L'espoir de Yohan et Shifra

Yochonon Lowen et Clara Wasserstein, qui ont quitté la... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Yochonon Lowen et Clara Wasserstein, qui ont quitté la communauté hassidique Tash de Boisbriand, accusent le gouvernement du Québec, la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles et les responsables des écoles religieuses qu'ils ont fréquentées d'avoir violé leur droit à l'éducation.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est une première qui pourrait marquer un tournant pour le droit à l'éducation des enfants juifs ultraorthodoxes au Québec. Un couple qui a quitté la communauté hassidique Tash de Boisbriand vient de déposer une poursuite contre le gouvernement du Québec, la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles et les responsables des écoles religieuses qu'ils ont fréquentées. Il les accuse d'avoir violé leur droit à l'éducation. Et il demande de mettre fin au laxisme.

Yochonon Lowen et Clara Wasserstein demandent au tribunal de déclarer que Québec et la commission scolaire, en tolérant que les enfants de la communauté Tash fréquentent des écoles illégales, contreviennent à leurs obligations en vertu de la Loi sur l'instruction publique, la Loi sur l'enseignement privé, la Charte de la langue française et la Charte des droits et libertés.

***

J'avais rencontré Yochonon (qui se fait appeler Yohan) et Clara (dont le nom hébreu est Shifra) il y a deux ans. Le genre de rencontre que l'on n'oublie pas. Indigné, Yohan m'avait fait penser à un brave réfugié, survivant d'un régime où les droits sont piétinés. Un réfugié de Boisbriand ? Oui, c'est possible. À ses côtés, Shifra m'était apparue comme une battante, prête à tout pour que ses enfants aient ce que son mari et elle n'ont jamais eu : une éducation laïque digne de ce nom.

Je leur ai reparlé vendredi. Dans leur voix, un nouvel espoir.

« J'ai espoir que cela va changer les choses pour des milliers d'enfants qui sont abandonnés par le système », me dit Shifra.

Cette femme est une battante, disais-je. Mais l'idée de devoir se battre ne lui fait pas particulièrement plaisir. « Je n'ai pas envie de partir en guerre contre qui que ce soit », dit-elle. Si c'est ce qu'il faut pour que d'autres enfants ne soient plus privés de leur droit à l'éducation, elle est prête à aller au front.

« Il nous faut mener ce combat », renchérit Yohan, en citant le Talmud. Il y a ce précepte qui dit : « Vous n'avez pas à compléter le travail. Mais vous ne pouvez être dispensé de faire votre part. » « Je sentais que je devais faire ma part », dit-il.

En novembre 2014, Yohan avait envoyé une mise en demeure à Québec. Il entendait réclamer 1,2 million en dommages pour l'éducation qu'il était en droit de recevoir et qu'il dit n'avoir jamais reçue. L'affaire avait fait grand bruit. Le père de famille s'était retrouvé sur le plateau de Tout le monde en parle. Bien des gens avaient salué son courage. « Cela a eu des effets positifs dans certaines écoles hassidiques aussi, dit-il. Il y a eu des progrès. Mais ce n'est pas suffisant. »

L'idée de réclamer des dommages a finalement été mise de côté. Même si le fait d'avoir été privé d'éducation l'a appauvri, le couple ne réclame pas un sou de Québec dans cette requête. Il ne demande qu'une chose : que la loi soit respectée et que les choses changent. « Nous voulons mettre de la pression sur le gouvernement pour le bien des enfants », dit Yohan.

Né au Royaume-Uni, Yohan, 38 ans, est arrivé au Québec avec ses parents en 1988. Il a fréquenté deux écoles hassidiques réservées aux garçons de la communauté Tash de Boisbriand. Ces écoles donnaient et donnent toujours « un enseignement essentiellement religieux basé sur la Torah, le Talmud » et un enseignement du yiddish, lit-on dans la poursuite. De 7 h à 18 h, six jours par semaine, il ne faisait que ça. Les cours de mathématiques et d'anglais étaient rudimentaires. Il n'y avait par ailleurs aucun cours de français, d'histoire, de géographie, de science ou d'éducation physique.

Shifra, qui a aussi 38 ans, est née à New York. Elle est arrivée au Québec à l'âge de 1 an pour s'établir dans la communauté juive ultraorthodoxe de Boisbriand. Elle y a fréquenté deux écoles, réservées aux filles de la communauté. De 6 à 13 ans, elle recevait environ deux heures d'enseignement séculier par jour, incluant le français, l'anglais et les maths. Mais comme Yohan, elle n'a jamais eu de cours d'histoire, de géographie, de science ou d'éducation physique.

De 13 à 17 ans, elle n'a eu que des cours d'enseignement religieux en yiddish. Elle a été exemptée de l'enseignement non religieux, les autorités de sa communauté ayant jugé qu'elle en avait eu assez et qu'il était préférable pour elle de passer ses après-midi à aider sa mère à la maison.

Quand ils ont quitté la communauté Tash en 2010, Yohan et Shifra ne savaient pas parler français et n'avaient que des notions rudimentaires d'anglais. Ils ignoraient l'existence du fleuve Saint-Laurent. Ils ne savaient pas ce qu'était la théorie de l'évolution.

« Le fait d'avoir été maintenus si longtemps ignorants du monde qui les entoure a sérieusement compromis leur développement social et affectif », lit-on dans la requête.

Le ministère de l'Éducation sait depuis des décennies que des milliers d'enfants fréquentent à temps plein des écoles illégales. Il sait aussi que ce que Yohan et Shifra ont vécu se répète aujourd'hui. Pourquoi ferme-t-il les yeux ?

Au cabinet du ministre Sébastien Proulx, on n'a voulu émettre aucun commentaire, vendredi. Le ministre n'a pas encore eu le temps de prendre connaissance de la poursuite, me dit-on. Quant aux messages laissés à la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles et aux représentants de la communauté Tash, ils sont restés sans réponse.

Dans l'État de New York, un recours semblable a été déposé l'automne dernier. Un des avantages de procéder de la sorte plutôt que de faire un recours collectif, c'est que l'on évite de faire traîner les choses. Un recours collectif peut s'étaler sur plus d'une décennie, alors que la requête en jugement déclaratoire déposée la semaine dernière devant la Cour supérieure devrait être réglée en moins de cinq ans. On y va au plus vite et au plus simple. Pour que la situation change.

« C'est ce que j'espère », souffle Shifra. Elle me raconte comment elle a été émue aux larmes récemment en voyant à quel point les enfants de l'école que fréquente sa fille étaient épanouis. « J'ai entendu de la musique dans le gymnase. Les enfants riaient... » Rien à voir avec ce qu'elle et son mari avaient connu enfants.

« Pourquoi tous les enfants n'auraient pas droit à ça ? »

Les juifs hassidiques

Les communautés hassidiques en Amérique du Nord sont constituées de descendants de survivants juifs ultraorthodoxes de la Seconde Guerre mondiale. Elles ont commencé à s'établir à New York et, en plus petit nombre, au Québec, vers la fin des années 40.

À Montréal, on compte plusieurs groupes juifs ultraorthodoxes différents (Belz, Satmar, Loubavitch, Skver...) répartis principalement dans les quartier Outremont, Côte-des-Neiges et Snowdon. La communauté Tash est établie à Boisbriand.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer