| Commenter Commentaires (47)

St-Jean: récupération et démagogie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans le jargon, on appelle cela une «question plantée». C'est l'occasion pour un député d'arrière-ban du parti ministériel de se lever aux Communes pour poser une question - complaisante, il va sans dire - à un ministre ou même, privilège suprême, au premier ministre.

Normalement, le faire-valoir congratule sous forme de fausse question le gouvernement pour son extraordinaire plan économique ou pour ses formidables réalisations, ce qui provoque systématiquement chahut et moqueries dans la noble assemblée.

Lundi après-midi, Randy Hoback, député conservateur de Prince Albert, en Saskatchewan, a pris tout le monde par surprise en demandant ceci au premier ministre Harper: «Il y a des informations non confirmées voulant qu'une possible attaque terroriste [aurait été commise] contre deux membres des Forces armées près de Saint-Jean-sur-Richelieu. Le premier ministre pourrait-il informer la Chambre sur cette question?»

Ce à quoi Stephen Harper a répondu que les informations entourant les événements survenus plus tôt étaient troublantes et que le gouvernement suivait de près la situation.

Cette fois, pas de brouhaha, pas de quolibets, la question plantée touchait quelque chose de très sérieux: un (possible) premier acte d'agression terroriste perpétré par un sympathisant du groupe État islamique.

Au fil des années, le premier ministre Harper nous a habitués à un tout nouveau style de communication (pas de conférences de presse, des comités parlementaires à huis clos, une mise à jour économique dans un Tim Horton's, un contrôle paranoïaque de tous les ministères centralisé au bureau du premier ministre, des réponses de huit mots par courriels non signés des jours après avoir reçu les questions, etc.), mais informer la population canadienne de la perpétration d'un acte terroriste en sol canadien par une question plantée d'un obscur député, c'est toute une nouveauté! D'autant que la police (GRC, SQ et police de Saint-Jean, dans ce cas-ci) n'avait pas encore fait le point.

À supposer qu'un premier cas de fièvre Ebola se déclarait en Alberta, est-ce que le bureau du premier ministre demanderait à un simple député de l'Ontario de poser une question aux Communes au sujet d'«informations non confirmées» sur la propagation du terrible virus?

Il y a dans cet empressement une tentative évidente de récupération politique douteuse dans les circonstances. Hier, le ministre fédéral de la Sécurité publique, débarqué prestement à Saint-Jean-sur-Richelieu en compagnie de sa collègue québécoise Lise Thériault, était beaucoup moins loquace sur les circonstances de cette attaque contre des militaires. M. Blaney a rappelé qu'une enquête est en cours et précisé qu'il ne commentera pas davantage pour le moment, non sans avoir affirmé que «la menace terroriste est bien réelle» et que cet acte violent est une «attaque contre les valeurs québécoises et canadiennes».

Le plan de communication des conservateurs est simple: nous sommes une cible, mais nous avons la situation bien en main. En cette période préélectorale, le gouvernement conservateur voudra démontrer que ses adversaires libéraux et néo-démocrates sont trop mous pour protéger les Canadiens. Petit jeu dangereux, toutefois, parce qu'il ne s'agit pas ici d'envoyer des avions de chasse au bout du monde pour bombarder les combattants de l'EI, mais bien de garder à l'oeil un citoyen canadien fiché et considéré comme à risque. La famille de Martin Rouleau avait averti les autorités, la GRC l'a rencontré, son passeport a été confisqué. Tout ça dans les dernières semaines.

A-t-on pris toutes les précautions devant cet homme visiblement dérangé? Le gouvernement Harper, qui a fait de la sécurité des Canadiens une priorité, devra un jour rendre des comptes et la prestation de Steven Blaney, hier, n'aura rassuré personne.

Cela dit, les partis de l'opposition devront éviter de sombrer dans la démagogie électoraliste en accusant le gouvernement d'avoir «échappé» Martin Couture Rouleau dans la nature. Il est tentant de faire porter le blâme au gouvernement, mais dans une société de droit, il y a des limites à ce que l'État peut faire pour «neutraliser» un danger.

Les ministres Blaney et Thériault ont tenté de rassurer la population, hier. Ils l'ont fait sous l'angle de la sécurité publique, mais il manquait quelqu'un à ce point de presse: un responsable de la communication entre les autorités (pas seulement policières) et la population.

Vers la toute fin du point de presse, Mme Thériault a invité les citoyens inquiets du comportement d'un proche à appeler la police. On appelle généralement la police en dernier recours ou lorsqu'il y a eu crime. Le premier réflexe des familles ou des amis inquiets du comportement d'un proche n'est pas nécessairement d'appeler la police. Ils ont d'abord besoin de ressources avant d'en arriver à cette extrémité.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer