État islamique, version arc-en-ciel

« Wauchula Ghost » a déjà piraté plus de 160 comptes... (Photo Sandy Huffaker, Agence France-Presse)

Agrandir

« Wauchula Ghost » a déjà piraté plus de 160 comptes soupçonnés d'appartenir à des islamistes radicaux, qu'il a inondés d'images pornographiques et de messages de tolérance envers les homosexuels.

Photo Sandy Huffaker, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Suzanne Colpron

Après avoir dirigé la section Arts du quotidien Le Soleil pendant quatre ans, puis celle de La Presse pendant cinq ans, Suzanne Colpron, journaliste depuis 1987, entame une carrière de chroniqueuse en 2016.

La Presse

Le héros du jour s'appelle « Wauchula Ghost ».

Depuis le massacre d'Orlando, le pire attentat homophobe jamais perpétré, ce pirate du web, membre du collectif international Anonymous, détourne les comptes Twitter du groupe État islamique en comptes pro-LGBT.

N'est-ce pas réjouissant ?

Les oeuvres de « Wauchula Ghost », qui souhaite rester anonyme, sont publiées sur son compte Twitter. Allez y jeter un oeil, ça vaut le coup.

Sur un des comptes piratés, le drapeau arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT, est associé au slogan « Je suis gai et fier de l'être ». Un message publié indique : « Aux familles et aux victimes d'Orlando, nous n'oublierons pas. » Sur un autre : « Bonjour, le monde. Il est temps que je partage un petit secret. Je suis gai et fier. »

Selon le Washington Post, à qui il a accordé une entrevue au téléphone, « Wauchula Ghost » (Wauchula est une ville de Floride) a déjà piraté plus de 160 comptes soupçonnés d'appartenir à des islamistes radicaux, qu'il a inondés d'images pornographiques et de messages de tolérance envers les homosexuels. Son combat, entrepris il y a deux mois, a pris une nouvelle dimension dimanche, après la tuerie d'Orlando, qui a fait 49 morts et des dizaines de blessés dans une boîte de nuit LGBT.

«DAECH [le groupe État islamique] n'aime pas la pornographie. Ils n'aiment pas les femmes en général. Nous avons commencé à utiliser ce moyen pour nous moquer d'eux et diminuer leur présence en ligne.»

Le pirate informatique « Wauchula Ghost »
Au lendemain des attentats de Paris, le 13... (Photo archives Reuters) - image 3.0

Agrandir

Au lendemain des attentats de Paris, le 13 novembre dernier, Anonymous avait déclaré dans une vidéo : « Ces attentats ne peuvent pas rester impunis. C’est pourquoi les Anonymous du monde entier vont vous traquer, oui, vous la vermine qui tuez de pauvres innocents. »

Photo archives Reuters

Les sympathisants et les recruteurs du groupe État islamique (EI) ont la réputation d'être très actifs sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter, qui est devenu l'une des armes de propagande majeure pour les djihadistes. Des milliers de comptes diffusent des contenus qui font l'apologie du terrorisme, des vidéos de décapitation et des messages de haine. À un tel point que Twitter a dû fermer quelque 125 000 comptes depuis un an.

Omar Mateen, le tueur d'Orlando, qui avait prêté allégeance à l'EI, s'est d'ailleurs radicalisé sur l'internet et les réseaux sociaux. Du moins, en partie, selon le directeur du FBI, James Comey.

« Mon but, dit "Wauchula Ghost", est de me réveiller un matin et de voir des messages de Daesh me disant qu'ils vont me tuer ou me décapiter. Plus ils sont énervés contre moi, plus je suis content. » 

Cet activiste - ou hacktiviste - n'est pas le seul pirate informatique à s'attaquer à l'EI.

Anonymous avait déjà déclaré la guerre aux terroristes après l'attentat contre Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015. Quelques mois plus tard, il publiait la liste de 9200 comptes Twitter liés, selon lui, à l'EI pour pousser l'oiseau bleu à les supprimer.

Puis, au lendemain des attentats du 13 novembre, commis à Paris, il avait déclaré dans une vidéo : « Ces attentats ne peuvent pas rester impunis. C'est pourquoi les Anonymous du monde entier vont vous traquer, oui, vous la vermine qui tuez de pauvres innocents...

« Sachez que nous vous trouverons et que nous ne lâcherons rien. Nous allons lancer l'opération la plus importante jamais réalisée contre vous. Attendez-vous à de très nombreuses cyberattaques. La guerre est déclenchée, préparez-vous. »

Tous les moyens sont bons pour tenter de neutraliser les terroristes. Même l'humour.

Repeindre les comptes Twitter du groupe État islamique aux couleurs de l'arc-en-ciel ou les transformer en sites pornos n'est peut-être pas le moyen le plus efficace ni le plus sûr. Mais à défaut de réussir à rayer du web la propagande djihadiste, cette action a le mérite de contrarier et de ridiculiser l'EI. Et peut-être d'affaiblir son message auprès des recrues influençables et fragiles.

Parfois, le ridicule tue...

Le héros du jour s'appelle « Wauchula Ghost ». (123RF/Lynn Watson) - image 4.0

Agrandir

123RF/Lynn Watson

D'OÙ VIENT LE DRAPEAU ARC-EN-CIEL ?

Il a été dessiné par le graphiste américain Gilbert Baker, en 1978. L'origine de ce drapeau, reconnu mondialement, est un peu floue. Certains pensent que Baker a été inspiré par le « drapeau des races » utilisé sur les campus américains dans les années 60, qui comportaient cinq bandes horizontales de différentes couleurs. D'autres y voient une référence à la chanson Over the Rainbow, chantée par Judy Garland dans le film Le magicien d'Oz. Mais tout le monde s'entend pour dire que les six couleurs du drapeau représentent la diversité des orientations sexuelles. Chaque couleur possède une signification. Le rouge correspond à la vie et à la guérison. L'orange à la santé et à la fierté. Le jaune symbolise la lumière du soleil. Le vert, la nature. Le bleu signifie la sérénité et l'harmonie. Et le violet, l'esprit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer