| Commenter Commentaires (14)

Roche, pots-de-vin, bateau!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En prenant la tête du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard savait fort bien qu'il risquait d'être rattrapé par des révélations embarrassantes faites devant la commission Charbonneau.

Prenant les devants, il a toutefois dit très tôt que son parti prendrait ses responsabilités et n'essayerait pas de se cacher derrière les turpitudes présumées des autres partis.

N'empêche, M. Couillard ne doit pas être mécontent, ce matin, de voir que, pour le moment, c'est un ancien ministre péquiste, Guy Chevrette, qui prend la tasse à la suite des révélations-chocs de l'organisateur Gilles Cloutier devant la commission Charbonneau.

Dans le milieu politique, il y a longtemps que circule le nom de Guy Chevrette, ancien ministre omnipotent des gouvernements Parizeau, Bouchard et Landry comme organisateur efficace de la bonne vieille école.

Personne n'a jamais pu apporter de preuves de quelque fraude impliquant M. Chevrette (et les affirmations de M. Cloutier ne constituent pas, rappelons-le, une preuve) et l'ancien ministre s'est toujours défendu d'avoir été croche.

En 2002, il révélait même, de son propre chef, avoir refusé deux mallettes pleines d'argent en 1989, contenant la somme de 500 000$ qui lui avait été proposée par «un Asiatique, une grande madame qui se disait avocate et un autre monsieur inconnu» pour convaincre le PQ de ne pas étatiser les loteries vidéo.

Guy Chevrette les aurait «sacrés dehors», mais n'a pas pensé d'appeler la police. Curieux, tout de même, tous ces politiciens et organisateurs à qui on offre des pots-de-vin et qui refusent vertueusement sans toutefois appeler la police.

Me semble que si un entrepreneur, un politicien ou un lobbyiste essayait d'influencer la rédaction d'un de mes reportages ou chroniques, je m'organiserais pour le coincer et le dénoncer publiquement. Tous mes collègues, j'en suis persuadé, feraient de même. Mais en politique, un maire vous offre une enveloppe bien garnie ou un entrepreneur véreux débarque avec une mallette et vous vous contentez de repousser dédaigneusement, sans donner suite. Cela démontre tout simplement que le cash fait partie du paysage politique depuis toujours, au point où on ne considère même plus comme un crime une tentative de pot-de-vin.

Pas étonnant que des Gilles Cloutier, des Marc-Yvan Côté ou des Bernard Trépanier en mènent si large dans cet univers.

Plusieurs personnes ont noté avec étonnement, parfois avec dégoût, l'arrogance de ces organisateurs professionnels, leur confiance débordante, l'assurance sans faille en leurs moyens, leur front de boeuf. Et leur absence de remords.

La réalité, c'est que les partis politiques ont besoin de ces professionnels du financement et de l'organisation électorale. Au sommet de leur gloire, ils deviennent de véritables légendes dans le monde politique, des intouchables, des tout-puissants.

Leurs employeurs, autant les chefs politiques que les entrepreneurs, ne veulent pas connaître les détails, ils veulent les résultats. Ils veulent des «faiseurs d'élections». Ils se fichent que par leurs méthodes, ils soient aussi des voleurs de démocratie.

Lorsque Gérald Tremblay, par exemple, demande à Gilles Cloutier s'il va l'«aider» dans sa campagne, il ne lui demande pas de poser des pancartes!

Lorsque Roche ou Dessau engage Gilles Cloutier comme «vice-président au développement des affaires» (ça ne s'invente pas!), ce n'est pas pour son expertise en génie civil.

C'est pour qu'il mette en place son système. Un système parfait qui rapporte et qui arrose tout le monde, neutralisant ainsi les attaques. Après tout, un Guy Chevrette vaut bien une Michelle Courchesne ou un autre ministre libéral.

Suffit d'inviter une belle brochette d'élus, de tous les niveaux et de tous les partis, de leur offrir de jolis cadeaux en filmant la soirée et hop, le tour est joué, vous les tenez tous dans le creux de votre main.

Je ne veux pas paraître blasé, mais rien dans le témoignage de Gilles Cloutier ne me surprend. J'ai trop souvent vu ces «kingpin» de l'organisation politique faire la pluie et le beau temps, recruter des candidats-vedettes, évincer les fâcheux, récolter du fric, nommer des dirigeants de sociétés d'État et même donner leur avis sur la composition des conseils des ministres.

Les «bénévoles» d'élections, spécialistes en communication, en sondage, en organisation, en financement, qui quittent leur travail sans compensation pendant des semaines, je n'y ai jamais cru. Il y a toujours un salaire ou un retour d'ascenseur.

Je n'ai jamais cru, non plus, à l'engagement volontaire de tout le personnel d'une entreprise qui contribue soudainement en bloc à la caisse d'un parti.

Tout cela est connu, entendu, presque banal. La vraie question est de savoir si on saura se débarrasser de ces vieux stratagèmes. En attendant, on les expose dans le détail à la commission Charbonneau, c'est déjà ça de pris.

Pour joindre notre chroniqueur: vincent.marissal@lapresse.ca




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer