Laisser son jugement dehors

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est une histoire qui donne envie de hurler. L'histoire de deux enfants qui ont été laissés dehors, lundi matin, devant la porte d'une école fermée de l'ouest de Montréal. Il faisait un froid de canard : - 18 degrés. Avec le facteur vent : - 25. Un temps où on ne laisserait même pas un chien dehors. Et pourtant... Il aura fallu l'intervention de la police pour que le concierge laisse entrer les enfants de 5 et 9 ans (qui ont passé plus d'une heure dans le froid) et que l'on prévienne la direction et les parents.

Je disais que c'est l'histoire d'enfants laissés dehors. Mais à vrai dire, quand on lit l'article de mes collègues Gabrielle Duchaine et Vincent Larouche, on comprend que c'est surtout l'histoire de gens qui ont laissé leur jugement dehors. À qui la faute ? À la famille ou à l'école ? À ces parents immigrés qui n'avaient pas compris le calendrier scolaire ? Ou au concierge de l'école qui a fermé la porte au nez des enfants après qu'ils eurent sonné à sa porte ?

N'eût été de l'intervention d'un bon Samaritain qui s'est inquiété du sort de ces deux enfants errant seuls dans le froid, l'histoire aurait pu se terminer de façon beaucoup plus tragique. Le concierge, qui a dit aux enfants de retourner à la maison avant de fermer la porte, aurait cru tout bonnement qu'ils repartiraient ensemble. Le hic, c'est qu'ils n'étaient pas arrivés ensemble. L'enfant de 9 ans avait été déposé devant l'école en voiture par sa mère qui était aussitôt repartie. Celui de 5 ans, venu à pied, n'a pas retrouvé le chemin de la maison.

Les parents peuvent bien sûr être blâmés dans cette histoire. Ils ont failli à leurs responsabilités. On ne laisse pas un enfant qui ne connaît pas son chemin aller seul à l'école. Et s'il n'y a pas un chat devant l'école un lundi matin, on peut peut-être se douter que c'est fermé.

Cela dit, ultimement, ici, c'est l'école qui a failli à sa responsabilité. 

Voilà deux enfants seuls devant l'école par un jour de grand froid, dont un petit de 5 ans... Voilà un concierge qui n'offre même pas aux enfants d'entrer se réchauffer, qui ne leur offre même pas d'appeler leurs parents, qui ne s'assure même pas qu'ils puissent retourner la maison en toute sécurité... Bien sûr que c'est aux parents de connaître l'horaire et les règlements de l'école. Mais dès lors qu'un membre du personnel constate qu'ils ont failli à leur tâche, ne doit-il pas s'assurer que les enfants ne payent pas pour l'erreur de leurs parents ?

Au-delà du cas bien précis de ces deux écoliers, cette histoire - qui finit heureusement bien - rappelle la responsabilité bien particulière des écoles en milieu pluriethnique. À Montréal, on sait qu'une proportion importante de parents, souvent arrivés au pays depuis peu, ne maîtrisent pas le français. Dans un tel contexte, il leur faut redoubler d'efforts et d'ingéniosité pour que le calendrier scolaire ainsi que toutes les informations pertinentes relatives à l'école soient bien compris par les parents, d'où qu'ils viennent.

La Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, dont relève l'école Dollard-Des Ormeaux où l'incident s'est produit, dit qu'il s'agit d'un « événement isolé ». Mais le fait est que ce n'est pas la première fois que des enfants sont abandonnés dans une cour d'école vide à Montréal, victimes d'un manque de communication entre l'école et la maison. Des matins de tempête de neige, on a déjà vu des enfants dont les parents ne maîtrisent parfois ni le français ni l'anglais seuls devant les portes d'une école fermée. Cela s'est déjà vu dans des écoles de Notre-Dame-de-Grâce, de Côte-des-Neiges ou LaSalle. Ma collègue Michèle Ouimet a déjà écrit sur le sujet en 2007. Elle déplorait le fait que la Commission scolaire de Montréal (CSDM) ne prévoie pas de plan B dans de tels cas et qu'elle ne dépêche pas des employés pour venir en aide aux écoliers égarés dans l'hiver québécois.

Dix ans plus tard, la CSDM dit avoir fait beaucoup de progrès. 

« Nous avons beaucoup travaillé à sensibiliser les communautés au calendrier scolaire en faisant en sorte que l'information en provenance de l'école, notamment en ce qui concerne les questions d'horaire et de fermeture, soit transmise aux parents des communautés culturelles. », explique Alain Perron, porte-parole de la CSDM.

Une infolettre permet de transmettre l'information aux parents directement par courriel. « Par ailleurs, quand il est question de fermeture d'école, nous fournissons des traductions [selon les langues les plus parlées à la maison : anglais, arabe, espagnol] disponibles au secrétariat de l'école. »

Lorsque l'école doit être fermée, l'information est diffusée dans les médias tant francophones qu'anglophones ainsi que dans les médias sociaux. Lors des jours de grève qui ont entraîné la fermeture d'écoles ces derniers mois, le plan de communication semble avoir bien fonctionné. « Sur nos 71 000 élèves du primaire et du secondaire, aucun enfant n'a été laissé seul à l'école. »

Cela dit, on aura beau avoir les meilleures mesures préventives qui soient dans toutes les langues du monde, il y a un truc tout simple et universel qui s'appelle le gros bon sens. Que l'on soit parent, concierge ou directeur d'école, mieux vaut ne pas l'oublier dehors.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer