Le NPD à la conquête de Papineau

Lors des élections fédérales de 2011, Justin Trudeau... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Lors des élections fédérales de 2011, Justin Trudeau a remporté la circonscription de Papineau avec une confortable majorité de 4327 votes.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En déclenchant, au début du mois d'août, une interminable campagne de 78 jours, Stephen Harper pensait bien jouer un vilain tour à ses adversaires, mais cette stratégie semble plutôt leur procurer des avantages inusités et inespérés.

Au moment où on commence la « vraie » campagne, les cinq premières semaines de réchauffement auront permis à Justin Trudeau de se présenter comme un leader sérieux, organisé, très à l'aise avec les électeurs et en maîtrise de ses dossiers et de ses moyens. Faut dire que les conservateurs l'avaient tellement dépeint comme un chef politique juvénile, largement dépassé par l'ampleur du défi et même un peu éthéré, que bien des électeurs et des analystes s'attendaient à une catastrophe. Les dernières semaines lui auront plutôt permis de démontrer qu'il joue sur la même patinoire que ses adversaires conservateur et néo-démocrate, sans patiner sur la bottine ni compter dans son but.

Les sondages sont encourageants pour les libéraux, et Justin Trudeau entame la deuxième moitié de ce marathon électoral avec confiance. Il devra toutefois tenir à l'oeil sa propre circonscription, Papineau, d'ici le 19 octobre. Les néo-démocrates de Montréal ont un oeil sur Papineau et la longueur de la présente campagne leur donne un avantage stratégique dont ils ne se priveront certainement pas.

Les députés, organisateurs et militants néo-démocrates croisés hier midi au Club Soda à l'occasion d'un rassemblement avec leur chef, Thomas Mulcair, parlaient tous en privé de la même chose : battre Justin Trudeau dans Papineau, une des rares circonscriptions à l'est du boulevard Saint-Laurent qui leur a échappé en mai 2011.

RÉSULTATS DE 2011 DANS PAPINEAU

PLC Justin Trudeau : 38,4 % (majorité de 4327 votes) 

NPD Marcos Radhames Tejada : 28 % 

BQ Vivian Barbot : 25,9 % 

PCC Shama Chopra : 4,7 %

Grosse commande, mais c'est faisable, selon les stratèges du Nouveau Parti démocratique (NPD) et le député de Rosemont, Alexandre Boulerice. Comment ? En transférant vers Papineau des ressources (humaines, logistiques et financières) des circonscriptions limitrophes. Dans Rosemont (Alexandre Boulerice), Laurier-Sainte-Marie (Hélène Laverdière) et Outremont (Thomas Mulcair), les députés sortants comptent sur une bonne organisation, un fonds de guerre bien garni et des dizaines de bénévoles. Ces trois députés ont été élus avec une forte majorité en 2011 et tout en se défendant de tomber dans le triomphalisme, ils estiment que leur réélection est, sinon assurée, du moins plus que probable.

Aussi bien envoyer du renfort dans Papineau, d'autant plus que les cinq premières semaines de la campagne leur auront permis de mettre leur pointage à jour, de récolter les dons pour la bataille électorale et de mettre en place la logistique.

Dans Laurier-Sainte-Marie, la tombeuse de Gilles Duceppe, Hélène Laverdière, compte sur près de 300 bénévoles, plus qu'il ne lui en faut, apparemment.

Tout juste au nord de Papineau, dans Ahuntsic, Maria Mourani, ex-députée du Bloc passée au NPD pour ces élections, aurait aussi besoin d'aide contre la libérale Mélanie Joly, mais les néo-démocrates montréalais semblent miser davantage sur Papineau pour le moment.

Déjà, Alexandre Boulerice a aménagé un petit coin de son propre local électoral, rue Bélanger, à quelques centaines de mètres de la circonscription de Papineau, pour y accueillir sa consoeur de cette circonscription, Anne Lagacé Dowson.

« On ne tient rien pour acquis, on fait notre travail dans Rosemont, mais ça va bien, et pourquoi ne pas envoyer des ressources dans Papineau pour aider Anne ?, demande Alexandre Boulerice. On va voir dans les prochains jours ce qu'on peut faire. »

Dans les faits, les stratèges néo-démocrates ont déjà une très bonne idée de ce qu'ils peuvent faire dans Papineau. Ils connaissent la circonscription, rue par rue, et savent où envoyer les renforts.

« Trudeau jouit du "bonus chef", c'est sûr, mais sans ça, il serait deuxième, affirme un proche conseiller de M. Boulerice. C'est pas fait, mais on sait où frapper. Le comté a changé depuis quatre ans et il y a plus de francophones dans Villeray et même dans Parc-Extension. »

Profiter de la faiblesse du Bloc

Les néo-démocrates ont une autre carte dans leur manche : « On vise notamment les souverainistes dans Papineau en leur disant : "Ça ne vous tente pas de battre Justin Trudeau ?" Pour un souverainiste, c'est un vrai fantasme ! »

Le NPD profite évidemment de la faiblesse du Bloc pour rêver ainsi de conquête sur les terres de Justin Trudeau. Il sait, en plus, que le chef libéral ne peut être aussi présent sur le terrain que Mme Lagacé Dowson parce qu'il doit mener une campagne nationale, de Saint-Jean de Terre-Neuve à Victoria.

Thomas Mulcair, lui, est vraiment en mode conquête. Hier, à Montréal, il a réuni quelques centaines de militants au Club Soda, un mardi midi ensoleillé du début de septembre, par 30 degrés.

D'ici quelques jours, il enverra Alexandre Boulerice faire campagne dans les circonscriptions ciblées par les conservateurs, notamment à Victoriaville et à Thetford Mines.

Dans un long discours, M. Mulcair a commencé une phrase en disant que le NPD pouvait « défaire » Stephen Harper, avant de s'arrêter, de se croiser les bras sur la poitrine, de regarder droit devant lui et de lancer : « Le NPD peut BATTRE Stephen Harper. »

Un des principaux conseillers de M. Mulcair me confiait quelques minutes plus tard : « On va commencer à attaquer Trudeau, maintenant. On l'a un peu ignoré à ce jour, mais les libéraux montent et les conservateurs descendent. Harper perd deux points par semaine. La question, maintenant, est de savoir qui, des libéraux et de nous, finira premier. On préférerait que ce soit nous ! »

Les batailles électorales sont rudes, évidemment, mais cette fois, ça devient « personnel ». Cela annonce des lendemains intéressants, advenant l'élection d'un gouvernement Mulcair ou Trudeau minoritaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer