| Commenter Commentaires (44)

On achève bien les bélugas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les électeurs du Nouveau-Brunswick ont élu lundi le plus jeune premier ministre de l'histoire du Canada, Brian Gallant, 32 ans.

Ce n'est pas le seul fait inusité de ces élections: pour une rare fois, un enjeu environnemental a occupé une place centrale dans la campagne électorale, provoquant même, en grande partie, la défaite du gouvernement conservateur sortant.

L'environnement, on en parle beaucoup depuis quelques années dans les différentes capitales du Canada, mais au-delà des mots, cet enjeu est le plus souvent étouffé par les arguments économiques et les promesses de création d'emplois. L'environnement, ce n'est clairement pas la priorité de Stephen Harper, qui a pourtant été élu trois fois depuis 2006, obtenant même une majorité de sièges en 2011.

Cette fois, au Nouveau-Brunswick, les craintes environnementales ont, semble-t-il, pris le dessus sur les promesses de retombées économiques. Le gouvernement conservateur sortant de David Alward a misé sur le développement des gisements de gaz de schiste, y compris par fracturation hydraulique, alors que les libéraux de Brian Gallant ont plus prudemment promis un moratoire. C'est la deuxième option qui a fait mouche et les électeurs ont montré la porte aux conservateurs après seulement un mandat. Du coup, ils ont aussi élu le chef du Parti vert, David Coon, dans Fredericton-Sud, une autre première.

Les questions environnementales sont bien présentes au Canada depuis quelques décennies, et peut-être encore davantage ces années-ci à cause du pétrole des sables bitumineux et des projets de pipelines transcanadiens, mais il est rare qu'elles deviennent un enjeu déterminant d'une campagne électorale.

En 2009, en Colombie-Britannique, le gouvernement libéral sortant de Gordon Campbell a imposé une taxe sur le carbone et a été réélu, malgré le brouhaha de l'opposition néo-démocrate.

En 2008, lors de la campagne fédérale, le chef libéral Stéphane Dion avait misé, et perdu, sur son Plan vert, qui proposait notamment une taxe sur le carbone. Il serait toutefois hasardeux d'affirmer que ce plan seul a causé la défaite des libéraux. En fait, les problèmes des libéraux, sous Stéphane Dion, étaient beaucoup plus profonds.

Au Québec, lors de la campagne électorale du printemps dernier, on ne peut pas dire que les préoccupations environnementales ont pesé très lourd dans la balance, malgré les nombreux projets d'exploration, de forage et de transport de pétrole sur le territoire québécois. Il est vrai que les trois principaux partis étaient tous, avec quelques nuances, favorables au développement de la filière des hydrocarbures.

Les libéraux, qui n'ont pas caché leur penchant pour l'industrie pétrolière, ont apparemment conclu que leur élection majoritaire était un feu vert à l'exploitation de cette filière. Quitte à tourner les coins ronds. Très rond, même.

Ce ne sont pas les environnementalistes ni les cyclistes invétérés du Plateau qui le disent, mais bien une juge de la Cour supérieure du Québec, qui vient d'administrer une claque magistrale en arrière de la tête du ministre de l'Environnement, David Heurtel. En résumé, la juge Claudine Roy reproche au ministre Heurtel d'avoir fait preuve d'une légèreté proche de la négligence en accordant un certificat d'autorisation à TransCanada. Pire, le ministre n'a pas respecté sa propre loi, qui lui dicte de protéger les espèces menacées. Comment un ministre qui ne respecte pas sa loi peut-il exiger que des entreprises qu'il doit surveiller le fassent?

Les constats de la juge Roy sont accablants:

> [...] le tribunal considère que les témoignages des représentants du ministre expliquent le processus suivi, permettent d'analyser la preuve documentaire dans une nouvelle perspective et mettent en évidence, prima facie, une faille dans le processus du ministre.

> Aucun des représentants du ministre ayant travaillé sur le dossier ne connaît les mammifères marins.

La juge de la Cour supérieure constate par ailleurs que le ministre de l'Environnement du Québec a délivré un certificat sans avoir obtenu les données scientifiques d'Océans Canada, qui aurait dû les lui remettre.

Favoriser les pétrolières au détriment de l'Environnement, contourner ses propres lois et bouder les faits scientifiques, on dirait bien que le gouvernement Couillard s'inspire de celui de Stephen Harper.

Sur le site internet du gouvernement, il est écrit que le mandat du ministère de l'Environnement est d'«assurer la protection de l'environnement et de la faune de même que la conservation de la biodiversité pour améliorer la qualité des milieux de vie des citoyens».

Quant aux valeurs du Ministère, on lit: «le Ministère appuie son action sur la créativité de ses employés et sur des valeurs d'équité, de rigueur, de responsabilité, de transparence et de respect». Je crois qu'il faudrait ajouter ici «et sur les faits scientifiques éprouvés».

Une telle nonchalance du titulaire de l'Environnement est inquiétante, surtout quand on sait que Québec devra se prononcer au cours des prochaines années sur une foule de projets, notamment pour des pipelines, pour l'exploration et l'exploitation de gisements de pétrole, à Anticosti et ailleurs, et pour le transport de pétrole sur le fleuve.

Test de géographie

J'espère que mes anciens profs de géographie du secondaire et du cégep n'ont pas lu ma dernière chronique parce qu'ils me colleraient un E. J'ai relocalisé le siège de l'ONU au bord de l'Hudson et j'ai relié la Nouvelle-Écosse à l'Île-du-Prince-Édouard par le pont de la Confédération. L'horrible immeuble de l'ONU se trouve, en fait, au bord de l'East River et le fameux pont de 12 kilomètres relie Î.-P.-É. au Nouveau-Brunswick.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer