| Commenter Commentaires (16)

Les résolutions 2013 de nos politiciens

Jean-Martin Aussant... (Photo archives Le Soleil)

Agrandir

Jean-Martin Aussant

Photo archives Le Soleil

Partager

Les politiciens, c'est bien connu, font beaucoup de promesses, mais ne les tiennent pas toujours. Qu'en est-il de leurs résolutions du Nouvel An? À l'aube de 2013, voici les résolutions des politiciens les plus en vue du Québec. À vous de juger, au cours des 12 prochains mois, s'ils les suivent.

Québec

Pauline Marois

«Demeurer à l'écoute de la population et continuer à faire avancer le Québec!»

Pour 2012, elle avait souhaité «avoir la chance de rencontrer personnellement chacun des Québécois».

Cela ne s'est probablement pas produit, mais, pendant la campagne électorale, elle a serré plusieurs milliers de mains!

Jean-Marc Fournier

«Qu'ensemble nous puissions convaincre le gouvernement Marois de l'importance de l'innovation et de l'enseignement supérieur pour l'avenir économique du Québec.»

François Legault

«Être encore plus constructif, surtout avec des mesures concrètes pour relancer l'économie du Québec. Donc, aider davantage mes amis du PQ...

J'oubliais aussi le souhait de perdre du poids.»

Il y a un an, il s'était engagé à tout mettre en oeuvre pour offrir aux Québécois un parti politique responsable et dynamique.

Résolution tenue.

Françoise David

«Continuer de défendre avec passion l'idée que l'avenir du Québec passe par la solidarité et un lien renouvelé entre l'humain et la nature.»

Philippe Couillard

«Au milieu de l'agitation qui s'annonce, prendre le temps de réfléchir profondément aux enjeux et garder des moments exclusifs pour ma famille.»

Raymond Bachand

«Prendre du temps toute l'année pour m'occuper de ma première petite-fille, à naître en janvier, même après être devenu... chef de l'opposition.»

Sa résolution de 2012?

«Que les décisions d'aujourd'hui permettent aux jeunes de demain de rester maîtres de leurs choix et de leur destin.»

Pierre Moreau

«Ma résolution pour 2013: amener les jeunes à militer au sein des partis politiques.»

Jean-Martin Aussant

«Avoir la sagesse de choisir les projets les plus importants parmi tous ceux auxquels on tient.»

(J'ai comme l'impression que cela annonce le début de la fin d'Option nationale [ON]...)

L'an dernier, il était encore député, il venait de fonder ON, sa résolution était plus pragmatique: «Naviguer efficacement dans ma nouvelle réalité. L'année 2011 a été particulièrement mouvementée pour moi avec des bébés - jumeau et jumelle -, mon retrait du caucus péquiste et la fondation d'Option nationale. Je devrai donc m'imposer de bonnes méthodes de travail pour m'adapter à la charge additionnelle que cela impose.»

Pierre Duchesne

«Demeurer authentique. C'est ce que les Québécois souhaitent avant tout de leurs élus.»

Bernard Drainville

«Continuer à poser des gestes d'intégrité pour lutter contre le cynisme et ramener la confiance entre les citoyens et leurs élus pour que les gens voient que nous ne sommes pas tous "des pareils"» !

Jean-François Lisée

«Une majorité péquiste en bonne santé avant la fin de l'année!»

(Cela ressemble davantage à un souhait qu'à une résolution, mais bon, soyons charitables en cette période des Fêtes).

Ottawa

Stephen Harper

La même résolution que l'an dernier: terminer son ouvrage-livre sur l'histoire de la naissance du hockey professionnel au début du XXe siècle.

(Ben alors, ça avance, ce bouquin, monsieur le premier ministre?)

Thomas Mulcair

«Retourner dans l'Arctique canadien.»

(Voilà une résolution qui ne devrait pas être trop dure à tenir!)

En 2012, il avait résolu de trouver plus de temps pour être avec sa petite-fille de trois ans. Résolution tenue, je crois.

Bob Rae

Moins manger, faire plus d'exercice (comme l'an dernier!) et... chanter plus fort! (Je n'ai toujours pas compris ce dernier point et M. Rae...)

Justin Trudeau

«J'ai deux résolutions: faire plus de yoga, et ne plus lire les chroniques politiques.»

(Devrai-je «prendre ça personnel» ?)

Daniel Paillé

«Jusqu'à ce que le Québec accède à sa pleine souveraineté, faire en sorte que la reconnaissance de notre nation ne soit pas qu'une coquille vide.»

Marc Garneau

«Continuer de manger mes croûtes.»

(Un peu étrange, comme résolution...)

Et Denis Coderre?

Il y a un an, voici ce qu'il m'avait écrit: «L'année 2011 fut une année de réflexion. L'année 2012 sera une année de décision.»

Et 2013?

Le candidat le plus attendu sur la scène municipale n'a pas voulu partager ses résolutions pour 2013.

Dommage.

Sur ce, bonne année 2013, qui s'annonce très chargée politiquement.

Partager

publicité

Commentaires (16)
    • Gouverner sur la base des réalités scientifiques en confiant à une Assemblée Nationale de sages le soin d'édicter les politiques. Révocables en tout temps, les sages seraient élus au suffrage universel sur la base de leurs réalisations antérieures.
      Actuellement, on vit l'inverse; une Assemblée Nationale qui sévit au bénéfice de son parti et de ses supporteurs. Une ASNAT de singes.

    • Vous êtes à l'écoute, Madame Marois? La majorité des Québécois sont en faveur d'une véritable hausse des frais de scolarité... Allo?

    • M on souhait pour 2013 est que tous les politiciens (nes) appliquent pour LE VRAI , la raison fondamentale de leur venue en politique.....soit de tout faire pour amiliorer le sort de leurs commettants et d'arrêter d'obéir aveuglément à leur parti respectif et leur chef. Un élu (e) doit des comptes seulement à ceux qu'ils représentent. Bonne Année

    • @jean-francois_trottier 31 décembre 2012-12h37
      Bonjour,
      Dans le même ordre d'idée, est-ce à dire que des francophones hors Québec pourraient voter à un référendum Québécois...
      Héhéhéhé...
      La démocratie «Ottawasienne» est une véritable farce !
      Robert Alarie

    • M. Marissal, je crois que vous avez mal compris le sens des paroles de J-M Aussant. À mon avis il ne fait que dire que dans la prochaine année il s'efforcera d'intensifier le message souverainiste d'ON plutôt que de consacrer son temps à parler d'autres causes (légitimes tout de même) proposées dans la plateforme du parti, comme la gratuité scolaire, la nationalisation des ressources naturelles, etc.
      @ bousque: pour une première élection, ON a obtenu un résultat fort convaincant. Vous me faites sourire lorsque vous affirmez que "quelques phrases bien placées" n'ont pas suffi à Aussant... alors que de votre côté vous espérez que les nationalistes trouveront la "formule" qui fera gagner le OUI.
      "Un Québec souverain... canadien": peut-être devriez vous ressortir vos disques d'Yvon Deschamps!

    • @Goucester : Vous soulevez avec acuité la profonde niaiserie d'Ottawa de même qu'un manque de sens démocratique pour le moins atterrant. J'ai très hâte d'entendre Harper et consorts nier le droit au Anglophones du Québec de voter à un éventuel référendum puisqu'ils ne sont pas Québécois!!! Eh, c'est vous qui le dites!
      Personnellement je n'aurais jamais pensé à ça. Persuadé que mes voisins, Irlandais bon teint, non plus.

    • Gloucester écrit plus haut : «"Les "Québécois" forment une nation dans un Canada uni". La définition du terme "Québécois" utilisé en français comme en anglais s'y trouve en toute lettre: Tous les citoyens qui s'appelaient autrefois les "Canadiens", ensuite les Canadiens-français puis les Québécois, quelque soit l'endroit où ils habitent au Canada. Et un ministre du gouvernement Harper, suite à son chef, a souligné avec clarté que cette résolution ne visait pas à reconnaître le Québec comme nation, mais seulement les francophones du Canada ».
      C'est absolument vrai qu'une simple province de peut pas être reconnu comme une NATION vu qu'une NATION, c'est du monde, pas un territoire. Nos dictionnaires écrivent à NATION : UNE GRANDE COMMUNAUTÉ HUMAINE.
      Comment est-ce qu'un Fransasquois ou un Acadien pourrait se prendre pour un membre de la " NATION Québécoise " ? Ils se sentent des Canadiens francophones ou d'expression française, en voie d'assimilation, à la limite mais jamais des Québécois.

    • Ici comme ailleurs, le système parlementaire même est à la base du problème de l'évolution de la société; s'opposer pour le principe de s'opposer relève de la maladie mentale... Aussi, l'attitude d'ouverture à la collaboration pour les projets porteurs devrait être le souhait pragmatique pour la nouvelle année. Mais on ne réinventera pas la roue de la politique partisane au profit de la politique de collaboration dans un contexte où les égos et les intérêts des partis sont gonflés autant que ne l'est la dette du Québec. Dans une autre vie peut-être ?

    • @nunu, les médias font un travail acceptable. Ils ne peuvent pas publier sans preuves. Je suis d'accord que le cas de ces juges avec le parti libéral doit être investiguer et publier. Il en va de même avec les administrateurs du CUSM encore en place malgré leur implication directe dans le scandale. Tous ont donnés au parti libéral du Québec. Quand les gens de la base ont posés des questions il y a plus de trois ans et encore il y a quelques semaines sur la mauvaise gestion et planification ils se sont fait taire par des mesures administratives sévères. Il y a plus encore, j'espère que l'UPAC, la commission Charbonneau et nos politiciens vont aider les patients. Contrairement à ce que le directeur général avait promis, les soins aux patients sont déjà touchés : les soins infirmiers sont coupés, les cliniques du temps des fêtes abolis, les temps opératoires diminués, et plus ....

    • Moi je souhaite que les médias soient moins partisans et plus intègres.
      Je me demande pourquoi les médias ne nous parle pas des deux juges de l'Abitibi nommés par Jacques Dupuis et mme post-it en personne du gouvernement Charest qui se sont faient prendre dans une histoire de drogue.
      Peut être veulent ils protéger encore le parti libéral.

    • Je vous confirme que je suis Québécois et que je n'ai pas rencontré Pauline Marois en 2012.

    • Que tous nous aident à mettre de l'ordre dans le cafouillis du CUSM. Non seulement la fraude et les vols. Mais aussi la très mauvaise planification de tout l'ensemble, le manque de place pour traiter les patients et que finalement on résolve ce problème du Campus Glen (le supposé super-hôpital) qui n'en sera pas un. Le Campus Glen, si l'on continue avec la même planification boiteuse, sera inefficace! Il sera un éléphant blanc, il y manque plus de 22 départements cliniques et ne pourra pas répondre aux besoins réels de la population. Même les départements qui y sont présents n'ont pas l'espace suffisant pour voir leurs patients. Ce PPP fut fait en vase clos, sans consulter les intervenants directement impliqués avec les patients.

    • Que tous nous aident à mettre de l'ordre dans le cafouillis du CUSM. Non seulement la fraude et les vols. Mais aussi la très mauvaise planification de tout l'ensemble, le manque de place pour traiter les patients et que finalement on résolve ce problème du Campus Glen (le supposé super-hôpital) qui n'en sera pas un. Le Campus Glen, si l'on continue avec la même planification boiteuse, sera inefficace! Il sera un éléphant blanc, il y manque plus de 22 départements cliniques et ne pourra pas répondre aux besoins réels de la population. Même les départements qui y sont présents n'ont pas l'espace suffisant pour voir leurs patients. Ce PPP fut fait en vase clos, sans consulter les intervenants directement impliqués avec les patients.

    • Suggestion à Daniel Paillé: Lie attentivement le Hansard des 24 au 28 novembre 2006 pour bien comprendre le sens de la résolution adoptée par les députés de la Chambre des communes (y compris tous ceux du Bloc québécois) reconnaissant que "Les "Québécois" forment une nation dans un Canada uni". La définition du terme "Québécois" utilisé en français comme en anglais s'y rouve en toute lettre: Tous les citoyens qui s'appelaient autrefoi les "Canadiens", ensuite les Canadiens-français pui les Québécois, quelque soit l'endroit où ils habitent au Canada. Et un ministre du gouvernement Harper, suite à son chef, a souligné avec larté que cette résolution ne visait pas à reconnaître le Québec comme nation, mais seulment les francophones du Canada.
      Si on ne comprend pas cela, on risque de commettre la même erreur que celle qu'a commise René Lévesque qui a invoqué officiellement un droit de veto pour le Québec, au cours des négociations constitutionnelles de 1981, auxquelles il participait, pour se rendre compte que ce supposé droit de veto n'avait pas d'existence juridique.
      Fonder une réflexion ou une action politique sur une reconnaissance qui n'existe pas, c'est se préparer de pénibles déconvenues.

    • Certain parle de sagesse, d'autre de solidarité, d'écoute, d'être constructif etc... Moi ce que je souhaite, c'est que toutes ces personnes aient un minimum de sincérité dans leur parole comme dans leur pensée, afin de nous faire avancer vers cette liberté que nous réclamons et recherchons depuis si longtemps. Bonne années à toutes et à tous.

    • M. Aussant me semble un bon gars, plein de talents, qui a choisi un mauvais chemin, en quittant le PQ, pour réaliser son désir de séparer le Québec du Canada.
      Il a cru être capable de virer des fédéralistes en séparatistes québécois avec quelques phrases bien placées mais il s'est ramassé avec moins de 2 % des votes et s'est fait battre dans son propre comté par un inconnu fédéraliste.
      Sa résolution pour 2013 devrait être : Retourner au PQ pour le convaincre de s'ajuster à la réalité québécoise : Les Québécois veulent la souveraineté du Québec dans le Canada, un Québec souverain...canadien. Reste à trouver LA formule par nos nationalistes québécois qui ont de l'imagination parce qu'elle est la seule qui a une chance de réussir à aller chercher une solide majorité de OUI.
      Gilles Bousquet

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer