Occupation double No More

Partager

Je ne m'attendais évidemment pas à ce qu'un mouvement citoyen autochtone devienne aussi populaire qu'une émission de téléréalité. Il y a quand même des priorités dans la vie, comme l'a démontré Stephen Harper en prenant le temps de rencontrer les candidats d'Occupation double cette semaine.

Quand j'ai vu la photo de cette rencontre au sommet, j'ai d'abord pensé que c'était une blague. J'ai cru que le fil Twitter de Stephen Harper avait été piraté. Mais non. C'était vrai. Cet acte d'insignifiance avait été revendiqué par le bureau du premier ministre. La seule chose qui avait été piratée, c'est ma conception naïve et idéaliste de la politique. Le seul sommet qui avait été atteint, c'est celui de la bêtise.

Que penser d'un premier ministre qui prend le temps d'accueillir dans son bureau des stars de l'insignifiance alors que, d'un bout à l'autre du pays, les manifestations autochtones s'étendent, que la France réclame de l'aide au Mali et qu'il y a tant d'autres dossiers urgents à régler? Sans doute le premier ministre sait-il très bien ce qu'il fait. Flatter l'opinion publique est plus rentable que de servir l'intérêt public. À court terme, l'insignifiance qui se donne à voir est payante. À long terme, il y a un prix à payer pour tout ce qu'on prend soin de ne pas voir.

Dans la catégorie des problèmes ignorés avec soin, tant par le gouvernement Harper que par l'opinion publique, la question autochtone occupe une place de choix. J'ai tout de même été étonnée de voir que, même s'il fait les manchettes depuis quelques semaines, le mouvement de résistance autochtone Idle No More reste méconnu dans la population québécoise. Trois Québécois sur quatre n'en ont même jamais entendu parler, selon un sondage CROP-La Presse dont les résultats ont été publiés samedi dernier. Jamais! Seulement la moitié des Québécois reconnaissent que les autochtones sont défavorisés - une triste réalité pourtant bien documentée, mais que l'on préfère ne pas voir.

La majorité de la population, au Québec comme ailleurs au Canada, considère les Autochtones au mieux comme des privilégiés, au pire comme des profiteurs. Et pourtant... Les problèmes de pauvreté sont particulièrement criants chez les enfants autochtones au Canada, nous rappellent tous les ans des rapports accablants de l'UNICEF. Un enfant autochtone sur quatre vit dans la pauvreté. Les problèmes sociaux s'accumulent. L'espérance de vie est moindre. Les rêves sont moins accessibles. Les séquelles laissées par l'acculturation sont très graves. Tout cela est honteux dans un pays si satisfait de son sort que son premier ministre trouve le temps de rencontrer des candidats d'une insipide émission de téléréalité.

Privilégiés, les Autochtones? En 1990, quand l'archevêque Desmond Tutu a visité une réserve en Ontario, il a noté que le traitement que réserve le Canada aux Premières Nations était à bien des égards semblable à celui réservé aux Noirs en Afrique du Sud sous le régime de l'apartheid. Ce n'était ni un hasard ni un compliment. La Loi sur les Indiens a elle-même inspiré le régime d'apartheid sud-africain et son système de discrimination raciale légalisée. Mais cela, on préfère l'ignorer.

Près de 25 ans plus tard, s'il est réducteur de peindre la réalité autochtone d'un seul coup de pinceau misérabiliste, on constate tout de même que de graves injustices demeurent et qu'elles sont toujours occultées.

«Ça suffit!», nous dit Idle No More (que l'on pourrait traduire par «fini l'apathie»). Ce mouvement citoyen arborant la plume rouge est né de l'indignation de quatre femmes autochtones, l'automne dernier.

Au départ, ces femmes s'inquiétaient des conséquences du projet de loi C-45 du gouvernement Harper sur l'environnement, le respect des traités, la souveraineté des nations autochtones. Idle No More dénonce aussi la pauvreté de certaines communautés autochtones et leurs conditions de vie indignes d'un pays prospère. Le mouvement espère éveiller des consciences.

On aurait tort de croire que les problèmes dénoncés par Idle No More ne concernent que les Premières Nations. Ce sont des problèmes de société qui nous concernent tous. Ces problèmes sont complexes. Il n'y a pas de solution simple ou miraculeuse. Chose certaine, ce qu'on refuse de voir ne disparaîtra pas comme par magie.

Pour joindre notre chroniqueuse: relkouri@lapresse.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer