Les chauffards de l'autoroute 2.0

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« Suis-je le seul à remarquer un étrange phénomène de radicalisation dans le ton et le propos d'une certaine frange du mouvement indépendantiste québécois ? », demandait Gabriel Nadeau-Dubois, il y a deux jours sur sa page Facebook.

Non, Gabriel, tu n'es pas le seul. Je remarque aussi, comme mes collègues au demeurant, une montée de hargne chez certains indépendantistes, dont l'avatar est décoré du Oui de 1995, ce qui ternit d'ailleurs autant ce logo censé être positif que la cause qu'ils défendent.

Je remarque, moi aussi, une résurgence de ce type de militantisme sectaire et fielleux depuis l'élection de Pierre Karl Péladeau à la tête du Parti québécois. Ce dernier ne peut évidemment être tenu responsable de tous les écarts et autres dérapages de quelques crinqués des réseaux asociaux, mais de toute évidence, son arrivée a réveillé la « frange » dont parle Gabriel Nadeau-Dubois.

M. Péladeau entretient lui-même le ressentiment. Il semble que ce soit toujours la faute de quelqu'un si le Québec n'est pas indépendant, s'il est asservi au fédéralisme, s'il n'a pas tous les pouvoirs, etc. C'est la faute aux Anglais, aux fédéralistes, aux libéraux de Philippe Couillard et, évidemment, à Power Corporation, à Gesca ou à la famille Desmarais. M. Péladeau tombe souvent dans le « Nous contre eux », phénomène dont se plaint aussi Gabriel Nadeau-Dubois, qui est devenu la cible préférée de militants radicaux (je présume que ce sera moi aujourd'hui...) depuis qu'il a osé émettre quelques critiques nuancées sur le rapport entre le mouvement souverainiste et les minorités. Rien de surprenant. Avant lui, Pierre Céré a aussi été chahuté pour avoir tenu sensiblement le même discours. Sur Twitter et Facebook, Pierre Céré dit avoir subi un véritable lynchage 2.0 organisé et coordonné.

Alexandre Cloutier a déplu à bien des militants, lui aussi, y compris à certains de ses collègues députés, en répliquant à PKP lorsque celui-ci a dit que la démographie et l'immigration faisaient perdre une circonscription par année au PQ.

Est-ce que ces militants ont le monopole de la détestation de tous ceux qui ne pensent pas comme eux ? Bien sûr que non (à ce stade-ci de la chronique, ils ont toutefois déjà cessé de lire pour mieux me détester), mais ils sont très visibles, ces jours-ci, sur les réseaux sociaux.

Leur fiel n'est d'ailleurs pas réservé uniquement aux « traîtres » des autres clans (ou présumés appartenir à un autre clan). Même à l'interne, ça joue dur et on ne tolère pas la dissidence. Julie Hébert, étudiante en droit et présidente d'un comité régional des jeunes du PQ à Montréal, a elle aussi eu droit au peloton d'exécution virtuel parce qu'elle a osé sortir du rang lorsque PKP a offert ses « sympathies » à Philippe Couillard à l'annonce de la mort d'Arthur Porter. On lui a suggéré de changer de parti, d'arrêter de brailler, on lui a reproché son manque de loyauté, etc. Mme Hébert a, apparemment, commis le péché de ne pas avoir appuyé PKP dans la course à la direction. « En démocratie, faut savoir se rallier », lui a écrit un autre péquiste sur Twitter. Ce n'est pas faux, mais une vraie démocratie tolère la dissidence, le doute et les questions.

Que Gabriel Nadeau-Dubois, donc, se fasse planter après son passage à l'émission 125, Marie-Anne n'a rien de surprenant.

Il faut toutefois mettre les choses en perspective et se méfier de l'effet grossissant des médias sociaux. En particulier de Twitter, qui demeure plutôt confidentiel, avec moins de 15 % de Québécois inscrits. Une tempête sur Twitter, c'est impressionnant, mais les vagues sont tout de même circonscrites dans un bassin restreint.

En fait, ce n'est pas le ton hargneux  des militants au créneau qui étonne et déçoit dans une affaire comme celle impliquant Gabriel Nadeau-Dubois, c'est le silence de la très grande majorité des autres qui n'osent intervenir pour appeler à plus de nuance.

Twitter, c'est comme une autoroute : on ne remarque que l'enragé qui coupe tout le monde, le doigt d'honneur porté bien haut et la pédale au fond, alors que la majorité reste bien coite derrière son volant en écoutant le dernier bulletin météo.

Cela dit, je suis d'accord avec Gabriel Nadeau-Dubois : ce genre d'enragé nuit terriblement à l'image du PQ et ne fait rien pour faire avancer la cause.

LE NOËL DE HARPER

On connaissait le Noël des campeurs. Il y a maintenant le Noël de Harper.

Mardi, j'ai compté pas moins de 16 annonces de financement, dans huit provinces différentes, faites par les ministres fédéraux du gouvernement sortant. Campagne électorale, dites-vous ? Orgie électorale, dirions-nous même.

On a même eu droit à une visite de la ministre de l'Environnement, Leona Aglukkaq, mardi à Montréal. Madame la ministre n'était pas à Toronto, la semaine dernière, pour le Sommet des Amériques sur les changements climatiques, mais elle a jugé bon de venir à Montréal pour annoncer que, désormais, les alertes météo seraient diffusées sur Twitter.

Il ne faut pas oublier non plus Pierre Poilievre, l'infatigable ministre de l'Emploi, qui nous rappelle trois fois par jour que les parents d'enfants mineurs recevront bientôt un beau gros chèque, gracieuseté du bon gouvernement conservateur.

Rien n'arrête M. Poilievre, même pas une petite gêne éthique avec les banques. Mardi, il a retweeté une photo d'une pancarte de la Banque TD incitant les parents à épargner pour leurs enfants grâce aux prestations versées par Ottawa.

Qu'une banque cherche à attirer des clients, soit, mais qu'un ministre fasse sa pub, #malaise, comme on écrit sur Twitter.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer