FTQ-PQ: Les liaisons dangereuses

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pas besoin d'être membre honoraire du Barreau ou d'avoir gagné un concours de plaidoiries pour comprendre toute l'importance du témoignage de l'ex-président de la FTQ, Michel Arsenault, attendu à la commission Charbonneau, une fois le contre-interrogatoire de son ancien collègue Jean Lavallée terminé.

Les allégations de «deal» entre les anciens dirigeants de la FTQ et Claude Blanchet, le mari de Pauline Marois, révélées par des extraits d'écoute électronique la semaine dernière, ont été éclipsées ces derniers jours par la tragédie de L'Isle-Verte, mais elles n'ont pas disparu pour autant.

Première question, évidente, de quel «deal» s'agit-il? Est-ce le deal d'affaires détaillé par mon collègue Denis Lessard il y a quelques jours (?) et qui avait toutes les apparences d'un traitement de faveur?

Questions subséquentes: qu'est-ce qui laissait croire à MM. Arsenault et Lavallée que ce «deal» était devenu pour leur organisation une police d'assurance anti-commission d'enquête? Ont-ils conclu d'autres «deals» avec le mari de Mme Marois? Avec le PQ? Avec d'autres partis? M. Arsenault (ou quelqu'un d'autre de la FTQ) a-t-il effectivement parlé avec Pauline Marois ou avec un autre contact au PQ à propos d'une possible commission d'enquête? Quels étaient les liens entre le PQ et la FTQ? Et avec les autres partis? Pourquoi craignait-on tant une commission d'enquête à la FTQ et de quelle «marde» avaient peur ses dirigeants s'ils n'ont rien à se reprocher? La FTQ a-t-elle rendu des services au PQ outre assurer la sécurité lors d'événements? Les autres partis bénéficiaient-ils aussi de certains services de la FTQ? Quels étaient les liens entre M. Arsenault et Élaine Zakaïb, ancienne dirigeante au Fonds de solidarité FTQ? Qu'est-ce que cette histoire de contrats bloqués au profit de Tony Accurso? M. Arsenault a-t-il maintenu le contact avec Mme Zakaïb après son départ de la FTQ? (Cette dernière est devenue en septembre 2012 ministre déléguée à la Politique industrielle.)

Il y a probablement des dizaines d'autres questions à poser à M. Arsenault, celles-ci ne touchant qu'un aspect dévoilé la semaine dernière.

Il serait aussi intéressant de savoir ce que voulait dire Jean Lavallée, dans une conversation téléphonique, par: «Faut pas que le PQ embarque dans ça. Si y'embarque dans ça, y vont s'faire ramasser eux autres aussi».

Voilà une occasion en or, pour Michel Arsenault, de nous expliquer pourquoi le PQ aurait dû s'opposer à la création d'une enquête publique sur le milieu de la construction. Y'a autre chose? Des liens avec des entrepreneurs? Du financement politique? Des échanges de services ou des retours d'ascenseur?

Le fait est que le PQ a demandé une enquête, en 2009. Il lui a fallu du temps avant de joindre sa voix à celle de l'ADQ, seule à la réclamer à l'époque, mais le PQ s'est rallié sans équivoque par la suite, talonnant le gouvernement Charest sans relâche. Une fois la première version de la commission dévoilée par les libéraux, le critique péquiste Stéphane Bergeron avait même dénoncé la «patente à gosses», réclamant une véritable commission d'enquête avec pleins pouvoirs. Difficile de douter de la sincérité du PQ.

Les témoignages de Jean Lavallée (pénible par moment, celui-là!) et de Michel Arsenault sont cruciaux pour la suite des choses. C'est comme un traitement de canal: c'est long, douloureux, mais on approche du nerf en grattant le «méchant».

C'est que la FTQ n'est pas qu'une centrale syndicale. Elle joue depuis longtemps un rôle majeur dans le développement économique du Québec par son omniprésence dans l'industrie de la construction. Avec la création du Fonds de solidarité, la FTQ est devenue un partenaire financier, un partenaire d'affaires et un partenaire de projets incontournable pour le gouvernement du Québec. Tout cela procure du pouvoir. Beaucoup de pouvoir. Et le pouvoir, c'est comme l'alcool: c'est pas tout le monde qui porte ça! C'est à se demander si Québec, en accordant un statut particulier à la FTQ, n'a pas créé un monstre tentaculaire incontrôlable.

À entendre Jean Lavallée, la semaine dernière, raconter devant la commission Charbonneau ses beaux voyages dans le Sud, sur le bras de «Tôôôôôney» (Tony Accurso), on conclut que le code d'éthique dans les hautes instances de la FTQ était aussi «lousse» que la politique des coups à la tête de la LNH!

M. Lavallée peut bien répéter, comme pour s'en convaincre, qu'il n'a jamais volé un sou noir, il profitait goulûment d'un système unique: les petits épargnants investissent leurs avoirs dans un fonds de travailleurs en échange d'abattements fiscaux accordés par le gouvernement; la cagnotte, de plus en plus importante, est investie dans des entreprises (comme celles de Tony Accurso), dans des projets immobiliers ou de grands chantiers (le plus souvent payés par les deniers publics); les ouvriers sur ces chantiers sont placés par... la FTQ. La vie rêvée!

Pour boucler la boucle, les boss de la FTQ prennent leurs vacances, tous frais payés, sur le yacht de l'entrepreneur chouchou du Fonds. Un chum, c't'un chum, comme disait l'autre.

Sur ce, bonne chance pour faire changer d'idée Stephen Harper et son ministre des Finances, Jim Flaherty, qui ont décidé d'abolir, dès l'an prochain, le crédit d'impôt accordé aux fonds de travailleurs.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer