Garderies «Les petits sophistes»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les politiciens, lorsqu'ils doivent patiner pour se sortir d'une situation embarrassante (comme faire le contraire de ce qu'ils avaient promis), peuvent faire preuve d'une agilité inimaginable dans la pratique du salto arrière et du sophisme extrême.

Hier, le premier ministre Philippe Couillard y est ainsi allé de cette déclaration inusitée: «L'universalité d'un programme public, ce n'est pas que tout le monde paie la même affaire. C'est que tout le monde ait accès à un programme abordable.»

Et voilà. En une petite phrase préfabriquée par des spécialistes des communications, le principe de l'universalité vient de prendre le bord. Ce n'est pas rien, tout de même.

Désolé, M. Couillard, mais c'est faux, et vous le savez. L'universalité, c'est les deux: l'accessibilité pour tous et le même tarif pour tout le monde.

La nouvelle position du gouvernement aurait peut-être plus de poids si, effectivement, tous les parents avaient accès à des places de garderie subventionnées pour leurs enfants. La réalité, toutefois, c'est qu'il manque des milliers de places en CPE au Québec parce que le gouvernement Charest a favorisé pendant ses neuf années au pouvoir la création de places au privé, freinant le développement du réseau des CPE.

Les libéraux n'ont jamais été enthousiasmés par ce programme hérité du gouvernement péquiste de Lucien Bouchard (poursuivi sous le gouvernement de Bernard Landry). Il y a plusieurs années, l'ex-premier ministre du Nouveau-Brunswick, Bernard Lord, m'avait raconté que Jean Charest avait mis en garde ses homologues provinciaux contre la tentation de se lancer dans de pareilles dépenses. Les autres provinces regardaient alors avec envie le modèle des CPE, mais Jean Charest leur avait dit, en gros: «Pensez-y bien avant de vous engager là-dedans, ça coûte une fortune!»

C'est comme ça que les libéraux ont toujours vu cette créature du PQ: un gouffre financier. Il existe pourtant quelques études sérieuses (dont une de l'institut CD Howe, qui n'est pas précisément un groupuscule de gauche) qui démontrent que les CPE ont plusieurs effets positifs sur l'économie du Québec et qu'ils ont permis à des milliers de femmes de réintégrer le marché du travail. De ça, on n'a pas parlé hier.

Mais revenons à la fin de l'universalité. Au risque de me répéter, si Philippe Couillard et son «trio économie» (Carlos Leitao, Martin Coiteux et Jacques Daoust) avaient l'intention d'imposer un tel changement, il aurait été plus honnête d'en parler en campagne électorale. À moins que M. Couillard ne soit un émule de Kim Campbell, qui avait dit avant le scrutin fédéral de 1993 que les campagnes électorales ne sont pas des moments propices aux débats sur les grands enjeux.

«L'état des finances publiques n'était pas connu avant le 7 avril. Je défie qui que ce soit de dire le contraire», s'est défendu le premier ministre.

Je ne connaissais pas, moi non plus, l'état réel des finances publiques avant le 7 avril, mais je mets néanmoins M. Couillard au défi de nous dire pourquoi il s'est engagé fermement à annuler la hausse de 2 dollars du tarif quotidien prévu par le gouvernement Marois et à s'en tenir à une indexation basée sur l'inflation s'il ne connaissait pas la situation financière du Québec. La prudence élémentaire aurait voulu qu'il s'engage à revoir le financement des CPE une fois connu l'ensemble du portrait financier. Les libéraux l'ont fait dans d'autres domaines, mais il était électoralement beaucoup plus rentable de promettre d'annuler la hausse de 2 dollars du gouvernement Marois dans les CPE.

Une promesse reniée? Bof, cela n'en fera qu'une de plus, diront certains. Peut-être, mais Philippe Couillard s'est fait élire en promettant une nouvelle façon de faire de la politique, de ramener la transparence à Québec et de préserver les services publics sans hausser les tarifs et les impôts. Meilleure chance la prochaine fois.

La brèche dans le principe d'universalité est de taille. Des voix, favorables à la décision du gouvernement libéral, affirment qu'il est normal d'imposer un système d'utilisateurs-payeurs dans les CPE. Je veux bien parler d'utilisateurs-payeurs pour un péage, pour les pollueurs, pour les vacanciers de la SEPAQ, mais pour un service éducatif de garde d'enfants?

Et après, ce sera quoi? On étendra le principe de modulation des frais selon le revenu des parents jusqu'où? Aux sorties scolaires et aux activités organisées par les services? Aux soins dentaires gratuits pour les enfants de moins de 10 ans? Aux vaccins pour les enfants? Aux services de psychoéducateurs? La liste pourrait s'allonger ainsi longuement.

Des amis qui habitent Villeray se sont déjà fait dire au CLSC du coin qu'ils étaient trop riches pour avoir droit aux cours prénatals. Une fois qu'on ouvre cette porte-là, comptez sur l'imagination des gestionnaires en quête d'économies pour inventer toutes sortes de nouvelles règles.

Après tout, l'exemple vient maintenant de haut.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer