| Commenter Commentaires (24)

Le festival du sophisme

Vincent Marissal
La Presse

Premier témoin de la commission parlementaire sur le projet de Charte de la laïcité, mardi matin, Réjean Parent a lentement gravi l'escalier menant à la porte du Salon rouge, où l'attendait une horde de journalistes.

«Faut que je reprenne mon souffle à cause de mes côtes cassées, nous a-t-il dit, haletant. Ils m'ont demandé de briser la glace, mais quand je suis tombé, la glace était très dure!»

On a vite compris pourquoi on avait demandé à l'ex-président de la CSQ d'ouvrir le bal, lui qui a rapidement retrouvé son souffle pour dire tout le bien qu'il pense du projet de loi du ministre Bernard Drainville.

Dans son enthousiasme, M. Parent nous a expliqué que ce projet est un pas dans la bonne direction, que les exigences imposées aux employés de l'État sont raisonnables et que ceux-ci doivent déjà se soumettre à des règles au travail.

- Accepterait-on, par exemple, qu'un employé arrive en retard d'une demi-heure tous les matins? a lancé Réjean Parent.

- Euh... Arriver en retard au travail n'est pas un droit fondamental, ai-je souligné à M. Parent.

- Il n'est pas clair que porter un symbole religieux au travail l'est non plus, m'a-t-il répondu, avant d'ajouter, quelques minutes plus tard, que de toute façon, cela relève de la Charte canadienne des droits et libertés, qui nous a été imposée et à laquelle le Québec n'a jamais adhéré.

Et voilà, c'est ainsi, en deux coups de cuillère à pot, qu'on expédie quelques notions de droit, quelques principes et, au passage, quelques nuances historiques et politiques.

Loin de moi l'idée de m'acharner sur Réjean Parent, un homme charmant qui a bien droit à ses opinions et qui sait les exprimer avec couleur, mais il me semble encore une fois s'aventurer bien imprudemment sur un terrain très glissant!

Bien plus que les commentaires incendiaires de certains ou que toutes les âneries qui circulent sur les réseaux sociaux, les sophismes, les anecdotes et les raccourcis sont les plus grands ennemis de ce débat enflammé sur la Charte de la laïcité et ses effets dans notre société.

L'exemple est malheureusement venu de haut, ces derniers jours, lorsque le ministre Drainville a déclaré que vous êtes pour l'intégrisme si vous êtes contre sa charte (en entrevue à La Presse, samedi dernier).

L'ex-candidate (et future candidate) du PQ Djemila Benhabib a quant à elle suggéré sur Twitter que la présidente de la Fédération des femmes du Québec, Alexa Conradi, militait contre... les droits des femmes parce que son regroupement demande au gouvernement Marois de retirer son projet de charte. Faut le faire! (Tweet du 11 janvier dernier: «Défendez-vous les religions ou les droits des femmes, Mme Conradi?»)

Logique implacable: vous êtes contre certains éléments de la Charte du PQ, eh bien, vous êtes nécessairement pour les religions et, donc, contre les femmes. Et après, ça donne des leçons...

La même Mme Benhabib disait récemment dans un débat à Trois-Rivières que Québec solidaire est infiltré par des extrémistes musulmans. Elle affirmait aussi avoir perdu dans Trois-Rivières aux élections de septembre 2012 à cause d'un mot d'ordre d'un imam tunisien contre le PQ. Au fait, y a combien d'électeurs islamistes dans Trois-Rivières?

Autre glissement du ministre Drainville dans la même entrevue, samedi dernier: «Les intégristes carburent aux accommodements raisonnables, ils veulent créer des exceptions pour les transformer en normes.»

D'abord, il y a un non-sens sémantique. Si les accommodements sont effectivement «raisonnables», ils ne menacent ni ne briment personne. À force d'accorder tellement d'importance à des anecdotes qui n'étaient même pas des «accommodements raisonnables», cette expression est devenue péjorative.

Ensuite, comme l'immense majorité des demandes d'accommodements au Québec vient de... chrétiens, est-ce à dire que le péril intégriste se cache derrière le crucifix?

Autre lieu commun entendu ad nauseam dans le débat: «On leur demande seulement de retirer leurs symboles religieux durant leurs heures de travail.» Sous-entendu: Voyez, c'est raisonnable, on ne leur interdira pas de s'habiller comme bon leur semble sur la place publique, comme en France. On restreint les droits fondamentaux, mais seulement à temps partiel! Trop magnanime!

Le cliché le plus commun: l'État doit être neutre. A-t-on des indices qui laissent croire qu'il ne l'est pas maintenant? Non, mais on ne veut pas prendre de risques...

Une autre rengaine populaire: Neutralité politique, neutralité religieuse, même combat. On interdit aux fonctionnaires, sans que cela fasse problème, d'afficher leurs couleurs politiques. Il devrait en être de même des symboles religieux.

Un employé de l'État payé par des fonds publics qui affiche son attachement au parti au pouvoir ou, au contraire, son adhésion à un parti de l'opposition est certainement plus susceptible de faire du zèle au boulot qu'un adepte de Jésus, Mahomet ou Vishnou.

Des sophismes, de la démagogie, il y en a aussi de l'autre bord, cela dit.

Certains opposants à la Charte manient des mots comme fasciste, dictature et totalitarisme avec autant de plaisir que le Joker joue avec des explosifs dans Batman.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer