| Commenter Commentaires (9)

Harper rattrapé par le vide

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sortant, pour une rare fois, de son devoir de réserve, l'ex-premier ministre Jean Charest a lancé cette semaine sur les ondes de Radio-Canada un pressant appel à Stephen Harper en faveur de l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne.

Nous y sommes presque, a dit en substance M. Charest, et il est maintenant temps pour le premier ministre Harper de s'impliquer personnellement dans les négociations. Ça tombe bien, ajoute-t-il, puisque M. Harper sera en Europe dans les prochains jours à l'occasion de la réunion annuelle du G8.

Avec le Plan Nord, le traité de libre-échange Canada-Europe aura été le projet fétiche de Jean Charest, en particulier au cours des dernières années de son règne de 10 ans à Québec.

Visiblement, ce dossier ne suscite pas le même enthousiasme chez Stephen Harper. Il faut dire qu'il est bien occupé, et même préoccupé, M. Harper, par d'autres problèmes plus urgents par les temps qui courent. Depuis près d'un mois, on entend parler que du Sénat à Ottawa et le gouvernement Harper semble incapable de reprendre le contrôle de l'ordre du jour. Pourtant, il est majoritaire et il reste plus de deux ans avant les prochaines élections.

On pourrait parler de libre-échange avec l'Europe, ce qui est un enjeu majeur, d'autant plus que les conservateurs aiment bien se présenter comme les champions du développement économique.

On pourrait aussi parler des projets de pipelines en Alberta, en Colombie-Britannique et au Québec et, plus généralement, d'une nouvelle politique énergétique. Mais non, M. Harper et son gouvernement sont bien trop occupés ailleurs.

Vous me direz peut-être que c'est de la faute des partis de l'opposition et des médias, qui n'en ont que pour les histoires au Sénat, mais le fait est que le premier ministre, habituellement si habile à esquiver les embrouilles, a géré cette crise de façon pitoyable. De mensonges en faux-fuyants, de tentatives de camouflage en reculs embarrassants, le gouvernement Harper a creusé lui-même le trou duquel il est maintenant incapable de sortir. M. Harper doit compter les jours qui le séparent de la pause estivale.

Plus profondément, cette incapacité pour ce gouvernement de rebondir démontre qu'il est rattrapé par le vide de son programme politique et par sa propension aux manoeuvres bassement partisanes.

Méfiance

Un des principaux problèmes de Stephen Harper, c'est qu'il n'a rien de positif à offrir aux Canadiens (le dossier du libre-échange avec l'Europe aurait pu être un projet positif). Il semble en guerre perpétuelle contre l'opposition, même s'il est majoritaire. Cette semaine, par exemple, le Nouveau Parti démocratique soulignait l'utilisation par le gouvernement Harper d'un 40e bâillon aux Communes depuis 2006, un record absolu en matière de limitation des débats.

Par ailleurs, la découverte de « surprises » dans les projets de loi omnibus a fait naître un sentiment de méfiance à l'égard de ce gouvernement, non seulement parmi les partis de l'opposition, mais aussi au sein de la population. Souvenez-vous de ce tour de passe-passe visant à couper les fonds publics aux partis politiques caché dans un projet de loi de mise en oeuvre du budget ou de mesures environnementales controversées dans un projet de loi mammouth de plus de 400 pages ! Et vive la transparence !

Rien à se reprocher

À ces cachotteries législatives s'ajoutent les histoires de tricheries (voire carrément de fraudes) électorales, comme les appels robotisés (robocalls), les rapports de dépenses incomplets et l'utilisation de ressources financières interdites dans certaines circonscriptions. 

Chaque fois qu'ils se font pincer, les conservateurs contre-attaquent en ressortant de vieilles histoires touchant l'opposition ou, mieux encore, en disant que selon leur propre interprétation de la loi, ils n'ont rien à se reprocher !

Il est d'ailleurs presque comique de voir les conservateurs appeler le vérificateur général à la rescousse au Sénat, eux qui s'emploient à museler les chiens de garde du Parlement depuis qu'ils sont arrivés au pouvoir.

Ajoutez à cela l'aversion maladive de Stephen Harper pour les médias, qui ont vu leurs accès aux membres et institutions du pouvoir reculer sans cesse depuis 2006, et vous aurez le tableau à peu près complet.

Depuis qu'il est pouvoir, et en particulier depuis qu'il est majoritaire, M. Harper s'est construit un bunker dans lequel il se trouve aujourd'hui assiégé. Je ne serais pas étonné de le revoir sous peu monter sur une scène pour chanter With a Little Help from my Friends des Beattles, mais cela ne suffira probablement pas à redorer son image.

Style intraitable

Avec son style intraitable de général en guerre contre l'opposition, contre les institutions, contre les médias, Stephen Harper s'isole des électeurs. Les mensonges, les tentatives de camouflage et les regrets tardifs dans l'affaire Duffy-Wright n'ont rien fait pour améliorer le sort de ce gouvernement.

Les symptômes qui affligent les conservateurs ces temps-ci s'apparentent à ceux d'un gouvernement usé, en fin de course et incapable de se relancer. À Ottawa, on parle de plus en plus de l'avenir de Stephen Harper, y compris dans les rangs conservateurs, où certains parlent de succession. Pas trop fort, évidemment. Faut pas indisposer le boss quand il est de si mauvaise humeur.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer