatté par Al Gore, est devenu un fervent combattant dans la lutte contre les changements climatiques ?

En fait, M. Couillard avait déjà une bonne fibre verte, mais le rejet aussi soudain et catégorique du projet d'exploitation à Anticosti a surpris tout le monde, à commencer par son propre ministre des Ressources naturelles et les dirigeants de Pétrolia.

Encore là, c'est le manque de cohésion et une stratégie de communication déficiente qui rendent le message diffus, voire abstrait et désincarné. La lutte contre les changements climatiques exige, politiquement, de la passion, beaucoup de convection et de charisme et une bonne dose de pédagogie, autant de qualités et de caractéristiques qui manquent à M. Couillard.

C'est vrai aussi dans d'autres domaines : on ne sent pas la connexion entre M. Couillard et la population.

IDENTITÉ

À son arrivée au pouvoir, en avril 2014, Philippe Couillard promettait une action rapide pour encadrer les accommodements raisonnables et pour tourner la page du débat sur la charte de la laïcité introduite par le précédent gouvernement.

Force est de constater, deux ans plus tard, que ces dossiers, comme toutes les questions identitaires, ne sont pas la spécialité des libéraux.

On attend aussi le plan d'action contre la radicalisation, un phénomène réel et inquiétant, comme l'ont démontré les attaques terroristes de Paris et Bruxelles.

Quelques incidents à Montréal, impliquant notamment Adil Charkaoui, ont fait la manchette, mais ils n'ont pas eu de véritables suites à Québec.

INTÉGRITÉ (et une certaine arrogance)

Il y a deux ans, le nouveau premier ministre Philippe Couillard promettait un gouvernement ouvert et s'engageait à coopérer avec les partis de l'opposition. À l'Assemblée nationale, on constate plutôt, quotidiennement, la détérioration du climat, qui vire à la foire d'empoigne digne d'une réunion de délinquants dans une taverne.

Les libéraux ne sont assurément pas les seuls responsables de ce climat délétère qui écoeure une bonne partie de la population, mais ils y ont puissamment contribué en se laissant glisser vers l'arrogance et les excès de confiance propres aux partis politiques qui en viennent à croire que le pouvoir leur revient de droit divin.

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette, un homme aux manières peu délicates, est devenu le symbole de cette outrecuidance libérale et il a dû s'excuser après que le bureau du premier ministre lui eut expliqué que son attitude ne faisait qu'aggraver le problème, au point de devenir une distraction. Il semble que M. Barrette n'appréciait pas de se faire « picosser » par la porte-parole du Parti québécois en matière de santé, Diane Lamarre, dont c'était pourtant le jeu.

Il faut dire que M. Couillard lui-même avait donné un bien mauvais exemple en accusant François Legault de « souffler sur les braises de l'intolérance » parce qu'il mettait en doute la capacité d'accueil d'un plus grand nombre d'immigrants au Québec.

Les critiques, nombreuses, notamment des commentateurs qui reprochaient à Philippe Couillard de devenir arrogant, ont fait mouche, dit-on à Québec, et il a reconnu qu'il lui fallait redresser la barre.

Chassez le naturel... Le séjour des libéraux dans l'opposition a été très bref et la dissension du commissaire Renaud Lachance dans le rapport final de la CEIC aura été, pour eux, un cadeau inattendu. Du coup, ils se sont sentis invulnérables, d'autant que leurs deux principaux adversaires peinent à s'imposer.

Un gouvernement est meilleur quand il a peur de ses adversaires. L'affaire Hamad-Côté vient justement de donner des munitions aux partis de l'opposition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer