Congé de maladie... honteuse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un congé de maladie ? Vraiment ? Avec un papier du médecin, en plus. Et pas n'importe quel médecin. Le premier ministre en personne. Si Sam Hamad doit vraiment s'absenter pour cette raison, disons les vraies affaires, il s'agit de la même maladie honteuse que celle qui ronge le PLQ depuis des années.

Bien sûr, il y a la présomption d'innocence.

Bien sûr, il ne faut pas faire des procès d'intention ou de la culpabilité par association.

Bien sûr, les clichés « y a pas de fumée sans feu » ou « y a anguille sous roche » (avec un r minuscule) n'ont jamais convaincu un juge de condamner un accusé.

Mais en matière de conflit d'intérêts, on dit souvent, avec raison, que l'apparence est aussi dommageable que le crime lui-même. En politique, c'est certainement vrai, surtout en cette ère d'hypersensibilité aux bonnes vieilles magouilles des collecteurs de fonds des partis politiques. Cela, le premier ministre Couillard semble avoir bien du mal à le comprendre.

M. Couillard a annoncé la bonne décision samedi (la seule possible, il est vrai) : le retrait temporaire de Sam Hamad du Conseil des ministres, le temps que le Commissaire à l'éthique fasse enquête sur cette histoire Prime Tech-Marc-Yvan Côté. Bueno, mais...

Mais pourquoi vanter la « noblesse » de son ministre, qui persiste à clamer qu'il n'a pas « enfreiné » la loi et qui laisse même entendre qu'on fait de lui une victime du tribunal médiatique et populaire ? Pourquoi ne pas, tout simplement, reconnaître que cette situation très particulière mérite d'être tirée au clair, ce que fera le Commissaire à l'éthique ? Au lieu de cela, M. Couillard accepte à regret le retrait (il n'est même pas question ici de démission) de Sam Hamad, une décision annoncée un samedi après-midi après les funérailles nationales de Claire Kirkland-Casgrain, ce qui n'était pas vraiment l'endroit idéal pour parler de la crise Hamad-Côté.

Ce faisant, M. Couillard se range résolument derrière Sam Hamad, ce qu'il a fait, à maintes reprises, depuis qu'il est revenu en politique, en 2012, moment où le député de Louis-Hébert est devenu son coprésident de campagne à la direction du PLQ.

M. Couillard, qui a obtenu une majorité de 70 députés il y a presque deux ans, avait le choix, au sein de sa députation, pour former son conseil des ministres. Il n'était pas obligé de nommer l'indélogeable Sam Hamad. Il a néanmoins décidé de le garder et il décide maintenant de le défendre, vantant même la « noblesse » d'un homme en qui il a toujours confiance.

Le premier ministre doit être bien sûr de son coup pour mettre le poids de sa fonction derrière un homme aux relations, disons, particulières avec un collecteur de fonds aujourd'hui accusé de complot et de corruption.

Sam Hamad lui-même a « proposé » au premier ministre de se retirer sans admettre la moindre faute. Au contraire. Son communiqué publié hier en début d'après-midi sur le portail du gouvernement du Québec, sous l'onglet « Gouvernement ouvert et transparent », affirme qu'il « se retire temporairement de ses fonctions de président du Conseil du trésor et ministre responsable de l'Administration gouvernementale, jusqu'à ce que les vérifications du Commissaire à l'éthique et à la déontologie rétablissent les faits et son intégrité ».

M. Hamad ajoute : « On attaque injustement mon intégrité. Je répète que je n'ai rien à me reprocher et que je n'ai fait que mon travail de ministre en travaillant à soutenir une entreprise québécoise dans le but de créer des emplois et contribuer au développement d'une région. [...] Je suis persuadé qu'une fois cette vérification complétée, les conclusions me permettront de reprendre mes fonctions et de me remettre au travail pour le bien commun. »

Et puis, le coup de la victime : « Ces événements m'amènent à me questionner sur la place de la présomption d'innocence dans l'espace public. »

Pas besoin, pourtant, d'avoir inventé la « roue à trois boutons » pour comprendre qu'on peut légitimement se poser des questions sur les liens vraiment étroits entre Sam Hamad et Marc-Yvan Côté et son ancienne firme, Roche. Allez relire le rapport de la commission Charbonneau : tournoi de golf, copinage, locaux prêtés, courriels, demande de don aux partis politiques, accès monnayés auprès du premier ministre (Jean Charest)... Il y a eu plusieurs anguilles sous Roche.

Marc-Yvan Côté, témoin vedette des commissions Gomery et Charbonneau, a tout de même donné 14 400 $ au PLQ après avoir été banni du PLC, soit de 2005 à 2012. Il est vrai qu'il avait le Parti libéral « dans les veines », comme il l'a dit devant la CEIC...

La proximité de Sam Hamad avec M. Côté n'a apparemment pas ébranlé ou inquiété Philippe Couillard, qui a choisi son camp. Normal, c'est lui qui a nommé M. Hamad dans son conseil des ministres.

Le PQ n'a pas tort de réclamer l'intervention de l'UPAC. Cette histoire mérite plus qu'une enquête du Commissaire à l'éthique, un organe plutôt faiblard, à Québec comme à Ottawa. Par ailleurs, la suggestion de Françoise David, de Québec solidaire, de confier à une commission multipartite la mise en oeuvre des recommandations de la CEIC est aussi fort valable.

Pour le moment et durant les prochaines semaines, les libéraux auront d'autres préoccupations. Ils doivent se demander d'où viennent ces révélations, ces courriels. Pourquoi tout cela sort-il maintenant ?

Dans toute organisation, le pire ennemi est toujours celui de l'intérieur. Surtout si cet ennemi se sent trahi et qu'il n'a plus rien à perdre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer