Les cinq leçons de Verdun

Le taux de commerces vides rue Wellington est de... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Le taux de commerces vides rue Wellington est de 5 %, un pourcentage très bas, surtout si on le compare à Saint-Denis (18 %), Ontario (12 %) ou Sainte-Catherine Est (25 %).

Photo Olivier Jean, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Suzanne Colpron

Après avoir dirigé la section Arts du quotidien Le Soleil pendant quatre ans, puis celle de La Presse pendant cinq ans, Suzanne Colpron, journaliste depuis 1987, entame une carrière de chroniqueuse en 2016.

La Presse

La rue Wellington va bien. Tellement bien qu'elle manque de locaux pour accueillir les nouveaux projets. On ne fait pas la queue pour louer, mais presque.

En 1993, Verdun a organisé des états généraux... (Photo Olivier Jean, La Presse) - image 1.0

Agrandir

En 1993, Verdun a organisé des états généraux pour relancer sa rue commerciale à l'agonie.

Photo Olivier Jean, La Presse

En 2014, Verdun a adopté une politique pour... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse) - image 1.1

Agrandir

En 2014, Verdun a adopté une politique pour favoriser l'achat local.

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

Le taux de commerces vides est de 5 %. Un pourcentage très bas, surtout si on le compare à Saint-Denis (18 %), Ontario (12 %) ou Sainte-Catherine Est (25 %). D'autres rues, comme la Plaza St-Hubert, refusent de dévoiler leur taux d'inoccupation. On se doute que ça ne doit pas être bon.

Pourquoi parler du succès de la Main de Verdun ?

Parce que ce n'est pas tous les jours que Verdun fait la leçon à Montréal et que, ces temps-ci, on a plus d'exemples de rues commerciales qui vont mal que de rues qui vont bien.

Wellington fait 1,3 km de longueur, la longueur idéale pour une artère commerciale, d'après Jacques Nantel, expert du commerce de détail à HEC Montréal. On y trouve Dollarama, Fripe-Prix Renaissance, Literie Dépôt, Uniprix, Dunkin' Donuts et Poutine Lafleur, mais aussi Librairie de Verdun, Bar Parco, Station W, Benelux, Sweet Lee's, Su et Copette...

Un joyeux mélange de commerces cool et pas cool, chers et pas chers, nouveaux et anciens, chic et pic-pic.

« Une rue commerciale, c'est l'ADN d'un quartier », m'a expliqué le maire de Verdun, Jean-François Parenteau, élu en 2013. Un gars de terrain amoureux fou de sa ville qui l'a vue naître et grandir. Il gérait une boutique orthopédique rue Wellington et était courtier immobilier quand Denis Coderre lui a proposé de se porter candidat, six mois avant les élections.

Nous avions rendez-vous au café de la Librairie de Verdun, un des plus beaux commerces de Wellington, qui fait mentir tous ceux qui annoncent la mort prochaine des librairies indépendantes. La Librairie de Verdun se porte très bien, merci. Elle vient de tripler sa superficie dans un local, signé par la star du design Zébulon Perron, qu'elle partage avec un café et une boutique.

Le maire m'a rappelé que cette rue commerciale était presque morte, il y a 20 ans. « Tu avais quatre, cinq locaux vides, un magasin de hot-dogs, une friperie, quatre, cinq locaux vides, c'était ça. »

LEÇON 1 : LA PRISE EN CHARGE DU MILIEU PAR LE MILIEU

En 1993, la Ville a organisé des états généraux pour relancer sa rue commerciale à l'agonie. Les gens d'affaires se sont réunis pour se parler, définir les enjeux et les objectifs. Ils ont commencé à parler positivement de Verdun, le mal-aimé, pour changer la culture, attirer des investisseurs et de nouveaux commerçants. Deux événements ont été créés : la Cabane panache et bois rond en mars et le festival Marionnettes plein la rue en août.

« L'esprit de communauté est très développé. Les gens se connaissent, se parlent. Ils veulent que ça fonctionne et ils encouragent le commerce local », dit le maire.

LEÇON 2 : UNE POLITIQUE D'ACHAT LOCAL

« Ça a l'air très anodin, ça ne coûte rien, mais ça fait toute une différence. »

En 2014, l'arrondissement a adopté une politique pour favoriser l'achat local. Pour tous les contrats de 25 000 $ et moins, elle a demandé à ses commerçants de s'inscrire comme fournisseurs de la Ville et leur a promis de les engager à tour de rôle. « Ça assure une offre de service intéressante dans la population et ça crée une vie de quartier. C'est ça que je voulais », ajoute M. Parenteau.

Pour garnir ses deux bibliothèques, par exemple, Verdun débourse 260 000 $ par année. Avant l'adoption de cette politique, elle achetait ses livres surtout à Saint-Laurent. Aujourd'hui, tout l'argent est dépensé dans l'arrondissement. La Librairie de Verdun est aux anges. Même chose pour les balais des cols bleus. C'est Rona, rue Wellington, qui reçoit les commandes.

LEÇON 3 : L'OUVERTURE DE BARS

En 2014, l'arrondissement a dit oui aux bars jusqu'alors interdits. Verdun était une ville sèche depuis sa fondation, en 1876. Ont vite ouvert la microbrasserie Benelux, le Balconville et le Bar Palco. Des endroits qui attirent les jeunes professionnels, de plus en plus nombreux.

Il faut dire que Verdun a tout pour plaire : 10 km de berges et de verdure, un réseau d'autobus et de pistes cyclables, trois stations de métro, des duplex et des triplex encore achetables... tout ça, à 20 minutes du centre-ville. De tous les arrondissements, c'est le seul qui enregistre un recul de l'utilisation de l'auto (4 %).

LEÇON 4 : L'AMÉNAGEMENT DE LA RUE

Ce n'est pas encore fait, mais la réflexion est amorcée. On veut faire de Wellington une rue à sens unique et y aménager une piste cyclable, l'éclairer... « Si tu prends ton auto, il y a un risque d'exode, croit le maire. Mais si tu viens en vélo, tu ne partiras pas au DIX30 ou ailleurs. Et en auto, tu regardes où tu vas, tu ne regardes pas les commerces. Toutes les études le démontrent : le client qui vient à vélo ou à pied achète plus. »

LEÇON 5 : DES INTERVENTIONS PUBLIQUES

En 2013, Verdun a axé son développement culturel et sportif sur la berge et le fleuve. Une maison de la culture va ouvrir au printemps et l'auditorium de Verdun, salle de spectacle de 5000 places au bord de l'eau, sera entièrement rénové. evenko, Gestev et Sportscene ont tous manifesté leur intérêt pour gérer la salle.

Verdun aura aussi sa plage l'été prochain avec une eau propre à la baignade. Un magnifique concept à mille lieues du Beachclub de Pointe-Calumet.

« On profite du fait que Verdun est en train de devenir un quartier à la mode. Les quartiers, ça vit, ça meurt. Nous, on est dans un cycle de régénérescence, ce qui est aussi le cas de Hochelaga », souligne Philippe Sarrasin, propriétaire de la Libraire de Verdun.

Wellington va bien et le meilleur est à venir. Les gens de Verdun ont bien raison de ne pas bouder leur plaisir, pour une fois que ce sont eux qui font la leçon à Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer