| Commenter Commentaires (5)

Retour à la Cage...

Le président de la Cage aux Sports, Jean... (Photo: Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Le président de la Cage aux Sports, Jean Bédard, dit qu'il y avait beaucoup moins de «fun» au sein de ses établissements durant le lock-out.

Photo: Bernard Brault, archives La Presse

Partager

Ronald King
La Presse

«Je n'ai pas paniqué, mais disons qu'il était temps que ça finisse...»

Jean Bédard, le fondateur et patron des restaurants La Cage aux Sports, n'aura jamais de mal à boucler ses fins de mois, mais il est bien placé pour observer les conséquences du lock-out dans la LNH.

«Je suis convaincu que nous allons récupérer tout ce que nous avons perdu. L'an dernier, le public avait abandonné le Canadien après les Fêtes. L'équipe n'était pas très populaire après Noël. Nous avons connu seulement une bonne première moitié de saison.

«Le lock-out n'a pas eu le même effet partout au Québec. En région, ça n'a à peu près rien changé pour la Cage aux Sports. C'est surtout à Montréal, et plus on s'approchait du Centre Bell, que les affaires en souffraient. À La Cage de Sept-Îles, les choses n'ont pas ralenti.

«Depuis le début, je prévoyais un retour de la LNH en décembre. Ce sera un peu plus tard, mais chaque partie sera importante. Il est difficile de maintenir l'intérêt pendant une saison de 82 matchs. Je suis certain que cette demi-saison sera suivie de très près et avec pas mal d'émotion.

«J'ai moi-même hâte de voir la nouvelle direction du Canadien en action. Il y a un buzz, ça se sent.

«De notre côté, je n'ai rien contre les quilles ou le billard, et j'ai beaucoup de respect pour ceux qui pratiquent ces sports, mais ce n'était pas l'idéal.

«Je me suis surtout inquiété pour nos employés. En septembre, par exemple, nous embauchons beaucoup d'étudiants. Nous en avons embauché moins cette année et ils avaient moins d'heures de travail, moins de pourboires...

«Les clients étaient moins agréables, ils passaient leur temps à chialer contre ce qu'ils voyaient à la commission Charbonneau. Nous vendons du fun et il y en avait beaucoup moins dans l'ambiance.

«Je ressens donc un grand soulagement et je vais fêter cette bonne nouvelle.

«Et puis, soyons francs, c'est une bonne nouvelle pour les médias aussi. Je voyais des histoires être étirées au maximum, ça n'avait pas toujours de sens, c'était bizarre par moments...»

En effet.

Retour retardé

Le communiqué est arrivé hier matin: le vol de l'équipe canadienne junior en provenance de Londres avait été annulé et Hockey Canada ne donnerait pas de détails sur les arrangements du retour des membres de l'équipe.

J'ai d'abord rigolé, puis je me suis demandé si ce n'était pas un complot...

Il reste que Hockey Canada devra se rendre compte que la situation exige un examen de conscience en profondeur. Un premier championnat du monde sans médaille depuis 1998, ça marque son petit pays de hockey - que dis-je, son petit pays berceau du hockey!

Il faudrait peut-être moins axer la préparation sur la robustesse et l'intimidation et davantage sur... la défense, par exemple. Changer de vocabulaire et cesser de parler d'intensité, de hockey à la canadienne ou autres belles tournures... toutes des expressions pour masquer un machisme dépassé.

Il faudrait plutôt réfléchir au moyen d'arrêter un attaquant à un contre un, sur la façon de ne pas voiler la vue du gardien et de s'organiser en zone défensive. Cet aspect du jeu de Team-Canada-Équipe faisait pitié, monsieur l'entraîneur, et je m'adresse aussi aux deux éternels adjoints québécois.

Plus important, il faudrait revoir la place qu'occupe cette équipe avant de partir en voyage. Les jeunes sont tellement encensés qu'ils ne savent plus où ils en sont, jusqu'à ce qu'ils affrontent les autres équipes et reviennent sur terre.

Prenez l'exemple de Malcolm Subban, le gardien qui lève les bras en l'air pour humilier ses défenseurs après avoir accordé un but. Ça me rappelait Carey Price à ses débuts à Montréal. Toujours la faute des autres...

Surtout que Subban était loin d'être brillant.

Un peu d'humilité, donc. Et puis, il serait bon de rappeler à tout le monde qu'il s'agit d'un sport d'équipe où les ego, à commencer par ceux des entraîneurs, doivent rester dans la chambre...

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Bettman a gagné la guerre

    François Gagnon

    Bettman a gagné la guerre

    Il était 7h15, hier matin, lorsque le téléphone a vibré. Après une nuit blanche passée à négocier et à célébrer sobrement l'entente de principe... »

  • Philippe Cantin | Bettman doit partir

    Philippe Cantin

    Bettman doit partir

    Arrogance, mépris et menaces: le plan de match de Gary Bettman durant le lock-out a miné le prestige de la LNH. Le conflit est terminé, mais personne... »

  • LNH: la saison est sauvée

    Hockey

    LNH: la saison est sauvée

    Après presque quatre mois, le lock-out de la Ligue nationale de hockey est enfin terminé. »

  • Un lock-out qui pourrait doubler les profits de la LNH

    Hockey

    Un lock-out qui pourrait doubler les profits de la LNH

    Le lock-out a été long, mais il en valait la peine pour les propriétaires de la Ligue nationale de hockey (LNH), qui pourraient essentiellement... »

  • Gorges: «Il faudra regagner l'appui des amateurs»

    Hockey

    Gorges: «Il faudra regagner l'appui des amateurs»

    Comme tout le monde, Josh Gorges s'est levé dimanche avec une bonne nouvelle qui l'attendait sur son téléphone portable. Il pourra retourner au... »

  • Un joli casse-tête attend Marc Bergevin

    Hockey

    Un joli casse-tête attend Marc Bergevin

    Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, n'a pas encore eu l'occasion de consulter l'entente de principe conclue dimanche entre la Ligue... »

  • LNH: êtes-vous content de la fin du lock-out?

    Qu'en pensez-vous?

    LNH: êtes-vous content de la fin du lock-out?

    Êtes-vous surpris qu'une entente de principe ait finalement été conclue entre la LNH et l'Association des joueurs après 112 jours de lock-out?... »

  • LNH: 10 changements à la convention

    Hockey

    LNH: 10 changements à la convention

    Les détails de l'entente de principe conclue dimanche nous sont parvenus au compte-gouttes, mais l'essentiel de l'information est désormais du... »

  • LNH: fin du supplice pour les bars

    Hockey

    LNH: fin du supplice pour les bars

    Les bars et restaurants de Montréal peuvent enfin respirer. Après avoir été pendant des mois les victimes collatérales du conflit de travail dans la... »

  • LNH: des partisans entre joie et amertume

    Hockey

    LNH: des partisans entre joie et amertume

    L'heure est aux célébrations pour bon nombre d'amateurs de hockey après l'annonce d'une entente de principe entre les joueurs et la LNH. Mais tous... »

publicité

Commentaires (5)
    • J'ai déjà soumis un projet de ligue sportive (jeu de football) à M. Bégard qui aurait permis auz Cages d'accueillir du monde dans leurs salles à dîner qui sont toujours vides les lundi, mardi et mercredi soirs. Ça m'a pris trois lettres (espace d'un an) pour pouvoir enfin rencontrer un chargé de projet. Quand celui-ci sorti une tablette quadrillée et un crayon, mais aucun des documents que j'avais expédiés, j'ai vite compris que j'avais plus à faire avec un "deux de pique de courtoisie" que d'un chargé de projet. Ce qui s'est avéré, comme de raison.
      Quand tu n'es pas capable de prendre deux heurs pour examiner un projet original susceptible d'amener 16 personnes trois soirs par semaine dans 50 Cage auz Sports, à dix reprises dans une saison et que cette activité prévoit aussi plus d'un million de visites sur ton site Internet pendant un an,... bien j'ai envie de lui dire : Mange de la m...". Mais je vais me retenir parce que le projet tient toujours.
      Si jamais je pique votre curiosité, monsieur King, ça me ferait plaisir de vous faire une démonstration. (michelwinner@videotron.ca) Ce serait le fun de voir que la "créativité québécoise" que l'on vante à tour de bras, puisse ouvrir ses portes une fois de temps en temps à ceux qui ont des idées.

    • "cesser de parler d'intensité, de hockey à la canadienne ou autres belles tournures... toutes des expressions pour masquer un machisme dépassé."
      Incroyable de lire pareille phrase. Une équipe a beau avoir un bon "système", elle n'ira pas loin si elle ne joue pas avec intensité. Jouer intense ne veut pas dire fracasser le crane des adversaires. Cela veut dire patiner fort en tout temps, batailler pour les rondelles libres et aussi être concentrés sur la game et diminuer ainsi les erreurs mentales.

    • Pour se faire pardonner, on veut des hot-dogs steamés.

    • Mon impression depuis un bon bout de temps est que monsieur King a un problème avec les gens de couleur.

    • Si j'ai délaissé la Cage ce n'est pas en raison du lock out mais plutôt en raison de la nourriture infecte qu'on y sert.
      Pour ce qui est d'ÉCJ, vous n'avez pas tort, trop d'emphase est mis sur la sacro sainte "robustesse" et les dirigeants auraient probablement intérêt à privilégier du jeux rapide et de transition au lieu de se contenter d'un jeu de poursuite de rondelle où les joueurs ne doivent surtout pas oublier de "terminer" leurs mises en échec...

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer