Depuis 1976, la situation ne s'est pas améliorée

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Réjean Tremblay
La Presse

À l'époque, la présence de Marcelle Saint-Cyr et de Liza Hébert dans le vestiaire des joueurs au match des Étoiles disputé à Montréal avait fait sensation. C'était la grosse nouvelle de la semaine.

Liza allait rejoindre Robin Herman du New York Times dans le sanctuaire de la testostérone. C'était une victoire énorme pour LA femme.

C'était en 1976 et, depuis, la situation ne s'est pas améliorée.

Depuis, Liza Hébert est devenue dans la vraie vie Liza Frulla et, au passage dans la fiction, Linda Hébert. Mais Liza avait ouvert une grande porte.

Trente-cinq ans plus tard, il y a combien de femmes travaillant sérieusement aux matchs du Canadien? Rien dans les journaux (depuis le départ de Stéphanie Morin à la section Voyages), personne à la radio et le néant total à la télévision une fois qu'on a réussi à caser Chantal Machabée le samedi soir. Et pourtant, Dieu sait que Chantal est compétente. Une vraie de vraie qu'on a tassée pour faire encore plus de place à Joël Moi Moi Bouchard.

Je connais plusieurs confrères qui lèvent le nez sur les compétences de Marie-Claude Savard à TVA. Mais je sais que c'est une journaliste passionnée qui est confinée à du travail de chroniqueuse cute parce que TVA n'a pas encore de propriétés sportives dignes de ce nom. À Radio-Canada, soyons honnêtes, les femmes qui travaillent à la couverture du hockey et du Canadien se contentent de faire des «jobines». Y a personne là-dedans pour brasser un peu la cabane et y aller de reportages bien sentis.

Encore là, Radio-Canada n'a pas de propriétés de hockey et ça limite évidemment la visibilité des journalistes.

***

Donc, on revient à CKAC et à RDS. Dans les deux cas, on se retrouve avec des clubs d'amis de la Flanelle et d'amis des amis de la Flanelle.

Les vrais journalistes sont rarissimes et ce sont des «joueurnalistes» qui sévissent sur les ondes. Comme on veut avant tout offrir aux fans et aux fefans des points de vue d'anciens ou d'amis des anciens joueurs, c'est évidemment difficile de trouver une femme qui a joué avec les amis.

De toute façon, je présume que la majorité des 700 000 amateurs qui suivent des matchs du Canadien à RDS ne veulent pas qu'on leur donne de l'information. Ce qu'ils veulent, c'est qu'on leur serve des fans encore plus proches de l'organisation qu'ils ne peuvent l'être. C'est pour ça que Joël Bouchard donne des discours de minicoach en parlant de «on doit sortir fort, il faut que les gars se donnent, nos gars ne doivent pas lâcher». Aucune retenue, aucune pudeur, une partisanerie dégoulinante. C'est correct, c'est ce que le monde veut. Et vous le savez, vox populi, vox Dei.

Soit dit en passant, Joël Bouchard s'exprime bien et connaît ses systèmes de jeu. Mais parfois, il gagnerait à s'adresser à ses camarades plutôt que de toujours parler à la caméra. Les prédicateurs ont le don de taper sur les nerfs. L'autre jour, il a tourné le dos à Guy Carbonneau pour épiloguer sur une remarque de Carbo, ça faisait cheapo. Et quand il est avec Marc Denis, il ne donne pas toujours la chance à Denis de faire valoir son argument.

Autrement dit, un Claude Mailhot, c'est assez.

Par contre, je comprends très bien RDS de se tourner vers des valeurs sûres. Les propriétaires de la station et du Canadien sont les mêmes. En embauchant des fans, on s'assure de ne pas avoir de problèmes avec les vrais patrons. Comme les gens semblent être satisfaits de ce qu'on leur donne, pourquoi se compliquer la vie? Pourquoi inviter France St-Louis ou une autre de ces fabuleuses joueuses qui connaissent tous les rouages du hockey mieux que certains coachs de la Ligue nationale? Les amis des amis font très bien l'affaire.

***

Et quand on offre un job à une fille, il faut que ce soit une vulgaire platitude promotionnelle commandée de Bell à Bell en passant par Bell. C'est Anne-Marie Withenshaw qui va animer le Occupation double du Canadien.

Je me demande comment, après avoir participé à cette grande émission promotionnelle, Mme Withenshaw va oser critiquer la télévision des autres à ARTV avec Marc Cassivi et... Liza Frulla.

La boucle est bouclée...




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer