| Commenter Commentaires (39)

Le Canada change profondément

Partager

Corruption, démissions, révélations, scandales, n'en jetez plus, la cour est pleine, autant en politique provinciale que municipale, si bien qu'on se sera rarement si peu intéressé, au Québec, à ce qui se passe à Ottawa. Et pourtant, on devrait. Stephen Harper a eu une grosse année 2012 et, sous sa direction, le Canada est en train de changer profondément.

Pas de scandale juteux (Pierre Poutine et le verre de jus d'orange à 16$ de Bev Oda n'arrivent pas à la cheville de Lino Zambito!), pas de commission d'enquête ni de révélations spectaculaires, c'est le petit train-train quotidien dans la capitale fédérale. Mais le petit train de M. Harper ira loin, laissant un Québec indifférent sur le quai.

Depuis qu'il est arrivé au pouvoir, en 2006, la dernière année de Stephen Harper a sans doute été la plus déterminante. Il est majoritaire depuis maintenant 18 mois, et c'est en 2012 qu'il a véritablement coulé les fondations du Canada nouveau, résolument conservateur.

Stephen Harper a depuis longtemps un plan pour transformer le Canada et, depuis le temps qu'il attend, il n'a pas lésiné sur les moyens. Coup sur coup, il a déposé au printemps dernier, puis de nouveau cet automne, deux projets de loi omnibus, des briques de plus de 400 pages modifiant des dizaines de lois.

Les partis de l'opposition ont décrié ces projets de loi «mammouth» et les ont comparés à un cheval de Troie. Ils n'ont pas tort. Présentés comme des projets de loi budgétaires, C-38 et C-45 tirent dans toutes les directions, forçant les députés de l'opposition à voter, d'un seul bloc, sur une foule de sujets disparates. Voter contre, c'est voter contre l'économie, contre les emplois, contre la prospérité, affirment les conservateurs en réponse aux critiques des partis de l'opposition.

Avec le projet de loi C-38, baptisé Loi sur l'emploi, la croissance et la prospérité durable, le gouvernement Harper a réussi, d'un seul coup, à officialiser le retrait du Canada du protocole de Kyoto, à modifier les régimes de sécurité de vieillesse et d'assurance-emploi ainsi que les politiques d'immigration, à abolir l'équité salariale dans les contrats fédéraux, à faire disparaître l'organisme Droits et démocratie et à accélérer le processus d'évaluation environnementale... Et encore, ce n'est qu'une partie des mesures comprises dans C-38.

Ces changements ne sont pas cosmétiques, ils transforment en profondeur le «modèle canadien». Dans le domaine de l'immigration, par exemple, le Canada est devenu beaucoup moins accueillant, privilégiant ouvertement l'immigration «rentable» et limitant sérieusement les soins médicaux aux réfugiés.

Le ministre de l'Immigration, Jason Kenney, qui a affirmé vouloir mettre «fin au party», peut en outre ordonner la détention d'un réfugié entré illégalement pendant une période d'un an, ce qui a fait hurler les défenseurs des droits de la personne.

L'année 2012 aura permis au gouvernement Harper de poser sa pierre fondatrice en matière d'immigration. Idem en environnement, avec le retrait définitif du Canada du protocole de Kyoto et l'adoption de mesures expéditives d'évaluation des projets de développement des ressources naturelles. Les conservateurs veulent vendre le pétrole albertain et ils prennent les moyens pour y arriver.

C'est aussi en 2012 que les conservateurs ont atteint un vieil objectif: abolir le registre des armes d'épaule.

Justin Trudeau a reçu une (autre!) volée de bois vert pour avoir dit qu'il ne réinstaurerait pas le fameux registre, mais sa sortie publique sur le sujet et les réactions qu'elle a provoquées démontrent bien qu'il sera pratiquement impossible de revenir en arrière.

Lancées en 2011 par l'adoption du projet de loi omnibus (un autre, C-10, celui-là), la réforme du système judiciaire et la lutte contre la criminalité, une autre pierre d'assise des conservateurs, se sont poursuivies de plus belle en 2012.

Au printemps, on apprenait que les agents du Service canadien du renseignement de sécurité peuvent dorénavant, si la sécurité nationale est en jeu, utiliser des informations ou témoignages obtenus par la torture par des agents étrangers. Une première, qui officialise la sous-traitance de la torture, une pratique évidemment interdite par les conventions internationales.

Cette directive a par la suite été étendue aux agents de douane et à ceux de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), toujours au nom de la sécurité nationale et de la lutte contre le terrorisme. On se croirait presque dans un épisode de 24...

Un autre projet de loi touchant la GRC (C-42) actuellement à l'étude au Parlement forcerait, selon certains avocats, les agents de la GRC à suivre tous les ordres de leurs supérieurs, au nom de la sécurité nationale, même s'ils doivent commettre un crime pour remplir leur devoir.

Enfin, l'année 2012 aura permis à Stephen Harper de cimenter ses réformes en politique étrangère. De plus en plus éloigné des orientations traditionnelles canadiennes, le Canada de M. Harper a confirmé son statut de plus grand allié d'Israël.

On a aussi assisté, en 2012, à la concrétisation du retour en force de la monarchie dans l'espace public canadien.

La scène fédérale est sans contredit moins spectaculaire, mais le Canada est vraiment en train de changer pendant qu'au Québec, on est très occupé à se battre contre les vieux démons de la corruption.

Pour joindre notre chroniqueur: vincent.marissal@lapresse.ca

Partager

publicité

Commentaires (39)
    • Plus Harper impose ses idées (il faut dire qu'il a enfin une majorité de députés pour le faire !), plus on réalise que le Canada et le Québec sont deux pays différents !

    • @Uneautreversion
      Je ne connais pas les derniers développements, mais j'ai plutôt l'impression que le Canada ne fait que suivre la parade. Le niveau de courage en est un peu dilué je trouve.

    • Quoi qu'il en soit nous assistons à une mutation fédérale autant que provinciale à l'ère d'un début de siècle. Des changements majeurs seront évidents puisque la mondialisation apporte une reformulation des lois législatives.

    • Curieusement, dans sa longue liste de récrimination à l'endroit du gouvernement Harper, M. Marissal, épousant en cela les points de vue unilatéraux des adversaires des Conservateurs, évite d'indiquer la position la plus courageuse de ce gouvernement : le Canada, pour une fois, a agi sans ambiguïtés contre un gouvernement qui bafoue les droits humains sans compter le droit international. Il a en effet rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran et continue d'annoncer des sanctions contre la dictature iranienne, alors que l'ONU réitère que le manque de collaboration de l'Iran l'empêche de conclure « que tout le matériel nucléaire en Iran est utilisé dans des activités pacifiques », ce que soutient le régime iranien.
      Pourquoi M. Marissal a-t-il évité d'ajouter cet élément important de la politique actuelle du gouvernement canadien ?
      Cela aurait sans doute nuit à son point de vue, que l'on peut constater est bien loin d'être équilibré. Ce qui en dit long sur l'objectivité de certains commentateurs politiques qui ne font que reprendre les litanies d'une soi-disant critique de gauche.

    • Oui le Canada se différentie de plus en plus du Québec et bien c'est tant mieux, plus les différences seront profonde plus le choix sera facile. Peut-être un jour les québécois du moins ceux qui sont intelligents seront coisir la voie de sortie de ce pays de cowboy

    • Il est dommage qu'un article de cette qualité soit ridiculisé par autant de commentaires farfelus.
      Il est à se demander si, encore une fois, le Parti conservateur ne fait pas anguille sous roche.Pour les petits rigolos...vous avez eu votre moment de gloire.
      Reste que comme citoyen, je ne me reconnais plus dans ce Canada. Jamais, durant la dernière campagne, M. Harper n'a eu le «guts» d'aborder ces changements de cap.
      Le citoyen canadien est devenu une marionnette. Le Parti conservateur musèle les règles parlementaires. Ce gouvernement gouverne comme un parti minoritaire. Au lieu de faire les choses dans les règles de l'art démocratique, il utilise toutes les tactiques inimaginables pour éviter les vrais débats. Sommes nous entrain de perdre notre démocratie?

    • Je trouve tous ces changements très positifs. Et en plus le Canada est l'un des rares pays à garder haut-la-main la cote AAA. Sans hausse de taxes.

    • Bravo Mr Harper, c'est la raison que j'ai voté pour vous et pas pour la petite gauche gauche orange!

    • @ Howdoesitfeel,
      Je ne suis pas non plus du tout en désaccord ave votre façon de voir les choses bien au contraire. Et l'approche que vous suggérez est indubitablement la bonne. Mais je ne considère pas qu'il y ait quelque "désodre" que ce soit à Ottawa ? Ottawa change, comme le dit Monsieur Marissal, pour le mieux ou pour le pire c'est seulement selon de quel côté de la frontière immaginire séparant l'est et l'ouest du Canada qu'on se trouve.
      Bref, ce qe vous appelez du désordre, pour les westerners c'est de la musique céleste ! Et c'est très bien comme ça : Ça fait 50 ans que ces pauvres westerners (pauvres au plan politique) se tappent le french-power, qui pour eux était la perssonalisation du démon ; et qui pour nous, en passant, n'a pas été une sinécure, car ces gouvernements dit "french" ont été systématiquement à la solde de l'Ontario.
      Bref tout est bien qui finit bien, les westerners ont leur "west-power", nous ont s'ent fout, mais comme de l'an quarante, et l'est ainsi que l'Ontario (qui a tant profité du régime fédéral) pleurent de toutes leurs larmes la disparition progressive de leur Canada idéal.
      Et moi je me marre, mais je me marre...
      Benoît Duhamel.

    • A la lecture de certains commentaires, je constate que le phénomène d'une droite idiote qui confond argument et exemple n'est pas seulement propre aux États-Unis. La plupart des arguments proviennent de l'individualisme des gens et sont justifiés par des exemples boiteux. Par exemple, ce n'est pas en augmentant la sévérité des peines de prisons qu'on va éliminer les pédolphiles et autres violeurs des rues. C'est plutôt par une volonté de la police, qui pourrait décider d'augmenter le nombre d'enquêteurs et de prendre les plaintes citoyennes plus au sérieux. Dire que les projets de lois omnibus vont empêcher des cas comme Guy Turcotte, c'est crier haut et fort son imbécilité.
      Ou encore. vous pouvez être contre Kyoto, c'est votre opinion. Mais d'amener comme principal argument que cette décision nous fait économiser des milliards, c'est de prouver votre manque flagrant de jugement. Kyoto n'a jamais été un projet pour faire de l'argent, du moins jamais à court ou moyen terme. Kyoto, c'est assumer ses responsabilités face aux prochaines générations et aux pays moins dévellopé.
      Bref, vous avez le droit d'aimer Harper, mais ouvrez-vous les yeux et regardez où ce train vous mène.

    • Je supporte entièrement le gouvernement Harper et ses politiques. Ce gouvernement a promis des choses durant la dernière campagne électorale et travaille à les mettre en place. Combien rafraichissant. C'est très différent de ce qu'il se passe au Québec, où on dit quelque chose et on fait exactement le contraire.

    • C'est justement pour ces raisons que je vote Conservateur. Le registre des armes a feu n'a jamais servi a rien et a couté une fortune. Des immigrants sur le bs, j'en veux pas. Ils agissent, eux. J'étais aussi contre Kyoto. Harper est la pour longtemps, car il y a deux partis de la gogauche: les libéraux avec Justin ne feront rien de bon. Ce fils a papa qui dit une chose et son contraire. Je suis pour un systeme de justice plus sévere. Je comprends que les journalistes ne l'aiment pas: parce qu'il(Harper) se fout d'eux.

    • Merci Monsieur Marissal pour ce billet qui témoigne du peu de cas que fait le gouvernement Harper de la démocratie. Je crois aussi que le Canada change mais je ne crois pas que la voie qu'il suit présentement est la voie qui serait privilégiée par une majorité de citoyens. Notre réputation commence à s'en ressentir grandement sur le plan international. Perte de notre "neutralité" sur le plan de la politique internationale, obsession sur l'économie et les finances qui implique perte de valeurs sociales - dont l'environnement, montée de la droite et donc polarisation des discours, contrôle des médias quant aux actions du gouvernement, etc. je ne m'y reconnais pas et je paye pourtant des impôts sans que ce gouvernement me donne espoir de bâtir sur des valeurs autres que celles d'une société bien-pensante très conservatrice. Je lis beaucoup de racisme aussi dans les mots des citoyens qui précèdent, cela m'effraie. Cela prend du courage pour un journaliste d'aller à contre-courant en ne faisant que nous pointer du doigt les changements.

    • Change ou s'adapte pour garder le pas avec les évènements qui prennent place autour du globe.
      Une bonne façon de savoir si les changements sont bons ou pas est la suivante: prenez un(e) leader de l'opposition, mettez-le en face d'une caméra et demandez-lui ce qu'il (elle) changerait ou annulerait.

    • Il reste juste à abolir l'avortement, enlever le vote aux femmes et remettre la peine de mort et Harper aura atteint son objectif : nous ramener à l'époque de la Guerre froide.
      Avec un niveau ce corruption de 100 fois les commandites PLUS toute la corruption au Québec.
      Oh et abolir l'école publique. Les gens qui savent lire et écrire «c'toute des gauchiss des besseux pis des tapettes».

    • en effet, ça change et il était grand temps; concernant Kyoto, c'est un chèque en blanc de l'ancen ministre libéral, des objectifs impossible à atteindre; c'est là un geste logique et responsable;
      concernant l'immigration, le Canada était considéré comme une passoire sous l'ancien régime, donc c'est correct de resserrer les contrôles et de mettre fin au party;
      pour le registre des armes de chasse, plusieurs députés libéraux et du NPD etaient pour l'abolition (surtout dans les contés ruraux) et ont même avoué que ledit regitre a été bâclé; certains en coulisse ont même affirmé que c'était la supercherie du siècle;
      pour C-10, là aussi il est temps de durcir les sentences surtut au Québec où les peines?? "assis dans son salon" sont devenues la norme;
      Alors oui ça change mais au fond on revient tout simplement à nos valeurs car les nouvelles valeurs prônées par la gôgôche depuis quelques années (compassion, réhabilitation etc..) sont un échec.
      Finalement, ça change pour le mieux au Canada pendant qu'au Québec on continue de s'embourber dans les dettes, les taxes, la corruption, les scandales, les nominations à double salaires avec pension à vie; etc.... je crois même qu'il serait peut-être temps de cesser de payer des impôts au Québec....


    • @denis77
      Parlons-en de la péréquation. Voici en lien le site du gouvernement fédéral où il y a les différents tableaux de péréquation par province et territoires, et ce, ordinairement sur une période de 8 années. Ces tableaux vous aideront à comprendre qui reçoit quoi, comment et combien. Maintenant vous observerez que la courbe, des provinces qui en reçoivent moins ou pas, suit exactement la découverte et l'exploitation du gaz et/ou pétrole dans ces provinces. L'Ontario qui a bénéficié depuis la Confédération de toutes les avantages des différentes ères industrielles et de la haute-finance, Pacte de l' automobile etc, commence elle aussi à en recevoir p.c.qu'elle s'appauvrie un peu (entre guillemets!). Le Québec dans tout cela, la Confédération, la haute-finance canadienne anglaise et son influence politique dans les grandes décisions économiques et structurantes pour elle-même, la place du Québec? Sur les banquettes arrières les "boys". Les historiens suffisants vous diront que c'est vos curés et la paresse du p'tit peuple. La finance, la Big Finance de Bay street qui décidait et décide toujours de tout en est responsable et à sens-unique. Détour peut-être, digression diront les fédéraleux, pour expliquer la péréquation sauf qu'il y a un gros os de boeuf dans leur soupe. Vos taxes et impôts qui partent pour Wotttatawa et reviennent pas p.c.qu'il servent à la grosse machine du fédéral dans toutes sortes de dédoublements et patentes à gosses loin des besoins du Québec surtout pas en investissements structurants, comme les contrats de la Marine of her Majesty, niet pour le Québec. Il y a 6 a 7 milliards de dollars qui compenseront pour la péréquation perdue dans l'éventualité de l'indépendance du Québec. Ces chiffres ne sont pas contestés par les économistes d' ici.
      Il arrive que Cyberpresse coupe les liens que l'on affiche. Si c'était le cas, allez sur le site du gouvernement fédéral et tapez « péréquation , transfers fédéraux aux provinces » dans l'espace de re

    • Le Canada (et le Québec qui en fait partie) change profondément ... et c'est tant mieux pour ne pas dire enfin !
      La plupart de ces mesures ont du «gros bon sens» (même pour mes amis indépendantistes) à part la dérive des références folkloriques à la reine qui ont été étendues et qui sont le dada d'une minorité de canadiens anglais nostalgiques.
      Avec le Bloc québécois, depuis une vingtaine d'années, la participation des québécois à la gouvernance de la fédération canadienne était reléguée aux oubliettes.
      De même, l'élection massive de députés NPD nous enferme encore dans l'opposition caractérielle.
      Le Canada, c'est également notre pays; plus on aura de représentants du Québec au pouvoir, plus les lois canadiennes tiendront compte de nos particularités. Cependant, ces changements apportés par le Parlement canadien me conviennent malgré tout.
      Par ailleurs, le fondement de mon fédéralisme repose en bonne partie sur des considérations financières; en effet, le Québec sans le Canada et la péréquation nette favorable au Québec n'est tout simplement pas viable. C'est moins noble et j'en suis désolé mais pas question de recul à notre niveau de vie et merci au partage de la richesse canadienne. Bon, j'en conviens, il s'agit ici d'un autre débat.

    • @Ghengiskhanned
      À 50,000 votes de quoi! Non de qui, d' une floppé sans précédent, plus de 100,000 nouveaux arrivants à qui le fédéral s'est dépêché d'octroyer la citoyenneté et amenés en autobus pour voter. Un peu plus et on faisait voter les sacs de "fortune cookies" et les plats de sauce à tandori "chicken". Voter sur une question claire? Tu comprends pas l'français, les québécois trop niaiseux pour comprendre la question, je suppose? La grande majorité des francophones, eux, l'avaient très bien compris la question.
      On se cale depuis ce temps là? Crois-tu vraiment que tu vas m'enfoncer l'drapeau canadien où tu penses pour nous faire parrader dan'l West-Island le 1er Juillet? "Never mind" chose binne. Vous avez engendré un "derby" de démollition à finir, vous allez voir qu'on encore pas de minounes à vous fournir.

    • @grosbonsang
      Cette phrase : «Quand à vous les gaugauches du Plateau et les journalistes bonbons du PQ, quand vos enfants se feront violer et que le violeur sera condamné à 20 ans de prison vous direz aussi»
      Sans mentir, si la richesse de cette phrase se rapporte à la grandeur de votre intellect,
      Vous êtes le Phénix des hôtes de ce blogue.

    • Ce qui me dérange des conservateurs, c'est leur position aveugle pour Israel.
      Pour le reste, ça ne change rien que les conservateurs soient au pouvoir. Ça permet aux québécois de continuer de faire ce qu'ils aiment: chialer!

    • Modifier le Canada Comment évaluer ceci mauvais si ce n,est qu'une autre approche face aux citoyens, versus le règne Liberals de plusieurs décennies? Dettes, scandales, en 50ans. À part le règne du silence des ministres et le scandale des avions, ainsi que le molesse en environnement, je trouve que le resserrement de beaucoup de lois a bien du sens. Attendons 20ans pour pouvoir comparer logiquement (et pas sur la hargne du PQ qui nous dit pour nous ce qui est bon.)

    • Bravo Gasston,
      enfin un gouvernement qui fait ce qu'il dit. Quand les maux de la terre viennent se faire soigner chez nous et qu'on paie pour ça, pas intéressé.
      Quand tut un chacun arrive chez nous et se disent réfugiers en danger et doivent passer 1 an en observation et enquête, bravo.
      Quabd 80% de la majorité veutm des peines plus sévère pour les crimes crapuleux, bravo les conservateurs.
      Quand à vous les gaugauches du Plateau et les journalistes bonbons du PQ, quand vos enfants se feront violer et que le violeur sera condamné à 20 ans de prison vous direz aussi
      Bravo les conservateurs.
      On s'est débarrassé de l'Église et les gens commencent à comprendre que les Syndicats et les journalistes syndiqués sont tous de gauches et démasquent la Nouvelle Religion.
      Le constat est clair ils aveuglent le peuple comme l'Église l'a fait. En plein dans les dent Monsieur Marissal

    • @Silenceondort
      55 000 voix de quoi au juste ? Un Québec fermement divisé en deux avec une question alambiquée portant sur les accords du 12 juin, ben oui on était tout près d'un grosse chicane. Vos référendums perdants ne font que nous caler. Ne revenez plus nous chanter les mérites de la séparation tant que nous n'aurez pas la certitude de l'emporter sur une question claire, comme celle qui sera posée en Écosse.

    • Tout à fait d'accord avec gasston. Le party a assez duré à nos dépends et frais sans compter le temps perdu à parler pour parler et se plier à la dictature verte et des groupes de pression en tout genre financés par nous même et par d'autres groupes d'intérêt. Continuez M Harper.

    • Je crois que vous exagérez immensément les différences. Les Québécois seraient pour une immigration incontrôlée, j'en doute. Les Québécois sont heureux que Turcotte et Vincent Lacroix aient obtenu des sentences bonbons ? Encore gros doute là dessus. Les Québécois sont en admiration devant le registre des armes longues, pas certain du tout. Qui croit vraiment en Kyoto mise à part le chien de Stéphane Dion ?
      L'organisme droit et démocratie, une sinecure pour d'anciens socialistes .
      Va falloir creuser un peu plus M. Marissal.

    • Et dire qu' en 95 nous étions à 55,000 votes près, d' avoir un pays, ce, avec une forte majorité du vote francophone pour le oui, résultante? Et bien c'est tout ce que décrit et observe Marissal, le pire est loin d'être en place encore. Je lisais, hier, les épanchements souffroteux de Dubuc et m' disais: C'est ça la démocratie, "Fais faire ta job sale par les leurs, il y en aura toujours qui voudront la faire tellement leur aliénation est profonde."

    • Situation certes déplorable, mais dont nous sommes collectivement responsables, puisqu'on récolte ce que l'on sème.
      Au-delà des inquiétantes transformations évoquées - inévitables en ce que nous avons élu un gouvernement conservateur, issu d'un parti n'ayant jamais caché ses valeurs, orientations et priorités -, ce qui me perturbe le plus est cette fâcheuse tendance à passer des lois omnibus, ces pachydermes légaux qui permettent de tout bousculer en un tournemain. (Il suffirait d'abolir l'opposition et l'on se croirait en plein totalitarisme.) Au lieu de légiférer au pinceau afin de ne pas brusquer, on y va à la truelle quitte à transformer la scène politique en vulgaire "Extreme Make-Over: Country Edition". Ce qu'on est loin de la doctrine taoïste du non-agir politique !
      @francois-toronto : Si je suis bien d'accord avec vous sur la première partie de votre propos, la seconde ne me convainc guère. Les Québécois se sont "investis" lors des dernières élections en votant massivement pour le NPD. La présente débâcle s'explique davantage, à mon humble avis, par l'écroulement du PLC - c'est-à-dire l'autre alternative classique dans le paysage partisan - que par le désinvestissement politique de la Belle Province. Le Québec n'a plus le poids qu'il avait sur la colline parlementaire...
      @omni-tag : Je ne crois pas que ce soit si excellent comme situation. J'ai toujours trouvé rebutante cette attitude d'une faction indépendantiste qui consiste à tabler principalement sur le désordre à Ottawa pour promouvoir ses intérêts. Pourquoi ? Parce que, jusqu'à nouvel ordre (et Dieu seul sait s'il viendra), notre pays est le Canada et nous pâtissons de ses errements. Si nous voulons devenir souverains, n'attendons pas que la conjecture fasse le gros du travail pour nous : c'est à nous de prendre nos valeurs et idées en main, de se relever les manches et d'aller convaincre nos concitoyens qu'il ferait bien mieux vivre au sein d'une nation québécoise affranchie du joug fédéral.

    • Ce que j'aime de Harper, c'est qu'il fait ce qu'il faut faire sans se soucier des complaintes larmoyantes des québécois solidaires. Il faut l'en remercier.
      Merci de sortir de Kyoto plutôt que de payer une rançon de $10 Milliards à même nos taxes en retour... d'absolument rien! La Russie et le Japon sont sortis eux aussi. Les seuls qui ne sortent pas sont ceux qui s'attendaient à recevoir du cash. Kyoto = arnaque.
      Merci de rationaliser les régimes de retraite. Faudrait pas se retrouver comme au Québec avec sa cohorte de pensionnés à vie de 52 ans, plusieurs avec double pension. Faillite assurée.
      Merci de serrer la vis aux faux réfugiés qui ont abusé du système le plus ?généreux? du monde pendant trop longtemps.
      Je pourrais continuer les remerciements, mais c'est assez pour l'instant.
      N'écoutez pas les médias québécois M. Harper. Faites votre travail. Beaucoup de québécois vous apprécient. Si vous pouviez lâcher la reine, vous seriez parfait!

    • Je ne vois pas pourquoi vous dites que les quebecois sont indifférents au programme des conservateurs. Le Québec on a voté massivement pour nimporte quel parti autre que les conservateurs de Harper, dans les deux dernieres élections; ceci n'est pas de l'indifférence, (peut-etre juste de l'impuissance). Si vous concluez à de l'indifférence simplement par le fait qu'on parle peu des conservateurs dans les journaux, vous devriez reprocher ceci à vos collègues, pas à la population.

    • Quelle est la prochaine étape? Faire en sorte que pour des raisons de stabilité économique ou de sécurité on puisse reporter les élections?

    • @ansimard
      13 décembre 2012
      12h17
      Méchant québécois. C'est pas parce que l'on Bloc depuis 20 ans qu'il faut le dire. Nos valeurs québécoises doivent avoir priorité sur tout, incluant l'économie et notre capacité de payer. Tout n'est pas une question d'argent. Nous pouvons très bien évoluer à notre vitesse et dans la direction que nos sages politiciens(iennes) décident. ?'Yes we can'?, la preuve existe, il suffit de lire l'histoire de Haiti et de la République Dominicaine. Pays voisins dont les dirigeants n'ont pas pris les mêmes décisions quand il le fallait. On peut voir les résultats.

    • C'est çà qui arrive quand un peuple comme les québécois s'occupent plus de hockey et d'occupation double. Les anglais se chargent de notre avenir et surtout notre argent.

    • Pour moi tout cela a le mérite de cesser la comédie. Le Canada et le Québec sont deux pays différents et c'est correct comme ça. Trudeau a tout fait pour masquer ces différences fondamentales et créer l'illusion d'un grand pays bilingue et progressiste. La réalité revient à l'avant-scène et j'en suis très heureux. Les Canadiens n'auront bientôt plus à endurer le français qui ne colle pas à leur réalité et j'espère que cela nous donnera le courage de créer notre propre maison.

    • Tant qu'Obama et les démocrates demeurent maitres de l'Amérique du nord, Harper peut bien faire son show de gérant de succursale, j'en ai rien à faire. Ça fait un bout que j'ai compris que mon vote ne valait rien hors Québec de toute façon.

    • Evidemment avec des noms comme C-38 et C-45, ces projets de loi peuvent bien tirer dans toutes les directions.
      À quand le C-303 ou le C-30-30?

    • Je l'ai dis a leur deuxième élection, ils seront les plus grands alliés pour la séparation mais le problème c'est qu'on a pas la bonne personne a la tete du parti Québecois et que les séparatistes sont séparé pour le moment.
      Le plus triste dans tout cela c'est nos 6 députés conservateurs avec Harper, méchant "brainwashing" de la part de Harper.

    • Ce gouvernement majoritaire a été élu par une minorité de Canadiens; malgré sa légitimité douteuse, il transforme le pays presque sans opposition, dans l'indifférence générale des Québécois. Si seulement le Québec retrouvait sa vigueur politique et renouvelait son engagement sur la scène fédérale, la situation serait bien différente.

    • C'est excellent, excellent. Le Canada change, il change en grand et pas pour le mieux (mais ça je m'en fout), et à terme le Canada sera à mille lieux du Québec ; et ici nous ne nous en porterons que mieux.
      Il n'y aura plus d'ambiguité : Le Canada sera une entité, et le Québec en sera une autre ; et il n'y aura plus personne pour affirmer avec la moindre crédibilité que les deux ont quelque chose en commun !
      Bref les choses seront finalement claires une bonne fois pour toutes. Car de toutes manières voyons les choses en face, nos deux solitudes n'ont jamais été que ça, deux solitudes.
      Benoît Duhamel,
      Lanaudière-nord

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer