Le gouvernement Marois 100 jours plus tard

Partager

Dans une semaine, le Parti québécois de Pauline Marois «fêtera» ses 100 premiers jours au pouvoir, mais comme l'Assemblée nationale ajourne demain pour la période des Fêtes, il n'est pas trop tôt pour faire un bilan.

«Fêtera», dis-je, mais entre guillemets, parce que ces 100 premiers jours, qui devaient être déterminants pour le nouveau gouvernement selon Mme Marois elle-même, ne se sont pas passés sans heurts.

Évidemment, cette notion des «100 premiers jours» est bien relative avec un gouvernement minoritaire. Pauline Marois l'a bien compris, elle qui a mis en veilleuse quelques engagements, sur la langue ou sur les référendums d'initiative populaire, notamment. Le projet de refonte de la loi 101, présenté hier, va beaucoup moins loin que ne l'auraient souhaité les péquistes, mais le contexte exige naturellement un peu de retenue.

On a bien vu, avec le dépôt du budget Marceau, il y a deux semaines, que ce gouvernement n'a pas de marge de manoeuvre financière et très peu de marge politique.

Cela dit, le fait d'être minoritaire n'explique ni n'excuse les nombreux reculs et l'improvisation de ce nouveau gouvernement.

Après un départ canon de Pauline Marois, qui a annoncé au jour un de son gouvernement le déclassement de Gentilly, la fin du financement de la mine d'amiante Jeffrey, l'abolition de la loi 78 et l'annulation de la hausse des droits de scolarité, la machine s'est enrayée.

Sur le front budgétaire, le point marquant de cette première session du nouveau gouvernement est sans aucun doute le maintien, malgré la promesse contraire, de la taxe santé. Elle a été remodelée, elle est devenue progressive, mais le fait est que l'immense majorité des contribuables ne verront aucun changement et continueront de verser 200$ par année en «contribution santé».

Le flop des 100 premiers jours est sans contredit l'entrée tonitruante de Daniel Breton à l'Environnement, suivie de sa sortie aussi spectaculaire qu'embarrassante, la semaine dernière.

La plus mauvaise décision? Accorder un contrat à vie au nouveau délégué du Québec à New York, l'ancien ministre et ancien chef du PQ André Boisclair. Cette affaire va coller au fond de la poêle péquiste et reviendra hanter Mme Marois aux prochaines élections. Faire le ménage, ramener l'intégrité, c'est aussi éviter de répéter les vieilles gamiques, notamment les nominations politiques et les planques dorées aux tinamis. Le bonnet d'âne de cette première session revient à un des élèves les plus brillants de la classe, Jean-François Lisée, qui a laissé passer une telle nomination assortie de ces conditions indécentes.

Le dossier le plus mal engagé? Les suites à la crise étudiante et la préparation du Sommet sur l'éducation supérieure.

Depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement Marois, on sent clairement que les associations étudiantes ont le haut du pavé, et elles le savent. Dès lors, les nécessaires négociations en vue d'une entente au Sommet sont sérieusement compromises.

Il fallait entendre les leaders étudiants dire, hier, que les services aux étudiants sont menacés par les compressions de 140 millions exigées par le ministre Pierre Duchesne aux universités. Surréaliste! Si on se prive des revenus de la hausse des droits de scolarité, faudra bien couper ailleurs. Et puis, revoir les dépenses des universités, n'était-ce pas une demande explicite des associations étudiantes?

S'il veut sauver son Sommet, le ministre Duchesne va devoir faire preuve de beaucoup de pédagogie pour expliquer le sens des mots «négociations» et «compromis» aux leaders étudiants. C'est dans son intérêt, parce que si ça foire, c'est lui, pas les étudiants, qui en payeront le prix politique.

De bonnes notes...

Tout n'est pas négatif dans ce premier rapport d'étape (une nouvelle expression pour «bulletin» dans les écoles primaires du Québec).

Tel que promis, le gouvernement Marois a mis au monde sa loi 1, un instrument pour rétablir la probité dans les contrats publics. C'est loin d'être une panacée, évidemment, et l'efficacité de cette nouvelle loi reste à être démontrée, mais voilà un engagement promptement rempli.

Idem pour la loi Drainville, qui limitera les dons personnels aux partis politiques à 100$, abolissant le crédit d'impôt pour le remplacer par une augmentation du financement de l'État aux partis politiques. Promesse tenue, là aussi. Vrai, les partis de l'opposition auraient été mal venus, surtout les libéraux, de s'y opposer, mais Bernard Drainville a manoeuvré adroitement, sans trop de partisanerie dans ce dossier.

Une étoile, en terminant, dans le cahier de Pauline Marois, pour son attitude constructive dans ses relations avec les autres provinces. Ferme sur ses ambitions souverainistes, mais «parlable» pour le reste, notamment avec Alison Redford, sa collègue albertaine.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer