On s'arrache le nom du futur Colisée

Réjean Tremblay
La Presse

Bell Canada est déterminée à bloquer Quebecor coûte que coûte pour l'obtention de la gestion et du droit d'avoir son nom sur le futur Colisée de Québec. C'est une priorité que de protéger le monopole qu'elle détient au Québec avec sa participation dans le Canadien et la propriété complète de RDS, diffuseur du Canadien.

Comme Bell ne peut être propriétaire d'une deuxième équipe de la Ligue nationale à cause du pourcentage important qu'elle détient dans le Canadien, elle a déjà sondé ou fait sonder des entreprises et des hommes d'affaires qui pourraient tenter de devenir propriétaires d'une équipe et de la déménager dans le futur Colisée Bell. Et selon mes sources, on parle de «ligues majeures».

De plus, il est certain que la compagnie a mandaté quelqu'un pour courtiser les frères Maxime et Julien Rémillard, propriétaires du réseau V. Et on a également rencontré à deux reprises au moins Lucien Rémillard, père des deux frères et très important homme d'affaires montréalais.

Si Bell mettait la main sur V, elle pourrait installer les nouveaux Nordiques à ce réseau tout en protégeant RDS.

De plus, avec evenko, partenaire de Bell dans l'aventure, la société de spectacles de Geoff Molson, la mainmise montréalaise serait presque complète. «Encore bien mieux, il est certain que les droits de versage iraient à Molson et que Labatt se retrouverait avec son petit change», a souligné un informateur.

Mais Bell n'est pas seule avec Quebecor pour se battre pour le nom du futur Colisée. Selon une source particulièrement fiable, trois autres grandes entreprises sont encore dans la lutte. Par contre, puisque ces entreprises n'ont aucune chance d'attirer une équipe de la Ligue nationale à Québec, leurs millions ne pourraient suffire à convaincre le maire Régis Labeaume.

En fait, Régis Labeaume a créé un monstre qui est maintenant presque impossible à contrôler pour le maire.

En voulant créer une surenchère pour faire monter les prix pour son Colisée, il a ouvert la porte à une concurrence qui le dépasse. «Le maire Labeaume est maintenant coincé dans une guerre financière de ligues majeures. Et qu'il choisisse Quebecor ou Bell, il ne pourra le faire sans causer des dommages irréparables à ses relations avec une des deux entreprises. Bell est le troisième employeur du Québec et Quebecor est profondément engagée dans la vie économique et sociale du Québec. De plus, George Cope, président et chef de direction de Bell, et Pierre Karl Péladeau se détestent souverainement. C'en est personnel et ça ajoute encore à la tension», a souligné hier un de mes informateurs.

De plus, le maire Labeaume risque de se retrouver dans une situation intenable. Selon mes informations, Bell va mettre les millions qu'il faut pour empêcher Quebecor de lui faire concurrence au pays avec le Colisée et les Nordiques aux réseaux TVA et TVA Sports. Sans parler des réseaux anglais que conçoit l'entreprise québécoise de Pierre Karl Péladeau.

Mais Régis Labeaume ne peut se permettre non plus de favoriser des investissements «défensifs». Avec Quebecor, il est certain d'avoir un partenaire qui va tout faire pour acheter une équipe et l'installer à Québec. De plus, pour que cette équipe permette de faire des profits à Quebecor, il va falloir qu'elle soit compétitive et qu'elle reçoive tout l'appui agressif des médias de l'empire. Il faut également rappeler que Pierre Karl Péladeau a déjà rencontré Gary Bettman en mai dernier pour obtenir des informations et se présenter dans les règles au commissaire.

Alors qu'un consortium formé autour de Bell trouverait son compte à seulement empêcher un ennemi corporatif de s'installer à demeure et de lui livrer une compétition serrée. Au pire, il n'y aura pas d'équipe et au mieux, cette équipe sera toujours «un club-école» de Montréal, là où Bell fait ses millions avec RDS et le Canadien.

Le maire Labeaume a confié à des amis qu'il serait capable d'annoncer très bientôt quelle entreprise il choisira. Des informateurs aux faits du dossier estiment plutôt que ce n'est pas avant mai ou juin que le maire pourra se prononcer. Parce que, selon eux, «la game est devenue trop grosse pour lui».

Régis Labeaume a déclaré que son mandat de maire était de construire un amphithéâtre multifonctionnel. Mais la population a un autre objectif en tête. Elle veut une équipe de la Ligue nationale. Elle veut ses Nordiques. Et elle veut des Nordiques qui ne seront pas des vassaux du Canadien.

Régis Labeaume jongle avec des dizaines de millions. Mais il est conscient que sa décision ne peut être assise sur un simple calcul arithmétique.

Austerlitz ou Waterloo...

Erik Guay, le king sur deux planches

Quelques mots pour souligner l'extraordinaire victoire d'Erik Guay aux Championnats du monde de ski alpin, samedi.

La descente, c'est la discipline reine du ski. Et depuis 100 ans, ce sont surtout des Européens, avec une exception causée par les Crazy Canucks il y a quelques décennies, qui ont dominé la discipline. Voilà qu'un beau gars de Mont-Tremblant trône maintenant au sommet du sommet. Bravo à lui et bravo à Marianne St-Gelais, à Charles Hamelin, à Alexandre Bilodeau, à Jenn Hail, à Alex Harvey qui ont tous brillé au cours des dernières semaines.

Ce sont de belles personnes en plus...

Et pour les fans, Carey Price aussi est bien beau!




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer