| Commenter Commentaires (10)

Publicité négative: tendre l'autre joue

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) On a beau s'y attendre, depuis le temps que les conservateurs nous font le coup des publicités négatives contre leurs adversaires, mais ça surprend tout de même un peu chaque fois!

Il faut dire que dans notre paysage politique généralement poli, les conservateurs de Stephen Harper détonnent en repoussant chaque fois les limites de ce qu'il est permis de faire contre ses adversaires.

Lancée à peine 12 heures après l'élection du nouveau chef libéral, la nouvelle publicité intitulée «Pas à la hauteur» montre un Justin Trudeau à l'air hébété en plus de déformer grossièrement une citation dans une entrevue télé en 1999 dans laquelle on lui fait dire, en n'en gardant soigneusement qu'une partie, que les Québécois sont meilleurs que les autres Canadiens.

Voilà exactement le genre de traitement que les politiciens détestent, en particulier Stephen Harper, qui se méfie terriblement des médias. Mais à la guerre comme à la guerre, et les conservateurs mènent la leur à coups de bazooka. On y voit aussi Justin Trudeau en train d'enlever sa chemise à la façon d'un stripteaseur, au ralenti, avec une musique de cirque, montrant un côté frivole et même ridicule du jeune politicien.

La publicité ne précise pas, évidemment, que cette scène comique avait été tournée lors d'une activité pour amasser de l'argent pour la lutte contre le cancer. La récupération des images a d'ailleurs créé un certain émoi à Ottawa, notamment au sein de la fondation qui avait organisé l'événement.

Mais bon, la retenue n'a jamais été la marque de commerce des conservateurs, qui ont précédemment démoli l'image de Stéphane Dion en le montrant comme un chef faible et mou (la campagne intitulée «Not a leader/Pas un leader») et Michael Ignatieff comme un snobinard opportuniste qui a vécu des années à l'étranger avant de revenir au Canada pour lui-même («He didn't come back for you»).

Aussi dure que soit cette première publicité contre Justin Trudeau, on pourrait croire qu'elle lui rend service puisqu'elle démontre, de un, que les conservateurs sont vraiment inquiets de son arrivée et, de deux, parce qu'elle illustre clairement ses points faibles.

Si les conservateurs attaquent en affirmant que Justin Trudeau manque de sérieux, qu'il est puéril et qu'il n'est pas prêt à diriger le pays, c'est qu'ils ont découvert, avec leurs sondages et études de l'électorat, que c'est, en effet, une perception répandue. Savoir cela 30 mois avant les prochaines élections pourrait s'avérer utile. Tout dépend de la réaction de Justin Trudeau et de son entourage.

Après tout, cette image de jeune homme populaire, mais dépourvu de contenu, d'expérience et loin des préoccupations du «vrai» monde a été véhiculée ces derniers mois par des libéraux, dont les candidats malheureux à la direction du PLC, Martha Hall Findlay et Marc Garneau. Mme Findlay s'est même excusée, en février, d'avoir laissé entendre que Justin Trudeau est élitiste et ignorant de la réalité des gens ordinaires, lui qui, justement, vise la classe moyenne dans ses discours.

Martin Cauchon aussi, en entrevue, récemment, disait ne pas venir du même monde que Justin Trudeau, sous-entendant que celui-ci a été élevé avec une cuillère d'argent dans la bouche. Le genre de «tir ami» qui finit par donner des munitions aux vrais adversaires.

Répliquer?

Les nouvelles pubs conservatrices feront-elles mouche contre Justin Trudeau? Celles contre Stéphane Dion et Michael Ignatieff ont été d'une efficacité redoutable, justement parce qu'elles mettaient le doigt sur des travers réels ou présumés de ces deux anciens chefs.

Les libéraux semblent croire que, cette fois, les conservateurs se tireront dans le pied parce que Justin Trudeau est plus populaire que ses prédécesseurs et parce que les électeurs en ont soupé des campagnes de dénigrement systématique.

Comme ce fut le cas avec MM. Dion et Ignatieff, les libéraux ont décidé, leur nouveau chef en tête, qu'ils ne répliqueront pas par la négative, mais qu'ils lanceront plutôt des messages positifs présentant M. Trudeau sous un jour plus favorable.

Opposer espoir et positivisme aux attaques pernicieuses de l'adversaire, donc. L'espoir est meilleur que le désespoir, l'amour, meilleur que la haine, comme l'a écrit Jack Layton sur son lit de mort.

Cette position, aussi noble soit-elle, me semble un peu fleur bleue et certainement inadéquate contre le rouleau compresseur conservateur. Les libéraux, comme à l'époque de MM. Dion et Ignatieff, se confortent en disant que les électeurs n'aiment pas les publicités négatives. Ils n'aiment pas, peut-être (et encore, pas tout le monde), mais ils les regardent et elles font leur effet.

Rares sont les politiciens qui y échappent. Il faut avoir toute une carapace et jouir d'un grand capital de sympathie, comme Barack Obama, en 2008, qui avait esquivé sans une égratignure les publicités négatives républicaines qui le décrivaient comme une vedette populaire à la Paris Hilton ou comme le Sauveur envoyé par Dieu!

Personne n'est contre la vertu, mais il est tout de même étonnant que les libéraux, après avoir vu ce que les conservateurs ont fait à leurs chefs, persistent encore aujourd'hui à croire qu'ils finiront par gagner la bataille contre un goon en continuant de tendre l'autre joue.

Pour joindre notre chroniqueur: vmarissal@lapresse.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

Commentaires (10)
    • Quand j ai vu Justin faire la révérence sur la pub, la première image venue à l\'idée fut celle de son père faisant la pirouette derrière la reine et je me suis dit..
      OMG !!! du déjà vu.

    • Oui, mais ça marche. Confirmation à venir au Labrador.

    • Justin...Mauvaise publicité. I think you should admit that "I did wrong terribly wrong. I did and said things I should not have done or said". Period. I have learnt since then, let us move forward." Don't even refer to the publiccity because everyone will want to see it and that you do not want.

    • Comme vous le dites si bien: «On en a soupé» du fiel qui peut sortir de la bouche d'un conservateur. Ce qui en sort n'est que mensonge pour semer discorde et haine. Je sais que les conservateurs disent la vérité quand ils promettent d'être cruels, égocentriques et sans humanité. Est-ce que Harper serait prêt à donner sa chemise, devant public, pour une cause humanitaire? J'en doute fort.

    • Quand on a l'élégance qui va avec l'âge, avec ou sans chemise, n'est pas si terrible que ça à être scruté! Qui a décidé que cette publicité était négative? Être politisé ne veut pas dire qu'il faut être aveugle pour évaluer l'ampleur de la vision phénoménale que l'on a devant soi!

    • M. Marissal vous devez admettre que Justin a déclaré aussi y a pas si longtemps, que le problem au Canada était trop d Albertains pas assé de québécois au pouvoir.
      Le Canada fait dur en ce moment parce que c'est des Albertains qui contrôlent notre agenda communautaire et sociodémocratique?, a t il dit au francs-tireurs.
      Il fait aussi des attaques personnelles.

    • J'encourage fortement le PLC de ne pas embarquer dans la publicité négative. On n'ambitionne pas grande dignité en se lançant du fumier et pour en lancer, il faut en avoir autour de soi.

    • Bonjour M. Marissal, vous parlez du "contexte" de sa déclaration de 1999. J'imagine bien qu'il n'a pas lancé ça comme ça, mais quel était-il ce contexte? Où peut-on revoir l'intégral de son commentaire?
      Utiliser des images d'une levée de fond pour le cancer... c'est franchement répugnant.

    • Autant que je n'aime pas le clan Trudeau, autant ce genre de politique me pue au nez. Seulement que pour montrer au réformistes que ça ne marche pas, ça pourrait presque me donner envie de voter PLC au lieu des Verts, du Bloc (2ème choix) ou du NPD (3ème choix) , juste pour leur montrer a quel point ça me répugne comme façon de faire.

    • Je ne voterai ni Libéral, ni Conservateur, mais je suis tout de même très content de savoir que les libéraux n'embarqueront pas dans ce jeu puéril.
      Les publicités négatives devraient tout simplement être illégales. C'est un un jeu de gamins et ça se fait que détester encore davantage (si c'est possible!) la classe politique.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer